• Amer : SP

     

    AmerLine prend la vie comme elle vient, avec un air de je-m’en-foutisme presque arrogant. Pourtant, elle garde en elle de profondes blessures.
    Secrètement lesbienne mais médecin estimé dans son petit village de la côte bretonne, elle n’imagine pas en prenant le train pour rentrer ce matin-là que la désinvolture libertine qui orchestre sa vie ces derniers mois est sur le point de voler en éclats.
    Malgré la présence “so british” de Gill dans son quotidien, quels sont les événements qui, en quelques jours, vont fissurer la carapace qu’elle pensait s’être forgée ? Quelles désillusions vont lui laisser ce goût amer qui la poussent à aller au-delà de ses convictions ?

     

    Editeur :  Auto-édition
    Genre:  Romance contemporaine
    Date de sortie: non précisé
    Prix du livre papier :  non 
    Version numérique:  2,99€
    Taille du fichier : 2122 B

     

     

    Je suis, depuis quelques temps, un peu frileuse en lecture d'auto-édités, suite à quelques déceptions livresques avec des points de vue totalement à l'opposé des éloges dithyrambiques postés sur Amazone . Cependant, je suis convaincue que parmi tous ces nouveaux "auteurs", certains sont excellents et méritent d'être lus et reconnus comme tels, pour exemples : Céline Joyce Mitchell et sa saga Agartha, Pierre Guy Laurier et La Colonie de Haute-Terre ... et quelques autres encore comme Théo Lemattre, Marie Dewitte. Pour autant ils sont noyés dans la masse et leurs textes estimés au même niveau que d'autres et leurs auteurs qui sont pour moi, des écrivaillons,  feraient mieux d'en rester à ce qu'ils savent faire bien mieux. Hum je suis sévère. Je sais, mais ça m'horripile de lire des chroniques complaisantes parce qu'on est amis avec l'auteur. 

    Fermons la parenthèse et mon petit coup de gueule.

    Cependant, à force de voir les avis positifs de mon amie auteure Laureline Roy, sur les écrits d' Andrea B Cecil, eh bien, j'étais très très curieuse, d'autant que je fais confiance à son jugement. 

    Ce roman est à la hauteur de mes attentes, tant sur le style (même si quelques expressions m'ont titillée ) que sur le thème d'actualité : les violences faites aux femmes.

    Certes, rien de nouveau sous le soleil, direz vous, le sujet ayant été maintes fois exploité. cependant c'est là où Andrea B. Cecil innove.

    On doit s'y attendre, vu qu'elle donne le ton dans sa préface. Dans la vie, il ne faut pas accepter pour acquis ce que tout le monde affirme. Pour preuve: longtemps on a cru la terre plate. Aujourd'hui, on croit encore que les hommes ont des besoins sexuels incontrôlables,  on  impute à eux seuls tous les actes de violences à l'encontre des femmes. Et pourtant...

    Eh oui, Andrea B Cecil va nous prouver que l'on se trompe à travers cette fiction, qui pourrait ne pas en être une, tant elle semble être inspirée d'un fait divers.

    Line est homosexuelle. À la sexualité débridée, ( et voilà notre personnage avec l'appétit sexuel d'un homme, :) ), ce qui lui a valu sa rupture avec la femme qu'elle aime profondément. Nous verrons en cours de lecture que malgré cet amour qu'elle lui porte, elle ne peut résister à l'attirance physique pour d'autres femmes.  Premier thème soulevé par l'auteure, qui peut surprendre. Normal au vu de nos idées bien ancrées.

    Malgré tout, Line ne tient pas à ce que tout le monde connaisse ses préférences sexuelles, mais elle va commettre un faux pas qui aura un impact sur sa carrière, lorsqu'elles seront étalées au grand jour.  Deuxième thème, l'homophobie et ses conséquence. Comment au XXIe siècle peut-on être aussi intolérants ? Refuser la différence ?

    Si on s’étonne au prime abord qu'une femme à la personnalité si marquée, se complaise à s'inventer une vie plus conforme aux attentes du voisinage, on comprend très vite les raisons de ses mensonges. D'autant plus que la relation avec la famille bourgeoise n'est pas au beau fixe.

    Mais le thème central du roman est la violence conjugale. C'est l'histoire de toutes ces femmes qui rencontrent des tables basses si dangereuses qu'il faudrait sans débarrasser. Facile, il n'y a qu'à la jeter dehors ! Hélas, tout n'est pas si simple ! 

      Il faudra à Hoelen, l'aide de Line pour tenter de s'en éloigner malgré tous les risques encourus. Le danger omniprésent qu'elle représente et pourtant la peur des conséquences prend toute la place dans un raisonnement sensé.

    L'auteure maîtrise son sujet sur la violence, le harcèlement, l'humiliation infligée par, ici, une perverse  narcissique. Il n'y a pas que les hommes qui jouent dans cette cour. La relation bourreau/victime est très bien décrite. Les émotions sont au rendez-vous. 

    L'on se demande comment va terminer cette histoire :  en drame en happy-end avec la réconciliation entre Line et Hoelen ?

    Le dénouement n'en sera que plus déconcertant. Je n'ai pas songé une seconde à cette issue possible. Je reste totalement déroutée.

     Malgré ce final inattendu, j'ai énormément apprécié cette aventure livresque, pour l'intrigue et la plume de l'auteur, pour les personnages bien campés, l'évolution de l'histoire. J’émettrais toutefois un petit bémol, car un petit truc m'a chagriné. Je n'ai pas très bien compris l’intérêt du secret du famille. J'aurais aimé que cela n'en reste pas à : je te l'ai dit et puis voilà. De ce fait, il manque un petit quelque chose, entre la confrontation avec la mère et le dernier chapitre, comme des pensées de notre héroïne qui pourrait expliquer le dénouement que, pour être honnête je n'ai pas bien compris.

     Roman émouvant, bien construit qui interpelle et dénonce les violences conjugales, avec un petit rappel de centres d'aide.

    Une autrice à découvrir.

    PS : La couverture et le titre m'ont intriguée un moment, à la fin de ma lecture le tout prend sons sens.

     

    Amer

     

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Jeudi 8 Novembre à 15:20

    Un grand merci pour ce retour et cette analyse !
    J'espère que ça incitera d'autres lecteur•rice•s à aller découvrir "Amer" :)
    À bientôt pour de futures lectures ( sait-on jamais ! )

    2
    Gaelle
    Jeudi 8 Novembre à 16:24
    Ah je veux le lire moi aussi!! Surtout que tu m’as titillé avec tes bémols et cet happy Ned déroutant. Faut absolument que je le trouve!!!
      • Vendredi 9 Novembre à 13:07

        Houuuuuuuuu... ( <--- l'autrice qui tremble)
        J'espère alors qu'il vous plaira ^^

    3
    Jeudi 8 Novembre à 17:36
    LADY MARIANNE

    une visite de l'auteur- bravo
    tu va l'aider à faire connaitre son roman- bravo
    oui de nos jours beaucoup écrivent--- sans style- sans rien ! LOL
    bises-

      • Vendredi 9 Novembre à 13:08

        Un jour, je serai la nouvelle JK Rowling. (Ou paaaaaaaaaaas...) wink2
        Mais encore merci à Missnefer !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :