• Au coeur de la folie

     

    Au coeur de la folie Italie, hiver 1974. À bord d’une Mercedes crème, Marlene fuit à travers le Sud-Tyrol. Elle laisse derrière elle son mari, Herr Wegener, et emporte les saphirs qui lui avaient été confiés par la puissante mafia locale. Alors que, devenu fou, il retourne la région pour la retrouver, Marlene prend un mauvais virage et perd connaissance dans l’accident. Simon Keller, un Bau’r, un homme des montagnes, la recueille et la soigne. Marlene se remet petit à petit dans un chalet isolé, hors de portée de poursuivants pourtant infatigables, et fait un jour la connaissance de Lissy, le grand amour de Simon Keller.

    Entre huis clos des sommets et traque mafieuse en Italie, Au cœur de la folie nous entraîne dans une spirale de frayeur, à la suite de personnages d’une noirceur fascinante.

    Editeur : Denoël
    Genre: Thriller psychologique
    Date de sortie : 11/10/2018
    Prix du livre papier :  Broché : 21,90€ Poche : 9,00 
    Version numérique: 8,99
    Nombre de pages :  482 (en poche)

     

     

    Au coeur de la folie Je remercie les Editions Denoël et Masse critique pour m'avoir permis de découvrir la plume très particulière de Luca d' Andrea.

    L'auteur nous plonge dans un huis clos stressant au fin fond des Alpes dans un"maso" niché sur un flanc de montagne au milieu de nulle part.

    La plume est coupante, incisive, glaciale. Les introductions au chapitre en phrases courtes, tranchantes comme une lame. Un peu déconcertant au départ, mais très vite, on apprécie, tant elle donne de la force à ce récit. Peu de mots, mais c'est efficace. L'ambiance sombre du roman n'en est que plus accentuée. Cependant l'auteur ne néglige pas les descriptions de ce paysage hivernal.  Le froid glacial s'insinue en nous rien qu'à les lire.

    Peu d'action comme on pourrait s'y attendre avec cet Homme de Confiance, tueur à gages, lancé aux trousses de Marlène. 

    Le roman porte sur des thèmes bien précis, particulièrement maîtrisés et qui s'emboîtent parfaitement. Luca D' Andréa explore les répercussions de notre vie passé sur ce que nous sommes, la question de choix, l' éducation, le contexte social, les traumatismes vécus, les dérives de la solitude, les conséquences, le rôle du hasard. 

    Et si Marlène n'avait pas eu cet accident ? Et si le tueur à gages ne s'était pas lancé à sa poursuite ?  Et d'autres "et si" dont on ne peut parler ouvertement sans spolier l'histoire.

    Mais c'est le chemin pris par notre protagoniste principal que l'auteur a choisi d'explorer nous entraînant au cœur de la folie. L'approche psychologique est donc le sujet le plus marquant de ce roman. J'avoue que je ne m'attendant pas tout à fait à la route que prend le roman. On y avance pas à pas, suivant les pensées intimes de chacun. L'émotion est au rendez-vous. Luca D' Andrea distille les infos au compte goutte. Nous en apprendront sur tous les protagonistes, que se soit sur Herr Vegener  que sur l'homme de confiance, cet homme sans nom, comme si l'auteur avait souhaité déshumanisé davantage ce tueur qui accomplit ses missions avec minutie. Une fois le contrat passé, l'issue sera inéluctable, même si Herr Vegener vient à ne plus le vouloir. L'arme est chargée et comme tout arme rien ne peut l'émouvoir. Nous comprendrons pourquoi. Car Luca D' Andrea ne laisse pas de zones d'ombres. Il sait où il va, et nous y emmène, brossant des portraits particulièrement aboutis des  personnages. 

    Nous partagerons donc l'amour de Simon Keller pour Lissy, " Lissy, ma douce, ma petite Lissy" . Et la surprise est de taille. 

    On ne peut qu'admettre que l'auteur est talentueux, et à si nos yeux Marlène est le protagoniste principal du récit, on découvre au fur et à mesure que Simon en est le personnage central. À vrai dire, on ne sait que penser de cet homme énigmatique qui tait bien des secrets. Et quand Luca D'Andréa vient mêler, avec brio, vieilles légendes germaniques, contes de Grimm, on ne peut que s'exclamer : mais quelle idée originale !

    Au fur et à mesure que l'on tourne les pages, de cette histoire addictive et un peu dérangeante, l'intrigue devient de plus en plus sombre, l'on craint de parvenir à une issue terrifiante. C'est affamés comme Lissy que l'on dévore, chapitre après chapitre ce thriller psychologique, enfermés dans le "maso" en compagnie de personnages sinistres, tandis que les voix résonnent. 

    Le dénouement est des plus étonnants et sujet à certaines interprétations. néanmoins je trouve cette conclusion particulièrement brillante. Pour moi, un auteur à suivre.

     

    Au coeur de la folie

     

    Au coeur de la folie L'auteur :

    Nationalité : Italie
    Né(e) à : Bolzano , 1979

    Biographie :

    Luca D'Andrea est né en 1979 à Bolzano en Italie, où il vit toujours actuellement.
    Il a été enseignant pendant dix ans.
    Son premier roman, "L'Essence du Mal" (Denoël, 2017), un thriller original et puissant entre Jo Nesbø et Stephen King, a créé l’événement lors de la London Book Fair 2016, durant laquelle ses droits ont été vendus en un temps record dans plus de 30 pays avant même sa première publication en Italie.
    Luca D'Andrea est considéré comme le petit génie du polar en Italie.

     

     

     La parenthèse : Couverture avec le titre VO

    Au coeur de la folie

     

     Extraits citations 

     

    « L'homme ne désire pas ce qu'il voit.
    L'homme désire ce qu'il imagine. »

     

    " Si on est vivant, c'est grâce au destin. Or on ne crache pas au visage du destin. "

     

    "- contentez-vous d’exercer la violence, capitaine. laissez la mort à des types comme moi" 

     

    '

    " Toutefois , jusqu'à ce jour Wenegr n'avait jamais envisagé que Marlène puisse être attirée par un autre homme. Non seulement parce qu'il était certain qu'elle l'aimait vraiment, mais aussi parce qu'il était Herr Wegerner. Aucun homme sains d'esprit n'aurait fait la cour à sa femme

     

    " En 1945 la guerre s'acheva, mais la faim perdura. Kobold apprit que la guerre, pour ceux qui naissent sans chaussures , ne  finit jamais."

     

    "Lissy a faim ! Lissy a faim !"

     

    " Maman qui lui disait que bientôt elle deviendrait Follefollefolle comme elle pare qu'elle avait voulu tout et argentargentargent plutôt que de balayer la merde, comme l'aurait voulu son destin"

     

    © L. D'Andrea.

     

     

     


    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 1er Novembre 2019 à 08:08

    J'hésitais, maintenant, je sais que je vais le lire.
    Merci pour cet avis éclairé

    2
    Gaelle
    Vendredi 8 Novembre 2019 à 09:32
    Ohhhv je vais le lire celui la. Je vais le chercher!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :