• Boulitude

    BoulitudeJustine a bientôt 20 ans, des parents qui ne se parlent plus et un petit ami très amoureux. Elle va entrer à l'Université. Au seuil de sa nouvelle vie, elle se sent légère, 45 kilos sur la balance, le visage et le corps qu'elle a toujours voulus, rien de mou, rien de laid. Mais plus l'hiver approche, plus elle s'enfonce dans un épais mal-être et perd ses repères. Elle n'a plus qu'une vision floue de son avenir tandis qu'autour d'elle, les autres semblent au contraire savoir exactement ce que sera sa vie.
    Alors, la nuit, pieds nus dans la cuisine, elle ouvre le frigo et avale, avale, avale... Une plongée sans concession dans une année de la vie d'une jeune femme en pleine confusion. Quand 20 ans est l'âge des doutes, de la solitude, de l'errance affective et des dépendances alimentaires.

     

    BoulitudeMalgré le sujet touchant, je n'ai pas adhéré à la manière de l’appréhender de l'auteure. Le style atypique n'y a pas aidé : absence de chapitres, absence de temporalité, et des personnages assez inconsistants que j'ai peiné à visualiser tant physiquement que psychologiquement. Certaines relations sont peu définies, je pense à celle avec Benoit, avec Catherine et je me retrouve avec une sensation de manque, tant je ne comprends pas ce que le jeune homme, (si jeune homme est-il),  attend de Justine qui, elle avance pas à pas sans savoir ce qu'elle désire.

    Pour ce qui est de la plume, même si je ne suis pas fan de phrases courtes et de leur effet factuel, j’admets qu'il donne un effet incisif, de répétitivité, de lassitude et traduit le sentiment et le quotidien de l’héroïne. Cependant, je ne suis pas parvenu à éprouver une quelconque émotion pour ce personnage en souffrance qui passe de l'anorexie à la boulimie, ni ressentir son mal être. Quand à la fin, j'avoue que je ne suis pas friande de fin ouverte qui laisse tout entendre et rien. 

    Le roman est très court, se lit aisément étant écrit dans un style simple, dont je ne suis pas personnellement adepte,  et laisse transparaître l'ennui, voire la dépression, d'une jeune femme dans une sorte d'acceptation de son quotidien le subissant, jusqu'à ce soudainement il se passe on ne sait quoi dans sa tête, provoquant les divers déclics et  changement des comportements inhérents à ses troubles alimentaires. Mais celui que je n'ai pas du tout saisi est le celui du clap de fin.

     Malgré ce retour traduisant ma déception, tant au vu du thème déjà abordé par plusieurs auteurs, je m'imaginais en ressortir émotionnellement touchée),  remercie les éditions 5 sens et masse critique Babelio pour m'avoir entraînée dans cette aventure livresque.

     

    Boulitude

     

    BoulitudeL'auteur : 

     

    Née à Genève en 1966, Francine Collet a été journaliste pendant dix ans avant de bifurquer vers la formation d’adultes. Depuis 2006, elle anime également des ateliers d’écriture en Suisse et en France. Elle vit en Haute-Savoie et a déjà publié plusieurs recueils de nouvelles et romans.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Gaelle
    Mercredi 24 Juin à 14:44
    Laurie halse anderson a traité le sujet et le roman était magnifique
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :