•  

    Liberté je dessine ton visage SPCharlie, reporter de guerre, se rend en Syrie avec l'intention de décrocher l'interview du chef de l'Etat islamique. Julie, sa compagne, est médecin urgentiste dans un hôpital parisien. Leur destin bascule lorsque Charlie est enlevé par un groupe armé. Lola, une adolescente endoctrinée malgré elle, part pour une mission qu'elle croit humanitaire afin de rejoindre son petit ami. Simon, son père, qui ne comprend pas la métamorphose de sa fille, est prêt à tout pour la retrouver et la ramener. 
    De Paris à Alep, en passant par la Turquie, des vies qui se croisent, se bousculent, s'abîment et ricochent comme autant d'existences projetées dans le fracas d'un monde où des hommes et des femmes ordinaires deviennent des résistants de la liberté.

    Editeur : Incartades
    Genre:  Littérature contemporaine
    Date de sortie: 26/2/2019
    Prix du livre papier : Broché  16,90 
    Version numérique: 4,99 
    Nb de pages : 390 

     

     

    Liberté je dessine ton visage SPWaouh ! C'est ce le premier mot qui me vient au terme de cette lecture. Et j'avoue que je ne m'attendais pas à ressentir un tel sentiment dans  les premiers chapitres.

    Vu le sujet, j'ai commencé à petites doses, en alternant avec un autre roman. Puis je me suis laissée happer totalement par l'histoire.

    C'est à travers le récit des 4 personnages principaux, 4 destins qui se croisent pour ne plus se quitter, que nous partageons les événements tragiques que vivent Julie et Charlie suite à l'enlèvement de ce dernier lors d'une mission journalistique.

    Une fiction qui nous rappelle que trop bien des histoires vraies, narrée de manière si réaliste qu'elle pourrait passer pour un récit témoignage. Il n'en est rien. Olivier Tarassot ne manque de le préciser en tête.

    Certains chapitres sont courts mais toujours chargés de beaucoup d'émotions que l'on ressent soi-même intensément. Sensations multiples qui s'entrechoquent.

    Le sujet est particulièrement bien traité, documenté, ce qui le rend particulièrement crédible. Le style est fluide, les mots judicieusement choisis , la plume est belle, les personnalités des protagonistes fouillés et l'on se prend d'empathie pour eux, vivant tout comme eux au rythme des jours, des semaines, des peurs, des doutes, de l'espoir.

    Qu'elle peut être l'issue ? Tant cette fiction se rapproche de la réalité, d’histoire d'enlèvements, de mort,   trop souvent partagé via la TV, You tube etc... il semble peu probable que l'auteur puisse nous offrir un happy-end. Mais on l'espère, on veut croire que Charlie retrouvera la liberté.

    Tant et si bien que la tension était telle, que prise dans les multiples rebondissements me faisant redouter, espérer, douter, que je bouillais d’impatience de connaitre le dénouement. J'ai failli, une première, me précipiter sur les dernières pages, alors que j’étais au 3/4 du roman.  Mais j'avais si peur d'être déçue prématurément  que je me suis contrainte à la patience.

    Le réalisme de cette fiction met à mal votre petit coeur. L'angoisse, la peur, la tristesse vous assaillent tout au long du récit. Mais l'espoir persiste. Et  tout comme Charlie et Julie on s'y accroche en permanence. Et ce jusqu'aux derniers chapitres alors que l'auteur sème le doute.

     OLivier Tassarot nous offre un roman d'aventures, nuancé sans jugement, ni parti pris, égratigne un peu quelques organisations gouvernementales, les journalistes avides de scoop et de sensationnel mettant parfois la vie des gens en danger, ( du vécu). Il aborde les effets pervers des  réseaux sociaux, dénonce les manipulations psychologiques, les mensonges qui ici vont affecter Lola.

    L'amour et l'espoir en l'humanité sont les piliers de cette histoire, tout comme la soif de liberté, celle de penser, de croire , d'avoir des idées différentes, toute forme de liberté, celle qui porte Charlie notre journaliste au prénom si symbolique et choisi par l'auteur  judicieusement.

    Un roman poignant que l'on a du mal a ranger dans une catégorie, une ode à la vie, à l'espoir dans un monde qui part à la dérive et dans lequel au nom de l'amour de Dieu, l'on veut nous enlever cette liberté de vivre selon nos propres valeurs.

    Une pépite livresque dans l'ensemble avec pour seul bémol les 2 derniers chapitres un peu moins fouillés que le reste du récit qui reste époustouflant écrit avec beaucoup de finesse et de poésie.

    je remercie Les Editions Incartades pour ce partenariat qui m'a permis de découvrir la plume et le talent de conteur d' OLivier Tarassot  dont c'est le 1e roman  et que je vais suivre. Et je vous conseille de le découvrir.

     

    Liberté je dessine ton visage SP

     

     

     

     

    Liberté je dessine ton visage SPL'auteur : 

    Nationalité : France 
    Né(e) à : Orléans , le 24/12/1971



    Olivier Tarassot, auteur orléanais désormais finistérien, s'est ouvert à la littérature à l'adolescence. Socrate, Verlaine, Rimbaud, Hugo, Zola, Camus, Sartre et Bobin accompagnent ses nuits blanches. Premiers mots, premiers poèmes, premières chansons, premières nouvelles puis quelques manuscrits inachevés ; l'écriture est pour lui un espace de liberté, un instant de paix. Sa plume engagée, humaniste, pacifiste, empreinte d'émotion lui permet d'écrire Liberté, je dessine ton visage, son premier roman. Un livre qui résonne comme un cri d'espoir, un hymne à l'amour, un vent de liberté. 

    https://www.facebook.com/oliviertarassot/
    Twitter : https://twitter.com/oliviertarassot
     
     
    Le détail : 
     
    Thémes abordés on ne peut plus contemporains que l' endoctrinement favorisé par les réseaux sociaux, les enlèvements de journalistes , la lutte de l'état l'islamiste contre les non croyants, les croisades modernes au nom de la foi, l’intolérance, la lutte pour la liberté d'expression et la liberté tout court sous toutes les formes. Malgré tout une flamme  luit portée par des hommes ou des femmes de convictions et tant que quelqu'un y croira l'espoir reste vivant.
     
    la parenthèse :
     
    Une première version a été publié en auto publication en 2017.
     
     
     
    Extraits citations 
     
     
    " "je ne risque pas  ma vie à sa soigner des patients." C'est la seule différence notable entre nos métiers. Je repense à tout cela, au fond de ma grotte, à cette captivité sordide et absurde qui ne résoudra ni la crise en Syrie ni le fanatisme religieux grandissant"  
     
     
    "  Oui, j'ai choisi la plume comme arme, atout fragile, mais tellement vrai. Et l'encre qui coule sur le papier ne suffira pas à combler tout le sang vers dans des conflits absurdes pour lesquels tant d'innocents  paient le prix fort" 
     
     
    " Comment un fils de la République en est-il arrivé là ? Comment en sommes-nous arrivés là, à fabriquer un fanatique dépourvu du moindre sentiment humaniste, une  machine à tuer aveuglement ? Il est prêt à mourir, non pas pour des idées, mais pour une civilisation qui en combat une autre. C'est la seule issue trouvée à une existence morne, sans la moindre lumière" 
     
     
    " je sais que je parle comme un vieux con, un vieux con reac, comme tu disais, bien que je sois tout l'inverse"
     
     
    "_ (...) l'existence est une énigme  dont il faut  percer les mystères tels que le bien et le mal, la mort, la vérité, la soif de justice. L'imam a réveillé ma conscience.
     
     
    "- (...) Je cédais sous le coups. J'ai vite compris que je ne tiendrais pas longtemps , qu'il fallait m'enfuir^pour espérer vivre. J’étais venue pour sauver des vies, il fallait maintenant que je sauve la mienne."
     
     
    "-(...) la vraie révolution est peut être dans la fin des religions parce que la vrai foi n'a pas de toit puisqu'elle es dans le coeur de  chacun" 
     
     
    " Tu m'a appris à ne jamais renoncer à ma liberté, même si elle est  exigeante et me rendre responsable et doit être conquise et préservée. Apres avoir connu la servitude, je la revendique désormais. je suis condamnée a être libre."
     
    "la liberté est un champ d'amour où désormais, nous marchons nu pieds"
     
    © O. Tarassot
     
     
     

    Liberté je dessine ton visage SP

     

    Item 100 Premier roman d'un auteur


    3 commentaires
  •  

    La faille du tempsDans une ville américaine évoquant la Nouvelle-Orléans en proie à une terrible catastrophe naturelle, un afro-américain et son fils découvrent une terrible scène de crime et un nourrisson, qu’ils décident de sauver et qu’ils baptisent Perdita, la fille perdue. Mais comment ce bébé est-il arrivé là ? 

    C’est ce que Jeanette Winterson, dans son style unique, s’applique à démêler dans cette adaptation de la tragédie shakespearienne Le conte d’hiver. Sous sa plume, le roi jaloux du Conte devient un odieux financier londonien paranoïaque et obsédé par la crise de 2008 ; son ami de toujours, le roi Polixenes, un doux rêveur ; Xeno, un créateur de jeux vidéo. Et MiMi, la femme de Leo, une chanteuse à succès. Lorsque Leo se persuade que MiMi et Xeno entretiennent une liaison et qu’il lui faut agir, tous les ressorts de la tragédie sont en place. Superbe réflexion sur l’avidité et le pouvoir destructeur de la jalousie et de l’envie, La faille du temps rappelle l’intemporalité du génie shakespearien et donne à voir l’immense talent de l’auteure

     

     

    Editeur :  Buchet Chastel
    Genre: Thriller Collection Les Escales Noires
    Date de sortie: 7/02/2019
    Prix du livre papier : Broché 22,00€ 
    Version numérique: 1,99€ 
    Nombre de pages: 320

     

    La faille du tempsJe remercie  Les Editions Buchet-Chastel pour cette avant première, Babelio et ses Masses critiques qui me permettent de faire de magnifiques découvertes livresques en particulier dans le cadre de Masse critique privilège. Cette fois-ci n'a pas failli à la règle. ce roman je l'ai dévoré en presque une journée. 

    L'originalité réside dans le fait que l'auteure , - que je ne connaissais -, transpose une oeuvre de Shakespeare dans un univers contemporain.  Curtis Sittenfield s'y ait essayé, et même si j'ai apprécié cette reprise d' Orgueil et préjugés,  dans son Un bon parti, elle n'égale en rien le talent de Jeannette Winterson.

    En début de roman,  l'auteure nous brosse, les grandes lignes de Le conte d'Hiver, puis se lance dans le récit d'un drame moderne dans lequel se mêlent : vengeance, tragédie pardon.

    Et c'est là que réside la force de cet exploit avec cette pièce revisitée, car l'auteure nous fait prendre conscience de l'immortalité de  l'oeuvre de Shakespeare et de son talent, mais aussi que plusieurs siècles plus tard ses thèmes de prédilection sont toujours d'actualité. 

    Car l'histoire concoctée par Jeanette Winterson est criante de crédibilité, ses personnages particulièrement bien campés, la plume, d'une extrême finesse, empreinte de poésie et elle m'enchante tant j'aime le son des mots, le roulement des phrases qui me bercent d'une douce musique. Que dire de l'approche psychologique et philosophique qui font écho en moi ?  Des thèmes abordés, le temps que l'on voudrait remonter parfois, à l'image de Superman sauvant Loïs Lane, de l'avenir que l'on construit sur notre passé, de l'amour qui peut se transformer en haine, de cette aptitude à pardonner ou pas, des liens plus fort que les liens biologiques... ?

    Jeannette Winterson prend quelques libertés avec l'idée de départ et la fin en pointillée ne prend pas le chemin de celle écrite par le grand William Shakespeare. Elle s'adapte à notre temps. 

    J'ai adoré ce roman, ce récit qui m'a tenu en haleine curieuse de l'issue finale. Je me suis attachée ux personnages, à certains plus que d'autres et même Léo parvient à vous toucher malgré son caractère ignoble.  J'ai souri, ri  à de nombreuses réparties entre lui et Pauline et j'ai été aussi très émue.

    Un roman donc qui suscite de nombreuses émotions, des personnages que l'on quitte avec regrets. le contexte est bien établi, de nombreuses références, musicales et autres, un univers du jeu particulièrement développé, celui des voitures, - on y croise même la De Lorean de Retour vers le futur -; il ne manque rien pour titiller votre curiosité et croiser votre opinion sur le destin, l'avenir, le passé et ses conséquences.

    Énorme coup de cœur pour cette pépite livresque et une auteure dont j'ai très envie de découvrir d'autres romans 

     

     

    La faille du temps

     

     

     

    Extraits citations

     

    " si Dieu n'existe pas, je ne serai pas plus mal loti à ma mort. Je serai juste mort. par contre s' Il existe... mais OK, je sais déjà ce que vous allez dire  : où est-IL ?"

     

    " Dieu n'a pas besoin de nous punir. on sait le faire tout seuls. C'est pour ça que nous avons besoin du pardon. Le pardon est un mot comme le mot "tigre", on l'a filmé et il y a des moyens de  vérifier qu'il existe,  mais on n'est pas nombreux à l'avoir approché en pleine nature ou à le connaitre pour ce qu'il est. 

    Je ne me pardonne pas ce que j'ai fait"

     

    " Je découvre que le deuil signifie vivre avec quelqu’un qui n'est plus là"

     

    " la lecture était un acte si  silencieux qu'on  entendait bruisser les pages "

     

    " - tu veux jeter un œil au musée ?

    - pas le temps

    - A quoi ça sert  que le temps existe si on n'en a pas ?"

     

    "- (..) personne ne TOMBE  amoureux - l'amour c'est un mélange explosif de sexe et de désespoir, de sexe qu'il faut bien  qu'on s'en paie un peu, de désespoir parce qu'in est seul. La personne  dont tu tombes  amoureux n'a strictement aucune importance"

     

    " - il faut arrêter de parler au passé Vous ne pouvez pas changer ce que vous avez fait. Vous pouvez changer ce que vous faites. "

     

    "- (...) on discutait tout le temps pendant mes études de philo. Est ce que la vie n'est qu'une série d' accidents qui, vus de loin,  dessinent des motifs ? Comme les champs, les rivières et les maisons que l'on voit depuis un avion et qui paraissent beaux et ordonnés, alors qu'au sol, il sont se  qu'ils sont désordonnés, voire laids."

     

    © J. Winterson


    3 commentaires
  • Nos rendez-vous secrets SPMarie et Maxence sont voisins, mais ils ne se sont jamais parlé. Elle, agoraphobe, timide et maladroite et lui, coach de vie enjoué et porté sur la fête. Trop différents, ils n'auraient jamais dû se parler, et pourtant... Une soirée trop arrosée, un instant de confusion et Maxence atterrit sur le canapé de Marie au lieu du sien.
    À partir de là, les choses s'emballent. Ils décident de se voir en cachette et commencent leurs rendez-vous secrets. Tous les deux blessés par la vie à leur façon, Marie et Maxence vont tenter de se réparer l'un l'autre. Mais les coups infligés par l'existence sont souvent plus tenaces qu'il n'y paraît. Parviendront-ils à s'apporter l'aide dont ils ont besoin ?

    Editeur : Auto-édition Amazon
    Genre: Litterature contemporaine
    Date de sortie: 11/2/2019
    Prix du livre papier : 12,99€
    Version numérique: 2,99 € + emprunt Kindle
    Nombre de pages :  375

     

     

    Nos rendez-vous secrets SPMerci Théo pour cet agréable moment de lecture. À toutes les amatrices de feel-good, comédies romantiques, chick-lit les romans de Théo Lemattre sont fait pour vous.

    Derrière ces comédies légères, l'auteur trouve le moyen d'aborder avec nous des thèmes sérieux constamment renouvelés de roman en roman. Chez Théo Lemattre aucune histoire ne se ressemble. Les personnages sont vrais, les situations réalistes malgré des scènes cocasses. 

    L'on sourit, souvent. On rit même. La plume de Théo est toujours humoristique, mais il ne met jamais ses protagonistes dans des contextes improbables. Tout a du sens. 

    Le thème central, contemporain, intemporel diré-je, tourne autour des relations humaines, du regard, du jugement, du manque de confiance en soi...  Certes les problématiques de Marie à communiquer sont plus profondes. L'auteur aborde également la question de la solitude. Peut-on être seul même entouré ? 

    Si l'on s'attache à Marie et Maxence, on ne reste pas indifférents devant Chantal et son envahissante présence.  Théo brosse des portraits avec justesse,  loin d'être caricaturaux, des Chantals, tout le monde en a une dans son entourage. Quant à ce qui touche à la question du bonheur, Théo Lemattre nous fait partager les points de vue de ses protagonistes. 

    Un roman qui se dévore en quelques heures tant l'histoire est addictive et les personnages attachants qui vont se rejoindre malgré leurs différences et s'apporter un soutien réciproque. Une romance qui se conclue sur une note positive et laisse la porte ouverte à de nombreuses possibilités.

    Il est impossible d'en dire plus sans spolier l'intrigue.

    Un roman court, ( c'est du moins l'impression que j'ai eu ) drôle, pétillant à dévorer sans modération. 

     

    Nos rendez-vous secrets SP

     

    Nos rendez-vous secrets SPL'auteur : 

    Nationalité : France 
    Biographie : 

    Théo Lemattre débute l’écriture à 14 ans. Deux ans plus tard, il auto-édite son premier roman : "Les chaînes du papillon". 
    Diplômé d'un baccalauréat littéraire, en septembre 2016 il décide d'arrêter sa licence de lettre moderne à l'université afin de pouvoir se consacrer pleinement à sa passion.
    Son premier véritable succès "La malédiction du Vatican" (2016) s'est écoulé à 5 000 exemplaires à seulement 18 ans. Ce tournant majeur pour lui le pousse à poursuivre sur d'autres œuvres telles que "Les mains blanches" (2017) ou "Le complot de Tchernobyl" (2017). 
    Il offre en juin 2017 un tournant majeur à son écriture et de nouvelles perspectives en publiant "Prêts à tout", une comédie romantique.

    son site : https://www.theolemattre.com/
    page Facebook : https://www.facebook.com/theoteur/ 

     

     

    Extraits citations

     

    "-Il te faut un peu des deux pour trouver ton équilibre. Un pied dans l'eau mouvante, pleine de bizarrerie et de nouveautés, et un pie dans le sable régulier et solide"

     

    "- (...) C'est comme si je ne rentrais pas les cases, comme si j'avais quelque chose en moins

    - Et pourquoi pas quelque chose en plus ?"

     

    " le bonheur, ça doit se trouver quelque part à mi-chemin entre la norme et la bizarrerie. Bénis sont ceux qui sont à moitié fous, eux sont surement les plus heureux"

     

    " Depuis quelque temps, elle avait l'impression que la lumière de sa vie était éteinte et lui, en arrivant, il a appuyé sur l'interrupteur"

     

    " parfois , elle a l'impression que sa vie consiste en le fait d'être ligoté à l'arrière d'une camionnette sur une route de montagne et qu'elle est ballottée dans tous les sens, à se cogner la tête contre la carrosserie et le coffre"

    "Alors donc, Maxence est le genre de mauvaise personne à écorner les pages d'un livres ...ça fait presque bad-boy. Il aime vivre dangereusement. C'est clair qu'il ne ferait pas ça s'il était membre d'un  groupe de lecture sur Facebook. Eux, ils sont fous, avec ça !" 

     

    © T. Lemattre


    1 commentaire
  •  Outlander  T 4 : Les tambours de l'automneÉchoués sur les rivages de la Caroline du Sud en l'an de grâce 1767, Claire et Jamie Fraser, les voyageurs du temps, se lancent à la découverte de l'Amérique coloniale à l'aube de sa guerre d'Indépendance. La vie leur appartient désormais puisque Brianna, leur fille, vit en sécurité - du moins le croient-ils - dans un futur lourd de périls. Ils façonneront donc leur existence comme ils l'entendent, en prenant un nouveau départ avec un groupe d'Écossais exilés au Nouveau Monde pour fuir l'oppression de la Couronne anglaise. Mais l'Histoire n'épargne personne... Lorsque Brianna les rejoint dans le passé, même les montagnes isolées dans lesquelles ils ont trouvé refuge ne peuvent protéger, les Fraser, car la jeune femme arrive du XXe siècle investie d'une double mission retrouver la mère qu'elle a perdue et un père qu'elle ne connaît pas et, surtout, les sauver d'un avenir tragique dont elle seule détient la clé. Avant que les portes du temps ne se referment sur eux... Dans ce quatrième volet de la saga " Le Cercle de pierre ", Diana Gabaldon explore avec humour et passion les mythes de la naissance de la nation américaine, juxtaposant avec virtuosité le premier vol habité sur la Lune et la conquête de l'Ouest, le puritanisme des pères pèlerins et la révolution sexuelle.

    Editeur : J'ai lu
    Genre: Romance  historique
    Date de sortie: 25/04/2015
    Prix du livre papier :  Semi-Poche : 16,00€
    Version numérique: 11,99 €
    Nb de pages : 1040

     

    Outlander  T 4 : Les tambours de l'automneJ'avoue, j'avoue, j'ai un vrai cœur de midinette. Eh oui je suis totalement sous le charme de Jamie et de fait je pardonne à l'auteure les quelques faiblesses de sa saga. Le mot faiblesse est un peu pas le mot juste.

    Son roman historique est parfaitement documenté et les descriptions des us et coutumes, des conditions de vie au XVIIIe siècle, très détaillées. Tout y est : tenue vestimentaires, domaine médical, ... Ce n'est pas ce qui me rebute, c'est très enrichissant. Cependant habituée à de l'action, j'ai trouvé le début un peu lent, tout comme dans le précédent tome.  Certes il n'est pas facile de maintenir le rythme sur de longues périodes et tenir le lecteur en haleine en permanence. Le tout autour d'une histoire d'amour passionnelle, hors du commun.

    Mais Diane Gabaldon est talentueuse et trouve le moyen de relancer son récit et nous passionner a nouveau autour des aventures simultanées du couple  Jamie/ Claire et Briana/Roger.   

    Nous nous promenons donc entre passé et présent (enfin le  présent de 1968) et le suspens est au rendez-vous. Les interrogations pleuvent et je ne peux les dévoiler sans spolier le roman. De ce fait la lecture devient addictive et l'on ne parvient plus à quitter la famille Fraser tant on s’inquiète pour les protagonistes de la tribu. Les rebondissements sont très inattendus.

    En parallèle l'auteure brosse avec justesse le portrait des migrants de la vie dans ce nouveau monde qui deviendra plus tard un état indépendant et puissant. Nous partageons la vie de ces ascendants américains, découvrons l'esclavage, les relations entre colons et autochtones. La guerre d'indépendance se profile à l'horizon et on ne doute pas que la famille Fraser va se trouver prise dans la mêlée dans les tomes suivants.  

    Le travail de l'auteure est colossal, elle maintient, tome après tome, le lecteur sous le charme des héros.  Oui une fois sous le charme de Jamie et Claire vous êtes fichu.

    Diane Gabaldon est une magicienne qui vous envoûte avec ses mots, son style, ses personnages bien campés  qu'elle entraîne dans des aventures inimaginables. C'est parfois un peu too much, limite incohérent. Oui elle pèche un peu par excès parfois. Mais elle trouve moyen de me rendre indulgente, car l' histoire est captivante, éducative et très belle.

    Le personnage de Briana apporte une touche nouvelle à l'intrigue. Son caractère et sa personnalité de femme moderne suscite des relations vives et amusantes. Car l'humour est omniprésent dans ce récit. Mais Diane Gabaldon joue bien la carte émotion, c'est une virtuose dans ce domaine.

    Presque un coup de coeur.

     

    Le détail :

    Dans ce tome nous sommes bien loin des Highlands mais dans des contrées toutes aussi sauvage, à l'aube de la création d'une toute nouvelle nation. Le contexte géo-politique y bien développé, tout comme les conditions de vie des colons et de leur parcours laborieux entre la terre natale et l' Amérique, aux prises à des spéculateurs, des pirates totalement déshumanisés. L'auteure aborde les problèmes de cohabitation entre les migrants, les bagnards plus ou moins en esclavage, les esclaves eux même et les autochtones. Une toile de fond très passionnante.

     

    La parenthèse : 

    Rares sont les interprétations cinématographiques qui collent au roman. En tant que lecteur on est souvent déçu du choix des acteurs, tant on se les imagine.

    Pour la petite histoire Diane Gabaldon n'a pas du tout apprécié le choix de interprète de Jamie : Sam Heugan. Pour elle ce n'était pas Jamie. elle le trouvait grotesque . Depuis son opinion a changé. L'acteur retenu pour le casting est un véritable caméléon et toutes les émotions passent par son visage. Souvent sur le plateau elle est souvent taquinée par Sam : Alors étais-je grotesque ?

     

    Outlander  T 4 : Les tambours de l'automne

     

    Extraits citations

     

    " Il était cultivé, tolérant et généreux. Mais cela ne signifiait pas qu'il partageait  ou comprenait les sensibilités du XXe siècle.

     

    "- que veux-tu ? répliquai-je. Si Marc Aurèle avait décrit comment traquer le porc-épic, il aurait sans doute eu des lecteurs plus assidus"

     

    "-tu es mon courage, Sassenenach, et je suis ta conscience. Tu es mon cœur... et je suis ta compassion. Aucun de ne nous ne serait complet sans l'autre. Tu ne le sais donc toujours pas ?"

     

    " Guerrier et fermier à la fois. La ferme sous ses pieds n'était peut-être pas celle es Highlands, mais il respirait  un air pur et c’était le vent de la montagne qui agitait ses cheveux cuivrés sous le soleil"

     

    "non le passé s'enroulait sur lui même comme un serpent mais ne pouvait être modifié"

     

    "- ou tu ira j'irai, murmurai-je. Ton toit sera mon toit, ton peuple, mon peuple, ton dieu, mon dieu. Où tu mourras, je mourrai, et là,  je serais enterrée. Qu'il s'agisse d'une colline écossaise où d'une forêt américaine. Fais ce que tu as à faire Jamie. je serai toujours là."

     

    ""- Tu ne comprends  donc pas Claire ?  J'aurais voulu déposer le monde à tes pieds... et je n'ai rein à te donner !

     

    "- mais non, tu es l'homme le meilleur que je connaisse, mais.. personne ne peut décider pour deux. On ne peut pas imposer à un autre ce qu'on croit bon pour lui "

     

    " Oui Jamie avait besoin d'hommes. Des hommes à diriger, à protéger, à défendre, et à mener au combat. Mais pas à protéger."

     

    © D. Gabaldon

     

     


    3 commentaires
  •  

    Une romance historique  très fleur bleue 

     

    La terre des Vickings : L’intégrale LCLe Viking
    Enlevée par un Viking, redoutable ennemi de son peuple, Meredyce est déterminée à s’échapper. Car elle ne se fait aucune illusion sur les intentions de son ravisseur : il sera sans pitié. Mais, avant toute chose, il lui faut libérer les enfants innocents qui ont été enlevés en même temps qu’elle. Et, surtout, résister à la flamme troublante qui brûle dans les yeux du guerrier viking. Car, pour tromper la vigilance de cet homme, elle doit l’apprivoiser – et non l’inverse !

    Le Saxon
    Bouleversée, Endredi apprend qu’elle devra épouser un seigneur ennemi du nom de Bayard, afin de sceller la paix entre les Vikings et les Saxons… Mais lorsque, le jour de ses noces, elle découvre son époux, elle ressent un immense soulagement. Car Bayard est loin d’être déplaisant. C’est alors qu’elle aperçoit un visage familier : celui d’Adelar, son premier amour… et le cousin de son mari ! Un hasard d’autant plus troublant que les deux hommes semblent avoir conclu un mystérieux pacte dont elle est l’objet

    Editeur : Harlequin
    Genre:  Roman sentimental
    Date de sortie: 1/10/2018
    Prix du livre papier :  Broché : 8,90€ 
    Version numérique: 6,99 € 
    Nombre de pages : 624

     

    La terre des Vikings : L’intégrale LC  Tome 1

    Fan de romances historiques, je me suis laissée séduire par la couverture et le thème.  Le volet historique est, juste, la toile de fond pour planter le décor de cette histoire très romanesque dans laquelle les héros tombent très  vite sous le charme l'un de  l'autre. Quelques situations donnent l'image d'une Meredyce volontaire, déterminée  à rentrer chez elle. Il est donné à penser, dans le résumé, que leur relation sera explosive, personnellement ce n'est pas mon ressenti, et la relation amoureuse s'installe très vite, trop vite à mon goût.

    J'attendais davantage du volet historique, tant j'aime m’instruire à travers des romances. Malheureusement Margaret Moore s'en tient aux clichés sur les Vikings. Hormis quelques aspects de la vie quotidienne,  l'allusion à leurs croyances païennes, et le fait qu'ils sont polygames, je n'ai donc rien appris de nouveau.

    De même il est assez difficile de situer la romance dans un contexte géo-politique. Si l'on parvient à localiser Hedeby, on ne parvient pas à situer le village de Meredyce. Quoiqu'il en soit, une chose est certaine c'est que la géographie,  pour peu qu'on s'y penche, met à mal certaines situations que je trouvais déjà incohérentes. Certes,  l'on peut accepter que l'auteure se permettre quelques fantaisies littéraires mais, j'ai, moi, besoin d'un peu de crédibilité. 

    Il m'est aussi nécessaire pour m'ancrer dans l'histoire, m'attacher aux personnages, en avoir un portrait brossé assez précisément. Hors je peine un peu avec l'âge des protagonistes, ce qui me gène pour les lier à leurs comportements, à leurs émotions. Comme celui d' Adelar, par exemple. je m'efforce de remettre le personnage dans son temps, où à 12 ans on est presque un homme.  Cependant, je n'y suis pas totalement parvenue.   

    Malgré quelques petites séquences émotions, la romance est assez plate, traîne même un peu en longueur, avant de s'accélérer pour parvenir à un dénouement attendu. Je me suis assez ennuyée dans l'ensemble.

    Toutefois le style de l'auteure est plaisant et la traduction offre un texte  fluide et riche en vocabulaire moyenâgeux, viking et saxon.

     

    La terre des Vikings : L’intégrale LC

     

    Tome 2 

    Un deuxième volet, plus intéressant que le précédent, qui met en scène Adelar et Endredi, les plus jeunes personnages du tome 1.

    Ici, l'auteure place plus précisément son récit dans le contexte géo-politique de la Grande-Bretagne des années 902 dans le Wessex. Elle nous offre des descriptions précises des lieux et habitudes de vie, des relations entre dirigeants et entourage. La romance évolue dans un climat de manipulations et mensonges.

    Romance quant à elle, qui met en scène des amoureux de longue date, séparés par la vie que les circonstances vont mettre face à face. Ici, encore je déchante, trop bluette à mon goût, passablement crédible, quant on songe aux âges de nos protagonistes, dans le précédent opus, et que rien dans le tome 1 ne laissait pressentir quoi que que soit.

    Un évolution sans réelle surprise, le dénouement des plus attendus, tant les éléments en place sont gros comme des "camions" !

    Une fois de plus, les aventures de nos héros manquent de rebondissements et de suspens, l'identité du traître est d'une telle évidence, que cela en est désolant !

    Le volet historique est plus développé, et j'avoue avoir eu du mal avec cette partie de l'histoire d'Angleterre, de ses relations avec leurs ennemi les Vikings ,( appelés ici Danois ), Magaret Moore nous abreuvant de noms de personnages célèbres ayant règné, un temps, sur les divers territoires anglais avant l'unification. Intéressant mais perturbant. Tant et si bien que j'ai dû consulter Wikipedia pour comprendre et me situer géographiquement, car entre la Mercie, le Wessex et le Danelaw durant cette période historique, j'étais perdue.  Une chose est certaine, je voulais de l'historique, j'en ai eu ! Un bon point donc pour l’intérêt culturel de ce roman. 

    Pour ce qui est des personnages d' Endredi et d' Adelar, ils sont trop lisses, à mon goût, et la romance trop guimauvr. Elle ne suscite ni passion, ni émotions.  Un fois de plus l'histoire est trop plate, malgré le suspens que tente d'instaurer l'auteure. Un dénouement cousu de fil blanc et sans surprise.

    Une duologie trop fleur bleue pour moi qui séduira, néanmoins, les amoureux du genre.   

     

    Conclusion : 

     Pas le meilleur choix que nous ayons fait avec ma binôme
    Je voulais une romance historique et j'ai... ben je sais pas quoi... si un Harlequin du genre que j'ai lu ado et dont je ne suis plus très fan.
    C'est la couverture qui m'a séduit et le thème Viking, donc mon imaginaire est parti en goguette, pour revenir sur terre très tres vite.
    Je me suis assez ennuyée dans l'ensemble. Des personnages trop palots, une romance trop guimauve. Pas ce que j'attend même dans une histoire d'amour.
    Bref je laisse apprécier ce genre au lectorat auquel il s'adresse. Une auteure que je ne suivrais pas.
    Le seul point positif, j'en sais un peu plus sur le contexte anglo-saxon de l'époque parce que pour comprendre j'ai du me documenter.

     

     

    La terre des Vikings : L’intégrale LC

     

     

    Avec Gaëlle dans le cadre du Challenge Multi-Défi Babelio.

     

    La terre des Vikings : L’intégrale LCL'auteur

    Nationalité : Canada 

    Biographie : 

    Auteur canadien de romans d'amour.

    Margaret Moore est diplômée de l'Université de Toronto, titulaire d'un diplôme en littérature anglaise.
    Depuis 1992,Margaret Moore a écrit plus de 40 romans historiques et nouvelles pour Harlequin et Avon Book
     
     
    Le détail :
     
     
    Distance entre le pays saxon et Viking
     
     
     

    La terre des Vikings : L’intégrale LC

     

    La terre des Vikings : L’intégrale LC

     
    Hum ! Elle met vraiment à mal certaines scènes de l'histoire. Il faudrait mettre plusieurs mois pour des naviguants aguerris. Alors des femmes, de Vikings soient-elles !
      
     
    La grand-Bretagne moyenâgeuse dans le contexte de la romance
     
     
     
     

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique