• Les demoiselles du cap Fréhel  :  L'indomptable Anne SPManoir de Keroual, Bretagne, An II (1794)

    Ses lèvres étaient tièdes et soyeuses, au point qu’Anne eut envie d’y mordre doucement. Envie d’être audacieuse, en cette période de troubles qui faisait de demain un horizon incertain. Demain avait de toute façon une saveur d’interdit, tout comme Malo Jakez, cet homme incroyable, ancien corsaire du roi et conteur émérite à qui elle mentait depuis leur rencontre houleuse sur la lande. Car Malo incarnait tout ce qu’elle exécrait et portait le flambeau d’une République qui avait ruiné les siens. Un homme à qui elle ne pourrait jamais se lier, à moins de vouloir en perdre la tête pour crime de chouannerie...

      

    Editeur :  Harlequin
    Genre: Romance Historique Collection Alienor
    Date de sortie: 01/04/2020
    Prix du livre papier : Poche 7,50€ 
    Version numérique:  5,99 €
    Nombre de pages  :  320

     

     

    Les demoiselles du cap Fréhel  :  L'indomptable Anne SPUn nouveau grand merci à Milica qui me permet de découvrir la branche "romances historiques" d' HarperCollins, ME plus connue sous le nom d' Harlequin et particulièrement, la collection Aliénor qui met en avant des auteures  françaises centrées sur ce thème.

    Léna Forestier nous entraine dans un récit savamment dosé, dans lequel le volet historique s'accorde à la romance, sans lourdeur, contrairement à certains romanciers qui nous étouffent sous une nuées de renseignements historiques qui y noient la passion amoureuse de nos protagonistes , centre d'intérêt du lecteur, tandis que d’autres les effleurent à peine et usent parfois d'un vocabulaire pas toujours adapté de l'époque choisie.

    Léna Forestier, maitrise son sujet et nous plonge, avec bonheur, dans les méandre de la Révolution française et ses fâcheuses conséquences divisant la population selon leurs idées politiques.

    Comment, dès lors, deux personnes de milieux différents peuvent s'énamourer l'un de l'autre ? 

    Le suspense est donc au rendez-vous, d'autant que les protagonistes s'opposent dans un conflit nationaliste dans lesquelles leurs convictions s'opposent. L’auteure brosse des portraits bien campés de nos personnages, et nous y attache tant ils sont nobles dans l’âme et charismatiques.

    La romance séduira les grandes rêveuses et amatrices du genre, par la personnalité marquante d’Anne qui s’affranchit de son statut de femme et s’engage dans une lutte qu’elle estime juste et nécessaire, malgré les dangers.

    Léna Forestier met en exergue l’ambivalence des sentiments et démontre que les apparences sont trompeuses, que tout n’est, ni tout blanc, ni tout noir.

    Très agréable moment de lecture, d’autant que le récit est relevé par la plume poétique et riche de l’auteure qui nous transporte en Bretagne région qu’elle nous fait découvrir à travers les descriptions détaillées du fameux Cap de Fréhel.

    Un roman vite lu, tant le style et l’intrigue sont addictifs et que je conseille au fans du genre qui apprécieront pour l’imagination de l’auteure, ses bases documentaires et sa plume. Lecture rafraichissante parmi mes dernières déceptions.

     

    Les demoiselles du cap Fréhel  :  L'indomptable Anne SP

     

    Les demoiselles du cap Fréhel  :  L'indomptable Anne SPL'auteur :

    Nationalité : France

    Biographie :

    Auteure chez Harlequin

    Vivre, c’est choisir, et choisir, c’est renoncer. N’emprunter qu’un passage, quand dix s’ouvrent simultanément et qu’on voudrait les prendre tous… Léna Forestier a donc choisi romancière et nouvelliste, parce qu’écrire est le seul métier qui permet de ne renoncer à rien, d’habiter tous les lieux de la Terre et d’être quelqu’un de différent à chaque histoire.

     

     

     


    1 commentaire
  • Rebecca LCUn manoir majestueux : Manderley. Un an après sa mort, le charme noir de l’ancienne propriétaire, Rebecca de Winter, hante encore le domaine et ses habitants. La nouvelle épouse, jeune et timide, de Maxim de Winter pourra-t-elle échapper à cette ombre, à son souvenir ?
    Immortalisé au cinéma par Hitchcock en 1940, le chef-d’œuvre de Daphné du Maurier a fasciné plus de trente millions de lecteurs à travers le monde. Il fait aujourd’hui l’objet d’une traduction inédite qui a su restituer toute la puissance d'évocation du texte originel et en révéler la noirceur.

     

    Je crains de ne pas parvenir à traduire par des mots mon ressenti. Parce qu'aucun ne semble assez fort et juste pour le retranscrire. 

    Voici donc, un avis de plus pour ce magnifique texte que la maîtrise de l'écriture, la manière originale de Daphné Du Maurier aborde son récit, subliment.

    Même si dans les premiers chapitres l'on connait plus ou moins le sort du manoir, rien ne laisse présager le final. Rien ne nous prépare à la chute.

    En cours de lecture, quelques vagues réminiscences m'ont laissé entrevoir que j'ai visionné l'interprétation cinématographique, mais de simples flashs, trop brefs pour me remémorer toute cette histoire. Le seul souvenir que j'en ai,  est celui de Rebecca, femme décédée dont la marque indélébile plane sur Manderley. Et c'est tant mieux, puisque j'ai ainsi pu apprécier pleinement cette intrigue.

    Plus on avance, plus la découverte de la vérité rend l'ambiance insoutenable. L'on s'attache à la jeune épouse parachutée dans un milieu qui n'est pas le sien, maladroite, manquant de confiance en elle, et ignorant le passé de son époux.

    L'on peut s'interroger sur sa naïveté, sur son amour pour un homme d'au moins 20 ans son aîné et la profondeur de leurs sentiments  réciproques, tant Maxim nous parait détaché, froid, distant. Pour bien accepter la crédibilité d'une telle situation il ne faut pas oublier le contexte social et la période choisie par l'auteure pour poser cette intrigue haletante et addictive. 

    Au prime abord, le démarrage peut sembler un peu lent. Mais dès l'arrivée à Manderley la « présence » invisible de Rebecca est immédiatement perceptible, comme de son vivant, lorsqu'elle dominait le ménage et la maisonnée ; présence toujours plus obsédante, renforcée en cela par Mme Danvers, « jouant » constamment avec la narratrice, la faisant développer nervosité et doutes sur son statut dans le ménage.  Dès lors le rythme s’accélère et l'auteure nous tient en haleine, titille notre curiosité sur le sort de Rebecca, voire de l'avenir du couple. 

    L'auteure dépeint avec brio le contraste frappant entre les 2 femmes aux personnalités diamétralement opposées : 

    "Rebecca foudroie les yeux et les coeurs ; Elle passe inaperçue.
     Rebecca fascine ; Elle voudrait tellement plaire.
    Rebecca à le monde à ses pieds ; Elle est tellement timide et effacée qu'en racontant sa troublante histoire, Elle préfère rester anonyme.
    Rebecca s'amuse des hommes ; Elle aspire à être une bonne épouse.
    Rebeccast fougueuse ; Elle est placide.
    Rebecca est tellement spirituelle et drôle ; Elle est gaffeuse, un tantinet nigaude aussi…
    Rebecca est forte et hardie ; Elle est cagnarde et craintive.
    Rebecca est morte, et sa vie brève a laissé des souvenirs flamboyants ; Elle est en vie, et se traîne ici-bas, aussi maladroite et pusillanime qu'on peut l'être."

    Comment donc lutter contre un fantôme et donc contre lequel on ne peut donc se battre à armes égales ? Rebecca a marqué Manderley et les ses proches d'une empreinte indélébile. Pour autant, l'entourage de Maxim n'apportera aucun renseignements sur l'absente, l'auteur nous intrigue en distillant au compte goutte des informations et maintient un climat stressant tout le long du récit jusqu'au dénouement qui nous apportera toutes les réponses.

    Que dire ce clap de fin qui nous scotche, tant et si bien que je n'ai su  durant quelques secondes si j'en voulais davantage, ou si cette chute grandiose ne pouvait que se suffire à elle même.

    Énorme coup de coeur pour ce classique à lire absolument pour découvrir la plume poétique de l'auteure qui brosse de ses mots des paysages et des décors aussi visuels que la toile d'un peintre, des personnages aux personnalités complexes et abouties.   

    Cette lecture le donne très envie de découvrir d'autres œuvres de cette auteure, d'autant que je viens de découvrir qu'elle est l'auteur Des Oiseaux, autre sublime film Hitchcock.

     

     

    L'auteur

    Nationalité : Royaume-Uni
    Né(e) à : Londres , le 13/05/1907
    Mort(e) à : Par (Cornouailles) , le 19/04/1989
    Biographie :

    Daphne du Maurier (francisé en Daphné) est une romancière, nouvelliste et dramaturge britannique.

    Élevée dans une famille londonienne aisée, elle est la fille de l'acteur Gerald du Maurier et la petite-fille de l'écrivain et dessinateur George du Maurier, ami de Henry James et auteur notamment de "Trilby".

    Daphné Du Maurier écrit ses premières pages dignes d'être publiées à l'âge de dix-huit ans. Elle publie son premier roman, "La Chaîne d'amour", en 1931 et épouse l'année suivante le général de division Frederick Browning.

    Le roman de Daphné du Maurier le plus connu est certainement "Rebecca" (1938), l’histoire du mariage d’une jeune femme avec un veuf riche et mystérieux. Œuvre saluée par la critique, qui lui apporte la gloire.

    Trois de ses écrits sont portés à l'écran par Alfred Hitchcock : "L'Auberge de la Jamaïque" (1936), adapté au cinéma sous le titre "La Taverne de la Jamaïque" en 1939, "Rebecca" (1938), adapté au cinéma en 1940 et "Les Oiseaux" (1952), adapté au cinéma en 1963.

    Elle évoque dans "Les Souffleurs de Verre" (1963), les origines françaises de sa famille. En 1969, elle est anoblie, avec le titre de Dame de l'Ordre de l'Empire britannique par la reine Élisabeth II.

     


    1 commentaire
  •  

    Complot en forêt de Crécy  SPPicardie, 1545

    Subjuguée par le séduisant Guillaume d’Estries, officier royal chargé de préparer l’arrivée de François Ier chez son père, Elya s’imaginait déjà au bras d’un courtois chevalier. Un galant qu’elle a si longtemps fantasmé à travers les figures de héros de sa bibliothèque. C’était sans connaître le venin qui habitait Guillaume : un inconstant en quête de jupons. Pire, un félon désormais accusé d’avoir empoisonné le fils du roi qui logeait en ces lieux. Un pleutre en fuite qui ne cesse pourtant de hanter son esprit.

     

     Editeur :  Harlequin
    Genre: Romance Historique Collection Alienor
    Date de sortie: 01/04/2020
    Prix du livre papier : Poche 7,50€ 
    Version numérique:  5,99 €
    Nombre de pages  :  352

     

     

     

    Complot en forêt de Crécy  SPJe remercie Milica de m'avoir proposé, via le blog, ce partenariat lecture avec HarperCollinsFrance et particulièrement cet envoi qui j'espère se sera suivi d'autres aventures palpitantes.

    Très vite je suis tombée sous le charme de la plume de Paul d'Hayures, totalement dans le ton du langage usité du XVIe siècle. ce n'est pas toujours le cas ce type de romances3

    Le roman s'appuie sur des événements véridiques du règne de François 1er et de son engagement dans la bataille contre les anglais, avec un arrêt sur les terres Picardes alors que sévit une épidémie de peste. C'est en cet endroit que le chevalier d'Estries, pur produit de l'imagination de l'auteur, et Elya, gente dame, vont se rencontrer.  

    Si certains faits sont avérés, les autres servent à l’intrigue ( tout au moins n'ai-je trouvé aucune information dans ce sens) Passionnée pissotière, j'aime prolonger le plaisir de ce genre de lecture  que je trouve très ludique et enrichissante, par quelques recherches complémentaires.  

    J'ai donc apprécié les informations historiques, la toile de fond brossée par Paul d' Hayures qui nous fait découvrir les paysages qu'il connait bien et des lieux chargés d'histoire.

    Les personnages sont parfaitement bien campés, l'immersion en pays Picard totale, et les descriptions distillées dans un parfait équilibre, en un mélange savamment dosé de décor, de batailles et de sentiments.

    Le tout se combine pour offrir au lecteur une romance crédible, que la part d'Histoire n'alourdit pas comme j'ai pu le voir dans certains romans du genre.

    La relation amoureuse entre nos deux protagonistes se construit sur des bases crédibles, dans le contexte romanesque de l'époque avec une héroïne bercée de contes d'Amour courtois.

    les conditions de la femme de l'époque sont parfaitement abordés, ais ni que les conditions de vie de la population asservi à leur seigneur. 

    Un roman très complet qui se dévore, rythmé par quelques rebondissements et scènes de combat, parfaitement décrites.

    Romance addictive, instructive qui nous fait passer un excellent moment de lecture. J'espère bientôt découvrir d'autres romans de Paul d' Hayures, un auteur à suivre pour moi, qui m'a enchanté de sa plume et de sa manière de concilier l'historique à la romance, en me permettant d'enrichir ma culture de l'histoire de France. 

    J'espère bientôt découvrir d'autres roman de Paul d' Hayures, un auteur à suivre pour moi, qui m'a enchanté de sa plume et de sa manière de concilier historique à la romance en me permettant d'enrichir ma culture de l'histoire de France. 

     

     

    Complot en forêt de Crécy  SP

     

    L'auteur : 

    Paul Hayures  a grandi sur la cote Picarde, entre mer et  foret.  Après avoir travaillé surplus années dans la région parisienne, il a abandonné la vie de bureau pour retrouvrr les paysages  de son enfance. Amoureux de la lumière de sa région d'enfance et passionné d'histoire locale, c'est l'envie de le faire découvrir sous un autre jour qui, à 38 ans , l'a poussé à écrire. 

     

    La ME   

    1978 arrivée en France d'Harlequin. Succès phénoménal, s’inscrivant dans la grande tradition du roman sentimental.

    Depuis, la maison d’édition s'est imposée auprès des lectrices du monde entier, toutes générations confondues, comme la référence en matière de littérature romantique. 7 millions de livres vendus en 2015 et plus de 70% de parts de marché du livre de poche sentimental.

    Harlequin réveille toutes les envies de romances, en proposant un catalogue varié allant des collections sentimentales en format poche aux romances grand format sous la marque &H. Sans oublier l’innovation digitale, au cœur de la stratégie de la maison d’édition qui propose notamment une collection 100% numérique, Harlequin HQN, dédiée à la romance française.

    En 2016, dans le cadre de sa stratégie de développement global, HarperCollins Publishers annonce le lancement de HarperCollins France. 

    Harlequin est désormais détenue à 100 % par HarperCollins. La maison d’édition HarperCollins France publie des programmes de romance sous cette marque, icône du genre. Sous la marque HarperCollins, elle édite des auteurs de fiction grand public issus du catalogue HarperCollins ou d’autres catalogues ainsi que des auteurs français.

     


    1 commentaire
  • BoulitudeJustine a bientôt 20 ans, des parents qui ne se parlent plus et un petit ami très amoureux. Elle va entrer à l'Université. Au seuil de sa nouvelle vie, elle se sent légère, 45 kilos sur la balance, le visage et le corps qu'elle a toujours voulus, rien de mou, rien de laid. Mais plus l'hiver approche, plus elle s'enfonce dans un épais mal-être et perd ses repères. Elle n'a plus qu'une vision floue de son avenir tandis qu'autour d'elle, les autres semblent au contraire savoir exactement ce que sera sa vie.
    Alors, la nuit, pieds nus dans la cuisine, elle ouvre le frigo et avale, avale, avale... Une plongée sans concession dans une année de la vie d'une jeune femme en pleine confusion. Quand 20 ans est l'âge des doutes, de la solitude, de l'errance affective et des dépendances alimentaires.

     

    BoulitudeMalgré le sujet touchant, je n'ai pas adhéré à la manière de l’appréhender de l'auteure. Le style atypique n'y a pas aidé : absence de chapitres, absence de temporalité, et des personnages assez inconsistants que j'ai peiné à visualiser tant physiquement que psychologiquement. Certaines relations sont peu définies, je pense à celle avec Benoit, avec Catherine et je me retrouve avec une sensation de manque, tant je ne comprends pas ce que le jeune homme, (si jeune homme est-il),  attend de Justine qui, elle avance pas à pas sans savoir ce qu'elle désire.

    Pour ce qui est de la plume, même si je ne suis pas fan de phrases courtes et de leur effet factuel, j’admets qu'il donne un effet incisif, de répétitivité, de lassitude et traduit le sentiment et le quotidien de l’héroïne. Cependant, je ne suis pas parvenu à éprouver une quelconque émotion pour ce personnage en souffrance qui passe de l'anorexie à la boulimie, ni ressentir son mal être. Quand à la fin, j'avoue que je ne suis pas friande de fin ouverte qui laisse tout entendre et rien. 

    Le roman est très court, se lit aisément étant écrit dans un style simple, dont je ne suis pas personnellement adepte,  et laisse transparaître l'ennui, voire la dépression, d'une jeune femme dans une sorte d'acceptation de son quotidien le subissant, jusqu'à ce soudainement il se passe on ne sait quoi dans sa tête, provoquant les divers déclics et  changement des comportements inhérents à ses troubles alimentaires. Mais celui que je n'ai pas du tout saisi est le celui du clap de fin.

     Malgré ce retour traduisant ma déception, tant au vu du thème déjà abordé par plusieurs auteurs, je m'imaginais en ressortir émotionnellement touchée),  remercie les éditions 5 sens et masse critique Babelio pour m'avoir entraînée dans cette aventure livresque.

     

    Boulitude

     

    BoulitudeL'auteur : 

     

    Née à Genève en 1966, Francine Collet a été journaliste pendant dix ans avant de bifurquer vers la formation d’adultes. Depuis 2006, elle anime également des ateliers d’écriture en Suisse et en France. Elle vit en Haute-Savoie et a déjà publié plusieurs recueils de nouvelles et romans.


    1 commentaire
  • La badine des fous1731. Le négrier La Badine jette l’ancre en baie de Saint-Denis.
    Dans ses cales, des hommes et des femmes originaires du Mozambique et destinés à la servitude sur les habitations de l’ile Bourbon.
    Parmis eux, Natoumbé, Mayaté et trois autres survivants d’une traversée qui n’a laissé personne indemne, seront rapidement achetés par sieur Grondaint, un colon établi à Sainte-Suzanne.
    Déracinés, dépossédés de leur identité, comment surmonteront-ils traumatismes et peur de l’inconnu ? Où trouveront-ils la force et le courage de continuer à vivre sur cette terre bourbonnaise ?

    Editeur : Editions du 20 Décembre
    Genre:  Historique
    Date de sortie: 1/3/2019
    Prix du livre papier :  15,00 
    Version numérique: 6,99 € 
    Nombre de pages :  208

     

     

     

    La badine des fousUn grand merci à ma binôme pour me permettre de découvrir des auteurs pei de son île. 

    Céline Huet aborde ici de manière romancée les conditions de vie des esclaves ramenés du Mozambique.

     Des hommes traités pire que des animaux, considérés comme des biens, des meubles. Bien évidement, elle ne ne nous apprend rien de nouveaux sur les conditions de voyages de ces pauvres hères  qui ne devaient leur survie qu'à leur mental et leur condition physique, ni non plus du quotidien. 

    Grondaint leur propriétaire n'est peut-être pas le pire de tous. Nous suivons donc une aventure humaine, centrée sur les émotions de la tribu d'esclaves de leur adaptation et celle en retour de Grondaint et sa fille, du choc des cultures, de la souffrance du déracinement, de ce besoin de survie, de cette envie de liberté, 'espoir,  de ce pays lointain auxquels ils rêvent encore et  de l’héritage culturel qu'ils tentent de partager.

    Celine Huet aborde également les conséquences sur les sentiments et comportements des maîtres et son personnage marquant de Rosemarie qui va perturber l'ordre établi et nous entraînera sur des chemins inattendus, l'auteure  s'appuyant sur des bases historiques.

    Un roman mêlant donc réalité historique, un soupçon de polar et une grande part de psychologie humaine dans lequel nous naviguons entre présent et passé.  Et j'avoue que l'auteur m'a un peu dérouté dans le style choisi et un peu atypique, mais au fil des chapitres, l'on si habitue.

    Approche intéressante d'un pan de l'histoire réunionnaise dans une mise en page adaptée aux dyslexiques qui étonnant m'a un peu  gênée pour la lecture.   

     

    La badine des fous

     

    La badine des fousL'auteure 

    Née en 1963 à Saint-Pierre de La Réunion, comptable, Céline Huet publie dès 1982 en poésie jusqu’en 2005 dans de nombreux recueils collectifs aux éditions Union pour la défense de l’identité réunionnaise (UDIR et aux éditions K’A. Nombre de ses textes sont mis en musique et chanté par le groupe Mascareignas, Joël Manglou, Dominique Mingui, Natacha Tortillard, Patricia Philippe, Judith Profil-Kaloune, Amélie Burtaire.

     Prix et distinctions

    2019 Prix Flamboyant pour 366 pensées – Démaliz le Kèr au Salon du livre réyoné 2019
    2019 Prix découverte au Salon du livre réyoné 2019
    2015 Lauréate du Prix LanKréol catégorie nouvelle pour In zourné déor
    2003 Lauréate du concours de nouvelle du Crous avec Le secret du grand tamarinier
    2003 Lauréate du concours Cyclone Productions avec Mon pli zoli parol lamour
    1999 Mention spéciale du jury du Prix Océan Indien pour La muzik lo mo
    1998 Mention spéciale du jury du Prix Grand Océan pour Lodèr la mèr

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique