•  

     

     

    Petite histoire des relations paternelles et filiales à travers la correspondance de personnages célèbres ou anonymes présentée par Didier Lett.

    De Mozart à Jean Gabin, en passant par Jules Verne, Franz Kafka ou encore François Truffaut... Découvrez les plus belles lettres de relations paternelles et filiales de personnages célèbres et anonymes.

    Didier Lett est agrégé d'Histoire et Professeur d'Histoire médiévale à l'Université Paris-Diderot (Paris VII). Il est spécialiste internationalement reconnu de l'histoire de l'enfance, de la famille, de la parenté et du genre.

    "Mots Intimes" est la nouvelle collection consacrée à l'art épistolaire et à l'amour des mots, publiée avec le concours du site deslettres.fr, et qui fait son entrée dans le catalogue des éditions Le Robert.

     

     

    Lettres  à mon père

     

     Merci a Babelio et aux éditions  Le Robert ,pour m'avoir permis de faire cette découverte .

    Je dois dire que l'envoi dans conditionnement soigné ( une belle petite pochette rouge) m'a énormément plu. C’était très original , comme si on voulait nous dire : attention ce livre mérite une attention particulière. Ce livre est un petit florilège d’échanges épistolaires comme le titre l'indique entre enfants et parents.

     Il s'agit en fait d'une  étude de l’évolution des relations filiales à travers le temps, et la  société. 

    Et j'ajouterais que peut être la couverture est un peu  "too much" pour ce contenu

    Par l'intermédiaire de ces  lettres , l'auteur tend à démontrer que l'évolution des relations filiales  n'est plus à prouver. Si au Moyen -Age,  les lettres sont très protocolaires et traduisent un grand respect ,dû au père , avec de nombreuses formules ampoulées de respect, au fil des siècles nous passons à des missives qui traduisent plus les sentiments, quelques soient leurs auteurs.

    C'est très émouvant de rentrer dans l'intimité de ces personnages, découvrir les sentiments qu'ils éprouvaient pour leur père. De personnages publics il deviennent si humains,avec leurs peines ou leurs joies            

    Chaque lettre est mise dans le contexte de l'époque, nous rappelle l'identité des auteurs. Certaines sont très émouvantes, d'autres sont assez déconcertantes, comme celle de Berlioz qui s'obstine a écrire à son père , en justifiant ses choix de carrière mais surtout en lui demandant de l'argent.

    Pour autant, même si j'ai pris plaisir à lire certaines missives, je me suis parfois ennuyée avec certaines. Si ces lettres choisies  n'étaient pas écrites par des personnages connus, je crois bien que personne ne s'y intéresseraient, ces lettres là tendent de démontrer le pouvoir financier des parents sur leurs enfant , phénomène assez sociétal, je dois dire. Toujours est il que ce recueil nous montre simplement le plus souvent ,comme les enfants quelque soient leur age , cherchent toujours la reconnaissance et l'amour du père

    En fait je ne m'attendais pas (quand j'ai choisi ce livre)  à ce que l'auteur fasse une analyse des relations sociales et humaines , à travers les ages, j'étais juste curieuse de découvrir , quelles relations des personnages très connus pouvaient avoir avec leurs parents.

    C'était à lire tout simplement.

     

     


    2 commentaires
  •  

    LC:  Confessions  d'une accro du shopping

     

    Votre job vous ennuie à mourir ? Vos amours laissent à désirer ? Rien de tel qu'un peu de shopping pour se remonter le moral... C'est en tout cas la devise de Becky Bloomwood, une jolie Londonienne de vingt-cinq ans. Armée de ses cartes de crédit, la vie lui semble tout simplement magique ! Chaussures, accessoires, maquillage ou fringues sublimes... rien ne peut contenir sa fièvre acheteuse, pas même son effrayant découvert. Un comble, pour une journaliste financière qui conseille ses lecteurs en matière de budget ! Jusqu'au jour où, décidée à séduire Luke Brandon, un jeune et brillant businessman, Becky s'efforce de s'amender, un peu aidée, il est vrai, par son banquier, qui vient de bloquer ses comptes... Mais pourra-t-elle résister longtemps au vertige de l'achat et à l'appel vibrant des soldes ?

     

     

    LC:  Confessions  d'une accro du shopping

     

     

    LC avec Pat et Gaelle avec l'idée de passer à quelque chose de très léger après Enfermés, J'étais là et Ma raison de vivre

    Et l'envie de lire du Kinsella, dont on me vante tant les talents

    Une histoire drôle avec une fille totalement déjantée, l'occasion de rire se disait il . Alors on fonce

    Voici donc les aventures d'une acheteuse compulsive qui pour autant n'en a pas les moyens. l'auteure s'attache avec humour  ( oui le ton y est même si je n'ai pas été vraiment réceptive) à démontrer les contradictions de notre société actuelle, qui vous offre de belles cartes de crédits,  des banques qui autorisent les découverts, une société qui  tous les jours par ces mille offres publicitaires  vous pousse à toujours avoir envie de quelque chose qui ne sert à rien et dont nous pourrions totalement nous passer. à consommer encore et encore, avec des offres promotionnelles , deux pour un , des points cadeaux etc... Et que dire de presque " l'obligation d'acheter des marques, cette nécessité de paraitre.

    Un sujet intéressant en soi. Mais ...

    Comble de l'ironie notre héroïne est journaliste conseillère financière de Réussir votre épargne

    Nous la suivons dans un parcours de combattant: gérer son budget, c'est moyennement amusant de la voir se débattre et de combattre son addiction pour le shopping sous toutes les formes,trouver des solutions pour faire des économies. La seule  fois que j'ai ri c'est sur sa tentative culinaire. Pour le reste, cette folasse mythomane,menteuse invétérée (genre de personne que je déteste le plus) -je ne parle même pas des inventions et esquives avec son banquier- qui vit dans un rêve éveillé m'a plutôt agacée. Je l'ai trouvée snob, irresponsable, immature . Aussi j'ai trouvé que la relation Luke Brandon/Becky ne pouvait être envisageable même pas une seconde.D'abord comment cela pourait il être vu le nombre de rencontres entre les 2 protagonistes. Très tirée par les cheveux , cette relation

    Malgré tout le style de l'auteure est agréable et donc, lecture facile, se laissant lire.

    J'ai découvert que ce roman avait fait l'objet d'une interprétation cinématographique,plus drôle j'espère, parce que personnellement je n'ai même pas souri

    Je crois que j'ai un peu de mal avec le genre litteraire chick-lit

    Je dirais pour conclure : j'ai lu aussi

     

     

     

     

    Extraits citations

     

    " comme le dit David E Barton, nous oublions d’apprécier chaque jour ce que nous possédons déjà , la lumière, l'air, la liberté, la compagnie de nos amis.. Ce sont ces choses là qui comptent Et non pas les vêtements, les chaussures et les fanfreluches"

     

    "austérité, simplicité voici mes mots d'ordre pour une nouvelle vie zen et ordonnée dans laquelle je ne dépense rien. Rien Quand j'y songe combien d'argent gaspillons nous chaque jour ? pas étonnant que je sois endettée, ce n'est pas ma faute Je n'ai fait que succomber à la poussée matérialiste.

     

    " je pense que le shopping devrait figurer dans les risques cardio-vasculaires. mon cœur ne bat jamais aussi fort que quand je vois un panneau " solde à 50%""

     

    "je dois la toucher. Je dois la porter Je n'ai jamais vu une étoffe aussi belle."

     

    " tous les gens que je connais rêvent de posséder un écharpe de chez eux ( excepté mon père et ma mère Ma mère estime qui si vous n'en trouvez pas à Prisunic, c'est que  vous n'en avez pas réellement besoin"

     

    " je suis payée pour expliquer aux lecteurs comment gérer leur budget.Évidemment ce n'est pas la carrière de mes rêves On ne me fera jamais croire que l'on est conseiller financier par vocation"

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique