•  

    Une comédie humoristique, mais pas que. 

     

    Mariagicide SPJuliette mène une existence paisible de fille gentille sur laquelle tout le monde marche.Sa passivité et sa timidité maladive ne la dérangent pas plus que ça dans la vie, jusqu'au jour où tout a basculé.Lorsque Juliette lit ce mail, ses certitudes s'éteignent et laissent place à un océan de doute. Samuel, son coup de coeur depuis toujours, s'apprête à se marier avec Andy, sa grande et parfaite rivale. À partir de là, elle en est certaine, elle va passer le pire Noël de sa vie.Cela aurait pu être le cas sans l'intervention de ses deux meilleurs amis : Mattéo et Anaïs. Ces trois introvertis, habitués à se faire marcher dessus, décident tout à coup de se rebeller et, pour une fois, de faire quelque chose de dingue dans leurs vies.Ensemble, ils montent le coup le plus audacieux et le plus tordu qui soit : l'opération Mariagicide.

     Editeur : Auto-édition Amazon
    Genre: Litterature contemporaine
    Date de sortie: 5/10/2018
    Prix du livre papier : 9,99€
    Version numérique: 2,99 € + emprunt Kindle
    Nombre de pages :  242

     

     

      Opération Mariagicide SPQuand on a découvert la plume de Théo Lemattre, eh bien on cuit ! Quand on suit l'auteur sur sa page FB, qu'il vous fait rire par ses publications, on n'est guère surpris de la manière humoristique dont il traite les sujets sérieux qu'il a choisi d'aborder dans  Opération Mariagicide.

    On est très loin du genre littéraire de La fête continuera sans toi, premier roman de Théo Lemattre que j’ai lu. À vrai  dire, Mariagicide n'est pas le genre de roman que j'affectionne. Ceux qui me connaissent savent que je n'accroche pas au genre chick-lit. Il faut dire que, bien trop souvent, les auteurs partent dans des délires trop rocambolesques pour moi. Hum, je suis une rêveuse mais un peu trop accrochée à la crédibilité. Donc pari risqué que cette lecture, certes, mais la curiosité l'emporte toujours et la couverture est intrigante.

    Et de fait, je me suis laissée séduire par l' histoire  de Juliette et le plan abracadabrant d' Anaïs, par le romanesque de l'intrigue et particulièrement par la thématique contemporaine. 

    Solitude, fantasme, amitié, relations superficielles,  place des réseaux sociaux dans nos vies, sont, pour une grande part, les thèmes principaux traités sous fond de comédie romantique.

    Anaïs, Juliette et Mattéo sont amis. Collègues de travail, ils se sont rencontrés à la fac.  Ils y ont aussi fait la connaissance de  Simon  avec qui Juliette entretient une relation plutôt superficielle, mais un peu plus poussée que celles que les 2  autres membres du clan. Elle rêve de l'épouser un jour. Cependant Juliette est une jeune femme assez insignifiante qui mène une vie terne entre métro-boulot-dodo.

    Anaïs vit sa vie à travers celle des autres, elles se repaît en scrollant (vous ne connaissez pas ce terme ? je vous rassure moi non plus jusqu'à ma lecture) les profils des amis, Andy en l’occurrence qui affiche un bonheur enviable. 

    Tout comme Juliette,  Mattéo est le genre de mec qu'on ne remarque pas. Le trop gentil garçon, celui sur lequel on peut compter, toujours là quand il faut, l'épaule sur qui s'épancher, la main qui tiendra vos cheveux pendant que vous vomissez tripes et boyaux quand vous avez trop bu lors d'une fête. Celui qui vous aime en secret, mais qui attend patiemment que vous le remarquiez, alors qu'il ne fait rien pour. Celui qui vous écoute raconter vos malheurs, votre mal être, vos déceptions amoureuses, alors qu'il aimerait aussi se confier et aurait besoin de votre épaule aussi. 

    Un beau jour les yeux se dessillent et l'on constate que ce que l'on cherche est juste sous votre nez. Mais parfois l'amitié qui vous lie est si belle, que vous craignez de la gâcher avec une relation amoureuse.

    Les sentiments de Mattéo envers Juliette sont visibles. Cependant le jeune homme va adhérer au plan loufoque d 'Anaïs : ruiner le mariage Andy/Samuel et faire tomber ce dernier amoureux de Juliette. 

    Mais ce projet machiavélique est-il jouable ? Mattéo ne risque-t-il pas de se  perdre dans cette aventure ? 

    Pour le mener à bien la meneuse s'appuie sur le livre  L'art de la guerre de  de Sun Tsu. L'auteur y fera référence en début de chaque chapitre. Et la trame se tient parfaitement. Chaque plan d'action colle parfaitement aux conseils avisés de Sun Tsu. Ce n'était pas la première fois que j'entendais parler de ce traité stratégique chinois, cependant il fallait songer à l'utiliser dans une comédie romantique.

    L'humour est omniprésent tout au long du récit, narré à la 3e personne, avec des scènes cocasses, mais des situations suffisamment crédibles et sans être dans l’excès.  

    Le dénouement est à la fois surprenant et attendu. Les personnages sont bien campés, les problématiques contemporaines abordées avec justesse. Un roman drôle et pas si superficiel, comme on pourrait le penser au prime abord.

    Un grand merci à Théo pour ce SP, ma prochaine lecture sera Prêt à tout en LC avec ma binôme et le premier roman de l'auteur ou La malédiction du Vatican, 2 genres très différents des comédies romantiques.

     

    Mariagicide SP

     

     

    Le détail :

     Pas si facile que la quête du bonheur dans notre société moderne. À trop le rechercher on oublie parfois qu'il est juste sous notre nez.

     

     Opération Mariagicide SPL'auteur : 

    Nationalité : France 
    Biographie : 

    Théo Lemattre débute l’écriture à 14 ans. Deux ans plus tard, il auto-édite son premier roman : "Les chaînes du papillon". 
    Diplômé d'un baccalauréat littéraire, en septembre 2016 il décide d'arrêter sa licence de lettre moderne à l'université afin de pouvoir se consacrer pleinement à sa passion.
    Son premier véritable succès "La malédiction du Vatican" (2016) s'est écoulé à 5 000 exemplaires à seulement 18 ans. Ce tournant majeur pour lui le pousse à poursuivre sur d'autres œuvres telles que "Les mains blanches" (2017) ou "Le complot de Tchernobyl" (2017). 
    Il offre en juin 2017 un tournant majeur à son écriture et de nouvelles perspectives en publiant "Prêts à tout", une comédie romantique.

    son site : https://www.theolemattre.com/
    page Facebook : https://www.facebook.com/theoteur/ 

     

    La parenthèse :

     Je me suis  proposée pour cette SP et plongée dans l'histoire sans avoir lu le résumé. Je ne regrette pas 

     

    Extraits citations 

     

    " On dit souvent que c'est lorsqu'on  perd les choses qu'on se rend compte de la valeur  et de l'importance quelles avaient "

     

    "On a tous nos petits défauts qui nous font un peu complexer et que les autres trouvent insignifiants alors que nous en faisions des montagnes, mais les choses sont ainsi : nous ne sommes jamais satisfaits."

     

    "  Ce n'est pas spécialement qu' Andy sot méchante en soi, c'est juste  que sa façon  d'être renvoie à chaque fois, tous les gens qu'elle croise à leur propre médiocrité et ça c'est dur."

     

    " C'est un  peu comme repeindre sa chambre dans la couleur des cumulonimbus lourds d'orage : vraiment,ça fait de la peine à voir. "

     

    © T. Lemattre


    2 commentaires
  •  

    Quand commence la maltraitance ?

    La petite fille dans le placard

     

    Parce qu'elle a attrapé la rougeole, Laurence, six ans, a été installée dans un placard pour ne pas contaminer son petit frère. Les jours passent et personne ne vient la chercher... Le récit poignant d'une enfant qui, oubliée au fil des jours, attend qu'on se souvienne d'elle.

     

    Editeur : Pocket,
    Genre: Litterature française Récit
    Date de sortie: 7/5/2009
    Prix du livre papier :  occasion uniquement
    Version numérique: 
    Nombre de pages :  192

     

     

     

     

     

    La petite fille dans le placardLaurence surnommée Lolo nous narre, dans ce récit, l'histoire d'une petite fille de 6 ans mal aimée par ses parents, maltraitée par sa nounou.

    Remisée dans un placard faute de place, afin d'éviter de contaminer le petit chouchou de maman et tata, la petite Lolo nous raconte son quotidien et l'attente de quelques mots d'amour et de tendresse.

    Ce dont est incapable sa mère. Quant au père, il se fait houspiller, traité de pervers pour des gestes innocents, jugés déplacés par sa femme perturbant ainsi une petite fille qui ignore tout geste d'affection, le plus souvent en bute aux paroles blessantes de la nounou, qui la rabaisse quand elle ne la bat pas.

    Sa condition physique fragilisée par sa pathologie et son alitement forcé va se dégrader sans qu'aucun membre de la famille ne  s'émeuve. Hormis la grand-mère à la présence malvenue dans la maison.

    Très vite l'enfant, au gré des disputes de ses parents va comprendre que sa venue au monde loin de cimenter le couple ne fait que les lier par obligation. Objet de discorde, sa présence ne fait qu'aggraver sa situation précaire et malgré tout la petite fille s'efforce de se comporter comme elle imagine qu'elle le doit afin d'obtenir un peu d'amour de sa mère.

    Dans ce récit nous constatons avec tristesse, ce besoin viscéral d'un enfant d'être aimé de ses géniteurs, de recevoir un peu d'affection et d'être entendue, rassurée, protégée.

    Mais Lolo est oubliée dans son placard avec pour seule présence sa tortionnaire et les visites bien trop fugaces d'un petit frère de 3 ans.

    Au fil des pages, on s'inquiète pour l'état de santé de la gamine, dont les seules visites sont celles d'une grand-mère aimante qui va prendre tous les risques pour sa petite fille.

    On s'insurge de la malveillance de la nounou, de l'immobilisme d'un père en retrait, assujetti à sa femme et à  ses décisions dussent elles mettre la vie de leur fille en danger. 

    Le récit, court certes, suscite beaucoup d'émotions, narré par Lolo, pas avec ses mots d'enfants, à distance de ce douloureux souvenir comme le témoigne la description d'un autre événement pénible dans la vie de la jeune femme qu'elle est devenue.

    Le dénouement est surprenant, le suspens perdurant assez longtemps pour nous tenir en haleine et nous émeut tant on ne peut comprendre de tels comportements de la part de parents. Nos cœurs de mères crient leur colère devant de telles situations.

    La petite fille dans le placard

     

    L'auteure : 

    Nationalité : France 

    Biographie : 

    Marie Lincourt, alias Florence Hugodot, née Florence Quétand à Paris, est une écrivaine et journaliste française.

    Mariée et mère de huit enfants, Marie Lincourt a fait des études de psychologie avant de se lancer dans la littérature. Elle sort son premier roman à 24 ans, fait du mannequinat, et devient parallèlement journaliste tant dans l'évènementiel, la politique, la médecine que le tourisme.

    Marie Lincourt va vivre tour à tour en Nouvelle-Calédonie, aux Antilles, et au Sénégal. Son métier de journaliste et photographe touristique pour des magazines spécialisés et généraux comme Le Quotidien du Tourisme, Match, Télé7Jours, Femme actuelle, Version Femina... la font également voyager à travers le monde sur tous les continents (Laponie, Calédonie, Birmanie, Pérou...). Elle vit aujourd'hui à Paris.

     

    Le détail : 

     Le cœur d'une mère n'est-il pas assez gros pour aimer plus d'un enfant, au point de commencer par faire des différences, et finir par détester cet enfant non désiré ?

    Parmi les autres thèmes, on peut s'interroger sur la part de responsabilité de celui qui fait mine de ne rien et le proverbe  Qui ne dit mot consent vient ici prendre tout son sens. Car le père n'est-il pas alors tout aussi coupable que sa femme pour avoir laissé faire ?

     

    La parenthèse :

    Ce roman est inspiré d'une histoire vraie. 

     

    Extraits citations

     

    " Mais plus ils aimaient mon petit frère et moins s'ils s'occupaient de moi. Comme si leur amour n'était pas assez grand pour nous deux. "

     

    "Soudain j'ai 6 ans. Je suis toute petite, j'ai peur, je veux qu'on me serre dans les bras et qu'on me dise qu'on m'aime, qu'on M'AIME !"

     

    "Il fait noir, tout noir. Je grelotte. Mon dos ruisselle. J'ai peur, oh tellement ! J'entends des voix, je colle mon oreille à la porte. Un petit rai de lumière filtre par l'entrebâillement, mais mon placard à moi est dans l'obscurité presque complète."


    3 commentaires
  • Faire partager le quotidien d'un personnage détestable, il fallait oser

     

    Demande à la maitresseMaîtresse à la vie comme à l’école, Camille déteste au moins autant les enfants que l’engagement amoureux. Trentenaire au caractère bien trempé, elle vole de bras en bras, avec une nette préférence pour les hommes mariés afin d’être certaine de ne pas s’attacher. Pourtant, sa rencontre avec Stéphane, directeur d’une école d’art, va mettre à mal ses certitudes. De petits bonheurs en déceptions, elle va alors se rendre compte que Stéphane n’est pas du tout celui qu’il prétendait être.

    Editeur :  Les Bas-bleus
    Genre: Romance contemporaine
    Date de sortie: 5/7/2018
    Prix du livre papier : Broché : 12,90€ 
    Version numérique: 9,99€ 
    Nombre de pages :  201

     

     

     

     

    Demande à la maîtresse LCJe savais un peu à quoi m'en tenir quand au personnage de Camille, cette nana qui assume ses décisions, ne cache pas que son métier n'est pas une vocation, mais qu'il faut bien remplir le frigo. Elle m'a fait penser à une collègue de travail, qui avait aussi une appréhension de notre métier assez déconcertante. Infirmière il faut bien que se soit une vocation pour l’exercer, comme celui d'instit non ?  Sinon comment  s'investir auprès des autres. Apparemment non. Béatrice Ruffié-Lacas connait bien le milieu enseignant, et de ce fait, sa description du contexte est crédible. Cliché ? Peut-être. Mais j'ai le souvenir que dans toute classe on retrouve des élèves copie conforme de ceux de Camille.

    Que dire de ce personnage. Bien évidemment ça passe ou...ça casse. Je tire mon chapeau à Béatrice pour sa prise de risque. Bien souvent un roman est jugé d'après ses personnages. Et on ne peut pas dire que celle-ci soit très sympathique. Plutôt cynique, égoïste, sauvage avec son coté :  j'assume ma sexualité avec des relations avec des hommes mariés, de préférence. Non, toujours mariés obligatoirement, qu'elle attrape dans son vivier de parents, ce qui ne la rend pas vraiment attirante, pour peu qu'on soit attaché à certaines règles morales.  Pour autant, personnellement elle m'a plu, même si quelques révélations sur les raisons de ce choix auraient été bienvenus, avec un aperçu un peu plus poussé de son caractère. Ce qui m'aurait permis de comprendre ses motivations.

    Quant à Stephane... eh bien je ne sais pas trop quoi en penser. Encore moins de cette relation qui n'en ait pas une et j'avoue ne pas avoir compris ce qu'ils cherchaient l'un l'autre dans cette liaison. Plus centrée sur du sexe, sur le coté alchimie, elle aurait été explicable. Mais là, j'avoue je cale. D'autant que ce personnage reste très mystérieux, et de nombreuses questions sans réponses me titillent encore.

    Pour être honnête, je suis restée sur ma fin. Avec un sentiment d’inachevé, et le sentiment que l'auteure aurait pu nous en offrir davantage, en développant certains sujets. D'autant que ses fins de séquences sont parfois déconcertantes tant elles sont abruptes. Coté style, j'avoue que je suis sous le charme. Moi qui n'aime pas les phrases courtes, eh bien, elles donnent un certains rythme plaisant et de la dynamique au récit. C'est loin d'être factuel et scolaire, le vocabulaire est approprié et assez riche. L'humour est au rendez-vous tandis que notre héroïne joue son rôle avec auto-dérision. 

    Je ne saurais dire si on doit classer ce livre dans la chick-lit ou la romance, tant celle-ci est traitée de manière peu conventionnelle avec un dernier chapitre et une conclusion que j'aurais bien vu intitulé "épilogue" et qui m'a laissée sans voix. Je m'attendais à tout... sauf à ça. Bref un roman qui appelle pour moi à une suite tant j'ai encore besoin de réponses et ma foi... de retrouver Camille et Stéphane pour mieux saisir cette relation ambiguë. 

    Un premier roman plein de potentiel, une belle plume et une héroïne détestable, ce qui prouve que Béatrice Raffié-Lacas a bien atteint son objectif. Même si au bout du compte  l'antipathie que l'on éprouve pour le personnage ne s'améliore au fil du roman et l'on se dit qu'après tout, il va lui falloir vivre avec l'effet boomerang. Une auteure  à suivre.

    Demande à la maîtresse LC

     

    L'auteure :

    Nationalité : France 

    Après des études en communication politique, Béatrice Ruffié Lacas a travaillé un temps dans la communication d'entreprise et le marketing, avant de se tourner vers l'enseignement et la formation pour adultes.
    Béatrice Ruffié Lacas écrit pour tous ceux qui la lisent : enfants, adultes ou adolescents. Auteure de nouvelles et d'albums illustrés, elle a également signé plusieurs romans jeunesse et un scénario de bande dessinée. Après avoir longtemps gribouillé des notes sur des cahiers, elle s'est lancée dans la jungle éditoriale en 2013, et ne cesse depuis d'aligner les mots et les histoires, pour son propre plaisir et aussi, elle l'espère, celui du lecteur.

    Le détail : 
     
    Si le titre peut laisser supposer qu'il s'agit là d'une histoire centrée sur la romance, voire teintée d'érotisme, eh bien ce n'est pas tout à fait le cas. A mon sens cette fiction  tient plus de la chick-lit et l'histoire d'amour y tient une petite place. Pour tout dire, je ne suis pas adepte du genre, bien que j'en lise quand même et qu'il m'arrive de me laisser séduire par quelques œuvres dans lesquelles le rocambolesque à tout va est peu présent. C'est le cas ici.   Comme quoi on peut faire dans la chick-lit sans tomber dans l'exageration pour faire rire.
     
    La parenthèse :
     
    Demande à la maîtresse est le troisième roman édité par Les Bas-bleus. Suite à un concours Béatrice Raffié-Lacas se trouve être une des lauréates dont les manuscrits ont séduits la maison d'éditions et les blogueuses partenaires.  Sur le podium on retrouve Marie Anjoy avec Juste un défi entre  , et Alee Toad avec Ecris notre histoire  Les livres sont disponibles sur Amazone et autres points de vente. Depuis la collection des Bas-bleus s'est bien étoffée et bientôt Béatrice, Alee et Marie nous proposerons d'autres romans. rendez-vous premier trimestre 2019.
     
     
     

    Avec Gaelle

     

    Extraits citations 

     

    " Je repense à ma journée, au job de mes rêves, à l'ex-homme de mon lit, à ma grande sœur et à sa vie parfaite. Rien n'est jamais acquis"

     

    " Un mec divorcé, c'est comme un jeans d'occasion : quand tu l’achètes, il te fait un cul d'enfer, mais il suffit de le porter 2 heures pour qu' il reprenne la forme de son ancienne locataire"

     

    "J’ai toujours adoré les séries girly avec les super copines qui se disent tout sur tout et s’aiment « à la vie, à la mort ». Mais, franchement, dans la vraie vie, très peu pour moi. J’ai déjà assez de mal à avoir des sentiments sans la nausée qui va avec, alors étaler mes états d’âme entre deux mojitos, honnêtement…"

     

    © B. Ruffié-Lacas


    1 commentaire
  • Hello, petite nouveauté dans le retour de mes avis.  Suite à une demande de participation pour une site de chroniques, je vais suivre leur guide de chroniques. Je ne sais pas si tous mes retours seront identiques à venir, car l’exercice est assez difficile  quant on est habitué à une certaine méthode.   

     

     

    Outlander T3 Le voyage 

    Editeur : J'ai lu
    Genre: Romance  historique
    Date de sortie: 11/02/2015
    Prix du livre papier :  Broché : 31,91€ Poche : 17,00€
    Version numérique: 11,99 €
    Nb de pages : 1020

     

     

     

     

     

     

     

     

    Plonger dans l’univers de Diana Gabaldon, c’est s’assurer de longues nuits sans sommeil.

     

    Le synopsis :

     

    Vingt années se sont écoulées depuis le périple de Claire Beauchamp-Randall dans l'Ecosse du XVIIe siècle. Si l'infirmière britannique a refait sa vie depuis, le souvenir de Jamie Fraser et des années tumultueuses vécues ensemble reste intact. Aussi, lorsqu'elle apprend qu'il a survécu à la sanglante bataille de Culloden ayant marqué la défaite de l'armée écossaise, elle se trouve confrontée à un terrible dilemme. En remontant une nouvelle fois le temps, retrouvera-t-elle celui qu'elle a quitté deux décennies auparavant ? Fuite, tempêtes, intrigues politiques et prophéties étranges : la suite d'une série incontournable

     

     

    La critique :

    Une fois tombée sous le charme Claire et Jamie, le lecteur ne parvient plus à les abandonner. Ils sont si vivants sous la plume enchanteresse de l’auteure qui nous dépeint des personnalités si fortes et entières qu’elles nous font rêver éveillés.

    Jamie est un héros de son temps, élevé dans les préceptes de loyauté, de droiture, d’esprit de famille, fidèle à son clan.  Il ne faillit jamais à la parole donnée, est prêt à tous les sacrifices pour ceux qu’il aime. D’où le choix terrible qu’il a dû faire.

    Claire est l’héroïne à qui toute lectrice souhaiterait ressembler. Une femme moderne qui se bat pour ses convictions, au XVIIIe siècle, comme au XXe. Elle est forte et déterminée.

    Le récit des aventures de nos protagonistes principaux oscille entre celles de Jamie, laissé pour mort en 1745, et celles de Claire de retour dans son passé, présent, à chaque lecteur de faire son choix. Dans ces chapitres-là, l’héroïne en est la narratrice. Nous partageons donc ses ressentis, ses interrogations, ses peurs et ses faiblesses.

    Ainsi défiant le temps et l’espace, nos 2 protagonistes vont survivre dans époques différentes. Et au lecteur de s’interroger sur la possibilité de chacun de reprendre sa vie là où elle l’avait laissée.

    Le quotidien de Jamie est particulièrement bouleversante et l’auteur joue de nos émotions, nous faisant basculer entre rires et larmes. Les sentiments ressentis sont intenses tant les rebondissements sont émouvants, les événements dramatiques. Et l’on éprouve un sentiment d’urgence à voir nos deux héros réunis.

    Evidemment c’est bien ce que va nous offrir l’auteure en nous concoctant de nouvelles aventures, parfois un peu trop rocambolesques. Toutefois sa plume descriptive sur les nouveaux paysages, sur une nouvelle destination persiste à nous enchanter. Cependant c’est le profil psychologique et le lien puissant qui lie les protagonistes qui prime pour nous tenir en haleine tout à long de ce tome, et l’on en oublie les quelques situations abracadabrantes dans lesquelles l’auteure en fait un peu trop, à mon goût. Mais l’histoire d’amour est si passionnelle que l’on lui pardonne ses excès.

    La présence des personnages secondaires tels que Jenny, Ian et Fergus, pour ne citer que les principaux, réjouit le lecteur, tant on s’ est attaché à eux dans les tomes précédents.

    Le volet historique est particulièrement bien traité, et les us et coutumes d’un pan de l’histoire maîtrisé. L’auteure mêle fiction et réalité. Le volet  mythes, rituels sacrificiels, magie, paganisme, sorcellerie s’insère bien dans cette intrigue bien ficelée dans laquelle les rebondissements sont déconcertants parfois, mais surtout relancent sans cesse l’action. La romance y tient encore une grande place, avec toujours quelques scènes érotiques toujours très soft.

    Tout au long de cet opus, le lecteur est sous le charme de nos héros au destin marqués événements tragiques. Ce tome est un moment fort de la saga particulièrement les chapitres des lesquels les deux amants unis dans une aventure paranormale improbable vivent séparés et toujours liés entre eux. Un magnifique voyage dans l'univers de Diana Gabaldon

     

    L’auteur :

    Titulaire d’une maîtrise en biologie marine et d’un doctorat en écologie, enseignante à l’université d’Arizona, Diana Gabaldon se lance dans l’écriture en 1988. Depuis, son succès n’a cessé de croître, et, grâce à sa saga du « Cercle de pierre », elle compte une bonne vingtaine de millions de lecteurs à travers le monde.

     

    Le détail :

    Diana Gabaldon se plait à mettre en avant la position sociale des femmes dans un monde d’hommes tout puissants, dans lequel elle n’a qu’à se plier, que ce soit au XIII ou XXe siècle. Claire s’y bat pour être reconnue en tant qu’égale de l’homme, exerçant une profession dans laquelle même aujourd’hui, ce n’est pas encore gagné. Nous trouverons aussi d’autres sujets importants tels que l’acception de l’adultère, et l’appréhension de ce sujet nous pousse à nous interroger sur la possibilité de tourner la page aisément. Mythes et légendes, rituels sont très présents dans cette histoire paranormale, et la toile de fond historique passionnante pour qui s’intéresse à l’Histoire.  

     

     La parenthèse :

    Pour ceux et celles qui l’ignorent encore la saga Outlander est à l’honneur dans une série TV sur Netflix. À ce jour la 4e saison qui correspond au tome 4 est en cours de tournage avec diffusion d’un épisode par semaine. Fan de la saga et de la série qui nous offre un Jamie à l’image du roman, je tiens à préciser que les scénaristes sont fidèles au roman, même si parfois on peut voir quelques interprétations personnelles. Cependant elles gomment plutôt les faiblesses de certaines situations. De plus les dialogues sont particulièrement proches du texte et les acteurs interprètent magnifiquement les héros traduisant l’alchimie du couple Jamie/ Claire. Un coup de cœur pour ce tome.

     

     

     

    Extaits citations

     

     

    "- Oncle Jamie, tu as dejà couché avec une femme sans en avoir envie.

    Jamie  hesita un moment, puis répondit :

    -  oui, Ian ça m'est arrivé.

    _Oh fit le garçon en se grattant la tête. Alors tu sait comment c''est. tu fais ce qu'il faut pour le faire, mais ça te dégoute un peu. Et pourtant, ça te fait aussi plaisir... tu comprends ce que je veux dire ?"

     

    "-  S'il faut choisir entre  sa vie et celle de l'in d'entre nous alors ce devra être la mienne. Tu le sais n'est-ce pas ?

     

    "- Il y a une grande différence entre les phénomènes qui sont acceptés en se basant sur la seule fois et ceux qui peuvent être démontrés objectivement a force de détermination"

     

    "- nous portons chacun les traces de nos propres batailles, dit-il doucement"

     

    "-(...) la sincérité n'est pas non plus facile à vivre. mais je suppose que lorsqu'on est honnête envers soi-même et que l'on se connait un peu, on risque de se tromper et de finir ses jours avec l'impression d'avoir gâché sa vie."

     

    "- (...) Certains d'entre nos naissent-ils avec un destin tout tracé, comme s'ils étaient programmés pour faire de grandes choses ? Ou est-ce simplement qu'ils viennent au monde avec une grande passion en eux et que, si les circonstances s'y prêtent celle-ci éclate au grand jour ?  

     

    © D. Gabaldon


    votre commentaire
  • Outlander : T2 Le talisman1968. A la mort de son mari, le docteur Claire Beauchamp-Randall emmène sa fille en Ecosse, sur les lieux mêmes où, vingt ans plus tôt, elle a vécu d'extraordinaires aventures... Là, elle révèle à Brianna l'incroyable secret qu'elle n'a jamais dévoilé depuis qu'elle fut retrouvée inanimée auprès d'un menhir, dans un ancien site mégalithique, après trois années d'une absence inexpliquée. Ce second volet des aventures de Claire Beauchamp à travers l'Histoire entraîne le lecteur dans le Paris du siècle des Lumières. Après avoir fui l'Ecosse où ils sont devenus hors-la-loi, Claire et Jamie, le jeune Highlander qu'elle a épousé, gagnent la capitale française à la rencontre de Charles-Edouard Stuart, le prétendant au trône d'Ecosse et d'Angleterre, venu solliciter l'appui de son cousin Louis XV Leur objectif : décourager ses tentatives d'accession au trône qui, Claire le sait, marqueraient à coup sûr le début d'une répression sanglante dans les Highlands. Le couple se lance alors dans une course effrénée pour modifier le cours de l'Histoire. Pour cela, il devra affronter un monde sans pitié où il ne pourra compter que sur lui-même et la force de son amour avant de découvrir, à ses dépens, qu'on ne joue pas impunément avec la destinée humaine.

    Editeur : J'ai lu
    Genre: Romance  historique
    Date de sortie: 8/10/2014
    Prix du livre papier :  Broché : 16,00€
    Version numérique: 11,99 €
    Nb de pages : 952

     

    Outlander : T2 Le talismanPourquoi avoir attendu  aussi longtemps avant de plonger dans la suite des aventures du couple Jamie/Claire alors que j'ai eu un coup de coeur pour le tome 1 de la saga ?  Peut-être parce que je voulais conserver cet attachement pour les 2 personnages principaux de cette romance historique ?  La crainte d'être déçue après un premier opus époustouflant et une saison cinématographique à la hauteur du roman ? Certainement un peu de tout ça.

    Ne désirant pas être spoliée, je n'ai pas lu le résumé. Aussi qu'elle fut ma surprise qu'après avoir abandonnée nos héros après la terrible épreuve que Jamie a traversé, de retrouver Claire au XXe siècle.  

    Un début étonnant qui nous fait nous interroger sur le destin de Jamie. Nous sommes en 1968, plus de  20 ans après que notre héroïne est basculé en 1745 et vécue une folle aventure romanesque avec notre bel Écossais.

    Le lecteur fait la connaissance de Briana, la fille de Claire et évidemment il s'imagine faire les bonnes déductions après la lecture du dernier tome. Et bien l'auteure parviendra néanmoins à nous surprendre. 

    Dans la première partie du roman, nous retrouverons Roger le fils adoptif du révérend Wakefield, cet homme d'église passionné d' Histoire qui fut d'une grande aide à Franck Randall, le mari de Claire dans ces recherches. C'est auprès de lui que notre héroïne espère trouver les réponses qui la hantent. Qu'est-devenu Jamie et son clan ? 

    Très vite à travers le récit de Claire de son aventure incroyable nous reviendrons à sa vie avec Jamie et suivrons leurs efforts pour tenter de changer le cours de l'Histoire et ainsi éviter le massacre de Colluden et éviter les effets catastrophiques sur la population Écossaise.

    Diana Gabaldon nous passionnera pour les intrigues et les manipulations de l’aristocratie française, pour les mœurs et coutumes de toute une époque. Elle nous surprendra par des révélations  si étonnantes que j'ai douté qu'elles soient vraies. Mais tout est possible, d'autant que son contexte historique est particulièrement bien documenté.

    L 'histoire peine un peu à se mettre en place, l'auteure s'attachant à des descriptions, un peu longuettes par moment, restaurant  le contexte politique et social de toute une époque, mais qui sont très enrichissantes culturellement et qui permettent d'appréhender l'ambiance parisienne et celle de Versailles. Puis tout s’accélère et les rebondissements et les surprises sont au rendez-vous. Danger, complots, secrets, Diana Gabaldon nous tient en haleine. 

    Nous suivons le quotidien de Jamie et Claire, cette dernière ne manque pas de mettre ses talents de guérisseuse auprès de la communauté défavorisée de la Capitale, tout en soutenant Jamie dans ses projets.

    Et l'on se demande qu'elle implication sur l' Histoire leurs efforts pour sauver l' Ecosse auront-ils ? Jamie et Claire ne seront-ils pas les instruments de la débâcle, au lieu d'en être les sauveurs ? Ou ne peut-on pas changer le cours de l'Histoire quoi que l'on fasse ? De ce fait quel avenir pour nos 2 protagonistes ?

    Le volet historique est particulièrement développé, et s'accorde parfaitement à la romance et l'amour passionnel qui lie nos héros. On vibre, s'émeut, tremble pour eux. De la même manière Diana Gabaldon nous pousse à nous attacher aux autres personnages contemporains et l’histoire secondaire en nous scotchant avec une révélation inattendue concernant Geillis l'amie de Claire rencontrée en 1945.

    Un volet passionnant, un peu moins intense que le précédent, mais qui nous attache un peu plus aux protagonistes de la saga.

    Diana Gabaldon maîtrise son sujet mêlant fiction et réalité historique, qui ne peut que séduire les amoureux de  ce style de romance. 

    Une saga à suivre absolument, tout comme la série ciné, qui sur la saison 2 est plus sujette à interprétation, mais reste plaisante avec des interprètes à la hauteur des personnalités des Jamie, Claire, Jack Randal, Murthag et Cie, héros passionnés, charismatiques, détestables, amis fidèles ... des héros qui sont contraints de faire des choix cornéliens par amour pour sauver celui qu'il aime plus que tout."

    Une fois que l'on a fait leur connaissance, on n'a plus envie de les quitter, mais plutôt celle  marcher sur leurs pas dans les paysages magnifiques Écossais.

    Je vais me plonger de ce pas dans le 3e opus de cette saga de 9 livres dont certains en 2 tomes. Un sacré challenge chaque volume étant de 900 pages environ.

     

    Outlander : T2 Le talisman

     

     

    Extraits citations

     

    "Nous étions en vie et nous étions un. Rien ne semblait pouvoir nous arriver"

     

    "- (...) Je crois que c'est ça qui  nous rend triste ; on porte le deuil de l'enfant qui n'est jamais né, même si on tient dans ses bras celui que l'on a réellement mis au monde"

     

    " - (...) C'est ta punition comme la mienne. Regarde ce que tu as fait de moi, comme je regarde ce que j'ai fais de toi.

     

    "il était le roi. Je n'avais d'autre ressource que d'attendre patiemment son bon vouloir."

     

    -(..) Ce qu'il y entre moi et ce Randall ne pourra se résoudre que par la mort de l'un d'entre nous et encore ! On peut tuer quelqu'un  sans utiliser un couteau  ou un pistolet. Il y a des choses pire que la mort physique"

     

    "- Sang de mon sang, chuchota-t-il et Chair de ma chair. Tu me portes en toi Claire, et tu ne peux plus me quitter quoique il arrive. Tu es à moi pour toujours que tu le veuilles ou non A moi et je ne te laisserais pas plus partir"

     

    " Il ne restait que les stèles recouvertes de mousse pour témoigner de leur existence, unique trace d'humanité dans ces hauteurs désolées"

     

    © D. Gabaldon

     

     

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique