• Forbidden LC Gaelle

     

    Forbidden LC Gaelle  Maya, seize ans, et Lochan, dix-sept ans, n'ont jamais eu la chance d'être élevés comme des adolescents "normaux".

    Liés ensemble depuis des années pour protéger leurs frères et soeurs alors que leur mère droguée et égarée les a laissé se débrouiller seuls, le lien qui les unit est devenu plus fort qu'un lien de fraternité. Et maintenant, ils sont tombés amoureux.

    Mais cet amour est un amour qui ne pourra jamais être, un amour qui va avoir de désastreuses conséquences...

    Comment quelque chose d'aussi mauvais peut-il être si magnifique à vivre ?

     

     

     

     

    Editeur :Mylady
    Genre: New Adult
    Date de sortie: 07 /07/2017
    Prix du livre papier : Broché : 16,90€
    Prix du livre numérique:  9,99€
    ISBN:  2811224386 

     

     

     

     C'est waouh ! Dès les première pages nous plongeons dans l'interdit, des le résumé l'on devine que  cette lecture ne va pas être facile.

    Un grand bravo à l'auteure pour avoir traité ce sujet délicat et tabou sur l’inceste consenti entre un frère et une sœur.

    Elle chamboule nos valeurs et nos idées sur une question morale, la relation frère sœur  est-elle obligatoirement perverse et dégoutante ?

     Je ne crois pas que j'aurais pu me lancer dans la lecture de cet amour interdit s'il les protagonistes avaient été père/fille, ou mère fils, quoique je me souvient avoir lu le livre touchant  de Toutes les femmes s’appellent Marie.

    De plus dans cette histoire  la relation entre les 2 personnages n'est pas forcée, ni violente. Pas d'agression physique, une histoire d'amour qui nait entre 2 jeune gens juste qu'ils sont biologiquement parents.

    Des liens qui se tissent etre eux sont renforcés par une dynamique familiale  anormale, ceci explique cela ?

    Livrés à eux même deux ados portent sur leurs épaules des responsabilité qui  devraient jamais incombé à des enfants qui assument ici le rôle de parents défaillants, un père qui les abandonnés pour vivre une autre vie et une mère alcoolique qui se soucie d'eux comme d'une guigne, dont le seul but dans la vie est de vivre une jeunesse perdue depuis l'arrivée de ses 4 enfants  et son échec conjugal.

    la mère donc passe son temps chez son compagnon, finance les besoins essentiels de la famille de manière contrainte et n'éprouve aucun amour filial, meme pour les plus jeunes, Willa et Tiff.

    A vomir !

    C'est donc en tant que parents de substitution que  Lochan et Maya les ainés évoluent dans la société, mettant tout en œuvre, protégeant une mère indigne, afin de survivre et  éviter le démantèlement de la fratrie.

    C'est pour les  jeunes frères et  la toute petite sœur qu'ils se battent bec et ongle pour leur tribu.

    Ils gèrent tout, leurs études, le quotidien de la maison, la scolarité des enfants, de leur éducation. Ils portent tout sur leurs frêles épaules sans aucune aide, tentant de de canaliser Kit le frère de 13 ans dans sa période rébellion.

    Peut-être est-ce parce Tabitha Suzuma a tissé ce tableau en toile de fond que cette histoire d'amour n'est ni glauque, ni sordide et que le lecteur trouve un justificatif tolérable à cette anomalie relationnelle contraire à la morale et à la loi. La dynamique  familiale étant faussée en tant que le lecteur je n'ai pas  perçu les protagonistes comme des vrais frères et sœurs mais des partenaires, un couple  qui s'épaule et se soutient pour le meilleur et pour le pire. 

    Lochan est brillant bien que a social. Tous les efforts de ses professeurs pour l'aider à évaluer dans le milieu scolaire sont vains.  C'est seulement dans sa famille que Lochan  est lui même. A l’extérieur , impossible pour lui de créer du lien, pas d'amis, pas de petite amie et pourtant, le jeune homme séduit les filles.  Cette facette de sa personnalité joue beaucoup pour lui et fait que l'on s'attache à ce personnage torturé et que comme son prof  d'anglais on aimerait beaucoup l'aider et l'on espère qu'il y  parviendra.

    Quant à Maya, elle a tout de la petite mère, de la jeune fille rêveuse qui croit et espère en une une vie de joie de bonheur, d'amour.

    Le reste de la tribu est attachante, Tiff l'hyper actif, Willa le petit bout de 5 ans et Kit le rebelle vous touche tout au fond de votre âme. Certains diront que les portraits sont stéréotypés, mais moi je l'ai aimé énormément.

    Question émotion, l'on avance dès les premières lignes , l'angoisse chevillée au corps. Comment cela va-t-il se terminer ?

    Le lecteur sait immédiatement que le chemin sera douloureux, que c'est un livre qu'il aura du mal à lâcher  avant d'en arriver à son terme.

    Perso je me suis demandé s'il  ne faudrait que je le pose afin d'évacuer le trop plein d'émotion ou si au contraire, je devais tout ingurgité pour que ça passe plus vite.

    Bon les aléas de mon quotidien m'ont contrainte à faire un pause, mais une fois repris,je n'ai pas pu le refermer avant la fin.

    Oui on se prend une sacré claque !

    L'émotion vous noue la gorge. Les larmes sont proches ( parce que je ne pleure pas facilement) à chaque mot traduisant les sentiments de nos protagonistes qui nous narre cette aventure poignante à deux voix.

    Oui  Tabitha Suzuma maitrise les mots et le style, vous attache aux  protagonistes, vous perturbe par les sentiments qu'elle vous fait ressentir, compassion, colère, haine envers la mère.

     ce roman est une torture émotionnelle de la première ligne à la dernière. Une fois terminé il faut bien vite s'ancrer dans  notre petite vie bien tranquille, mais ce n'est pas facile les images trop douloureuses vous submergement encore pendant des heures.

    Oui cette histoire d'amour devrait être choquante puisque contraire à la morale, mais elle vous broie les tripes, c'est insoutenable.

    J'admire  le talent de l'auteure qui est parvenue à ce résultat. L'amour entre les héros nous submergent à chaque mot, à chaque questionnement de Lochan, à sa douloureuse introspection, à sa lutte quotidienne, aux choix et aux sacrifices  qu'il va devoir faire  en fonction de ses responsabilités envers les enfants. Ces même choix et décisions que va devoir suivre Maya. Un choix d'amour que devra faire la jeune fille  également.

    Oui on a beau se dire, ce n'est pas moral, c'est contraire à l'éthique, mais on perd bien toute raison face à l'amour qui unit ces deux êtres.  Oui on voudrait qu'ils aient droit au bonheur.

    Un coup de cœur  énorme pour cette pépite litteraire dérangeante, comme j'en ai eue pour  Avant toi par exemple, qui remet beaucoup de choses en questions.

    Je me suis interrogée sur ce que dit la loi, sur les relations humaines à l'aube de l'humanité, sur les couples incestueux à travers l'Histoire, sur  les conditions de vie et les dysfonctionnements de la cellule familiale, ce qui ici nous permet peut-être de  cautionner cet amour impossible. Question crédibilité de l'intrigue, comment Lochan a-t-il peut avec son comportement antisocial, ses réactions excessives, avoir échappé   aux services sociaux et des psychologues ? la réalité quotidienne  nous confirme que c'est possible, tant on assiste à des drames quotidiens de maltraitance.

     Pour conclure je dirais qu'il n’existe pas de mot assez fort pour traduire mon ressenti.

    C'est puissant, poignant, douloureux, angoissant. Un coup de cœur émotionnel qui m'a retourné le cerveau et mon petit cœur

    Chapeau Tabitha Suzuma. Coup de cœur pour la couverture qu'elle soit rouge ou noire comme aux USA

     

     

     

     

     

     

     LC avec Gaelle

     

    Extraits citations

     

     "dans notre  société progressiste et permissive, les relations dysfonctionnelles et abusives sont pas admises, mais pas la notre "

     

    " ici, nous sommes vraiment seuls. Vraiment libres. Si par hasard un promeneur passait, il verrait une fille et son petit ami en train de s'embrasser"

     

    "-il n'y a ni loi ni barrière pour les sentiments. Nous pouvons nous aimer aussi profondément que nous en avons envie. Notre amour Maya personne ne pourra nous le prendre."

     

    "le corps humain a besoin d'un flot constant de nourriture, d'air et d'amour pour survivre. Or, sans Maya, je perds ces 3 sources de vie : séparés l'un de l'autre, nous nous éteindrions à petit feu."

     

    "-comment une chose si condamnable peut être elle aussi formidable ?"

     

    "ensemble nous étions en sécurité, différents mais en sécurité, par rapport au monde extérieur"

     

    "j 'étais si fort avant. capable de surmonter toutes les petites choses, les détails, la morne routine, jour  après jour. Mais je ne m’étais jamais rendu compte que je tirais cette force de Maya."

     

    "- tu ne peux pas endosser tous les torts sous prétexté que tu es le plus âgé. Tu n'y es pour rien si maman boit, si papa est parti, si Kit  est en train de mal tourner"

     

    "tout ce que nous voulons c’est être comme les autres nous intégrer coute que coute"

     

     "

    ,

     

     

     

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer


    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    gaoulette
    Mardi 5 Septembre à 15:23

    Purée rien qu'à relire ta critique j'ai envie de chialer. trés belle critique bien détaillé. Et comme toi j'ai cherché les textes de loi et vu la difference sur certains pays. Je confirme sacré  claque!

    2
    Mardi 5 Septembre à 18:31
    LADY MARIANNE

    un thème peu courant---un choc puisqu'entre frère et soeur--
    cependant dans l'antiquité ---- ça avait cours---- En Egypte par exemple sous les différentes dynasties-
    merci pour cette présentation-- je me demande si j'aimerais lire ce roman-
    bisous-

    3
    Mercredi 6 Septembre à 06:42

    intéressant ! bonne journée

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :