• Jeunesse

     

  •  

    Hate listLorsque Valérie franchit le seuil du lycée, elle sait que rien ne sera plus jamais pareil. Cinq mois plus tôt, Nick, son petit ami, a ouvert le feu dans la cafétéria de l’école, tuant une dizaine d’élèves avant de se suicider. Des élèves agaçants, pénibles et arrogants qui figuraient sur la liste que Valérie et Nick ont tenue pour se défouler. Pourquoi ce qui n’était qu’un jeu est devenu un drame ? Comment va-t-on accueillir son retour au lycée ? Est-elle aussi coupable que Nick ? 

     

    Editeur : Albin Michel
    Genre: Adolescents
    Date de sortie: 10/04/2018
    Prix du livre papier : Broché 15,00€  Poche : 8,45
    Version numérique: 6,99 €
    ISBN:  1980536031 

     

     

     

     

      

    Hate listHate list ou le poids des mots. De tous ces mots que l'on lance parfois à tort et à travers. Je te hais, je le déteste ! Des mots rien que des mots. Des mots et des noms qui répétés inlassablement viennent titiller l'esprit fragile d'un jeune malmené par ses collègues de  lycée parce que ces derniers vous trouvent différent et qu'eux aussi lancent des mots qui peuvent blesser, qui sont encore que des mots mais qui font mal. Jusqu'au jour  au tout par en vrille.

     Valerie a bien dressé une liste, inscrit sur un cahier les noms de tous ceux qui la bouscule, l'insulte, la tienne à l'écart.  A 15 ans on est parfois fragile, l'avenir est parfois incertain, on se sent dévalorisé mal aimé. Jusqu'à ce que vous rencontriez quelqu'un qui vous ressemble,  une âme sœur qui vous comprenne. Et vous n'êtes plus seul au monde vous êtes Nick et Val jusqu'au drame.

    Dans cette histoire dans laquelle nous suivons Val toute à sa culpabilité qui cherche à se reconstruire, Nick passe au deuxième plan et je reste frustrée, car j'aurais voulu quelques réponses. Quelle place tient Jeremy dans ce drame ?  A quoi bon l'évoquer ? 

    Comment Nick a -t-il pu se persuader que réellement Valérie souhaitait la mort de  tous ces gens qu'elle déteste et qui lui pourrissent la vie ? On ne le saura pas. ¨Parce qu'à ses questions là personnes ne peut répondre. Cependant ne voit-on rien venir ? 

     Nous suivrons Valerie et ses déboires avec son retour au lycée. Le rejet, le regard des autres, de ces survivants qui doivent faire face à cette lycéenne en  partie responsable du massacre  de pauvres innocents. Malgré son geste,- héroïque-, elle reste stigmatisée ce qui ne fera que renforcer sa culpabilité. Que dire des réactions de ses propres parents  ?  De ses amis ? De  notre propre regard et notre sentiment ? 

    C'est une histoire complexe qui soulève beaucoup d’interrogations. D'autant quand  une des élèves fait tout ce qu'elle peut pour intégrer Valerie dans son groupe. Ce fameux groupe tant critiqué par le couple Nick/Val et dans lequel elle n'a jamais été admise. 

    Nous suivons le récit de Valérie entre présent et passé. Elle nous renvoie au jour du drame.  C'est assez confus pour moi.

    Elle nous fait partager ses pensées, ses sentiments, sa culpabilité, sa méfiance face aux comportements des autres envers elle. Nous suivons ses séances de thérapie, partageons sa vie familiale qui nous surprendra tout comme l’accueil que lui réserve  Jessica.

     J'avoue avoir été septique devant ce revirement de situation, je cherchais le piège. Et je me suis également demandé comme Valerie pourrait s'en sortir tant la situation est complexe. Comment des survivants peuvent-ils faire face à cette fille, celle-là même qui a inscrit leurs noms sur la liste et dont le petit ami est un meurtrier ? Peut-on pardonner ?   Ne voir en elle que celle qui a mis fin au massacre ? Une victime ?

    Une histoire complexe aux thèmes contemporains et inquiétants qui prennent  la source dans des drames similaires  bien réels, des fusillades tristement célèbres dans des écoles pour ne citer que la fusillade de Columbine, mais on dénombre  de bien plus récentes. Pour autant cette approche  de reconstruction et de pardon envers soi même et envers les autres me semble difficile et peu convaincante.  Encore moins le message d'espoir  (enfin tout au moins aussi près du drame, tout juste un an après) avec cette fin convenue aux sentiments très modèle américain. A ce propos je note un grosse incohérence chronologique,on a droit à deux événements sur le même mois de mai, d'abord le recueil jour anniversaire, puis les mois passent et hop toujours en mai la remise des diplômes - petite parenthèse-.

    Je ressors avec des sentiments mitigés de cette lecture, et peu d'attachement à  l’héroïne malgré les épreuves qu'elle subit. Je n'ai pas vraiment accroché et j'ai eu du mal d'ailleurs au début à entrer dans l'histoire. Le style quand à lui m'a moyennent plu. 

    Un livre conseillé par ma binôme Gaelle et je n'en sors pas aussi enthousiasmée qu'elle l'a été.

     

    Hate list

     

     

    Extraits citations

     

     

    Bea se trompait. J'était à la fois le monstre et la petite fille éplorée. Je ne pouvais dissocier les deux"

     

    "- J'ai tendance à oublier que tu t'es comportée avec un courage exceptionnel ce jour là. Je ne vois que la fille qui a rédigé cette longue liste  de gens à abattre."

     

    " A sa façon, il était lui aussi victime de la tuerie. Interdit de liberté"

     

    " La tuerie avait tout remis en question. Pour chacun"

     

    " Au début c’était pour rire. Une façon  d'évacuer ma frustration. Sauf que c'est devenu autre chose, qui m'a échappé"

     

    "  Que j'avais joué un rôle, mais  qu'en même temps je n'avais jamais cherché à jouer ce rôle"

     

    "Ça me faisait du bien de sentir qu'avec lui j'appartenais à un nous, qu'il partageait mes sentiments, mes pensées, mes problèmes"

     

    © J. Brown

     

     


    3 commentaires
  •  

    la princesse Elodie De Zebrazur et Augustin le chien qui faisait n'importe quoi..

     

    Elodie de Zèbrazur est une princesse. Augustin est un chien. Elodie aime beaucoup Augustin. Mais Augustin fait n'importe quoi, vraiment n'importe quoi. Et lorsqu'on fait n'importe quoi il arrive des tas d'ennuis. Que va-t-il se passer? Tu le sauras peut-être en ouvrant ce livre. En écoutant la musique des phrases, en écoutant le bruit des vagues, en écoutant le souffle du vent et le chant des coquillages tu découvriras une infinité de choses merveilleuses et inattendues... (album pour tous les enfants à partir de 3 ans jusqu'à 117 ans). 

     

    Editeur :  Book on Demand
    Genre: jeunesse illustrée
    Date de sortie: 07/11/2017
    Prix du livre papier : 8,00€ 
    ISBN: 2322086134 

     

     

    la princesse Elodie De Zebrazur et Augustin le chien qui faisait n'importe quoi..Tout d'abord un grand merci à l'auteur Pierre Thiry pour ce SP. Je voyais bien ce livre passer avec des chroniques sympas. Mais j'avoue que je ne m'y suis pas penché plus que ça. Pourtant l'auteur avait  su me séduire avec sa plume magique dans Sansonnets, un cygne à l'envers, Cent sonnets pour vous réconcilier avec la poésie, une poésie plus moderne. J'ai toujours dans ma PAL, Le mystère du pont Gustave Flaubert, encore une oeuvre dans un style diffèrent, que je vais lire très bientôt.

    Pierre Thiry est donc un auteur créatif, qui ne reste pas figé dans un genre et un style comme d'autres auteurs qui pour finir ont du mal à se renouveler parfois et qui nous ennuient au fil d temps.

    Non, Pierre Thiry se plait à nous surprendre et cette fois-ci se sera pour le plus grand bonheur des enfants et le notre aussi.

    Cette courte histoire les séduira, puisqu'elle transporte déjà, les adultes ayant conservé leur âme d'enfant, dans un univers plein de fantaisie. On retrouve la plume poétique de l'auteur dans un style adapté à enfants en cours d'apprentissage de lecture. Les personnages,dont tout particulièrement, Augustin, ce chien qui fait n'importe quoi, vont plaire forcement au jeune public auquel il s'adresse, l’entraînant dans des aventures amusantes, irréelles et empreintes de féerie. Un monde que nos petites princesses adorent et qui plaira même aux garçons.

    J'ai donc passé quelques minutes de pur bonheur avec ce conte, souriant en imaginant ma petite fille de 6 ans m'en faire la lecture, la voyant secouer la tête et commentant les bêtises d' Augustin, plus particulièrement quand il aboie aux cailloux.

    J'ai aimé la sonorité des phrases répétées à dessein, se transformant en douce musique, et cette petite interrogation finale : parfois ne vaut-il pas mieux rêver d'un petit monde enchanté dans lequel les princesses se bercent au son des vagues en surveillant un chien qui fait n'importe quoi ?

    Merci encore Pierre Thiry pour ce cadeau, un livre au format léger et pratique, et bravo aux illustrateurs, Samar et Hani pour cette belle mise en page mêlant les images en noir et blanc aux colorés. Une belle combinaison coté graphisme qui se marie très bien avec la police du texte.

    Un premier tome d'une série, ais-je entendu ?

    Mais pas que Mr Thiry, un autre livre en cours m'avez vous dit peut-être dispo au Salon du Livre Paris, je suis intriguée.  

    la princesse Elodie De Zebrazur et Augustin le chien qui faisait n'importe quoi..

     


    1 commentaire
  • Des cris dans l'écume 

    Dans la nuit résonnent des gémissements inhabituels... Ce ne sont pas les cris aigus des oiseaux ni les hurlements de la tempête qui réveillent Lena. Du haut de sa tour qui domine la maison plantée sur le granit, ses yeux fouillent en vain le noir. L'océan, certes, gémit, le ventre lourd de trop de peine. Mais au petit matin, dans l'anse où se mélangent algues et déchets, les cris se font plus pressants. Vite ! lui souffle un mystérieux vieil homme .La jeune fille découvre dans l'écume et les algues un secret qu'elle partagera avec son ami Erwan. Celui de l'exceptionnelle relation qui la lie à la mer et à ceux qui y vivent.
     

     

     

    Editeur :  Yucca éditions
    Genre: Jeunesse
    Date de sortie: 11/09/2017
    Prix du livre papier : poche  9,00€
    ISBN: 2258116856 

     

     

     

     

     Des cris dans l'écumeUn roman jeunesse mais pas que et comme indiqué sur la quatrième de couverture

    A lire sans modération de 10 à  110 ans !

    Petite nouvelle de 110 pages, très adapté aux enfants et adolescents , un style fluide, un vocabulaire simple, poétique et technique  (référence à la mer, à la pêche et la région bretonne) dont chaque terme qui  pourrait être méconnu du lecteur est expliqué par une note de l'auteur)

     Daniel Pages nous emporte dans une histoire d'amitié et de solidarité, de passion pour l'univers marin et d'amour de notre planète

    Il incite à travers cette belle aventure la génération future  à s'inquieter  pour l'avenir de notre monde Ecologie, amitié, valeurs morales sont les thèmes de cette histoire chaleureuse

    Un air de vacances  dans une douce ambiance que la plume de l'auteur rend réelle tant et si bien  que le lecteur se voit partager  la chocolat chaud et la soupe de poissons de Marie-Anne, la grand-mère, transporte l'adulte que je suis dans un  dans pans de mon passé  ressemblant à celui-ci, tellement l'air de vacances est prégnant.

    Un livre doudou, avec de belles valeurs morale. A faire découvrir à tous quelque soit la génération. Un roman pédagogique aussi avec les 2 derniers chapitres consacrés aux dauphins et au changement climatique et ses futures répercutions, aux actions que l'on peut faire pour minimiser les dégâts engagés. Un roman que les enseignants devraient faire découvrir à nos enfants et petits enfants.

    Je le conserve bien au chaud pour ma petite fille dont le papa est un fervent défenseur de la nature et particulièrement des fonds marins. Bientôt elle pourra le lire et en comprendre les leçons de l'auteur et être celle qu'elle veut être (Petit clin d'œil à Mira, l'héroïne de 28 jours).

    Un grand merci à Masse critique Babelio, aux éditions Yucca et à l'auteur pour m'avoir permis de faire cette découverte.

     

    ☆☆☆☆☆

     

     

    Des cris dans l'écume 

     

     

     


    2 commentaires
  •  

    13 reasons why 

      Si tu entends ce message, il est déjà trop tard.

    Une nouvelle édition du best-seller international de Jay Asher, avec des photos exclusives du tournage de la série événement NETFLIX. Clay Jensen ne veut pas entendre parler des enregistrements qu'Hannah Baker a laissés. Hannah est morte, ses secrets avec elle. Pourtant, son nom figure sur ces enregistrements. Il est l'une des raisons, l'une des treize responsables de sa mort. D'abord choqué, Clay écoute les cassettes en cheminant dans la ville. Puis, il se laisse porter par la voix d'Hannah. Hannah en colère, Hannah heureuse, Hannah blessée et peut-être amoureuse de lui. C'est une jeune fille plus vivante que jamais que découvre Clay. Une fille qui lui dit à l'oreille que la vie est dans les détails. Une phrase, un sourire, une méchanceté ou un baiser et tout peut basculer... A partir de 13 ans

     

     Editeur : Hachette Jeunesse (réedition)

    Ancienne édition:  Albin Michel
    Genre: jeunesse
    Date de sortie: 28/06/2017
    Prix du livre papier : Broché : 14,50€
    ISBN: 2016265329  

    Disponible en e-book : 7,99€ 

     

     

     

     

    C'est la couverture qui m'a attiré en premier lieu, je n'avais jamais entendu parler de cette série avant

    Le résumé percutant a eu raison de ma faiblesse et  hop un nouveau livre papier dans ma PAL.

    D'emblée le lecteur est intrigué par ce règlement de compte post-mortem, mais en est-ce vraiment un ?

    Ne serais ce pas plutôt un message posthume  à tous  les acteurs ayant contribué inconsciemment à ce drame.

    On s'attend donc à ressentir beaucoup d'émotions et elles sont au rendez-vous, n'en doutez pas une minute. Alors âmes sensibles préparez vos mouchoirs.

    Clay est persuadé qu'il a n'a pas sa place dans cette liste. Pour autant il y est, donc le lecteur s'interroge. le jeune homme est-il aussi innocent qu'il veut nous le laisser croire ?

    Une nuit ! Il lui faudra une nuit pour suivre le jeu de pistes concocté par Hannah et partager avec Clay et Hannah leur histoire commune et en être aussi affecté que le jeune homme. Quant à  moi j'ai suivi le même  chemin que Clay  en une journée, tellement le roman est addictif et l'on comprend que le personnage principal de cette aventure n'ait pu résister à la tentation et écouter ce message d'une seule traite.

    Jay Asher est talentueux, son approche est originale et particulièrement bien gérée. Le style est simple fluide, la lecture aisé et plaisante pour ce roman atypique.

    Nous suivons les ressentis de nos personnages principaux Clay, Hannah  Nous nous  interrogeons sur tous les autres qui ont déjà reçu et écouté ces cassettes. Ont-ils enfin conscience des implications de leurs comportements ? Se sentent-ils coupables, responsables ou tout au moins concernés par cet effet boule de neige ? De l'impact d'un simple mensonge d'un garçon cherchant à ce faire valoir dans ce monde sans pitié qu'est le lycée ?

    Les adolescents sont impitoyables, immatures et inconscients, acceptant comme une certitude les rumeurs établies sans vouloir en savoir davantage sur le bienfondé de ses révélations. Une jeune fille, nouvelle arrivée se retrouve donc avec une étiquette induite par le  mensonge éhonté d' un des garçons populaires du lycée. L'on déteste Justin des les premières minutes , mais il ne sera pas le seul !

    Pour autant, jamais Hannah ne laisse entendre qu'elle a tenté quoi que se soit pour remettre les pendules à l'heure, pour autant cela aurait-il changé quoi que se soit ?

    Toutes ces humiliations subies par Hannah peuvent sembler dérisoires à certains, mais il faut suivre cette  histoire avec le regard d'adolescent.

    Tout le monde le sait, ils sont particulièrement fragiles, se cherchent, se découvrent.

    le suicide est la deuxième cause de décès chez le 14/24 ans après les accidents, alors  il ne faut pas dédramatiser les petits riens du quotidien chez les ados.

    Alors peut-être certains trouveront excessif cette issue, l’importance que prend tous ces petites accumulations chez Hannah :  son premier petit ami qui se vante, suscitant des rumeurs infondées et des comportements inadaptés, l' hypocrisie de certaines camarades , le voyeur, des évènements aux quels elle est liée sans l'être et entrainant chez cette jeune fille fragile beaucoup de la culpabilité, et sa décision de rejeter un jeune homme qui aurait pu peut-être l'entrainer sur des chemins plus joyeux, parce que depuis Justin elle n'a plus confiance en personne.  Une accumulation qui fragilise une jeune fille qui vit dans un constant mal d'être aggravé au quotidien.

    Face à elle, Clay. Clay dont on cherche la place dans cette histoire. Clay qui nous ouvre son cœur blessé et qui nous touche. Qu'aurait-il pu faire ?  A-t-il été suffisamment attentif ? Aurait-il du être plus obstiné ? Avoir davantage confiance en lui ? Aurait-il pu sauver Hannah s'il avait fait face à ses doutes et suivi son intime conviction?

    Le suicide de son amie mais surtout  ce message posthume va au moins porter quelques fruits puisqu'il va changer Clay à jamais et l'on devine le message de l'auteur et c'est sur une note d'espoir que se termine ce roman avec Skye bien sur

    Cependant, j'avoue être un peu frustrée, même si j'ai énormément appréciée cette relation privilégiée entre Hannah et Clay, j'aurais aimé en savoir davantage sur les impacts de ces cassettes chez  les autres protagonistes, Justin, Alex, Mr Porter et compagnie.  On sait par Clay comment ils se sont comportés à la mort d' Hannah mais pas comment ils ont réagit à l'écoute du message.

    Un coup de cœur pour ce roman touchant émouvant et remuant, des personnages que l'on  peine à quitter et pour lesquels on aurait souhaité un happy end ou tout au moins plus de moments de bonheur.

     J'ai très envie de voir la version série et interprétation qu'en ont fait les scénaristes. J'ignore si  Jay Asher a écrit d'autres romans publiés en France mais une chose est sure c'est au auteur que je vais suivr.

     

     

     

     

     

     

    Extraits citations

     

    « Je sais que tu n'avais pas l'intention de me blesser. En fait, la plupart d'entre vous qui m'écoutez n'avez sans doute pas la moindre idée de ce que vous faisiez... de ce
    que vous me faisiez, à moi. »

     

     "Une phrase, un sourire, une méchanceté ou un baiser et tout peut basculer."

     

    "Non, un simple ragot à propos d'un baiser, et un souvenir que je chérissais a été anéanti. Un simple ragot a propos d'un baiser, et on m'a collé une réputation à laquelle les gens ont cru et réagi en  conséquence Et parfois, un simple ragot à propos d'un baiser peut faire boule de neige"

     

    "On ne peut jamais retrouver les choses telles qu'elles étaient. Telles qu'on les croyait. Nous n'avons... que le présent."

     

    " J'aimerais trouver une trace d'elle loin de la laideur de ces cassettes. C'est même une nécessité vitale. J'ai besoin de la voir sous un autre éclairage.

     

    " Et au lycée,où tout le monde épie tout le monde, il y a toujours une raison de poser"

     

    "un frisson me remonte dans le dos." La tuer" Expression à bannir définitivement de mon vocabulaire"

     

    " Âme solitaire par Hannah Backer

    Je cherche ton regard

    mais tu ne vois pas

    à peine une réaction

    quand je te murmure

    Salut ...

    Tu pourrais être mon âme sœur

    deux esprits jumeaux

    Ou peut être pas

    nous ne le saurons jamais

     

    Ma chère mère

    Tu m'as porté dans ton ventre

    Aujourd’hui tu ne vois plus

    Ce que je porte sur moi

    On te demande de mes nouvelles

     Tu souris, tu hoches la tête

    Ne laisse pas les choses se terminer ainsi

     

    Portez-moi

    A la verticale du Ciel et

     Découvrez moi

    Ne me voyez pas seulement avec  vos yeux

     Ôtez

    Ce masque d'os et de chair et 

    Voyez moi

    A travers mon âme

    Solitaire "

     

    © J. Asher

     

     

     

     

     

     

     

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer


    1 commentaire
  • Wonder LC Anne, Gaelle, Marie Ne jugez pas
    un livre [mot raturé et changé en Garçon]
    sur sa couverture [de même, changé en son apparence]

    "Je m'appelle August. Je ne me décrirai pas. Quoi que vous imaginiez, c'est sans doute pire."

    Né avec une malformation faciale, August, dix ans, n'est jamais allé à l'école. Aujourd'hui, pour la première fois, ses parents l'envoient au collège... Pourra-t-il convaincre les élèves qu'il est comme eux ?

    Dans la lignée du Bizarre incident du chien pendant la nuit, un petit bijou de sensibilité et de drôlerie. Un roman irrésistible sur le destin peu ordinaire d'August Pullman, un enfant différent

     

     

     

    Editeur : Pocket jeunesse
    Genre: jeunesse
    Date de sortie: 22/05/2014
    Prix du livre papier : Broché : 17,90€
    Prix du livre numérique:  10,99€
    ISBN:2266249622   

     

     

     

     

    Une LC à plusieurs sur idée de Gaelle et comme d'habitude , une excellent idée

    J'avoue avoir déjà vu cette couverture , sans m'y être vraiment intéressée, à ma décharge , j'ai tellement de livres en attente dans ma PAL

    Gaelle a tente le groupe avec la bande annonce et sa belle distribution avec Julia Roberts, actrice que j'adore

    J'ai été surprise par la construction de ce roman , je pensais que nous la suivrions a travers le regard du protagoniste principal August.

    Eh bien non, ce livre est écrit en plusieurs parties, Les  six des personnages principaux (August, Via, Jack, Summer, Justin et Miranda) racontent leurs versions de l'histoire chronologiquement,au fil des mois, ce qui permet de suivre leurs ressentis et leurs émotions.

    Le roman est réaliste et touchant, le style d'écriture est simple et écrit du point de vue interne, cela donne au lecteur l'impression que les personnages lui parlent, ce qui le met en immersion dans l'histoire et le rapproche d'eux.  Donc  forcement on s' attache à tous les personnages y compris aux secondaires comme le Principal Mr Bocu. Le genre de personne que l'on aimerait  avoir rencontré dans son parcours scolaire,que l'on soit étudiant ou parent, avec son humanité qu'il porte comme un étendard .

    Ce roman est une leçon de vie, redonne un sens aux choses essentielles.

    Non l'apparence n'est pas ce qui nous définit, le physique n'est rien à coté de la beauté de l’âme

    August est vraiment magnifique ! Sa famille parfaite peut sembler stéréotypé à certains, mais elle ne l'est pas, car ce thème est réaliste et touche à ce qu'il a de plus vrai et de plus profond, l'amour des parents pour leur enfant quel que soit le handicap et ces parents sont époustouflants, courage, abnégation m'impressionnent toujours, et je m'interroge parfois sur mes propres limites et ma force de caractère , si j'avais été confrontée un jour à de telles épreuves. J'ai un profond respect teinté d'adimiration pour ces parents, ces femmes extraordinaires qui ne se voient pas comme ça et j'en connais§

    C'est émouvant et drôle. Le style simple donne l'impression de lire le journal intime des différents protagonistes Peut-être manque-t-il le point de vue de maman.

    le lecteur partage donc les angoisses d' August, vit avec lui les rebuffades dont il fait l'objet, la méchanceté et la bêtise humaine, bien plus grave quand elle concerne les adultes. Mais tout n'est pas triste dans la vie D'August au contraire, jour après jour son petit cercle d'amis grandit et les moments  de joie sont nombreux dans ce petit groupe qui résiste dans un petit esquif branlant luttant dans la tempête jusqu'à ce qu'une tornade bouscule tout le monde et le marque à jamais.

    L'auteure sait trouver les mots justes pour narrer une période de transition difficile pour August jusqu'alors super protégé, confronté à plusieurs handicaps (entrée au collège, petit nouveau, image de soi)  qu'il va relever avec brio, grâce à des rencontres qui vont changer sa vie et celle des autres.

    Eh oui, les épreuves grandissent, Via nous le prouve, cette jeune fille va apprendre très tôt à relativiser les petits drames de son quotidien.

    "(...) car la pire journée de ma vie, la pire chute, le pire bleu, la pire crampe ou la pire méchanceté qu'on m'est dites, ce n'est rien à coté de ce qu' August à du subir"

    Outre le thème principal de ce roman, la beauté n'est pas qu’extérieure, Raquel Jamarillo Palacio, nous fait partager le quotidien d'adolescents au collège, confrontés à des choix, poussés par règles informulés qui régissent les liens sur des critères induits depuis Dieu sait quand. Règles auxquelles il est difficile de déroger sous peine de devenir un paria.

     C'est à travers les mots de Via que l'on en sait davantage sur la pathologie d' August et quoiqu'en soit les descriptions il est difficile d'imaginer le physique de ce dernier, d'abord parce que comme il le dit si bien

    "quoi que vous imaginiez, c'est sans doute pire" 

    et puis parce qu'au fil des pages comme tous les amis, proches d' Auggie on s’habitue et on oublie le visage d' August pour s'attacher à ce petit bonhomme formidable Alors bien évidemment lors du dernier chapitre ( la distribution des prix)  j'ai pleuré !

    Je remercie R.J.Palacio pour ce moment, pour ce message de courage, d'optimisme, d'espoir et de foi  en la bonté des hommes, et Gaëlle pour m'avoir entrainé une fois de plus dans une belle aventure émouvante.

    Ps j'ai adoré les préceptes du prof d' Anglais

    UN coup de cœur pour ce roman et j'avoue avoir hâte d'en voir l’interprétation cinématographique

    Je tenais à dire que j'aime la couverture et que je suis contente que contrairement à d'autres pays le titre original n'est pas été traduit, il donne tout son sens à ce roman.

     

     

     

     

     

     

     

    Avec Gaelle, Anne et Marie

     

    Extraits citations

     

    "(...) alors qu'il prend soin de ses créations les plus précieuses par des moyens invisibles à nos yeux, comme des parents qui nous aiment aveuglmement, une grande soeur se sent coupable de chercher à vivreen dehors de vous, un gamin à la voix rauque qui a renoncé à ses amis pour être votre ami. Meme une fille aux cheveux rose qui garde une photo de vous dans son portefeuille, peut être que c'est une grande loterie, mais l'univers, en fin de compte, se  charge de retablir l'équilibre. L'univers prend soin de tous ses oisillons"

     

     

    "voici mon secret Il est simple : on ne voit bien qu'avec le cœur L'essentiel est invisible pour les yeux" Antoine de St Exupery

     

     

    "je serais toujours la grande soeur d'un garçon affligé d'un défaut de naissance: là n'est pas le problème. Simplement, je n'ai pas envie que cette réalité définisse ce que je suis"

     

    "on a passé tellement de temps à répéter à August qu'il était normal qu'il croit être comme les autres  Le problème c'est qu'il n'en est rien"


     

    " j'aimerais bien que ce soit tous les jours Halloween. On porterait tous des masques Comme ça,on pourrait prendre le temps d’apprendre à se connaitre avant d dévoiler nos visages"

     

    " c'est pour ça que les bonnes actions sont  comme des monuments Construits de souvenirs et non de pierres"

     

    "ses paroles douces m'ont apaisé Mais aucun mot ne pourra jamais changer mon visage"

     

    "lorsqu'on a le choix entre juste et être bon, il faut choisir la bonté"

     

    "la seule raison pour laquelle je ne suis pas ordinaire, c'est que les autres me voient comme ça"

     

    © R.J. Palacio

     

     

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique