• Jeunesse/Young adult

     

  •  

    Did I you I love you LCRien ne sera plus comme avant... 
    Eden, 16 ans, va passer l’été dans la famille recomposée de son père, à Santa Monica, en Californie. Ce dernier a refait sa vie... Ce qui veut dire trois nouveaux demi-frères pour Eden. Le plus âgé, Tyler, est un vrai bad-boy : séducteur, égocentrique, violent … 
    Fascinée, elle ne peut s’empêcher de succomber au charme de la seule personne qui lui est défendue : son demi-frère.

     

    Editeur :  PJK 
    Genre: Jeunesse
    Date de sortie: 7/1/2016
    Prix du livre papier :  broché : 16,90
    Version numérique:  11,99€
    Nb de pages: 416

     

     

     

     

    Did I you I love you LCPremier tome d'une trilogie qui m'avait tentée pour sa couverture et son résumé et lamentablement oubliée dans ma PAL ebook.

    Un roman Young Adult qui colle parfaitement au genre. L'histoire n'est pas très originale, cependant l’écriture de cette jeune auteure est un atout majeur pour ce roman.

    Certains pourraient y trouver un air de déjà lu, pour cause elle fait songer à Jeux interdits d' Emma Green avec pour thème une relation jugée impensable entre membres d'une même famille, malgré l'absence de liens de  sang.

    Pour saisir l’ambiguïté que suscite une telle relation, il ne faut pas oublier que l'action se passe aux Etats-Unis. J'avoue ne pas bien saisir la "reprehensabilité" d'une telle situation. Mais bon. Elle donne matière à inventer des romances contrariées par le regard et les jugements des autres. L'auteure nous plonge dans une liaison cachée aux autres.

    Eden tombe sous le charme de son demi-frère malgré son coté bad boy. Car derrière cette image se cache un jeune ado sensible et blessé.

    On retrouve de nombreux clichés dans une histoire  assez banale somme toute.  Ambiance festive purement américaine, fêtes alcoolisée, alors que les jeunes n'ont pas le droit de boire avant 21 ans, familles aisées, petite jeune fille mal dans sa peau., attirance entre deux ados vivants sous le même toit.Bref ! Rien de nouveau sous le soleil de Californie.

    Cependant l'histoire se laisse lire très aisément et malgré les faiblesses du roman,  (pour moi, cette attirance rapide entre nos 2 héros, l'ado rapidement intégrée dans un cercle d'amis déjà constitué, un père qui ne positionne pas vraiment malgré les frasques de sa fille). Et l'in en vient à bout s'en s'ennuyer , ni même s'en apercevoir. 

    Les personnages sont attachants, le situations amusantes parfois et leur romance toute douce, malgré quelques thèmes forts abordés : l'alcool, la drogue et le comportement dingue de la jeunesse qui a besoin de s'enivrer pour apprécier des soirées, trouver sa place en société sans passer pour un looser.

    Un premier tome sympa qui donne envie de lire la suite et qui enchantera le public visé avec sa toile de fond, et les jeunes ados qui séduiront les lectrices. 

     

    Did I you I love you LC

     

     

      Avec Anne

     

    Did I you I love you LCL'auteur :

    Nationalité : Royaume-Uni 
    Né(e) à : Peterhead (Ecosse) , le 18/06/1997

    Biographie : 

    Estelle Maskame est l'autrice écossaise de la trilogie Dimily.
    Elle commença à l'écrire à 13 ans, le termina à 16 et le publia à 18 ans. 

    Trilogie Dimily
    2015 "Did I mention I love you ?"
    2015 "Did I mention I need you ?"
    2016 "Did I mention I miss you ?"

    C'est une dévoreuse de livres et une fan inconditionnelle de romans. Elle publie en 2018 Sur le Fil.
    Le 21 juin 2018 est sorti en anglais son roman "Just don't mention it" qui est écrit du point de vue de Tyler le personnage de DIMILY.
    La sortie française est prévue pour juin 2019.

    Site : http://www.estellemaskame.com/
    Twitter : https://twitter.com/estellemaskame?lang=fr 
     
     
    La parenthèse :
     
    Pour les fans de ce genre d'histoire, je conseille de lire la duologie d' Emma Green, avec des relations un peu plus explosives, un petit mystère.
     
     
     
     
     
     
     
     

     


    2 commentaires
  •  

    Did I mention I miss you LCQuand Eden rentre à Santa Monica pour les vacances d'été, tout le monde la regarde de travers. Chez elle, la situation est compliquée, son père et Jamie lui en veulent terriblement d'avoir semé la zizanie dans la famille. Rien ne va plus quand Tyler débarque sans prévenir et qu'Ella leur impose à tous un week end à Sacramento pour mettre les choses à plat.

    Malgré leur rupture et son départ précipité l'été dernier, Tyler cacherait-il quelque chose ? Ont-ils vraiment tous les deux tourné la page comme ils le prétendent ?
    Dans Did I Mention I Miss You ?, le final explosif de DIMILY, Tyler et Eden pourront-ils enfin recoller les morceaux ? 

     

    Editeur :  PJK 
    Genre: Jeunesse
    Date de sortie: 13/11/2016
    Prix du livre papier :  broché : 16,90
    Version numérique:  11,99€
    Nb de pages: 352

     

     

    Did I mention I miss you LCUn peu de légèreté s'impose après la lecture de Geneviève de Gaulle.  Je reprend donc ma trilogie laissant en atteinte et me replonge dans les aventures d' Eden et Tyler, avec la réapparition de ce dernier après un an d'absence et  de nouvelles dans la vie de notre héroïne. 

    Rien n'est réglé au contraire Le relations d' Eden avec  Jamie et son père sont dysfonctionnelles. La jeune fille est ne bute à leur animosité manifeste à son égard. Que dire de la curiosité morbide et des réflexions, des regards désagréables de la population de Santa Monica. Par chance son amitié avec Rachel a survenu au drame et au scandale. 

    La fin de la romance est prévisible. Cependant l'auteure parvient à nous passionner pour cette relation complexe. La jeune auteure maîtrise son sujet. Elle aborde des thèmes importants et les jeunes lecteurs pourront  s'identifier dans certaines situations.

    Une saga qui fait appel à la tolérance, l'espoir, le pardon et aborde la complexité des relations familiales dans les familles recomposées.

    Une fois de plus, Estelle Maskame nous offre un voyage dans un autre ville des USA. Une fois encore son décor est bien planté.  Travail de recherche ou connaissance des lieux ? Mystère ! Toujours est-il qu'elle sait créer des ambiances, c'est décors ne sont pas encore pâte. Et j'avoue que je suis impressionnée par  cette jeune auteure, 17 ans à l'époque de l’écriture de sa saga. 

    Une saga maîtrisée, Estelle Maskame sait où elle va, et elle nous y emmène. Ses personnages sont travaillés, ils mûrissent au fil des tomes. Et l'on ne peut qu'aimer ce que Tyler est devenu. L'on comprend son choix. 

    C'est avec plaisir que l'on retrouve certains personnages du tome précédent. Une fois encore je râle de ne pas en savoir davantage sur Emily, certes elle n'est qu'n personnage secondaire mais...

    La fin, logique, se termine sur une note d'espoir et met en avant l'importance du dialogue dans les relations familiales. 

    Un roman très adapté au lectorat jeunesse qui y trouvera du sens, mais aussi pour les adultes que nous sommes.

    Une saga aux  thèmes contemporains avec laquelle j'ai passé un excellent moment.

    Même si j'ai trouvé quelques faiblesses au tome 1, je le conseille vivement.

     

     

    Did I mention I miss you LC

     

     

     

    Avec Anne

     

     

    Extraits citations 

     

    "Nous avons passé les 3 dernières années à nous battre  pour que es autres nous acceptent , alors  que les deux seules personnes qui devaient nous accepter, c’était nous-même"


    3 commentaires
  •  

    Did I mention I need you : LCRien ne sera plus comme avant...
    Cela fait un an qu'Eden n'a pas vu son demi-frère Tyler ... son amour secret. Leur histoire était impossible, mais Eden ne peut s'empêcher de se réjouir quand Tyler l'invite pour les vacances à New York. 
    De toute façon, Eden est heureuse avec Dean, son petit ami, et Tyler est sûrement passé à autre chose, lui aussi... 
    Pourtant, dans la chaleur étouffante de l'été new-yorkais, il devient vite évident qu'ils s'aiment encore... 
    Pourront-ils résister à la tentation ?

     

    Editeur :  PJK 
    Genre: Jeunesse
    Date de sortie: 4/5/2016
    Prix du livre papier :  broché : 16,90
    Version numérique:  11,99€
    Nb de pages:  352

     

     

     

    Did I mention I need you : LCUn tome 2 bien meilleur à mes yeux que le précèdent. 

    Les personnages et les comportements sont justifiables, cohérents. Certes, l'on peut reprocher à Eden d'être, parfoi,s trop indécise, cependant  j'ai trouvé ses réactions en adéquation avec celles d'une jeune  fille de son âge. De plus la situation est complexe. 

    Quant à Tyler, eh bien, il nous charme avec l'évolution de sa personnalité, sa nouvelle maturité acquise, même si son comportement final reste très déroutant pour le lecteur. 

    L'auteure nous surprend par la maturité de son écriture. Son style est fluide, plaisant et son histoire très addictive.

    J'ignore si la jeune Anglaise connait NY, mais moi oui, et de ce fait je trouve ses descriptions fidèles et son décor particulièrement bien brossé. 

    Les personnages secondaires restent fidèles à eux eux-même.  L'on peut, trouver un peu excessif celui de la pestouille de Tiffani. par contre le lecteur s’émouvra pour le gentil Dean.

    Pour ce qui est de la complexité des relations entre nos héros, il faut se plonger totalement dans le contexte américain  pour comprendre les réactions de l’entourage sans quoi le fil conducteur de cette romance perdrait son sens.

    Concernant le personnage d' Emily, je reste sur ma faim, frustrée de ne pas connaitre totalement son histoire personnelle. Un peu dommage.

    Le fait que les tomes soient centrés sur un courte période pourrait poser problème. Cependant Estelle Maskame gère bien son sujet et de fait le rend original. L'auteure ne s'égare pas , ne se perd pas dans des digressions, son roman est particulièrement construit. Ses personnages évoluent au fil des ans,  séduisent les lecteurs un peu plus à chaque tome. 

    Un agréable moment de lecture avec un tome qui se dévore. 

     

    Did I mention I need you : LC

     

     

    Avec Anne

     


    2 commentaires
  • Rebelle du désert :Tome 1 LCAmani veut quitter sa ville, Dustwalk, qui se trouve dans le désert du Miraji, pour découvrir le reste du monde. 
    Sa rencontre avec Jin, un jeune homme recherché pour trahison, leur permet de fuir la ville et de traverser le désert où vivent des monstres surnaturels. Bientôt, Amani découvre le véritable rôle de Jin dans la guerre contre le Sultan et son fils. 
    ette guerre va les rattraper…

     

    Editeur :  PJK 
    Genre: Jeunesse
    Date de sortie: 21/09/2017
    Prix du livre papier :  broché : 17,90
    Version numérique:  12,99€
    Nb de pages: 288

     

     

     

     

    Rebelle du désert :Tome 1 LCJe ne savais pas vraiment à quoi m'attendre quand je me suis lancée dans cette lecture, si ce n'est qu'il entre dans un  des items du Challenge Multi-Défis de Babelio.

    J'en avais survolé le résumé, une habitude prise depuis que je trouve que certains en dévoile trop sur le contenu.

    Alors qu'en est-il au bout du compte ?

    C'est ... époustouflant, tant Alwyn Hamilton, mêle les genres. Elle nous transporte dans un monde imaginaire mi-conte des 1001 nuits et dystopie. Dans cet univers fantastique qui frise la fantasy, Amina jeune ado d'une quinzaine d'années va croiser la route de Jin, un mystérieux jeune homme, et le lecteur spécule dès lors sur son identité véritable. Plus ou moins malgré elle, notre héroïne va se retrouver embrigadée dans des projets qui ne sont pas les siens et ainsi rejoindre le Prince Rebelle, héritier légitime déchu de ses droits.

    Pour la plus grande part, ce roman prend ses sources dans les contes et légendes orientales avec ses Djins, ses êtres surnaturels, sa magie. On songe aux contes qui ont bercé notre enfance avec Aladin, Sherazade... mais l'histoire s'inspire aussi de la SF. Dustwalk  prend des airs du Tatooine de Star War, Amina, d' Anakin, cet enfant aux pouvoirs transmis par un père inconnu. Mais hormis qu Amina tout comme Anakin, n'a qu'un rêve, fuir cette vie médiocre dans laquelle, une fille ne vaut pas grand chose, passe de la tutelle d'un père à celle d'un mari, leurs histoires restent très personnelles et prennent des chemins differents. Ainsi sans en avoir l'air l'auteure aborde la condition féminine des femmes, un thème sérieux et contemporain.

    L'univers brossé par Alwyn Hamilton ressemble assez à celui du Moyen-Orient, mais reste cependant assez indéfinissable dans le temps et dans l'espace. 

    Amina est l'archétype de l’héroïne des romans jeunesse, de celle à laquelle les jeunes lectrices reverront de ressembler, la Badass, comme dirait ma binôme, qui séduit son lectorat par son caractère bien trempé.

    Volontaire, farouche, déterminée à atteindre ses objectifs, à refuser le rôle qui lui est alloué de par sa naissance  et son statut de fille. Mais les événements l'entraîneront loin de son projet initial,lui réservant des surprises et des révélations inattendues sur son identité véritable.

    Que dire de Jin ? Ce jeune homme mystérieux, séduit par son charme tranquille. Les personnages secondaires, mais qui ont une grande place dans le récit, sont tout aussi attachants,  charismatiques, et l'on éprouve un petit pincement au cœur , suite à des événements fâcheux, tant l'auteure nous fait éprouver de l'émotion en cours de lecture, nous fait vibrer avec nos protagonistes dans certaines situations dangereuses.

    C'est dans un rythme soutenu que le lecteur se passionne pour les aventures de notre duo. L'histoire est riche en rebondissements, et l'on imagine imagine bien une adaptation cinématographique riche en effets spéciaux qui pourrait séduire un public friand de ce genre d’aventures. L'auteure ne nous laisse que peu de répit. Elle nous surprend aux moments les plus inattendus.

    Le style est fluide, rythmé, plaisant riche, adapté au lectorat visé.

    Un premier tome passionnant qui nous plonge dans un univers empreint de magie, de féerie qui séduira les adultes autant que le public jeunesse auquel il s'adresse.  

    Un coup de coeur pour cette mise en bouche d'une saga en 3 tomes. 

     

    Rebelle du désert :Tome 1 LC

     

     

     

     Avec Gaelle

     

     

    Rebelle du désert :Tome 1 LCL'auteur

    Nationalité : Canada 
    Né(e) à : Toronto 

    Biographie : 

    Alwyn Hamilton a vécu entre le Canada, la France et l'Italie jusqu'à ce qu'elle ait trois ans, quand sa famille s'est installée dans la petite ville française de Beaune. 
    Elle a étudié l'histoire de l'art au King's College de l'Université de Cambridge et a été diplômée en 2009. 
    Elle vit désormais à Londres, où elle travaille pour Christie's comme cadre supérieur dans le département des objets de décoration intérieure.

    "Rebelle du désert" (Rebel of the Sands, 2016) est son premier roman.

    son site : http://alwynhamilton.com/
    Twitter : https://twitter.com/AlwynFJH
     
     
    La parenthèse :
     
    PJK reste une valeur sûre si l'on désire offrir ou se plonger soi-même
    "- le feudans des romans jeunesse.  la traduction est de bonne qualité, les couvertures attractives. Le prix du numérique reste cependant élevé en rapport à la version papier. 
     
     
     
     
     
    Extraits citations 
     
     
    "-le feu est comme les balles. il ne fait pas la distinction entre le bien et le mal. Je pus pas m’empêcher de lui dire"

     

     

    " -Shazad mérite un pays où son esprit ne soit pas gâché parce qu'elle est une femme"

     

     

    " Dans le Miraji personne n'avait assez d'estime envers le filles pour imaginer que je puisse être une espionne"

     

    "_ N'as-tu jamais voulu quelque chose de tellement fort  que ce n'est plus un désir mais un besoin ? J'ai besoin de partir d'ici. j'en ai besoin comme de respirer "

     

    "il disait toujours que peu importait où nous irons, nous serions toujours un infirme et une fille : si nous ne valions rien ici, pourquoi en serait-il autrement ailleurs"

     

           © A. Hamilton

     

     


    1 commentaire
  •  

    Un monde  fantastique et des ados ordinaires pour héros

     

    Les maîtres de la destinée : Les œufs primitifsSypnosis :  Chris Feulster, jeune adolescent parisien ordinaire, fan de rock anglo-saxon et de science-fiction voit sa vie basculer du jour au lendemain. Son père disparaît et ses efforts pour le retrouver vont l’entraîner dans un monde dont il était loin d’imaginer l’existence. Il découvre ainsi un peuple ancestral à l’origine de la création de cinq œufs : les Œufs Primitifs, qui renferment l’essence des Éléments.... Confronté aux Bienfaisants, aux Malveillants et à l’étrange et insondable Inconstant, Chris saura-t-il faire les bons choix et éviter les mauvaises rencontres ? « Les Œufs Primitifs », premier tome de la saga « Les Maîtres de la Destinée », pourrait bien changer votre vision des choses qui nous entourent..

    Editeur :  Évidence Editions
    Genre: Jeunesse
    Date de sortie: 6/6/2018
    Prix du livre papier :  Broché : 14,00€
    Version numérique:  4,99€
    Nombre de pages: 218

     

    Mon avis : 

    Je remercie  Évidence Editions et Masse critique Babelio pour m'avoir permis de faire cette lecture.

    Dans ce premier tome, l'auteur nous présente un jeune ado ordinaire auquel les jeunes lecteurs pourront s'identifier. Chris est enfant de divorcés. Sa mère s’intéresse peu à lui, son père est très pris par son travail. Cependant le jeune homme est proche de lui et sa disparition inquiétante va le pousser à se lancer à sa recherche.  

    Sa quête va le transporter dans un univers parallèle et il va découvrir des secrets enfouis depuis la nuit des temps. Involontairement ou pas il va se trouver pris à parti par les maîtres de la destinée. Pourra-t-il être acteur de son destin ? Ou bien sera-t-il un simple pion dans la partie engagé par d'autres que lui ?

    La narration oscille entre événements se déroulant entre 2 mondes, avec quelques flashs-backs évoquant un passé très lointain.

    Le style est simple et très adapté au lectorat visé, à mon sens les 13/15 ans qui apprécierons la magie et la féerie de l'histoire. Un récit trop simpliste pour un public plus âgé. Néanmoins l'imaginaire de l'auteur tient ses promesses et les décors sont bien plantés, ainsi que les personnages.

    Le dénouement s'achève sur un cliffanger bien maîtrisé qui incite à vouloir découvrir la suite des aventures de Chris.  De plus l'auteur offre le premier chapitre du tome 2 et titille,  comme il se doit,  la curiosité du lecteur.

    Une mise en bouche assez courte qui cependant en dit suffisamment à travers les aventures de notre jeune héros.

    Personnellement je ne suis pas très fan de l'intrigue, malgré son originalité qui prend son point de départ dans la création du monde. Il manque un je ne sais quoi pour me passionner pour cette aventure et me faire vibrer avec les personnages. 

    Néanmoins je suis persuadée que ce premier tome séduira le lectorat  des 13/15 ans.

     

    L’auteur :

     Jeremy voit le jour dans les montagnes vosgiennes au tout début des années 1990. Vivant désormais en Bretagne, terre de légendes, où il puise son inspiration. À la fois auteur, parolier et poète, Jeremy joue avec l’essence des mots pour les faire résonner à travers l’esprit des lecteurs. Passionné depuis toujours par l’écriture, il a déjà publié quelques ouvrages en auto-édition.

     

    Le détail :

    Les luttes de pouvoir, le bien le mal sont des thème récurrents dans de nombreux romans. Ils ont ici une grande place. A ceux-ci viennent s'ajouter tous les questionnements sur la Destinée. Que l'on soit adulte ou ado, la question du destin écrit dès notre naissance reste un sujet à débat. Nos choix  peuvent avoir des conséquences sur notre vie , mais aussi sur celles des personnes que nous côtoyons.  C'est le cas ici suite aux décisions de Chris. Mais comment savoir si tout n'était pas décidé par les maîtres de la destinée ?

     

    La parenthèse : 

    Ce roman est adapté aux lecteurs dyslexiques. Mise en page avec police particulière, et en début de chaque chapitre une présentation ressemblant à une scène de théâtre qui précise le nom des acteurs et  leur état d’esprit. Les chapitres sont courts et concis. 

    La présentation peut, dans un premier temps,dérouter un lecteur lambda. Ce fut mon cas.

     

     

    Il m'est assez difficile de noter ce roman, car il me faut me mettre  la place du lectorat visé, car je le trouve vraiment très ciblé pour les lecteurs  dyslexiques avec ses phrases, sa construction et ses mots  simples.

     

    Les maîtres de la destinée : Les œufs primitifs

     

    Les maîtres de la destinée : Les œufs primitifs

     

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique