• Jeunesse/Young adult

     

  •  

    Un monde  fantastique et des ados ordinaires pour héros

     

    Les maîtres de la destinée : Les œufs primitifsSypnosis :  Chris Feulster, jeune adolescent parisien ordinaire, fan de rock anglo-saxon et de science-fiction voit sa vie basculer du jour au lendemain. Son père disparaît et ses efforts pour le retrouver vont l’entraîner dans un monde dont il était loin d’imaginer l’existence. Il découvre ainsi un peuple ancestral à l’origine de la création de cinq œufs : les Œufs Primitifs, qui renferment l’essence des Éléments.... Confronté aux Bienfaisants, aux Malveillants et à l’étrange et insondable Inconstant, Chris saura-t-il faire les bons choix et éviter les mauvaises rencontres ? « Les Œufs Primitifs », premier tome de la saga « Les Maîtres de la Destinée », pourrait bien changer votre vision des choses qui nous entourent..

    Editeur :  Évidence Editions
    Genre: Jeunesse
    Date de sortie: 6/6/2018
    Prix du livre papier :  Broché : 14,00€
    Version numérique:  4,99€
    Nombre de pages: 218

     

    Mon avis : 

    Je remercie  Évidence Editions et Masse critique Babelio pour m'avoir permis de faire cette lecture.

    Dans ce premier tome, l'auteur nous présente un jeune ado ordinaire auquel les jeunes lecteurs pourront s'identifier. Chris est enfant de divorcés. Sa mère s’intéresse peu à lui, son père est très pris par son travail. Cependant le jeune homme est proche de lui et sa disparition inquiétante va le pousser à se lancer à sa recherche.  

    Sa quête va le transporter dans un univers parallèle et il va découvrir des secrets enfouis depuis la nuit des temps. Involontairement ou pas il va se trouver pris à parti par les maîtres de la destinée. Pourra-t-il être acteur de son destin ? Ou bien sera-t-il un simple pion dans la partie engagé par d'autres que lui ?

    La narration oscille entre événements se déroulant entre 2 mondes, avec quelques flashs-backs évoquant un passé très lointain.

    Le style est simple et très adapté au lectorat visé, à mon sens les 13/15 ans qui apprécierons la magie et la féerie de l'histoire. Un récit trop simpliste pour un public plus âgé. Néanmoins l'imaginaire de l'auteur tient ses promesses et les décors sont bien plantés, ainsi que les personnages.

    Le dénouement s'achève sur un cliffanger bien maîtrisé qui incite à vouloir découvrir la suite des aventures de Chris.  De plus l'auteur offre le premier chapitre du tome 2 et titille,  comme il se doit,  la curiosité du lecteur.

    Une mise en bouche assez courte qui cependant en dit suffisamment à travers les aventures de notre jeune héros.

    Personnellement je ne suis pas très fan de l'intrigue, malgré son originalité qui prend son point de départ dans la création du monde. Il manque un je ne sais quoi pour me passionner pour cette aventure et me faire vibrer avec les personnages. 

    Néanmoins je suis persuadée que ce premier tome séduira le lectorat  des 13/15 ans.

     

    L’auteur :

     Jeremy voit le jour dans les montagnes vosgiennes au tout début des années 1990. Vivant désormais en Bretagne, terre de légendes, où il puise son inspiration. À la fois auteur, parolier et poète, Jeremy joue avec l’essence des mots pour les faire résonner à travers l’esprit des lecteurs. Passionné depuis toujours par l’écriture, il a déjà publié quelques ouvrages en auto-édition.

     

    Le détail :

    Les luttes de pouvoir, le bien le mal sont des thème récurrents dans de nombreux romans. Ils ont ici une grande place. A ceux-ci viennent s'ajouter tous les questionnements sur la Destinée. Que l'on soit adulte ou ado, la question du destin écrit dès notre naissance reste un sujet à débat. Nos choix  peuvent avoir des conséquences sur notre vie , mais aussi sur celles des personnes que nous côtoyons.  C'est le cas ici suite aux décisions de Chris. Mais comment savoir si tout n'était pas décidé par les maîtres de la destinée ?

     

    La parenthèse : 

    Ce roman est adapté aux lecteurs dyslexiques. Mise en page avec police particulière, et en début de chaque chapitre une présentation ressemblant à une scène de théâtre qui précise le nom des acteurs et  leur état d’esprit. Les chapitres sont courts et concis. 

    La présentation peut, dans un premier temps,dérouter un lecteur lambda. Ce fut mon cas.

     

     

    Il m'est assez difficile de noter ce roman, car il me faut me mettre  la place du lectorat visé, car je le trouve vraiment très ciblé pour les lecteurs  dyslexiques avec ses phrases, sa construction et ses mots  simples.

     

    Les maîtres de la destinée : Les œufs primitifs

     

    Les maîtres de la destinée : Les œufs primitifs

     

     


    2 commentaires
  •  

    Alison, Hanna, Emily, Spencer et Aria sont les filles les plus populaires de Rosewood, mais derrière leurs minois angéliques et leurs vêtements de marque se cachent des secrets inavouables, notamment… l’Affaire Jenna. Une petite vengeance qui s’est transformée en cauchemar… Les cinq filles se sont juré de ne plus jamais en parler.
    Lorsque Alison disparaît du jour au lendemain, ce sont tous leurs secrets qui disparaissent avec elle. Mais trois ans plus tard, un mystérieux « A » les menace de divulguer chacun de leurs mensonges et forfaits. Les jeunes filles croient d’abord au retour d’Alison qui leur ferait une blague, mais la réalité est tout autre. Et bien plus terrifiante…

    Editeur :  PJK (pour l'édition intégrale)
    Genre: Jeunesse
    Date de sortie: 12/09/2017
    Prix du livre papier :  broché spécial : 18,64€, broché : 17,90
    Version numérique:  2,99€
    Nb de pages: 864

     

     

    Les menteuses : Intégrale T1 L'intégrale T1 comprend les 4 premiers tomes de la saga ( Confidences-Secrets-Rumeurs-Révélations).

    L'auteure nous narre  les aventures de 4 jeunes adolescentes et de leur chef de groupe Alison. Un personnage qui disparaît après une dispute avec Spencer, l'une d'entre elles, lors d'une soirée pyjama, mais qui est très présente dans la série. Elle en est d'ailleurs, malgré son absence le personnage principal.

    C'est entre flash-back et présent que nous découvrons la personnalité de ces filles, les plus populaires de Rosewood. Sous leurs airs angéliques se cachent des pestouilles et Alison est la pire manipulatrice qui soit, détentrice de tous leurs secrets les plus inavouables qui soient, elle joue de son pouvoir sur son groupe. 

    Sara Shepard brosse un portrait très stéréotypé de la petite bande d'ados, 13 ans en début d'histoire puis 17 ans, quand Alison réapparaît et qu'un mystérieux "A", détenteur de leurs secrets, menace de les révéler, bousculant la petite vie bien tranquille des jeunes filles. Mais leur harceleur ne se contente pas d'utiliser les confidences qu'elles ont faites à Alison ( et seulement à elle), il les attaque sur des secrets tout récents. 

    Chacune des ados à quelque chose à perdre : Aria sa famille, Spencer son statut de première de la classe, Emily le regard des autres et Hanna sa popularité et son statut de la fille la plus canon du lycée de Rosewood. Car chacune cherche soit à  se protéger elle et sa famille, soit à vouloir ignorer ce qu'elle ressent vraiment au fond d'elle, soit vouloir se faire aimer quitte à y perdre son âme et son identité.

    Le roman est très addictif et l'auteure nous tient en haleine durant ses 4 tomes, tant nous sommes impatients de découvrir l'identité du mystérieux tourmenteur. Elle nous envoie sur des fausses pistes, sème le doute.

    Outre le fait que nous recherchons à savoir qui peut-être " A", nous sommes tenu en haleine par tous les autres mystères entourant la disparition d' Alison.

    De plus Sara Shepard traite de problématiques contemporaines qui rendent crédible cette histoire, tel que le harcèlement, les troubles alimentaires, l'homosexualité, le besoin de reconnaissance de popularité, et surtout celui d'être aimé pour soi, malgré le fait que l'on joue un rôle et que l'on cache son soi véritable.

    Spencer l'intello est engagée dans une lutte constante pour surpasser, ou tout au moins égaler sa soeur Melissa, commettant des actes répréhensibles.

    Aria refuse de voir sa famille exploser et s'efforce de préserver un secret qui pourrait la détruire.

    Emily cherche à combattre et cacher ses pulsions sexuelles.

    Hanna bataille en permanence pour conserver un corps de rêve et cherche l'amour d'un père qu'elle n'a pas revu depuis plusieurs années et qui l'a humiliée en public. 

    Alisson et A connaissent leurs secrets les plus intimes. Les 4 autres par contre ignorent tous les secrets d' Ali. L'un d'entre eux expliquerait-il sa disparition ?

    Nous  découvrions au fil des chapitres et des tomes qu' Alison était le ciment du groupe et que depuis sa disparition, l'amitié qui liait le groupe s'est effiloché au fil des ans. L'entrée en scène du tourmenteur réunira-t-il les filles ? 

    Sara Shepard brosse avec justesse le portrait de ces 4 ados. Les personnages sont aboutis. On doute un peu de certains comportements quand les jeunes filles ont 13 ans. Mais il est vrai que certaines sont parfois très matures pour leur age et peuvent être diaboliques et machiavéliques comme Alisson. La petite adorable Ali n'est pas ce qu'elle semblait-être et ses amies vont découvrir une autre facette de sa personnalité. On cache tous une part de nous même et chacun de nous porte un masque pour entrer dans le moule sociétal.

    D'autres petits points m'ont dérangée :

    • tout d'abord comment "A" pouvait-il connaitre le nouveau secret de Spencer ? À moins d'avoir le don d'ubiquité, ou un complice. 
    • les descriptions vestimentaires avec étalage de marques à n'en plus finir. Certes,  certaines de nos protagonistes sont accros aux marques mais c'est un peu lassant à la longue, d'autant qu'en France on n'en connait pas la plupart comme celle des téléphones par exemple.
    • et dernier point, les récapitulatifs sur les tomes précédents, qui, certes, sont utiles pour qui prend le train en route, mais ennuie le lecteur de la saga complète. 

     

    Pour le reste le style est fluide et agréable, et l'auteure vous tient sous sa coupe, et une fois que c'est fait plus moyen de lâcher cette saga jusqu'au dénouement. 

    Pour info, c'est d'avoir vu la Série Pretty little liars qui m'a incitée à me plonger dans la lecture du roman dont il est inspiré. Il faut bien spécifier inspiré, car hormis la saison 1, les suivantes jouent beaucoup avec les personnages secondaires et  le scénariste leur donne un rôle qu'ils n'ont pas du tout dans la saga initiale, et certaines situations sont très rocambolesques et parfois terriblement peu crédibles. Cependant tout comme le roman, une fois dedans vous êtes fichus. Autre point différent : le physique des filles, certaines sont brunes dans la série TV et d'autres blondes, alors que c'est tout l'inverse dans les livres. La série diffusée sur Netfix comporte 7 saisons, la saga livresque 16 tomes ou 3 en version intégrale. Eh bien que va donc nous concocter Sara Shépard alors que la partie vient de se terminer avec La révélation ?

    Il ne reste plus qu'à le découvrir. Car je suis complètement accro à cette aventure, tant cinématographique que livresque. Et je ne saurais dire quelle version je préfère, tant les scénaristes font preuve de beaucoup d'imagination pour susciter du suspens. J'espère toute fois qu'au fil des tomes, ni l'auteur ni les scénaristes ne pécheront par excès.

     

    Les menteuses : L'integrale T

     

     

     


    3 commentaires
  •  

    À première vue : LCCertaines erreurs méritent d'être pardonnées
    Merit Voss sait qu'elle est une fille un peu bizarre. Elle collectionne, par exemple, les trophées qu'elle n'a pas gagné. C'est en voulant en acquérir dans une brocante qu'elle fait la connaissance d'un séduisant jeune homme, Sagan. Il lui plaît immédiatement mais elle va vite réaliser que la situation risque d'être un peu plus compliquée qu'elle ne le pensait et que l'alchimie qu'elle a cru percevoir entre eux, a peu de chances de se développer.

    Rien n'est jamais simple dans la famille Voss. Ses parents sont séparés officiellement mais vivent encore sous le même toit, celui d'une ancienne église désaffectée. Son père a épousé l'infirmière de son ex-épouse, qui l'a assistée lorsqu'elle a eu un cancer. Ses frères et soeurs ont des traits de caractère qu'elle n'apprécie pas et qui le rendent aussi étranges que leurs parents. Merit ne supporte plus cette famille dont elle juge sévèrement chaque membre.
    Mais, le pire est peut-être à venir quand elle découvre que les apparences sont peut-être trompeuses. Quand la vérité se dévoile, lorsque des secrets bien gardés commencent à émerger,
    Merit est confrontée à une tâche difficile : remettre toutes ses certitudes en question.

    Editeur :  Hugo Roman
    Genre:  Romance sentimentale,Young adult
    Date de sortie: 11/10/2018
    Prix du livre papier :  Broché : 17,00€ 
    Version numérique:  9,99€
    Nombre de pages: 340

     

    À première vue : LCÀ première vue, cette famille est totalement dysfonctionnelle, ses membres tous aussi bizarres les uns que les autres : Mérit collectionne des trophées qu'elle n'a pas gagné quand quelque chose ne se passe bien dans son quotidien, sa jumelle ne fréquente des jeunes gens en fin de vie, les parents divorcés vivent sous le même toit, bien que le père soit remarié avec sa maîtresse du temps du cancer de sa femme,tandis que l'ex vit au sous-sol. Ils habitent, ou plutôt cohabitent, tant bien que mal dans une ancienne église  et un Christ sur la croix trône dans leur pièce à vivre.

    À partir de là, cela semble évident que Mérit soit perturbée et que les membres ne s'apprécient pas entre eux. Pour couronner le tout Merit est attiré par le petit ami de sa soeur qui vient rejoindre cette drôle de famille. Mais c'est l'arriver de Luck, le demi-frère de Victoria, la belle-mère, totalement inconnu de tous, qui va semer indirectement la pagaille.

    Car dans cette famille, on ne communique pas ou on se dispute. Mérit juge les uns les autres, à partir des à priori et des " A première vue". Comprendre les autres et pardonner pas vraiment leur mode de fonctionnement.

    Colleen Hoover va donc nous surprendre avec ce roman qui sort de ce qu'elle a l'habitude d'écrire. Après son Dark Romance, elle s'essaie à du Yong Adult et il faut avouer qu'elle maîtrise le sujet sur les comportements des ados.

    Si on y prête attention, les romances de CoHo ne sont pas si légères ni conventionnelles. Chaque roman a un thème précis, souvenons de Jamais plus par exemple avec son thème sur les violences conjugales, et contemporain.

    À première vue Merit est une ado et se comporte comme tel, elle juge sévèrement ses parents pour leur comportement inapproprié. Jusque là, pas étonnant. Qui accepterait de vivre avec l'ex maîtresse du père, pardonnerait à celui-ci d'avoir trompé sa femme mourante ? 

    Pour autant tout n'est pas ce qu'il parait. Car dans cette famille, de nombreux secrets  sont enfouis dans des placards. Mérit en est aussi la détentrice, enfin de presque tous. Car l'auteure va nous surprendre avec des révélations inattendues.

    Quand on est ado, tout prend beaucoup d’ampleur. Cependant dans cette histoire, notre petite caliméro est atteinte d'une pathologie que l'on a tendance à ignorer et ne pas comprendre. Pourtant les signes sont bien visibles, un peu masqués par ce comportement inhérent aux ados : tout les ennuie, ils  aiment traîner au lit, ils pleurent souvent pour un oui ou un non, ils ont des idées suicidaires sans pour autant aller jusque là, ils sont mal dans leur peau, ne s'aiment pas. Et Mérit a 17 ans !

    C'est Luck ,qui pour avoir lui même souffert de ce mal invisible, qui comprendra quel est le problème de Mérit. Une Mérit qui un soir de malaise va faire exploser la cellule familiale en révélant tous les secrets qui la ronge. 

    Même si la romance est présente, cette histoire va bien au delà de cette connexion entre Sagan et Mérit qui démarre sur un malentendu qui perdurera assez longtemps à cause des non-dits, et d'une communication défaillante.  

    C'est aussi à cause de tous ces secrets que les relations inter-communautaires sont difficiles et les liens sont conflictuels.  Certains non-dits exacerbent les A première vue, alors que, parfois, ils sont voulus afin de protéger les uns et les autres.

    Les personnages sont atypiques, contemporains, crédibles. Une famille qui semble loufoque si on n'envisage pas d'autres perspectives.

    Dans ce roman donc, Colleen Hoover pointe les à priori, les esprits étroits. Mais aussi l'intolérance, les difficultés de jouer au mieux son rôle de parents, l'altération des relations sur un malentendu qui aurait pu ne pas prendre autant de proportion si Utah s'était expliqué à Mérit, si chacun n'avait pas jugé la situation de son point de vue personnel. Car le problème est là : chacun a ses propres convictions et se persuade qu'elles sont les seules possibles et justes, il n 'envisage aucune autre perspective.

    Colleen Hoover sort, une fois de plus, de sa zone de confort. Pour moi c'est un défi réussi, mais j'ai le sentiment que, cette fois-ci encore, elle va dérouter certains de ces fans.  

    C'est un roman qu'il m'a fallu quand même digérer pour en faire une chronique et pouvoir partager mon ressenti.

    Une superbe approche de la vie d'une famille ordinaire, malgré ses bizarreries, qui a su me séduire, après m'avoir intriguée, car j'avoue m'être demandée où l'auteure voulait en venir. Un roman à limite intimiste qui déconcertera certains fans, je pense, tant il est différent de se précédentes histoires. La plume est toujours aussi addictive, les personnages aboutis,une Mérit un peu agaçante, un père touchant au final, et une belle-mère épatante, vu le contexte, et l'intrigue cohérente, la romance sympa avec son Sagan intriguant. Un récit narré par Mérit touchant et drôle parfois. Un air de la série  7 à la maison, avec des relations beaucoup plus complexes et plus crédibles, moins bisounours. Presque un coup de coeur.

     

    À première vue : LC

     

     

    Avec Gaelle dont j'ai hâte de découvrir l'avis.

     

    Extraits citations

     

    "- (..) je dis juste que les même choses peuvent arriver à 2 personnes sans qu'elles n'en éprouvent pour autant le même niveau de stress. On réagit différemment selon nos expériences" 

     

    "- (..) je me croyais au sommet du monde jusqu'au jour où j'ai eu l'impression d'en être tombé, de flotter à l'interieur pour finir par me retrouver en dessous"

     

    "- (..) on est pas sur Terre pour devenir une copie conforme de nos parents. La paix ne vient pas à chacun d'entre nous de le même façon"

     

    "- vous croyez que sous prétexte que je suis un adulte, je sais tout ? Vous croyez que je n'ai pas le droit de commettre des erreurs ?

     

    "- Alors tu es bisexuel ?

    - tout ça, ce sont des étiquette inventées pour des gens comme  toi qui ne peuvent saisir une réalité en dehors des rôles dévolus aux 2 sexes. J'aime ce que j'aime. parfois, j'aime les femmes, parfois j'aime les hommes. "

     

    " Toutes les erreurs n’entraînent pas forcement de conséquences. Parfois elle n’invitent qu'au pardon."

     

    © C.Hoover 


    3 commentaires
  •  

    FandomAucune histoire ne mérite qu’on meure pour elle…
    Imaginez que vous puissiez vous glisser dans la peau de votre héroïne préférée… Katniss, par exemple ! Le rêve, non ? Du moins, jusqu’à ce que vous vous rendiez compte que vous êtes incapable de tirer à l’arc ou de grimper aux arbres, et que vous n’avez pas le moindre instinct de survie. Mais pas de panique, vous pouvez toujours choisir de retourner à votre petite vie tranquille de fan, dans le monde réel. Ce qui n’est malheureusement pas le cas de Violet, coincée dans son roman favori...

     

    Editeur :  PJK
    Genre: Jeunesse 
    Date de sortie: 18/10/2018
    Prix du livre papier :  Broché : 18,90€  Poche : 9,50 €
    Version numérique:  13,99€
    Nombre de pages: 336

     

     

     

     

     Fandom T1Sans Masse critique privilège, je ne suis pas certaine que je me serais penchée sur cette lecture, malgré le fait que j'aime la lecture jeunesse bien que je soit une lectrice hors cadre lectorat visé. Mais je suis très éclectique.

    Pourquoi, alors, ce roman ne m'attirait pas au prime abord ? 

    Le fait peut-être qu'il évoque la fan-fiction ?  Et que je pensais tomber dans une suite d'une des très célèbres dystopies, genre Hunger Games ou Divergent, qui pour moi se suffisent à eux mêmes.

    La curiosité l'a emporté. D'ailleurs adolescente, j'ai ,moi aussi, imaginé des suites à mes romans ou films préférés dans lesquels je me donnais un rôle à jouer auprès du principal protagoniste. On peut donc comprendre le concept qui ne manque pas d'originalité. Avec une histoire dans une histoire.

    Mais ne cherchez pas. La dystopie de base La danse des pendus n'existe pas... dans notre monde, juste dans l'imaginaire d' Ana Day, dont c'est le premier roman.  

    Je ressors un peu décontenancée par ma lecture, étant passée par différentes phases allant du : " c'est vraiment original comme idée, à hum c'est assez passionnant au bout du compte", malgré de nombreux bémols, en passant : " par je me suis ennuyée". 

    En effet, après un longgggggg passage dans lequel notre héroïne joue la remplaçante de Rose, la protagoniste du roman de base, malgré quelques intéressantes scènes, un peu animées, qui posent la trame de l'histoire de Violet et de ses compagnons de route, le récit devient plus passionnant et riche en rebondissements, et pas tout à fait en adéquation à ce que l'on peut supposer, suite aux infos de l'auteur, distillées au compte goutte. 

    Mouais, c'est assez complexe tout ça, et un peu difficile à expliquer sans spolier l'intrigue. Car on se demande vraiment dans quoi nous sommes plongés. 

    Un rêve ? Une réalité virtuelle ? Comment Violet, Nate, Alice et Katie sont-ils arrivés dans un univers de papier qui n'existe que par l'imagination de Sally KIng ?

    Violet est une jeune fille de 17 ans. Le stéréotype de l'anti-héroine. Elle est tout l'opposé de Rose, l'héroine de La danse des pendus, fougueuse, courageuse, téméraire. Violet, elle, est une ado mal dans sa peau qui vit dans l'ombre de sa meilleure amie Alice qu’elle adore.  Comment va -t-elle parvenir à jouer le rôle qui lui est imparti pour mener à bien sa mission ?

    Pas évident, d'autant que l'arrivée du  quatuor vient de provoquer un immense remous dans cet univers parallèle, avec " le Fameux effet papillon". Malgré tout, sera-t-il possible au groupe de suivre le scénario, car il en va leur survie dans cette nouvelle réalité dans laquelle ils ont désormais un rôle à jouer ?

    Bon, vous l'aurez compris, on peut déjà féliciter l'auteure pour avoir imaginé une intrigue complexe. Avoir du créer" Le roman de base " et y ajouter les aventures de Violet, Alice, Katie et Nate.

    À vrai dire les personnages secondaires y jouent un très petit rôle, hormis Nate, le frangin de 14 ans, très mature pour son âge et auquel le lecteur va s'attacher. Katie, ma foi, ne sert pas à grand chose, quant à Alice il faudra parvenir au dénouement pour apprécier ce personnage qui y tient une place primordiale.

    Car l'amitié indéfectible qui lie Alice est Violet est un des thèmes importants de ce roman qui tient du fantastique, mais pas que. La beauté de l'âme humaine est plus importante que l'attraction physique. C'est une leçon que va apprendre Violet dans sa rencontre avec Ash, un personnage très secondaire de La danse des pendus, auquel elle va s'attacher. En tombera-t-elle amoureuse ? Ce nouveau scénario va-t-il compromettre sa mission?

    Malgré tout, je trouve que les protagonistes sont assez superficiellement abordés.Violet ne se comporte pas toujours comme une ado de son âge,elle semble avoir 13 ans, plutôt que 17 ans, pleurniche un peu trop souvent, (cependant je ne l'ai pas trouvée  aussi détestable que certaines lectrices),  Alice, alors qu'elle est dépeinte comme l'archétype de la blonde égocentrique, n'en est pas vraiment une, Katie, eh bien je ne sais que dire à son sujet, Nate est drôle et charismatique, Willow, tient bien son rôle de prince charmant, juste un peu trop beau et sans cervelle, et Ash est touchant. Il leur manque un petit quelque chose pour faire vibrer le lecteur. Enfin moi autant cas.

    Cependant, je n'oublie pas que je juge en tant qu'adulte, ni qu'il s'adresse à un public jeunesse qui appréhendera pas cette lecture de la même manière que moi.

    Le style est plaisant et agréable et adapté au public visé, le vocabulaire à leur porté, les décors bien plantés. 

    Le dénouement, quant à lui, reste un peu inattendu. Malgré les pièces du puzzle qui s’emboîtent les unes aux autres, il flotte, toujours, un parfum de mystère que les plus jeunes apprécieront. J'avoue, que moi-même, j'ai aimé cette fin cohérente avec l'intrigue et qui annonce le tome suivant.

    Après avoir dû digéré cette lecture, avant d'en faire la chronique, je peux dire que je ressors avec un avis mitigé. Certaines situations et comportements sont trop abracadabrantes pour moi et le tout manque d'émotions. Les personnages sont trop lisses à mon goût. Cependant l'histoire d'amitié, cet amour qui lie les uns aux autres est très belle. Car l'amitié est une forme d'amour différente de l'amour  tel que  l'on le conçoit le plus souvent.

    Je remercie Les Editions PJK et Masse critique pour m'avoir permis de faire cette lecture très intéressante, une expérience à tenter de par l'originalité du concept. Des aventures qui séduiront le public visé, mais peut être un peu moins les adultes fans des romans jeunesse, avec un peu trop de critères en tête.

     

    Fandom T1

     

    Fandom T1

     

    Extraits citations 

     

    " C'est le problème avec les filles qui ont un physique de rêve : elles ont quelque chose à perdre"

     

    " je crois que je viens de comprendre mon problème. L'amour n'est pas quelque chose de prédétermine qui peut vous être imposé. Tomber amoureux c'est au contraire se confronter à l'imprévisible. Cela implique de prendre des risques."

     

    "- si être parfait signifie perdre son humanité, alors tu peux te la garder ta perfection"

     

    "- (...) tu devais être témoin de ces atrocités, voir de tes propres yeux la barbarie des  Ingas pour devenir une véritable Impa : Un impa qui se lèverait et combattrait pour son peuple. Car un seul sacrifice consenti par amour peut achever le canon. Ça toujours été une histoire d'amour Violet. Mais en ce qui te concerne, l'amour ne se limite pas à 2 personnes, il est plus grand que ça "

     

    " Je vais êrte pendue pour mes amis, ma famille et avant tout par amour. Mais pas pour l'amour d'un homme. Je vais être pendue pour bien plus que cela . Je vais être pendue pour l'amour de mon peuple. Par amour pour les Impas "

    © A.Day

     


    3 commentaires
  •  

    Hate listLorsque Valérie franchit le seuil du lycée, elle sait que rien ne sera plus jamais pareil. Cinq mois plus tôt, Nick, son petit ami, a ouvert le feu dans la cafétéria de l’école, tuant une dizaine d’élèves avant de se suicider. Des élèves agaçants, pénibles et arrogants qui figuraient sur la liste que Valérie et Nick ont tenue pour se défouler. Pourquoi ce qui n’était qu’un jeu est devenu un drame ? Comment va-t-on accueillir son retour au lycée ? Est-elle aussi coupable que Nick ? 

     

    Editeur : Albin Michel
    Genre: Adolescents
    Date de sortie: 10/04/2018
    Prix du livre papier : Broché 15,00€  Poche : 8,45
    Version numérique: 6,99 €
    ISBN:  1980536031 

     

     

     

     

      

    Hate listHate list ou le poids des mots. De tous ces mots que l'on lance parfois à tort et à travers. Je te hais, je le déteste ! Des mots rien que des mots. Des mots et des noms qui répétés inlassablement viennent titiller l'esprit fragile d'un jeune malmené par ses collègues de  lycée parce que ces derniers vous trouvent différent et qu'eux aussi lancent des mots qui peuvent blesser, qui sont encore que des mots mais qui font mal. Jusqu'au jour  au tout par en vrille.

     Valerie a bien dressé une liste, inscrit sur un cahier les noms de tous ceux qui la bouscule, l'insulte, la tienne à l'écart.  A 15 ans on est parfois fragile, l'avenir est parfois incertain, on se sent dévalorisé mal aimé. Jusqu'à ce que vous rencontriez quelqu'un qui vous ressemble,  une âme sœur qui vous comprenne. Et vous n'êtes plus seul au monde vous êtes Nick et Val jusqu'au drame.

    Dans cette histoire dans laquelle nous suivons Val toute à sa culpabilité qui cherche à se reconstruire, Nick passe au deuxième plan et je reste frustrée, car j'aurais voulu quelques réponses. Quelle place tient Jeremy dans ce drame ?  A quoi bon l'évoquer ? 

    Comment Nick a -t-il pu se persuader que réellement Valérie souhaitait la mort de  tous ces gens qu'elle déteste et qui lui pourrissent la vie ? On ne le saura pas. ¨Parce qu'à ses questions là personnes ne peut répondre. Cependant ne voit-on rien venir ? 

     Nous suivrons Valerie et ses déboires avec son retour au lycée. Le rejet, le regard des autres, de ces survivants qui doivent faire face à cette lycéenne en  partie responsable du massacre  de pauvres innocents. Malgré son geste,- héroïque-, elle reste stigmatisée ce qui ne fera que renforcer sa culpabilité. Que dire des réactions de ses propres parents  ?  De ses amis ? De  notre propre regard et notre sentiment ? 

    C'est une histoire complexe qui soulève beaucoup d’interrogations. D'autant quand  une des élèves fait tout ce qu'elle peut pour intégrer Valerie dans son groupe. Ce fameux groupe tant critiqué par le couple Nick/Val et dans lequel elle n'a jamais été admise. 

    Nous suivons le récit de Valérie entre présent et passé. Elle nous renvoie au jour du drame.  C'est assez confus pour moi.

    Elle nous fait partager ses pensées, ses sentiments, sa culpabilité, sa méfiance face aux comportements des autres envers elle. Nous suivons ses séances de thérapie, partageons sa vie familiale qui nous surprendra tout comme l’accueil que lui réserve  Jessica.

     J'avoue avoir été septique devant ce revirement de situation, je cherchais le piège. Et je me suis également demandé comme Valerie pourrait s'en sortir tant la situation est complexe. Comment des survivants peuvent-ils faire face à cette fille, celle-là même qui a inscrit leurs noms sur la liste et dont le petit ami est un meurtrier ? Peut-on pardonner ?   Ne voir en elle que celle qui a mis fin au massacre ? Une victime ?

    Une histoire complexe aux thèmes contemporains et inquiétants qui prennent  la source dans des drames similaires  bien réels, des fusillades tristement célèbres dans des écoles pour ne citer que la fusillade de Columbine, mais on dénombre  de bien plus récentes. Pour autant cette approche  de reconstruction et de pardon envers soi même et envers les autres me semble difficile et peu convaincante.  Encore moins le message d'espoir  (enfin tout au moins aussi près du drame, tout juste un an après) avec cette fin convenue aux sentiments très modèle américain. A ce propos je note un grosse incohérence chronologique,on a droit à deux événements sur le même mois de mai, d'abord le recueil jour anniversaire, puis les mois passent et hop toujours en mai la remise des diplômes - petite parenthèse-.

    Je ressors avec des sentiments mitigés de cette lecture, et peu d'attachement à  l’héroïne malgré les épreuves qu'elle subit. Je n'ai pas vraiment accroché et j'ai eu du mal d'ailleurs au début à entrer dans l'histoire. Le style quand à lui m'a moyennent plu. 

    Un livre conseillé par ma binôme Gaelle et je n'en sors pas aussi enthousiasmée qu'elle l'a été.

     

    Hate list

     

     

    Extraits citations

     

     

    Bea se trompait. J'était à la fois le monstre et la petite fille éplorée. Je ne pouvais dissocier les deux"

     

    "- J'ai tendance à oublier que tu t'es comportée avec un courage exceptionnel ce jour là. Je ne vois que la fille qui a rédigé cette longue liste  de gens à abattre."

     

    " A sa façon, il était lui aussi victime de la tuerie. Interdit de liberté"

     

    " La tuerie avait tout remis en question. Pour chacun"

     

    " Au début c’était pour rire. Une façon  d'évacuer ma frustration. Sauf que c'est devenu autre chose, qui m'a échappé"

     

    "  Que j'avais joué un rôle, mais  qu'en même temps je n'avais jamais cherché à jouer ce rôle"

     

    "Ça me faisait du bien de sentir qu'avec lui j'appartenais à un nous, qu'il partageait mes sentiments, mes pensées, mes problèmes"

     

    © J. Brown

     

     


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique