•  

    Brutal LCl n’a jamais été aussi proche de sa libération.

    Elle n’a jamais été autant attirée par un homme.

    À quelques jours de sa sortie, il risque le pire... comme le meilleur... elle.

    Ash arrive au bout de sa peine. La prison, il y a passé la moitié de sa vie. En pleine canicule, tout en s'efforçant de survivre dans cet enfer, un rayon de soleil débarque. Isla. Quelques minutes passées ensemble et il comprend que son univers risque de voler en éclats.

    Isla, bibliothécaire, a été assignée au pénitencier de Rockwoods, l'un des plus dangereux du pays. Bien décidée à faire régner l'ordre dans son nouveau fief, elle devient rapidement la cible des pires criminels.

    Apeurée par ces hommes sans foi ni loi, elle pourra toutefois compter sur la protection d'Ash, ce bad boy qu'il l'a intriguée dès le premier regard. Celui qui a décidé de la protéger coûte que coûte et qui l'attire de plus en plus...

    Mais à quel prix ?

     

    Brutal LCMon avis va certainement dénoter, parmi ceux de la lecture commune, cette romance étant majoritairement, malgré quelques difficultés en début de lecture, un coup de coeur pour les lectrices, en dehors d'un abandon..

    J'en suis loin, très loin même.

    Tout d'abord, la lecture a été laborieuse, j'ai énormément peiné à entrer dans l'histoire. Et bien que l'on me suggère de persévérer, qu'au fur et à mesure c'était super, je n'ai pas eu le même sentiment.

    Je n'ai pas du tout adhéré à la romance, vraiment pas réaliste, assortie de scènes de sexe qui ne paraissent pas crédibles dans le contexte dans lequel l'auteure les place. J'avoue je ne connais pas le milieu carcéral, encore moins celui de USA, mais je peux croire que cela soit si facile d'avoir l'intimité que décrit Lil Evans, cette prison haute sécurité avec ses détenus, ayant commis, pour une grand part des crimes atroces. Deuxième point qui m'a bloqué, le premier étant "la romance" elle-même qui se développe bien trop vite et les "bébés" dans la bouche d'Ash sonnaient vraiment très mal et ne parlons pas de la personnalité fluctuante d'Isla, tantôt  grande gueule, tantôt trouillarde au possible.

    Je ne m'attarderais pas sur les passages redondants, ni sur le fait que la moitié du roman est d'une lenteur sans nom jusqu'à ce qu'à 50% du récit Lil Evans nous plonge dans la violence carcérale.

    Alors là, par contre, rien à redire, l'ambiance, la violence, les comportements des détenus et des matons est très subtilement dépeinte. j'ai également apprécié le volet qui rend parfois la violence justifiable ce qui évidemment permet à Isla de tomber amoureuse d'Ash, bien que comme je le note plus haut, pour que cela soit possible, il aurait fallu que la relation se développe sur le temps et non pas sur 15 jours. Non mais, parce que sérieux, qui se donne à un meurtrier en un aussi court laps de temps ? L'alchimie physique, à mon avis, doit quand même en prendre un sacré coup, confronté à un individu menaçant, un alpha dans un monde de brutes. Bien évidemment, l'auteure nous brosse le portrait d'un Ash attachant, avec un passé, un instinct de survie indispensable en prison, un Ash apprécié des gardiens, d'où leur indulgence à fermer les yeux sur la relation de nos protagonistes. Personnellement cela ne m'a pas suffit dans ce huit-clos.

    Que dire de la fin, prévisible évidemment ? Mais tellement précipitée, qu'avec les derniers évènements violents, je m'attendais à une conclusion qui en tiendrait compte, et qui n'occulte pas Ryam, Duval et Mila. Particulièrement Ryam et Duval et de ce fait un chapitre supplémentaire aurait été bienvenue, au tout au moins une allusion dans l'épilogue. Je m'attendais également à ce que l'auteure aborde la difficulté de se retrouver enfin libre, avec un peu plus de réactions d'Ash, quelques difficultés, mais l'auteure nous offre un rebondissement souhaité comme émouvant, mais coté émotions, j'avoue, mon coeur est resté plutôt de glace.

    Je ressors donc déçue de cette lecture, malgré une idée de départ intéressante, mais à mon goût pas assez travaillée au niveau de la romance. Elle ne m'a pas du tout convaincue telle quelle, je l'aurais appréciée, plus amenée progressivement. Mais il semble que je sois une exception. Donc que chacun se fasse son avis. Le mien ne fait pas force de loi.

     

    Les points forts :

    • L'idée de départ
    • La plume
    • La description de l'univers carcéral ( violence, lutte pour sa survie)

    Mes bémols 

    • Le manque de réalisme de la romance
    • Les invraisemblances
    • La conclusion occultant quelques points importants

     

     

    Brutal LC

     

    Brutal LCNationalité : France
    Né(e) le : 21/05/1987

    Biographie :

    Lil Evans (un pseudonyme) est auteure de romance.

    Elle est l'auteure, entre autres, d'une série contemporaine "Love and..." et de deux romances fantastiques : "Ne me lâche pas" (2015), puis la trilogie d'urban fantasy "Cet autre monde", ovationnés par le public.

    Elle vit en Belgique.

    son site : http://lilevans.wixsite.com/lil-evans
    page Facebook : https://www.facebook.com/Lil-Evans-562197427258185/
    Instagram : https://www.instagram.com/lil_evans_loves_books/

     

     


    votre commentaire
  • Queen of Hearts LCIl est l’un des vingt célibataires les plus convoités de la Silicon Valley, beau, riche et célèbre, mesdames, si vous souhaitez passer la bague au doigt d’Ephraïm Shuster, il vous suffit d’être l’une des dix candidates de The Queen of Hearts !
    Peut-être que Virginia, productrice plébiscitée dans le monde de la télé-réalité, a eu raison de rempiler pour une huitième saison. Le but ? Former le couple le plus sulfureux et sexy du moment. Les moyens pour y parvenir ? Tous. Sans exception.
    Mais cette fois-ci, le prétendant semble plus malin que ses prédécesseurs. Le play-boy à la langue bien pendue et au charme ravageur partage son objectif : transformer l’émission en un carton d’audience. Rien de plus simple pour celle qui connaît les mensonges et secrets de tous les participants, et qui n’hésitera pas à les utiliser pour créer l’étincelle entre le prince et sa future reine. Du moins, à l’écran.
    Dix candidates triées sur le volet l’attendent, lui… et les fiançailles promises à la gagnante.
    Dommage que son cœur ne brûle que pour la onzième

     

    usquQuel plaisir de retrouver Ephraim dans une histoire qui lui est propre !

    Une fois de plus les auteures comblent nos attentes avec une histoire originale même si très vite l'on en devine l'issue. Toutefois notre duo nous ferra vivre quelques moments palpitants avec ce plongeon dans l'univers de la TV réalité. Univers impitoyable, un monde de faux semblant qui ne dupe que ceux veulent bien l'être.

    En tant que spectateur, le lecteur, lui, se laisse porter par l'ambiance, que les protagonistes soient sous les sunlights ou en backstage. 

    Les auteurs nous confrontent à des thèmes d'actualité, des problématiques contemporaines, au jeux de pouvoir et de séduction, aux réalités de la vie quotidienne en abordant les relations familiales, les non-dits, les problèmes de communication, la manipulation, les effets bénéfiques ou pervers des réseaux sociaux et de certaines émissions dites "poubelles  et ce qui nous pousse tous en avant : la quête de l'amour.

    Tout s'imbrique à la perfection et tient parfaitement la route, frisant une réalité effrayante tant elle est crédible et pourrait être anecdotique .   

    Nous partageons donc le quotidien de 2 personnages, l'un hypermédiatisé tandis que l'autre agit dans l'ombre,  combine, manipule, use de ses compétences pour offrir au spectateur ce qu'il désire. Jusqu'à y perdre un peu de son âme, éprouver des regrets tandis qu'elle découvre Ephraïm, pas celui qui s'affiche et joue la comédie.  

    2 Protagonistes que tout oppose, mais si semblables auxquels on s'attache. Les émotions sont au rendez-vous même si elles sont moins fortes que dans Sinner Love.

    Conte de fée moderne qui  séduira les lecteurs par  ses personnages aboutis, la plume du duo et le coté "plausible"  de la romance qui permet au lecteur de se transposer dans l'histoire, de croire que tout est possible, même pour lui, il suffit de pousser les portes de la TV Réalité, il suffit d'accepter le revers de la médaille.

    Super roman, une très belle histoire d'amour méritée pour Ephraïm, mais Sinner Love, beaucoup plus vibrant d'émotions, reste mon préféré.

    usqu

    Les points forts

    • La plume
    • L'univers de la TV réalité maitrisé
    • La pointe de suspens
    • La couverture

    Bémol

    • Zéro

     

    usqu


    votre commentaire
  •  

    Durty duet LCDelilah et Luka ont grandi dans des caravanes voisines, au milieu d’un camping miteux, berceau de la misère.

    Delilah possède la beauté du diable, Luka, son âme.

    Poussée dans ses retranchements, elle est prête à tout pour se tirer très vite de cet endroit ; lui n’a pas les moyens de lui offrir un nouveau refuge.

    Ils s’aiment, mais ils ne sont pas capables de vivre ensemble. Delilah est butée, passionnée et vénale. Luka est froid, calculateur et sans scrupules.

    Quand l’un commence à prendre son envol, l’autre fomente sa vengeance. « Le jour où j’aurai ton cœur, ça me fera mal de le briser ».

    Que le spectacle commence !

     

     

    Durty duet LC

     

     

     

    Dommage que les 50% du récit soient interminablement long ! Pour autant, j'ai énormément apprécié l'abord psychologique, l'approche sombre des personnages cabossés que l'on suit d'année en année, depuis l'âge de 13 ans pour Luka dans un récit à deux voix. Le ton est juste, la violence des sentiments bien traduite par la superbe plume d'Angel Arekin, mais...

    Mais je n'ai pas apprécié le coté redondant, les atermoiements de nos protagonistes, leurs objectifs trop répétés au fil des chapitre. L'action me faisait défaut.  ll faut attendre le dernier tiers du roman pour les vivre. Je l'attendais plus tôt. Et là, j'avoue qu'Angel Arekin m'a scotchée. Je voulais de l'émotion ? Eh bien, je m'en suis pris plein la figure. Et j'avoue que je n'avais pas du tout envisagé ce rebondissement ainsi.

     À partir de là, j'avoue j'ai eu ma dose de suspens, de stress pour l'avenir de nos protagonistes. Angel Arekin joue avec nous avec brio. Elle possède un talent incroyable pour vous faire tomber soue le charme du sombre Luka, détestable, manipulateur, féroce. Dans cette partie il vous fera frémir de dégoût et de compassion. Comme lui, vous tremblerez pour leur couple, sur leur avenir commun et serez époustouflés par la force de l'amour de Luka. Nous n'en doutions pas, certes, mais les rebondissements de ce dernier tiers les transcendent.

    Dommage que je me sois ennuyée une grande part du récit, que cette phase là ne vienne pas plus tôt, que Luka et Delilah ne se déchirent pas davantage dans des scènes du quotidien, ce que j'imaginais trouver dans cette histoire que je pensais plus sombre encore, plus à l'image de Missing Obsession.

    Je ressors donc un peu déçue, même si j'ai eu un coup de coeur pour le thème, la romance,  les personnages, le volet psychologique que l'auteur aborde avec beaucoup de justesse, avec des mots puissants, violents, que je  kiffe sa plume, son style bien à elle. 

    Bon j'ai cru comprendre qu'il existait des tomes sur les membres de la famille Mordret. À suivre...

    Les points forts :

    • La plume
    • Le volet psychologique
    • La romance
    • La couverture

     

    Bémols : 

    • Passage redondants 
    • Manque d'action

     

    Durty duet LC

     

     

    Durty duet LCL'auteur :

    Nationalité : France
    Né(e) à : Brive-la-Gaillarde , 1981

    Biographie :

    Rédactrice depuis 3 ans dans une agence de communication, elle écrit depuis plus de 10 ans.

    "Le Porteur de Mort", qui initie un nouveau cycle fantasy, est son premier roman.

     


    votre commentaire
  • L'autre fils Depuis des années, Alice vit dans le mensonge, affichant un bonheur conjugal et familial parfait, bien loin de la réalité. Elle n’est restée avec son mari que pour protéger ses enfants et ces derniers se sont pourtant éloignés d’elle. Son fils aîné, banquier brillant et ambitieux, s’est installé près de chez ses parents mais sa jeune épouse s’évertue à tenir Alice à distance. Quant à son autre fils, qu’elle n’a jamais réussi à cerner, il a choisi de parcourir le monde si bien qu’Alice ne sait même plus sur quel continent il se trouve.

    Peu à peu, elle ne parvient plus à accepter ce quotidien morose et artificiel. Les questions se bousculent dans sa tête : a-t-elle fait le bon choix en maintenant à tout prix un bonheur de façade ? Que se passerait-il si elle cessait brusquement de faire semblant ? Comme dans tous ces romans qu’elle dévore, la vie peut-elle réserver des surprises dans ses derniers chapitres ?

    Un désir grandit alors en elle : donner un grand coup de pied dans la fourmilière et surtout, faire passer son bonheur avant celui des autres. Pour la première fois depuis bien longtemps, elle sent son cœur battre la chamade. Osera-t-elle changer le cours de sa vie ?

     

     

    L'autre fils Roman contemporain qui nous narre une histoire humaine, d'une grande sensibilité, très réaliste de la vie quotidienne d'Alice. Personnellement elle m'a renvoyée à du vécu, avec ses interrogations que l'on peut avoir à un stade de sa vie dans lequel on la remet parfois en questions.

    Ici, certaines sont importantes comme : repartir à zéro malgré son âge... oser affronter ses démons et accepter d'assumer ses erreurs. Ceux sont celles d'Alice qui avance année après année en subissant la violence conjugale jusqu'à atteindre un point de non retour.

    L'auteur y aborde la complexité des relations familiales, brosse le portrait psychologique de personnages avec justesse. Les réactions sont crédibles et mettent en exergue notre propre interprétation face à des comportements extérieurs, pas forcement en adéquation avec ce qu'il en est vraiment. Nick Alexander nous le fera toucher du doigt en nous faisant pénétrer dans trois quotidiens différents, celui d'Alice et de ses fils. 

    Dans la première partie nous suivons donc, Alice, ses pensées, ses réactions, ses attentes vis à vis de ses enfants, ses regrets, la manière dont elle perçoit sa belle-fille. Dans la deuxième nous pénétrons dans l'univers de Tim et de sa femme Natalya, une autre génération, celle d'un fils avec ses aspirations avec ses propres attentes, dont certaines vis à vis de ses parents, celle de Nat et les siennes, ses sentiments à l'égard de sa belle-mère. La dernière concerne l'autre fils, celui qui n'est jamais rentré dans le moule, celui qui a fuit cette famille dysfonctionnelle, celui qui s'est braqué, le fils en échec, celui qui a raté sa vie, d'après sa mère, bien évidemment. Dans cette dernière partie nous retrouverons Alice, face à une situation a laquelle elle doit faire face en plus de la sienne propre.

    La majeure partie du roman aborde la problématique des relations humaines, de l'éducation, des choix de vie, des non-dits, des attentes personnelles et du manque de communication.

    Le récit se lit aisément, la plume est fluide, la traduction bonne, hormis sur deux accords verbaux qui m'ont fait tiquer. La construction littéraire, pour un récit à la troisième personne, est un peu déconcertante chaque acteur tient à un moment donné le rôle principal, en quelque sorte, alors que je m'attendais à une histoire centrée sur Alice. Le rythme est plutôt lent, et j'ai un peu peiné à entrer dans l'histoire et à éprouver de l'empathie pour Alice et Tim. Seul Matt a su me toucher. L'allusion à Joe, m'a déconcertée et je n'ai pas trouvé dans l'épilogue la réponse à ma question sur sa véritable identité sexuelle. J'en appelle à ceux et celles qui l'ont lu pour échanger à ce sujet.

     

     

    Les points forts :

    •  La plume
    • La leçon de vie pleine d'espoir
    • Le réalisme
    • La psychologie des personnages

    Bémols

    •  Pas assez rythmé

     

    L'autre fils

     

    L'autre fils L'auteur :

    Nationalité : Royaume-Uni
    Né(e) : 1964

    Biographie :

    Nick Alexander est un écrivain anglais.

    Il est l'auteur de quatre romans :
    "50 Reasons to Say Goodbye",
    "Sottopassaggio",
    "Good Thing Bad Thing",
    "Better Than Easy", et d'une collection de nouvelles sous le titre : "13:55 Eastern Standard Time". Plébiscité dans la presse gai anglo-saxonne.

    votre commentaire
  •  

    Sinner LoveIl suffit d'une seconde pour que votre vie bascule.

    Parce que oui, il a suffi d'une seconde à mon beau-père pour tuer ma mère sous mes yeux, et me rendre orpheline à seize ans.

    J'ai été confiée à la garde du mystérieux Darrow MacKenna, ce puissant et richissime génie de l'informatique, fondateur de Sparks, l’application de rencontres à la mode.

    Darrow MacKenna, cet homme torturé qui n'a pas d'autre choix que de m'ouvrir les portes de sa demeure high tech pour me protéger des dangers qui me poursuivent.

    Mais personne n’a songé que c'était peut-être lui, le danger. Personne n'a songé que tous les codes ont leur faille, même celui de son cœur.

    Personne n'a songé que son refuge abriterait nos baisers volés. Notre amour interdit. Ni que moi, Hazel Burns, je deviendrais son erreur système.

     

    Sinner LoveAvant de me lancer dans la LC sur Queen of Hearts avec mes copines de lecture, pour avoir lu dans la préface que je risquais d'être spolié, et en effet je l'aurais été, j'ai jugé préférable de lire ce tome avant.

    Que dire de plus sur ce roman qui cartonne avec un duo d'auteurs tout aussi efficaces que Emma Green ? 

    Tout d'abord, j'adore la plume et bien que j'ignore leur mode de travail, le résultat est topissime.

    Pour ce qui est de la romance, centrée sur un sujet hyper traité, j'avoue qu'ici elle se démarque par son originalité. L'émotion est bien présente et le passé de notre protagoniste principal totalement perturbant. On le découvre progressivement au fil des chapitres, et si vous n'avez pas totalement craqué et bien une fois celui-ci révélé, se sera la chute totale dont on ne se relève pas tant la surprise est de taille. On ne peut pas faire plus mélo-dramatique ni plus singulier. Ni plus émouvant non plus.

    L'histoire est très bien construite, la relation et les sentiments que nous partagent les protagonistes dans ce récit à deux voix, bien amenés, crédible et touchante. Un amour interdit, forcement ça remue.  

    Un petit crunch pour Ehpraïm et son histoire perso. J'apprécie énormément les romances dans lesquelles les personnages secondaires y tiennent une grande place, cela rend les personnages plus humains, l'aventure plus réalistes, après tout dans la vie à part vivre en ermite, nous réagissons avec une communauté, des amis ou des ennemis parfois. 

    Coup de coeur pour cette très belle histoire touchante qui parvient à éviter les écueils des clichés  

     Les points forts : 

    • La plume
    • La romance
    • L'émotion

    Bémol

    Aucun parce que je sais que j'ai mon histoire sur Ephraïm 

     

     

    Sinner Love

     

     

     

     

    Pas sans elle

    Les auteures :

    Sinner LoveChlore Smys

    Nationalité : Belgique

    Biographie :

    Chlore Smys est auteure de romance contemporaine.

    Mariée et mère de deux garçons, elle travaille travaille pour l’armée belge.

    "Blue Sunrise" (2017) est son premier roman.

    Elle vit à Bruxelles.
     
    Sinner LoveJuliette Pierce
     
    Biographie :

    Juliette Pierce est une jeune étudiante passionnée de l'imaginaire.
    Elle publie son premier roman "Everlasting" chez Inceptio éditions.
    Écrire a toujours été sa passion plus précisément dans le domaine de la science-fiction.
    Curieuse de tout, elle aime lire, voyager, la musique, les films et les séries qu’elle ne peut s’empêcher de 

     

     


    votre commentaire