• " Miroir, mon beau miroir, qui d'entre toutes est la plus belle ? " Bien avant de devenir la cruelle et magnifique reine des Lunaires, bien avant que Cinder, Scarlet et Cress ne se rencontrent, Levana a vécu une tout

    autre histoire. Une histoire d'amour et de guerre, de trahison et de mort. Une histoire qui n'a jamais été contée... jusqu'à présent.

     

    Editeur : PKJ
    Genre: Jeunesse Dystopie
    Date de sortie: 16/4/2015
    Prix du livre papier :  Broché : 16,90€ 
    Version numérique: 11,99
    Nombre de pages :  256

     

     

     

     

     

     

    Un passé douloureux est-il est un justificatif à des actes innommables ? Peut-on s'émouvoir devant ce qu'a subi Levana ? 

    L'auteure, tout comme dans Heartless, s'attache a nous montrer le vrai visage de cette monstrueuse reine. La Reine de coeur m'avait émue, et j'avoue que  je comprend les sentiments de Levna. Oui, Marissa Meyer sait jouer de sa plume pour décrire ses personnages pas tout blanc, pas tout noir, tout en contrastes. Et oui, comme dans la vie réelle, nous possédons tous une part de sombre en nous, qui prend plus ou moins de place. 

    Notre méchante reine cache des blessures secrètes, et pas que physiques, grâce à ce magnétisme propre aux Lunaires. Et comme tout un chacun recherche l'amour, l'attention, l'admiration des autres. Sous son masque de beauté fatale, la manipulatrice s'avère être un être fragile et meurtri. On parvient presque à lui pardonner tant sa souffrance est grande. Cependant le passé douloureux de notre protagoniste justifie-t-elle des actes répréhensibles  ? Peut-on vraiment contraindre à aimer et de ce fait user de son pouvoir pour en avoir l'illusion ? 

    On doit reconnaître ce talent à l'auteur que celui de voir frémir nos sentiments envers un personnage antipathique.  Car l'on s'émeut, force est de le reconnaître, l'on ressent de l'émotion, des sentiments ambivalents.

    Une fois encore ce tome est addictif, et l'on en voudrait encore. L'on s'attache déjà à Winter et l'on s’émeut de la relation complexe entre son père et Levana. On compatit et l'on s'attache à cet homme pour lequel la Reine est prête à tout. C'est de ce tome que nous découvrions l’identité de Jacin Clay et que certains éléments de l'intrigue globale se mettent en place.

    On s'éloigne un peu ici du conte de Blanche Neige. Certes, Levana est la belle mère du conte, celle qui souhaite la mort de sa belle fille. Qu'en est-il ici ? J'espérais une explications sur les cicatrices de Winter, mais pour l'heure il n'en est rien. Mais je ne doute pas que l'auteure nous apporte les réponses au moment qu'elle jugera opportun, tant sa saga est superbement structuré. Cependant nous en apprenons davantage sur les motivations de Levana. Certains faits que nous suspections se confirment tandis que Marissa Meyer trouve encore le moyen de nous surprendre. 

    L'addictivité ne faiblit pas, Marissa Meyer mène sa barque d 'une main de maître et tient le cap de son spacionef adroitement nous menant au port dans lequel elle a décidé de nous  voir arriver.

    Je suis totalement sous le charme de la plume de l'auteure et de son imagination, de sa manière d'aborder la psychologie de ses personnages, les rendant réels, crédibles tant ils sont aboutis, sujet à des troubles émotionnels, victimes de leur passé,. Marissa Meyer nous fait éprouver des sentiments ambivalents même pour les plus cruels d'entre eux. Et pourtant on ne peut consentir à l'inacceptable, accepter les dommages collatéraux comme le décide Levana, ceci au nom du bien de la Communauté. Les conséquences sont bien trop intolérables dans le dénouement, auquel on s'attendait plus ou moins.

    Nouveau coup de coeur pour ce prequel qui se laisse lire entre entre Cress et  Winter, sans pour autant qu'il y ait un ordre véritable.

     

     

    Extraits citations 

     

    "- Manipuler une proie est un moyen trop facile de tricher, continua Channary. [...] Je n'ai pas envie de gagner de cette manière. J'aurai gagné quand j'entrerai dans l'histoire lunaire comme la reine la plus désirable de tous les temps.
    - La moins sélective, en tout cas. Tu n'as jamais envie de... tomber amoureuse, tout simplement ?
    - L'amour... Quelle enfant tu fais. [...] L'amour est une conquête ! L'amour est une guerre ! [...] Voilà ce que je pense de l'amour ! cria Channary."

     

    "- Je crains que ce ne soit pas des assassins dont il vous faille vous méfier le plus.
    Elle toucha la chaîne qu'elle portait à son cou.
    - De quoi devrais-je donc me méfier, selon vous ?
    Elle fit un pas hésitant vers lui.
    - De vous-même, répondit-il d'un ton ferme"

     

    "- Je t'aime, murmura-t-elle. Ça au moins, ça a toujours été réel.
    Il se raidit, mais s'il avait une réponse à lui donner, elle s'en alla avant de pouvoir l'entendre."

     

    "Le destin emportait sa femme. Comme si les étoiles en personne bénissaient leur union."

     

    "Quelle idiote elle était. Quelle incurable idiote ! D'avoir cru qu'on pourrait l'admirer. D'avoir cru qu'elle pourrait être belle, adorée, ou simplement remarquée. D'avoir cru pouvoir être quoi que ce soit."

     

    © M.Meyer


    2 commentaires
  • Shades of light LCKell est un magicien de sang, un sorcier capable de voyager d'un monde à l'autre. Des mondes, il y en a quatre, dont Londres est, à chaque fois, le cœur et l'âme. Le nôtre est gris. Le deuxième, rouge, déborde de magie. Dans le blanc, elle s'est faite bien trop rare quand, dans le noir, elle a tout dévoré. Et le fléau s'apprête à contaminer chacun des univers jusqu'au dernier – ce n'est plus qu'une question de temps...

    Car les ténèbres ont déjà commencé à s'étendre sur le flamboyant Londres rouge. Les habitants en sont réduits à choisir entre céder aux sirènes dévastatrices de la magie et entamer contre elle une lutte désespérée jusqu'à la mort. Si Kell semble immunisé contre le poison qui gangrène son royaume, la fin le guette, lui aussi... à moins que des alliés inattendus ne le rejoignent dans la bataille À commencer bien sûr par Lila, qui ne raterait pour rien au monde une occasion de partir à l'aventure et faire étalage de sa puissance. Mais, aussi intrépides qu'ils soient, comment de simples magiciens pourraient-ils faire le poids face à l'incarnation même de la magie ?

    Editeur : Lumen
    Genre: Fantasy jeunesse
    Date de sortie: 13/9/2018
    Prix du livre papier : 16,00€
    Version numérique: 9,99 € 
    Nombre de pages :  761p

     

    Shades of light LCLe cliffhanger du précédent tome laissait présumer un opus palpitant, cependant une fois la magie dissipée la réalité  dérangeante me frappe. Non, mais j'hallucine ! 

    La lecture reste addictive, l'imaginaire de Victoria Schwab est toujours aussi présent et son univers captivant, les personnages attachants. Cependant l'action y est moins présente, personnellement je m'attendais à plus de rebondissements. Toutefois l'ambiance reste stressante plombée par ses ombres mouvantes et dangereuses, et l'on s'inquiète en permanence pour nos héros. Certes, l'auteur frappe fort par moments, néanmoins, une fois la dernière page tournée, je suis très frustrée. Au fur et à mesure que je m'approchais du dénouement, je m'agitais m'inquiétant devant le peu de pages restantes. Quand l'auteure allait-elle nous donner les réponses attendues ?  vers quel tournant improbable nous entraînait-elle ?

    D’où ma déception ! Oui, parce que outre être frustrée et énervée contre V. Schwab ( rien ne m'agace davantage qu'un auteur qui aborde des pistes et les laisse en plan), je suis très déçue de cette fin, nouveau cliffhanger moins intense que les autres mais qui laisse une porte ouverte sur une suite. Sauf que aucun 4e tome ne se profile  à l'horizon. Souhaitons que je me trompe et que l'auteure ait envisagé de nous concocter de nouvelles aventures à notre quator.

    Parce que, si j'ai bien aimé en découvrir davantage sur l'énigmatique Holland dans cet opus dans lequel il tient une grande place, moi j'attend toujours de découvrir les origines des Antari, connaitre le passé de Lila et celui de Kell ( pour celui-là c'est mal barré, vu que l'auteure ouvre et ferme la porte après nous voir laisser espérer, quelques secondes à peine, en des révélations  tant attendues. Encore un truc qui m'a mis en boule. 

    D'autres points on été soulevés dans la rencontre avec Maris et Lila  sans en voir l'aboutissement, et je noterais quelques incohérences par faute de plus d'explications. Oui même dans un monde fantastique il m'en faut.

    Pour autant j'ai aimé l'approche de Victoria Schwab sur les sentiments humains, les liens noués entre les uns et les autres, la peur de Lila de s'attacher devant le risque de la perte, la souffrance qu'elle entraîne, la relation entre le trio Kell, Rhy et Alucard. L'amour et l' attachement est partout ! Et de ce fait c'est ce qui fait la force de nos héros face à leur adversaire, mais aussi leur faiblesse. 

    Je ne peux donc pas dire que je n'ai pas aimé ce tome, (même si je lui ai trouvé quelques longueurs tout en me tenant en haleine), cependant j'en ressors avec un sentiment mitigé. Si ce tome est bien le dernier de la trilogie, eh bien c'est décevant, pour moi qui n'aime pas ce  genre de fin. Un 4e opus à venir changerait toute la donne. Alors je veux croire qu'il y en aura un.  Mais n'en étant pas vraiment persuadée, ma note tiendra compte de mon ressenti.

     

    Shades of light LC

     

    Extraits citations 

     

    "- l'amour et la perte sont comme un bateau et la mer, déclara Tieren en passant un doigt dans sa barbe " Ils s'élèvent ensemble. Plus nous aimons, plus nous avons à perdre. Le seul moyen d'éviter la perte est d'éviter l'amour. Mais le monde serait bien triste."

     

    " - (...) Mais il y a une différence entre tuer dans un but précis et touer pour le plaisir. Tout sage prend conscience à un moment ou a un autre que certains doivent tomber pour que d'autres puissent s’élever."

     

    " si Lenos avait bien une certitude,c'était que tout avait un but, un sens. parfois, on se trouvait trop près pour le percevoir, et d'autres fois trop loin, mais il en existait toujours un " 

     

    "-(..) nous ne choisissons pas qui nous sommes, mais nous choisissons ce que nous faisons"

     

    "- ce qui compte ce n'est pas ce que l'on est, mais ce que les autres croient que l'on est" 

     

    " L'amour était souvent comparé à une flèche qui fendait l'air et atteignait toujours sa cible. Tout le monde en parlait comme d'un sentiment agréable"

     

    " la vie n'est pas faite de choix mais d'accords, l'interrompis Holland. Certains sont bons, d'autres mauvais.. Quoiqu'il en soit, ils ont un coût."

     

    " Elle ne lui pardonnait rien, et pourtant, elle lui devait tout"

     

    " Emira était la glace qui permettait au feu du monarque de trouver son équilibre, le bain froid pour son tempérament d'acier. Elle le rendait plus fort Pourtant il ne l’appela pas."

     

    © V. Shwab

     

     


    3 commentaires
  • Chroniques Lunaires : Cress LCCinder et le capitaine Thorne se sont enfuis aux côtés de Scarlet et de Loup. 
    Le groupe rebelle projette de renverser la reine Levana et son armée. 
    Mais, le seul espoir de la résistance réside dans Cress, qui, emprisonnée dans un satellite depuis l’enfance avec ses écrans pour seule compagnie, est devenue un hacker imbattable. 
    Malheureusement, la reine Levana a d’autres projets pour elle, et libérer la jeune fille pourrait bien leur coûter cher...

    Editeur : PKJ
    Genre: Jeunesse Dystopie
    Date de sortie: 16/10/2014
    Prix du livre papier :  Broché : 18,90€ 
    Version numérique: 13,99
    Nombre de pages :  672

     

     

     

     

    Chroniques Lunaires : Cress LCEt voici le tome 3 dévoré, une fois de plus en une journée. Enfin presque. Disons que la nuit fut courte. Ce n'était pas pleine lune pourtant.  Mais les aventures de Petit Croissant de Lune alias Cress/Raiponce m'ont tenue en haleine. Enfin, ses aventures et celle des autres : Scarlet, Loup, Thorne, même si une grande part du récit tourne autour du capitaine et de Cress, que nous avions croisée sans le savoir dans les opus précédents.

    Cress/Thorne un duo de choc.J'ai eu un peu plus de mal à faire des parallèles entre le conte et cette version, pour la simple raison que Raiponce ne fait pas vraiment partie des histoires de mon enfance. C'est donc un peu différemment que j'ai abordé cet opus. Une fois de plus, on ne peut que vanter le talent et l'imaginaire de Marissa Meyer en faisant de cette héroïne une programme et informaticienne de génie. L'auteure apporte ainsi toute l'aide nécessaire à notre personnage principal.

    Cet opus démarre plus calmement que le dernier, cependant, très vite, l'auteure nous plonge dans le cœur de l'action avec des rebondissements inattendus, qui, une fois de plus, nous font trembler pour nos protagonistes. 

    Que dire de plus sur ce tome qui entraîne de plus en plus loin dans le combat entre Levana et Cinder ? sans spolier quoi que ce soit, se répéter en mentionnant une fois de plus que l'auteure est douée et que si j'avais lu un seul tome de cette saga, je l'aurais, sans hésitation, acheté en intégralité et faite dédicacé lors de ma virée au salon du livre. Je comprends mieux l'engouement des lecteurs, cette organisation hors pair de la ME et cette longue file d'attente pour une signature de cette brillantissime auteure qui revisite les contes de fées, les modernise, et séduit un large public. On ne peut que la féliciter pour ce défi relevé avec brio, qui n'aurait pas son pareil si sa plume n'était pas à la hauteur de son imagination. Il faut également reconnaître que la qualité de faiblit pas de tome en tome.  Je me précipite donc sur le suivant : Levana, sur les conseils de ma binôme, avant de plonger dans Winter que Marissa Meyer vient de nous présenter dans le final de cet opus.

    Coup de coeur toujours pour ce nouveau tome même si c'est moins intense que pour le autres.

     

    Chroniques Lunaires : Cress LC

     

     

    Extraits citations 

     

    " -Le courage peut prendre bien des formes. Tu en sais quelque chose "

     

    " La reine lunaire était aussi belle qu'on lui avait toujours dit - encore plus encore. A une  époque,  les hommes auraient pu partir en guerre pour posséder une  femme d'une telle beauté. Aujourd’hui, l'empereur Kaito se voyait contraint de l'épouser pour empêcher une guerre."

     

    "- Je regrette, Loup. Mais il fallait que je le fasse. Je ne pouvais pas te laisser là-bas.
    - Je sais. Je comprends. (Tendant le bras, il prit l’un de ses sacs au docteur pour alléger son fardeau.) Mais ça ne change rien au fait que personne ne devrait avoir ce genre de pouvoir."

     

    "-J’aurais tué beaucoup plus de monde s'il l'avait fallu, des soldats à vous, et je ne sais même pas si j'aurais éprouvé des remords, parce qu'on peut toujours se trouver des justifications."

     

    "- Non, vous ne comprenez pas. Ce qui fait le plus peur, c'est que plus je m'oppose à elle, plus je deviens forte... et plus je commence à lui ressembler."

     

    "- Vous savez, c'est presque logique. En un sens. (Il lui jeta un regard en coin.) Même si... dans ma tête, je m'étais toujours représenté la princesse... je ne sais pas. En robe."

     

    © M.Meyer

     

     

     


    1 commentaire
  • Chroniques lunaires : Scarlett LCBien loin de l'asie et du royaume du Prince Kai, la grand-mère de Scarlet Benoit est portée disparue. Scarlet réalise alors qu’elle n’a jamais su qui était vraiment son aînée et quels dangers pouvaient bien la menacer. Quand elle rencontre Wolf, un mystérieux street-fighter qui semble savoir où est sa grand-mère, elle n’a d’autre choix que de lui faire confiance. C’est en menant leur enquête que Scarlet et Wolf croisent la route de Cinder. 
    Ensemble ils se ligueront contre Levana, la vicieuse Reine lunaire prête à tout pour asservir les Terriens et épouser le Prince Kai.

    Editeur : PKJ
    Genre: Jeunesse Dystopie
    Date de sortie: 2/5/2019
    Prix du livre papier :  Broché : 17,90€  Poche :  8,30
    Version numérique: 12,99
    Nombre de pages :  480

     

     

     

     

     Chroniques lunaires : Scarlett LCUne saga qui déménage. Une addictivité qui va croissant. Un tome à la hauteur du précédent, voire meilleur avec l'absence de temps mort, de rebondissements  qui s’enchaînent tant une cohérence incroyable. On se sentirait presque essoufflée tant Marissa Meyer sait rendre sa dystopie vivante.

    Dans cet opus, on passe en alternance entre les péripéties vécue par Cinder et son acolyte Thorne et celles de Scarlet la flamboyante et son garde du corps : Loup, jusqu'à ce que les 2 groupes se rejoignent. L'auteure laisse planer le suspens en ce qui concerne le lien entre Cinder et Scarlet.

    Et nous voilà, non plus avec une badass, mais 2. Les jeunes filles sont impressionnantes dans leur combat personnels, leurs personnalités touchantes. Les nouveaux venus vont tantôt nous amuser, tantôt nous émouvoir. 

    La relation Scarlet et Loup est assez complexe et le soupçon sur ses bonnes intentions nous titille tout au long du récit. Qui est-il vraiment ?  Scarlet peut-elle lui faire confiance ? L'auteur s'appuie sur la réalité quotidienne, effleure les à priori, les divers cotés des personnalités, la sombre et la lumineuse, les valeurs profondes. 

    Avec Thorne et Loup, Marissa Meyer nous gâte. Le premier est un bouffon prétentieux, un voyou de première classe, Le second une âme torturée qui lutte contre ses démons. Mais y parviendra-t-il ? 

    L'auteure se joue de nous, maîtrise ses sujets, campe des personnages haut en couleur, introduit une note d'humour dans cette lutte contre la machiavélique Levana. Ses scènes de combat sont bien décrites, l'ambiance  est parfois stressante, tant on tremble pour nos protagonistes. On est loin des contes de fées avec leurs : et ils vécurent  heureux et eurent beaucoup d’enfants. Tout au moins le chemin pour y arriver est semé d’embûches et le lecteur n'est sûr de rien. Tant il arrive parfois que des auteurs ( je pense à Victor Dixen dans Phobos, entre autres) nous jouent parfois de sales tours. 

    Comme vous l'aurez peut-être compris, dans cet opus notre Scarlet n'est autre que la version dystopique du petit chaperon rouge. Dans cet approche on y croise la grand-mère aux mains des loups et une Scarlet  beaucoup moins naïve que la petite du conte, mais à l'âme généreuse capable de voir la bonté chez les autres.

    Tout ici est question de choix, mais aussi d'obligation, de devoirs envers ceux que l'on veut protéger aux prix de sacrifices personnels. Comme dans les contes, on se plait à croire que le bien triomphera du mal et que des alliances des plus improbables pourrait changer la donne. 

    Un tome, qui une fois terminé, vous pousse à vous plonger sans le suivant, tant on est impatient de suivre la suite des aventures de Cinder, curieux de découvrir les nouveaux personnages des contes de Perrault et de découvrir à quelle sauce, notre Marissa Meyer va nous les servir.

    Nouveau coup de coeur pour cet opus bien plus intense que le précédent

     

    Chroniques lunaires : Scarlett LC

     

     

    Extraits citations 

     

    "Je crois que je me suis rendu compte que je préférais mourir en les trahissant que vivre parce que je t'aurais trahie"

     

     "Cinder n’avait toujours rêvé que d’une chose, être libre. Échapper à sa belle-mère et à ses règles étouffantes. Échapper à une vie de labeur incessant et ingrat. Échapper aux ricanements, aux méchancetés des inconnus qui ne supportaient pas cette jeune cyborg trop forte, trop maligne et trop bougrement douée avec les machines pour jamais espérer devenir normale."

     

    "- Femelle alpha, murmura-t-il. Ca me plait bien.
    Radieuse, Scarlet haussa les épaules.
    - Je croise que je pourrais me faire à cette idée."

     

    "-Le plus stupide, ce n'est pas d'essayer de te protéger, dit Loup en ramenant son regard su Scarlet. C'est de croire que ça pourra faire une différence"

     

    "-. j'ai vite compris que si on refuse de se battre, si on ne sait pas se défendre, on n'est rien. On se fait harceler, tourner en ridicule... on devient une sorte d'esclave, et il n'y a plus rien à faire."

     

    © M.Meyer


    2 commentaires
  •  

    Chroniques lunaires : Cinder LCLes humains et les androids se pressent dans les rues bruyantes de la Nouvelle-Pékin. Une peste mortelle ravage la population. Depuis la lune, un peuple sans pitié observe la situation, en attendant de passer à l’attaque… Personne ne sait que le sort de la Terre ne dépend que d’une seule fille… Cinder est un cyborg, une mécanicienne très douée. Citoyenne de seconde classe, elle a un passé mystérieux, et vit avec ses désagréables belle-mère et belles-sœurs. Sa rencontre avec le prince Kai va la précipiter au cœur d’une lutte intergalactique. Partagée entre le devoir et la liberté, la loyauté et la trahison, elle doit découvrir les secrets de son passé, afin de protéger l’avenir de son monde.

     

    Editeur : PKJ
    Genre: Jeunesse
    Date de sortie: 14/3/2013
    Prix du livre papier :  Broché : 17,90€ Poche : 7,90
    Version numérique: 12,99
    Nombre de pages :  412

     

     

     

    Quand tu suis ta binôme les yeux fermés sans prendre le temps de lire le résumé, juste parce que l'auteure t'a séduite avec Heartless dans lequel elle prend comme point de départ Alice aux pays des merveilles.

     

    Chroniques lunaires : Cinder LCEh bien tu restes coite, une fois ta lecture terminée, la plume en l'air en te demandant comment tu vas pouvoir traduire ton ressenti. Il faut reconnaître que l’imagination de Marissa Meyer est sans bornes et qu'il fallait oser transformer ce célèbre conte de notre enfance en dystopie, la transposant dans un monde futuriste dans lequel notre Cendrillon est un cyborg.

    L’histoire est addictive. L'auteure utilise ce qui lui est nécessaire dans le conte de Perrault et concocte des aventures incroyables à notre Cinder. Jamais je n'aurais imaginé qu'elle puisse encore me surprendre après Heartless. Et pourtant, elle y est parvenue. L’évolution des événements reste assez prévisible, on suspecte assez rapidement l'identité véritable de notre héroïne. Cependant Marissa Meyer nous tient quand même en haleine tout au long du récit avec ses rebondissements qui suscitent chez le lecteur de l'émotion et de l'espoir dans certaines situations.

    On tombe sous le charme des protagonistes, tout comme l'on ressent de l'aversion pour d'autres. On ressent divers sentiments, on s’émeut pour la petite Pearl tandis que l'on s'attache à Iko et l'on s'attriste du sort réservés à ces personnages. 

    Le mélange entre les 2 genres littéraires est assez détonnant. Il faut reconnaître que faire de Cinder la propriété de la belle mère du conte, et introduire des sujets contemporains tel que l'esclavage, les pandémies (j'avoue avoir un peu pensé à l'arrivée du SIDA), poser le décor en Asie plutôt qu'en Amérique, peu sembler saugrenu, osé et original. Mais perso j'adore ! L'auteure y aborde des thèmes sérieux, tel que la question des choix, des décisions qui impacteront l'avenir du plus grand nombre et ainsi comment l'on se contraint à quelques sacrifices. Et de nous poser la question des limites du libre arbitre. Pour preuve, Cinder se retrouve à jouer un rôle dont elle se serait bien passé, contrainte d'accepter de suivre des routes auxquelles elle n'aurait jamais songé. Dans cet opus, le voile est levé sur certains mystères, mais il reste de nombreux questionnements dont nous trouveront les réponses, j'imagine, tout au long de la saga.

    Une saga jeunesse à partir de 11 ans qui ravira les jeunes lecteurs, mais les autres également tant les romans de Marissa Meyer s'adaptent à tout public friand de fantastique et romans jeunesse. 

    La traduction est la hauteur de la plume de l'auteur et de la grande ME qu'est PJK, ce qui est à noter tant parfois les traductions sont affligeantes.

    Avant de découvrir le style de Marissa Meyer, j'avoue que je ne me serais pas lancée dans cette lecture, la couverture ne m'attirait pas vraiment et je suis une dingo des couvertures. Elles conditionnent souvent mes envies, bien que parfois le contenu soit parfois décevant.

    Coup de coeur pour ce premier volet des Chroniques Lunaires. 

    Chroniques lunaires : Cinder LC

     

     

     Chroniques lunaires : Cinder LCL'auteur :

    Nationalité : États-Unis 
    Né(e) à : Tacoma, Washington , le 19/02/1984

    Biographie : 

    Marissa Meyer est diplômée en création littéraire à Pacific Lutheran University à Tacoma dans l'État de Washington.
    Avant d'écrire Cinder, Meyer à travaillé comme éditrice durant 5 ans. Elle a également écrit des récits de fan-fiction d'après le manga Sailor Moon sous le pseudonyme d'Alicia Blade.
    Meyer affirme avoir été inspirée pour écrire Cinder, premier tome des Chroniques lunaires, après avoir participé à un concours d'écriture en 2008, avec une histoire centrée autour d'un Chat botté futuriste.

    site officiel :
    http://www.marissameyer.com/ 
     
     
    La parenthèse : 
     
    Pour le plaisir, la couverture de la version poche 

    Chroniques lunaires : Cinder LC

     
     
     

    1 commentaire