• Paul et VirginieTout l'équipage se précipitait en foule à la mer, sur des vergues, des planches, des cages à poules, des tables, et des tonneaux. On vit alors un objet digne d'une éternelle pitié : une jeune demoiselle parut dans la galerie de la poupe du Saint-Géran. C'était Virginie. Tous les matelots s'étaient jetés à la mer. Il n'en restait plus qu'un sur le pont, qui était tout nu et nerveux comme Hercule. Il s'approcha de Virginie avec respect : nous le vîmes se jeter à ses genoux, et s'efforcer même de lui ôter ses habits; mais elle, le repoussant avec dignité, détourna de lui sa vue... Dans ce moment une montagne d'eau d'une effroyable grandeur s'avança en rugissant vers le vaisseau. À cette terrible vue le matelot s'élança seul à la mer; et Virginie parut un ange qui prend son vol vers les cieux.

     

    Editeur : Le livre de poche
    Genre:  Classique
    Date de sortie :  Nouvelle édition : 13/11/2019 Publié  initialement en 1788
    Prix du livre papier :  5,20
    Version numérique: 0,99
    Nombre de pages : 480 (avec le préambule) 

     

     

    Paul et VirginieOeuvre romanesque, la seule et unique marquante de Jacques-Henri Bernardin de Saint Pierre, dont je connaissais l'issue sans ne l'avoir jamais lue, ni étudié durant mon cursus scolaire.

    Pour certains, la romance est plutôt "gnan gnan". Pas plus que d'autres plus modernes, dirai-je. Tout au moins le style en est moins factuel, plus riche en vocabulaire, en descriptions de paysages idylliques aux airs de Paradis. Descriptions un peu ennuyeuses pour le lectorat qui privilégie l'action au détriment de la toile de fond.

    Un classique qui a mal vieillit disent certains. Justement non, tant il aborde une idée du bonheur, bien loin des contingences matérielles, dans laquelle la nature tient une grande place.

    Pour preuve que notre Virginie n'était pas plus heureuse loin de son île  sur laquelle , elle et Paul élevés dans une promiscuité jugée horrifiante pour les bonnes âmes telles que sa tante  bien née. é

    Un récit que l'on peut trouver un peu long, si  l'on s'en tient à la seule histoire d'amour tragique de nos 2 protagonistes. Mais si l'on regarde bien entre les lignes l'auteur pousse aux questionnements tant il aborde divers thèmes, différents enseignements ayant traits aux valeurs morales telle que la vertu ( terme démodé, certes, mais n'est-on pas, un tant soi peu, éduqué dans les préceptes du "bien" ?  Et au XVIIIe siècle, petri de religion, il n'existe donc aucune alternative pour notre héroïne.

    Bernardin de Saint Pierre aborde d'autres thèmes du genre : pour vivre heureux vivons cachés, le combat entre la raison et le coeur. On pourrait même trouver quelques images symboliques  dans les dernières heures de la jeune femme refusant de délester de ses vêtements, la main sur son coeur, partagée entre les convenances régies par la société ( toujours actualité, d'ailleurs ) et ses sentiments personnels. Dommage que notre Virginie, en jeune fille modèle, n'est pas été une de nos rebelles contemporaines, plus encline à privilégier son bonheur que celui des autres.  Parfois à trop penser aux autres l'on se perd soi-même. 

    J'ai donc aimé ce conte moral et romanesque au dénouement tristement tragique qui aurait pu avoir un joli happy-end et qui fait dire que parfois il vaut mieux écouter son coeur que sa raison. 

     

    Paul et Virginie

     

    Paul et VirginieL'auteur :

    Nationalité : France
    Né(e) à : Le Havre , le 19/01/1737
    Mort(e) à : Éragny-sur Oise , le 21/01/1814
    Biographie :

    Jacques-Henri Bernardin de Saint Pierre est un écrivain et botaniste français.

    Dès ses 12 ans, il lit avidement "Robinson Crusoé" et fait un voyage à la Martinique, après avoir été élève des Jésuites de Caen. Il entre en 1757 à l'École des Ponts et Chaussées et devient ingénieur à Düsseldorf en 1760 avec un brevet d'officier-ingénieur. L'homme n'est pas d'un naturel très coopérant avec ses employeurs, il sera licencié.
    Il se mit à rêver de fonder une république idéale et vertueuse, il ne cesse de voyager de métier en métier (professeur, journaliste, capitaine en Russie, ingénieur, etc...) et de pays en pays (Malte, Amérique, Hollande, Russie, Pologne, Autriche, Allemagne, l'île Maurice, etc...). Revenu à Paris en 1771, il va au salon de Mlle de l'Espinasse avec les encyclopédistes et, ensuite, il se lie d'amitié avec Jean-Jacques Rousseau, dont il demeure toujours un fervent disciple.
    En 1771, il embrasse la carrière des lettres. Mais il n'était pas fait pour les succès de salon et de coterie littéraire. Il publie "Voyage à l'île de France" (île Maurice) (1773), puis il devient célèbre avec ses trois premiers volumes de ses "Études de la nature" (1784). Nommé intendant du Jardin des Plantes, il en écrit le quatrième et dernier volume, "Paul et Virginie" (1788), qui consacre sa gloire littéraire.
    En 1792, Louis XVI le nomme intendant du Jardin des Plantes, ensuite nommé professeur à l'École normale sous la Révolution, élu membre de l'Institut en 1795, de l'académie française en 1803, il est comblé d'honneurs par Napoléon.
    Ayant perdu sa première femme, il épouse, en 1800, Désirée de Pelleport, jeune et jolie personne qui calme ses dernières années avant sa mort dans sa campagne d’Éragny, sur les bords de l’Oise. De son premier mariage, il a eu deux enfants : Paul, mort jeune, et Virginie, mariée au général de Gazan.


    1 commentaire
  • Insensible Maxime est beau, arrogant et prêt à se marier quand il a un accident le jour de son enterrement de vie de garçon. Le voilà plongé dans le coma avec pour seule occupation : écouter. Difficile pour un jeune homme qui prône l'intolérance et le mépris d'autrui. Piégé dans ses pensées déjantées, une seule personne réussit à l’apaiser : Marie, sa douce infirmière. Une histoire d’amour naît entre l’insupportable comateux et l’infirmière désespérée. Sans pouvoir se voir ni se parler, ils vont y croire malgré tout.

     

    Editeur : So Romance 
    Genre:  Romance contemporaine
    Date de sortie : 4/1/2019
    Prix du livre papier :  Broché : 12,99
    Version numérique: 5,99
    Nombre de pages : 230

     

     

     

     

    Insensible Choisi délibérément pour le glisser dans le cadre  du challenge Multi Défis Babelio. L'occasion de donner à l'auteure une deuxième chance, vu que je n'ai pas accroché à Monsieur Connard pour diverses raisons ( voir la chronique si ça vous botte).

    Tout bien considéré Sonia  Miot et moi ça va pas le faire. Je laisse le style, l'humour, à ceux et celles a qui ça correspond. Heureusement il en faut pour tous les goûts. Perso, ni le premier roman ( que j'ai quand même préféré) ne correspond à mes attentes en matière de romances. Trop de mal pour moi à tout prendre au second degré, d'autant que l'on aurait pu avoir une jolie romance avec juste un pointe de réalisme, un peu d'émotion. Il n'en fallait guère. 

    L'occasion de donner à l'auteure une deuxième chance, vu que je n'ai pas accroché à Monsieur Connard pour diverses raisons ( voir la chronique si ça vous botte).

    Tout bien considéré Sonia  Miot et moi ça va pas le faire. Je laisse le style, l'humour, à ceux et celles a qui ça correspond. Heureusement il en faut pour tous les goûts. Perso, ce premier roman ( que j'ai quand même préféré) ne correspond pas  à mes attentes en matière de romances. Trop de mal, pour moi à tout prendre au second degré, d'autant que l'on aurait pu avoir une jolie romance avec juste un pointe de réalisme et d'émotion. Il n'en fallait guère. Un choix personnel certes mais qui reste un peu casse gueule. 

    L'idée de base est néanmoins excellente. Il faut dire que Sonia Mio sait vraiment les dégoter. Sauf que, à mon goût très personnel, elle casse le charme de la romance dans un excès humoristique et trop d' incohérences.

    Maîtriser un peu les notions du coma et le milieu soignant, aurait été, un poil bienvenu, ce qui aurait évité de  me faire lever les yeux ciel un nombre incalculable de fois. Ce qui a été pire que le dénouement très prévisible mais qui convient bien avec la romance.

    De bonnes idées, c'est inconstatable, mais le reste... Rien à faire, j’accroche pas ni au niveau stylistique qui permet à l’auteure de se démarquer ( je le reconnais absolument), ni au côté trop peu crédible. Désolée mais mon coté soignante ne peut l'admettre.  

    Quant aux dialogues, je les ai trouvé plutôt lisses, voire insipides ( oui je sais moi, j'aime les reparties qui clashent, des situations qui vont vibrer).

    Une fois de plus une lecture qui n'a pas répondu à mes attentes mais séduira probablement un certain lectorat

    L'idée de base est néanmoins excellente. Il faut dire que Sonia Mio sait vraiment les dégoter. Sauf que, à mon goût très personnel, elle casse le charme de la romance dans un excès humoristique et trop d' incohérences.

    Maîtriser un peu les notions du coma et le milieu soignant, aurait été, un poil bienvenu, ce qui aurait évité de  me faire lever les yeux ciel un nombre incalculable de fois. Ce qui a été pire que le dénouement très prévisible mais qui convient bien avec la romance.

    De bonnes idées, c'est inconstatable, mais le reste... Rien à faire, j’accroche pas ni au niveau stylistique qui permet à l’auteure de se démarquer ( je le reconnais absolument), ni au côté trop peu crédible. Désolée mais mon coté soignante ne peut l'admettre.  

    Quant aux dialogues, je les ai trouvé plutôt lisses, voire insipides ( oui je sais moi, j'aime les reparties qui clashent, des situations qui vont vibrer).

    Une fois de plus une lecture qui n'a pas répondu à mes attentes mais séduira probablement un certain lectorat .

    Insensible


    2 commentaires
  •  

    Monsieur ConnardUn nom pareil, ça ne s'invente pas. Pourtant, derrière ce patronyme, se cache une certaine sensibilité et un cœur qui balance ...Corentin Connard est spécialiste en séparation amoureuse. Ce jeune patron passe ses journées à briser des couples et ses soirées devant sa console de jeux. Fan incontesté de jeux vidéo, il joue avec la dénommée Éphémère2. Seulement, le jour où sa meilleure employée décide de remuer son quotidien morose, rien ne va plus. Le cœur tiraillé entre les deux femmes, Corentin devra faire un choix. Et si le destin en avait décidé autrement ?Après Insensible; découvrez sans plus attendre le nouveau roman de Sonia Miot et suivez les aventures sentimentales de Corentin Connard, un homme plein de surprises

     

      Editeur : So Romance 
    Genre:  Romance contemporaine
    Date de sortie : 16/8/2019
    Prix du livre papier :  Broché : 12,99
    Version numérique: 6,99
    Nombre de pages : 208

     

     

     

     Monsieur ConnardAu vu du titre et de la couverture, on s'attend  à un énième roman  New Adult avec un protagoniste arrogant d'ou son titre à la hauteur de son patronyme.

    On n'en est loin, car Sonia Miot vient nous surprendre en nous plongeant dans une histoire qui tient de la chick lit. Et en la matière chez moi, c'est tout ou rien. Çà passe ou pas.

    Pourtant l'idée de base était assez originale. Plutôt que de nous offrir les plaintes les déboires d'un énième personnage du genre, l'auteur nous partage l'histoire dramatique et le triste quotidien de Corentin, patron d'un entreprise de séparation. 

    Et nous voilà embarqués dans des aventures rocambolesques. Certes il faut prendre ce récit au deuxième degré. J'ai tenté de le faire,  sans succès. Impossible de parvenir à adhérer à l'histoire , à m'attacher aux protagonistes aux comportements  moyennement crédibles. De plus l'évolution de l'intrigue est très cousue de fil blanc, tellement téléphonée, que s'en était décevant. 

    Je ne suis pas prévenue non plus a apprécier la plume humoristique de Sonia Miot, malgré son talent indiscutable de trouver des jeux de mots judicieux censés faire rire. J'avoue que je suis du genre difficile a faire esclaffer. Quand je parviens à sourire dans ce genre d'humour, l'auteur peut s’estimer heureux. Là rien pas l'ombre d'un étirement de lèvres. À vrai dire j'ai même trouvé à la longue que c'était lourd et répétitif.

     Que dire du style ? J'ai détesté les incises. Le pronom avant le verbe en terme de musicalité de la phrase dans un texte au présent, ça me fait grincer les dents. Chacun son truc. Moi ça me crispe.  C'est comme ça.

    Un détail ? Certes, sauf que les phrases courtes donnant un style factuel et bien je ne prise pas beaucoup.  Si aucune l’histoire avait été porteuse, je sais que je m'en serais accommodée. Mais non, ce n'a pas été le cas. Dommage.

    J'étais curieuse de découvrir la plume de l'auteure qui en est à son 3e romans. Je vais malgré tout lui accorder une 2e chance, mais je vais zapper Madame Connard que je sens dans le même veine que celui-ci  pour tenter Insensible, histoire d'une jeune homme  dans le coma et qui entre aussi dans mon Challenge Multi Défi Babelio que je tente de boucler.

     

    Monsieur Connard

     

    L'auteur : 

    Aucune infos 


    1 commentaire
  •  

    La mécanique du coeurEdimbourg, 1874. Jack naît le jour le plus froid du monde et son cœur en reste gelé. Mi-sorcière mi-chaman, la sage-femme qui aide à l'accouchement parvient à sauver le nourrisson en remplaçant le cœur défectueux par une horloge. Cette prothèse fonctionne et Jack vivra, à condition d'éviter toute charge émotionnelle : pas de colère donc, et surtout, surtout, pas d'état amoureux. Mais le regard de braise d'une petite chanteuse de rue mettra le cœur de fortune de notre héros à rude épreuve. Prêt à tout pour la retrouver, Jack se lance tel Don Quichotte dans une quête amoureuse qui le mènera des lochs écossais jusqu'aux arcades de Grenade et lui fera connaître les délices de l'amour comme sa cruauté. Conte ultra-moderne mâtiné de western-spaghetti, La Mécanique du Cœur vibre d'une rugueuse force poétique où l'humour est toujours présent. Mathias Malzieu soumet aux grands enfants que nous sommes une réflexion très personnelle sur la passion amoureuse et le rejet de la différence, donnant naissance à un petit frère de Pinocchio qui aurait fait un tour chez les Freaks de Todd Browning.

     

    Editeur : J'ai lu
    Genre: SF Steampunk
    Date de sortie : 30/03/2009
    Prix du livre papier :  Broché : 17,50€  Poche  : 4,90
    Version numérique: 5,99  
    Nombre de pages :  160

     

    La mécanique du coeur 

     

     

     

    Un fait est incontestable, c'est que Mathias Malzieu est un poète, un écrivain de chanson talentueux. Un texte en prose qui est de la poésie à l'état pur. on le chanterait presque.


    J'avoue, j'aime les mots empreints, de musicalité, les phrases que l'on tourne en bouche et que l'on déguste, savoure comme un bon vin. Mais le risque serait que d'avoir trop de belles phrases à boire, l' on tombe dans : "peu importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse".

    Parce que coté intrigue, pour ce roman présenté comme Steampunk et bien je ne me suis retrouvée dans pas grand chose. Enfin si, dans une sorte de conte philosophique qui tourne un peu en rond. Car une fois que l'on a perçu les messages, l'histoire d'amour reste assez banale. et au final l'on s'essouffle à suivre Little Jack, tant l'on ne sait que trop bien que l'amour dérègle la mécanique du coeur, qu'aucun accessoire complémentaire ne peut jamais le faire à nouveau tourner comme une horloge.

    Il en vient à chacun de nous d'en faire bon usage et de vivre avec ses blessures et ses cabosses et il est au bout du compte assez costaud pour subir le choc et affronter d'autres épreuves.

    Un avis donc en demi-teinte pour ce 2e roman de l'auteur que je lis, qui m'avais séduite avec Son vampire en pyjama.

     

    La mécanique du coeur

     

     

    La mécanique du coeurL'auteur :  

    Nationalité : France
    Né(e) à : Montpellier , le 16/04/1974
    Biographie :

    Mathias Malzieu est un chanteur, musicien et écrivain.

    Un temps tenté par la carrière de tennisman, une blessure le force à renoncer à son rêve. Pendant sa convalescence, il se met à écrire des chansons en jouant de sa guitare.
    En 1993, il fonde avec ses amis de lycée Éric Serra-Tosio, Michaël Ponton et Guillaume Garidel (la chanteuse et violoniste Babet les rejoindra en 1997) le groupe Dionysos, qui devient l'un des groupes de rock les plus populaires de France avec les albums "Haiku" en 1999 et "Western sous la neige" en 2002, porté par la chanson "Song for Jedi", pour lequel le groupe récolte un disque d'or et une nomination aux Victoires de la musique.

    En parallèle, Mathias Malzieu mène une carrière d'écrivain. Il écrit un recueil de nouvelles, "38 mini westerns avec des fantômes" (2003), et deux romans. "Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi" (2005) a été écrit après le décès de sa mère et en l'honneur de sa sœur Lisa, et a inspiré l'album "Monsters in Love". Il a été suivi en 2007 par "La Mécanique du cœur", dont on retrouve des éléments de l'histoire dans l'album musical du même nom.

    Il a également écrit des textes pour d'autres interprètes, notamment Olivia Ruiz, qui a été sa compagne de 2005 à 2011. En 2010, il fait une apparition dans le film "Gainsbourg, vie héroïque" de Joann Sfar dans lequel il interprète un musicien de Serge Gainsbourg sur scène sur la chanson "Nazi Rock" avec ses compères de Dionysos.

    En 2011 est publié son roman "Métamorphose en bord de ciel" qui va permettre d'inspirer quelques chansons de l'album "Bird 'n' Roll" de Dionysos sorti en mars 2012. Un nouveau roman, "Le plus petit baiser jamais recensé", est paru en 2013. En 2014, il adapte "La Mécanique du cœur" en film d'animation intitulé "Jack et la Mécanique du cœur", dont il est coréalisateur avec Stéphane Berla.

    Mathias est atteint d'une aplasie médullaire et est contraint de subir une greffe de moelle osseuse en 2013. Lors de son hospitalisation, il rédige un journal intime intitulé "Journal d'un vampire en pyjama", qui est édité en 2016, ainsi qu'un nouvel album homonyme. Le livre obtient le Prix France Télévision - Essai 2016 et le Grand Prix des lectrices Elle - Documents 2017.

    Son roman "Une sirène à Paris" (2019) obtient le Prix Babelio Imaginaire 2019.

    page Facebook : https://www.facebook.com/MathiasMalzieuDionysos/
    Twitter : https://twitter.com/mathiasmalzieu

     

     


    1 commentaire
  •  

    Sørjevik, Norvège, 871

    Comme une aurore dans la brumeHaakon est furieux. Son jarl et meilleur ami, Loken, lui a imposé de s’occuper de la captive qu’ils ont repêchée en pleine mer du Nord jusqu’à ce qu’ils aient pu obtenir sa rançon. Or, la naufragée refuse de décliner son identité et sa beauté éveille en lui autant de souvenirs douloureux que son caractère l’insupporte.
    L’hiver approche. Si elle ne parle pas maintenant, toute tentative de rançonnage sera reportée et il devra la surveiller jusqu’au printemps. Et ça, c’est strictement hors de question. Parce qu’elle est intenable, caractérielle et… aussi désirable qu’interdite.
    Quant à la jeune femme, elle semble bien décidée à ne pas lui rendre la tâche facile, à bien plus d’un égard…

    Un voyage au cœur des fjords du Rogaland, au temps des grandes expéditions vikings, des guerres entre clans et royaumes scandinaves et de l’exploration maritime des nouvelles voies du nord.

     Editeur : Auto-édition
    Genre: Romance historique
    Date de sortie : 4/0/2018
    Prix du livre papier :  Broché : 9,90€ 
    Version numérique: 3,99 
    Nombre de pages :  282

     

     Comme une aurore dans la brume SP

    L'auteure, qui semble avoir un fort penchant pour les histoires des Vikings, nous entraîne dans une romance historique sympathique, beaucoup plus tempérée sur le coté descriptions que les derniers ouvrages lus précédemment. Elle parvient désormais à trouver l'équilibre parfait, brossant les décors et les ambiances de manière suffisante pour planter la toile de fond, nous faire découvrir les terres scandinaves, les us et coutumes de tout un peuple. C'est culturellement intéressant et au fil des tomes sa maîtrise s'est affinée. 

    Ce qui donne une histoire bien construite et ficelée qui néanmoins reste dans le même registre que les précédents romans. Ses romances s'adressent donc au fan du genre et des beaux Vikings qu' Aurélie Depraz dépeint sous un jour peu commun, bien loin des barbares.

    Son roman s'appuie des événements historiques qui poussèrent certaines tribus nordiques à s'installer en terre d'Islande tandis que d'autres subissaient l'unification de la Norvège sous le roi Hérald à la belle chevelure. Un roman donc riche en enseignements sur une période plutôt méconnue et un volet historique passionnant.

    La plume de l'auteure est belle et poétique, le style plaisant et la lecture est fluide.

    Le déroulement et le dénouement restent très prévisibles, agrémentés de quelques rebondissements pour certains inattendus. Les personnages sont sympathiques et attachants, les relations un peu chaotiques et l'on se laisse porter par le récit et l'on passe un agréable moment de lecture sans prise de tête tout en se cultivant et l'on peut aller plus loin encore en suivant l'auteure sur son site ou tout simplement en faisant ses propres recherches.

    Etant une fan de l'Ecosse et de l'histoire de France, j'espère qu' Aurélie Depraz nous proposera d'autres aventures romanesques des ces registres, avec des beaux Highlanders qui me feront rêver. Je crois avoir fait le tour pour l'instant du monde Viking.

    Je la remercie, néanmoins pour ce partenariat SP, qui m'a permis de découvrir sa plume  et son univers.

     

    Comme une aurore dans la brume SP

     

    Pour suivre l'auteure c'est ICI 

     

     

     

     

     

     

     


    2 commentaires