• JLa maison bleue horizonanvier 1985. Tout commence par un message laissé sur le répondeur d'Alan Lambin, enquêteur spécialiste en phénomènes de hantises. Une maison, dans un village de la Somme, semble hantée par un esprit qui effraie la famille qui y vit. En quittant sa chère Bretagne, Alan ignore encore l'enquête bouleversante qui l'attend et les cauchemars qui vont le projeter au coeur des tranchées de 1915. Bloqué par une tempête de neige, sous le regard perçant d'un étrange corbeau, Alan réussira-t-il à libérer cette maison de ce qui la tourmente ?

     

     

    La maison bleue horizonChangement d'univers avec cette romance fantastique passionnante que j'ai dévorée. Un livre dans ma PAL depuis longtemps et dans ma wish-list dès sa sortie, intriguée par le résumé et la couverture.

    L'auteur, dès l'arrivée de notre chasseur de fantômes, nous plonge dans une ambiance stressante et maitrise les effets, comme dans tout bon film d'épouvante dans lequel on sursaute, tout en présumant de ce qui va se passer.

    Comme dans tout roman du genre, à l'instar de Stephen King dans Shinning, Jean-Marc Dhainaut, brosse un climat hivernal de circonstance, isolant les protagonistes de cette histoire du monde extérieur.

    Très rapidement l'auteur identifie les dits "fantômes" hantant la demeure, puis pas à pas nous fait découvrir le passé des personnages. Le paranormal est très présent et l'auteur nous plonge également dans d'autres mystères. Pour l'un d'eux, le doute s'insinue très vite. Raison pour laquelle, j'ai tourné fébrilement les pages pour trouver mes réponses. 

    Pas à pas, l'auteur nous pousse vers le dénouement, de nouveaux soupçons nous titillent, pour autant, j'avoue que je ne m'attendais pas à un tel épilogue, même si, à postériori, Jean-Marc Dhainaut, dans quelques passages, nous donne quelques éléments qui auraient pu m'orienter. 

    J'ai particulièrement apprécié les thématiques parallèles abordées, le contexte historique du passé de certains protagonistes. Le roman est documenté  et plutôt percutant

    Coup de coeur pour histoire paranormale narrée à la troisième personne dans un style plaisant, fluide, malgré le fait que j'ai, par moments, eu du à mal cerner le personnage d'Alan et sa relation avec le paranormal qu'il m'a semblé plus enclin à démystifier qu'à prouver.

    Les points forts

    • l'écriture
    • le thème
    • le suspens maitrisé
    • l'aspect angoissant
    • le volet historique

    Mon petit bémol

    Le personnage d'Alan que j'imaginais éprouvant moins de doutes, sur la présence de personnes hantant la demeure jusqu'à ce qu'il y soit confronté.

    La maison bleue horizon

     

    La maison bleue horizonL'auteur 

    Nationalité : France
    Né(e) à : Douai , le 1er aout 1973

    Biographie :

    Né dans le nord de la France en août 1973, au cœur du bassin minier, Jean-Marc Dhainaut est avant tout quelqu'un de curieux et très passionné. Tant par les contextes médiévaux, l'histoire, le voyage dans le temps, que par les légendes de Bretagne qu'il affectionne tout particulièrement. Le plaisir de l'écriture, d'abord de nouvelles, lui est venu naturellement, comme un déclic. Selon lui, rien n'est jamais le fruit du hasard, mais du destin. Fier de ses racines du nord, des valeurs et de l'âme de sa région qui lui ont été transmises par sa famille, modeste et ouvrière, il aime retranscrire ces valeurs et son univers au travers de ses écrits, souvent chargés d'émotions, de mystères insolites et surnaturels

    votre commentaire
  • Le cas Van Noorden SPTrois amis de fac en retrouvent un quatrième, expatrié au Canada, après sept années de séparation. L'occasion unique de renouer avec Carl pour Audric, Victor et Tony, mais l'ambiance ne prend pas. Haine recuite, passé trouble, un dîner qui brûle et la concorde part en fumée. Et lorsque enfin les esprits s’apaisent autour d'un verre, l’impensable se produit : le corps de Carl Van Noorden est retrouvé sans vie. Alors les cicatrices s'ouvrent, les passions s’exacerbent, les accusations fusent et convergent, vers qui ? Vers l'hôte d'un soir : Audric Herbert, principal accusé.

    Sadegh Hossein Yavari, lecteur de polars et livreur de sushis, a raté l'examen du barreau deux fois. C'est pourtant à ce loser magnifique qu'incombe la tâche d'innocenter "monsieur H", son client favori.

    Une énigme en chambre close, des suspects à la pelle, un coupable trop évident. Sadegh devra-t-il enquêter dans trois pièces, à trois kilomètres ou sur trois continents ?

     

     

    Le cas Van Noorden SPJ'aime les challenges livresques, ce qui me fait souvent plonger dans des lectures avec  seulement un soupçon d'informations et à accepter des SP, sans même me pencher sur le sujet. Les belles découvertes sont parfois au rendez-vous, comme cette fois-ci, dans lequel j'ai foncé sans réfléchir. Mon côté frondeuse, prend souvent le dessus sur la réflexion et la pondération en matière de lecture.    

    Accepter un SP est toujours un défi que j'aime relever. À peine ai-je reçu celui-ci que je m'y suis plongé avec l'idée de n'en lire que quelques pages, juste pour pour savoir à quoi m'attendre.

     Je n'ai pas décroché avant d'arriver à la dernière ligne de cette enquête aux airs de Cluedo : Qui a tué Carl ? Audric, Victor, Tony ? ou Lea, cette jeune femme que seul Victor connait et encore. Une chose est certaine, tous possédaient une raison justifiable comme le dévoile ce huit-clos passionnant et l'opportunité. Y compris cette étrangère, qui pourrait être la complice de Victor. C'est ce que tentera d'élucider Sadegh, le livreur de sushis, à la demande d'Audric, son client, le premier suspect dans cette affaire.

    Très vite l'histoire nous happe et tout comme Audric nous souhaitons découvrir le meurtrier. Dès lors, l'auteur nous tient en haleine tout le long du récit qui se déroule, pour une grand part, dans l'appartement d'Audric. Mais les pièces du puzzle ne s'emboitent pas facilement.

    Le rythme est soutenu, les personnages particulièrement travaillés, les situations parfois cocasses, les dialogues amusants, la construction maitrisée. Du travail d'orfèvre, avec une approche originale qui pourrait laisser penser à une pièce vaudevillesque, mais qui est bien un thriller et un excellent thriller qui aborde quelques thématiques intéressantes, contemporaines et qui donnent son coté crédible, même si on ne trouve pas tous les jours, un mort dans son bureau. 

    Outre l'originalité du style, la plume est superbe, dynamique, riche, de celles qui m'enchantent et accentuent mon plaisir de lecture. 

    Un après-midi pour dévorer ces 200 pages et découvrir les réponses à cette enquête assortie de rebondissements intrigants qui nous portent au dénouement, un peu abrupt toutefois, mais cohérent pour le lecteur attentif aux informations données dans le prologue. 

    Je conseille ce roman sortant des sentiers battus, une vraie pépite à découvrir. Souhaitons que l'auteur nous offre rapidement d'autres histoires tout aussi palpitantes.

     

     

    Le cas Van Noorden SP

     

    Le cas Van Noorden SP

     

     

    Le cas Van Noorden SPL'auteur : 

    Nationalité : France
    Biographie :

    Raphaël Passerin naît en 1978. Angliciste de formation, il fonde Lovely Rita, groupe hommage aux Beatles avec lequel il écume les salles jusqu’à plus soif. Après quelque cent cinquante concerts, il se tourne naturellement vers la composition : le single Six O’Clock restera le titre marquant du groupe.
    Un revers de fortune le mène jusqu’au Temple de l’Oratoire, place forte du protestantisme libéral. Trois années durant, il délaisse toute littérature pour se consacrer à l’étude de la Bible. Envisageant un temps la carrière pastorale, il suit les cours de l’Institut Protestant de Théologie et multiplie les retraites.
    L’exégèse des Écritures affermit son goût pour l’écriture. C’est à Lourdes qu’il entreprend la rédaction de Prince de Galles, premier roman publié en 2018 aux éditions Valeurs d’Avenir et sélectionné par le jury La Montagne. Trois ans plus tard paraît son second livre, Le Cas Van Noorden, aux éditions du Val.


    votre commentaire
  •  

    Les sept soeurs : La soeur du soleil À la mort de leur père, énigmatique milliardaire qui les a adoptées aux quatre coins du monde lorsqu'elles étaient bébés, Electra d'Aplièse et ses soeur se retrouvent dans la maison de leur enfance, Atlantis, un magnifique château sur les bords du lac de Genève.

    Electra, la sixième soeur, a tout pour elle : mannequin le plus en vue de la planète, elle est belle, riche et célèbre. Mais derrière cette image idéale, c'est une jeune femme perdue depuis le décès de son père. Emportée dans la spirale infernale de la drogue et de l'alcool, et alors que tout son entourage craint pour elle, elle reçoit une lettre d'une inconnue qui dit être sa grand-mère. Celle-ci lui révèle que ses racines se trouvent au Kenya, au coeur d'une tribu massaï...

     

     

    Les sept soeurs : La soeur du soleil Mon tome préféré de la saga. L'histoire d'Electra, un personnage qui promettait de nous faire vivre une aventure passionnante, m'a totalement happée à la différence de celle de Tiggy.

    Pas à pas j'ai vibré, plus pour les personnages du passé, mais suffisamment pour m'attacher à Electra au prime abord la sœur la moins sympathique de la tribu.

    Une fois de plus Lucinda Riley nous plonge dans un univers particulier totalement maitrisé, sans faux pas. Si on ne lit pas les résumés, comme moi, l'auteure ne laisse pas entrevoir les origines ethniques des 7 sœurs tant qu'elle ne nous plonge pas au coeur de l'histoire de chacune d'elle.

    Ici, Lucinda Riley aborde des sujets fascinants et hyper forts, elle nous entraîne à sa suite dans des aventures contemporaines marquantes à travers le personnage de Stella et de Cecily. L'émotion est au rendez-vous dans le présent que dans le passé.

    Le volet romance dans ce tome est bien plus crédible et posé que dans celui de Tiggy.

    Comme d'habitude la plume de l'auteure est toujours aussi fluide et plaisante et l'additivité vous pousse à tourner les pages pour connaitre le dénouement des 2 histoires parallèles.

    De part ses personnages bien construits, Lucinda Riley nous attache à eux.

    C'est avec une pointe de tristesse  que j'avance dans cette saga en espérant que le temps n'a pas manqué à l'auteure, avant son triste décès pour nosu donner les réponses sur le mystérieux Pa Salt. 

    Un tome coup de coeur. 

     

    Les sept soeurs : La soeur du soleil


    votre commentaire
  • New trip en Alaska LCQuand Meredith descend d’avion, elle est persuadée d’avoir atterri à Hawaï.

    Dommage...

    Et encore plus dommage, ses copines ont eu la merveilleuse idée de lui offrir un séjour à Sitka en Alaska, sa terre d’origine, pour son enterrement de vie de jeune fille !

    Un souci ?

    Aucun non. C’est juste là-bas que vit son ex...

    Lui ? C’est Peter. Peter le winner, Peter le « I’ve got the power », enfin... plus pour très longtemps.

    L’impertinent Peter dont elle était tombée amoureuse enfant. Le si beau, si drôle et si sexy Peter qu’elle avait promis d’épouser. Le traître de Peter qui l’a contrainte à quitter Sitka, il y a trois ans.

    Bref, entre leurs griefs, les ragots à son sujet et ses conflits avec sa famille, voilà de quoi promettre à Meredith un New Trip en Alaska absolument magique !

     

    JNew trip en Alaska LCe ne doutais pas une seconde que les aventures de Peter me passionnerait. Celui-ci croisé sur la route de Stika, j'espérais bien qu'il aurait quelque chose à nous raconter. Merci à Emma Landas de lui avoir donné la voix.

    Nous voilà de retours sur les terres Alaskiennes et particulièrement sur l'ile de Rockwell. Une fois de plus par sa plume talentueuse, l'auteure nous brosse des ambiances si juste que l'on s'y croirait, ou tout au moins nous donne envie de découvrir les paysages qu'elle nous décrit. 

    Oui, Emma Landas sait planter les décors pour nous immerger dans son univers. Mais l'auteure n'est pas un guide touristique, elle ne nous noie pas sous des descriptions interminables, non, elle peint une toile de fond dans laquelle elle fait évoluer ses personnages aux personnalités abouties. Après Khal, l'ours, elle nous fait découvrir celle du très sensible Peter.

    J'avoue que j'ignorais totalement dans quoi je me lançais, n'ayant pas lu le résumé. Une seule chose m'intéressait : faire la connaissance de Peter. Aussi, je ne m'attendais pas à la tournure que prennent le évènements dès les premiers chapitres.

    Comme de coutume Emma Landas nous attache à ses protagonistes, nous fait vibrer, nous émeut, nous amuse. 

    Elle maitrise son sujet comme elle maitrise les autres, tous toujours différent et nous attache à elle de par sa plume fluide, addictive, dans un équilibre parfait entre narration et dialogues, tantôt drôles  tantôt percutants tantôt émouvants.

    Elle nous tient en haleine avec une romance finalement standard et toute simple et ce jusqu'au bonus fracassant qui remet en avant Khal et Meg.

    Bon ayant lu toute la biblio de l'auteure, je vais devoir patienter avant de pouvoir me replonger dans une nouvelle aventure, un nouveau trip façon Emma Landas. 

     

    New trip en Alaska LC

     

    New trip en Alaska LC

     

    New trip en Alaska LC


    votre commentaire
  •  

    One Kiss LC«  On s’embrasse, et puis c’est tout ! On est d’accord là-dessus, hein ? — Tu crois que ça va suffire ? me demande-t-il. (...) Je fais quoi de mes mains ? — Tes... mains ? Qu’est-ce que tu veux dire ? — Oui, mes mains. Tu sais, les trucs au bout de mes bras, ironise-t-il. Je dois les poser où pendant que je... pardon... que tu m’embrasses ? (...) Sur tes seins ? — Parce que toi, quand tu embrasses une fille pour la première fois, tu lui tripotes direct la poitrine ? » Embrasser mon ex-beau-frère. Ça, c’est l’idée du siècle qu’a trouvée ma meilleure amie pour me le sortir de la tête. Eh oui, je craque désespérément pour le frère de mon ex. Précision : je l’ai toujours détesté, il m’a toujours détestée. Pourtant, ce soir, on en est là, lui et moi. Parce que malheureusement, il est beau, sulfureux, tellement sexy, et en plus il est vétérinaire... Un baiser. Un seul baiser censé me débarrasser de ce fantasme malsain ! Cela semblait être une bonne idée, sur le papier. Dans le vrai monde, c’est une idée pourrie. Et si après l’avoir embrassé, moi, Cléo, je déclarais mon obsession pour Sevan officiellement renforcée ? Pitié, non...

     

     

    One Kiss LC

    Histoire New Romance qui respecte les codes du genre avec  :

    • Son baiseur notoire qui ne veut que des relations sans sentiments
    • La nana a la recherche de l'amour, mais qui malgré la réputation du  dit "baiseur", cède à ses sollicitations

    L'auteure nous plonge donc dans une aventure standard, assortie de ses clichés nécessaires, de ses personnages stéréotypés, agissant comme attendu.

    Quelques rebondissements donnent du rythme la romance, même si certains sont très prévisibles.  

    Malgré tout la lecture est agréable et permet de passer un moment plaisant en compagnie des protagonistes, même si Cléo est un peu agaçante et le bad-boy très charmeur.

    Récit à une voix et j'aurais aimé avoir celle de Sevan pour connaitre ses sentiments.

    Une histoire donc légère pour un moment sans prise de tête, mais pas vraiment mon genre préféré et tout allait trop vite à mon goût. Une romance sympa pour l'été qui ne demande pas trop de concentration ni suscite du stress comme dans certaines lectures dans lesquelles l'on s'angoisse  ou l'on souffre pour les héros.

    Petit coup de coeur pour la plume, et pour la couverture. à défaut d'avoir craqué pour la romance. 

     

    One Kiss LC

     

     

     

     

     

    One Kiss LC

     

     

    L'auteure

    Nationalité : France

    Biographie :

    Lindsey T. est l'auteure de la série "L'Organisation" dont le tome 3, "Révoltée", est lauréat des Wattys 2016 dans la catégorie "Tout le monde en parle".

    Elle écrit également, avec Lou Marceau, sous le pseudonyme collectif de Charlie Lazlo.

    Wattpad : http://wattys.wattpad.com/2016/winners/fr/
    page Facebook : https://www.facebook.com/lindsey.tue

    votre commentaire