• Rien de plus grand SP, LC

     

    Rien de plus grand

    La pièce empeste les oeufs pourris. L'air est lourd de la fumée des tirs. Tout le monde est transpercé de balles, sauf moi. Je n'ai même pas le moindre bleu.
    Stockholm, sa banlieue chic. Dans la salle de classe d'un lycée huppé, cinq personnes gisent sur le sol, perforées de balles. Debout au milieu d'elles, Maja Norberg, dix-huit ans à peine, élève modèle et fille de bonne famille. Son petit copain, le fils de la plus grosse fortune de Suède, et sa meilleure amie, une jolie blonde soucieuse de la paix dans le monde, figurent parmi les victimes, ainsi que Samir, brillant fils d'immigrés décidé à s'affranchir de sa condition. 

    Neuf mois plus tard, après un battage médiatique qui a dépassé les frontières suédoises, le procès se tient. Mais qui est Maja ? Qu'a-t-elle fait, et pourquoi ?

    Editeur :  Les Presses de la cité
    Genre:  Thriller psychologique
    Date de sortie: 08/03/2018
    Prix Broché  21,00€   NUmérique : 7,99€
    ISBN: 2258143489  

     

     

     

     

    Rien de plus grandTout d'abord je tiens à remercier Babelio et les Presses de la cité pour m'avoir offert l'opportunité de  découvrir cette auteure suédoise. Ma dernière lecture dans ce genre littéraire nordique n'était pas vraiment concluant malgré  le prix qui lui  était  attribué. Celui-ci est également primé, mais n'allais-je pas être à nouveau essuyer une nouvelle déception ?

    Le résumé est prometteur,  le titre surprenant et l’intérêt de Netfix intriguant et ma curiosité l'emporte et on ne refuse pas une masse critique privilège. Et cerise sur le gâteau ma binôme a aussi reçu ce livre Go pour une nouveau partenariat. 

    Une fois encore je suis étonnée de constater que  Malin Persson Giolito est au départ avocate et que ce n'est pas son premier roman. Elle brosse le contexte politico- économique du pays comme bien d'autres auteures que j'ai pu lire, il semble que se soit un sujet de préoccupation et source de nombreux problèmes en Suède. Mais quel peut-être le rapport dans cette intrigue dans laquelle une jeune fille sort indemne d'une folie meurtrière dans un lycée ? Une jeune fille victime ou bourreau ?

    Le lecteur ne sait que penser et 1000 questions se bousculent dans sa tête. Dans un premier temps nous nous comportons comme des jury de base et soumis à nos préjugés nous penchons pour la culpabilité de Maja. N'est-elle pas incarcérée suite à l'enquête ? Elle donc forcement coupable. Oui facile de se répéter cette maxime : innocente jusqu'à la preuve du contraire . Maintient-on un mineur innocent en prison ? Il semble que oui dans  le système judiciaire suédois et l'argent ne peut rien y faire pas de libération sous caution comme aux USA.

    C'est à travers le point de vue de l'accusé au cours du procès et de son incarcération que le lecteur découvre les événements qui ont précédés le drame. A travers le récit de Maja nous suivons ce thriller psychologique sociétal. Et nos certitudes s'envolent.

    L'intrigue et les thèmes abordés sont très contemporains et effrayants avec cette tuerie, une de plus impliquant des ados. Mais quel malaise hante nos jeunes pour qu'ils en arrivent à de telles extrémités ?

    Nous suivons donc Maja dans son quotidien, une jeune fille reconnue coupable par la société, complice, incitatrice de meurtre mais le lecteur se demande au fil des chapitres si elle n'est pas simplement une victime collatérale ?

    Au fil du récit nous découvrons le passé de notre personnage principal, une jeune fille assez passive dans sa relation avec Sebastian ce fils à papa, ce petit  ami que tout le monde lui envie,qui flatte son propre ego, une relation qui fait la satisfaction de ses parents que j'ai trouvé bien tolérants et eux même effacés. Mais personne ne voit donc rien ? L'auteure brosse ici un tableau très désolant des relations parents/enfants des interactions et des impacts sur la vie des uns et des autres.

    Ainsi nous faisons la connaissance de Sebastian, un jeune homme qui peut tout se permettre sans aucun filtre ni aucune limite. Son pouvoir sur autrui est immense, c'est effrayant. Il est envié souvent, et détesté parfois. Mais l'argent ne fait pas le bonheur, cette maxime se confirme. Sebastian a beau s’étourdir de fêtes, de voyages au bout du monde sur un coup de tête, il est malheureux, rejeté par son père et semble s'accrocher à Maja comme à une bouée de sauvetage, mais le poids de ses chaines ne risque-t-il pas d’entraîner  cette derrière dans sa noyade ? A moins que ce ne soit Maja qui le pousse à des décisions inéluctables ? N'est-elle pas responsable de ce chaos ? Tous les échanges semblent le prouver.

    De rebondissements en rebondissements nous avançons vers le dénouement. Et le lecteur n'est sur de rien, comme Maja elle même. Nous découvrons les rôles de chacun, dont certains très déterminants, ceux de Samir, d' Amanda la meilleure amie, Dennis, les parents. J'avoue être restée sur les fesses devant la petite bombe de l'auteur. Et de m'interroger, la réalité est-elle telle que ce que nous l'imaginons ? Sommes nous influencés par le récit des autres et leurs points de vue ? J'ai conclu que surement. la démonstration de l'avocat de Maja est assez concluante. Et quand est-il de Rien de plus grand que l'amour ? La réponse est évidente. Et le titre prend tout son sens. 

    C'est durant le procès que nous découvrons les tenants et les aboutissants de ce drame, vivons les émotions de Maja qui dessine pour nous la personnalité de tous les protagonistes. L'auteure nous tient en haleine ,  nous interpelle, nous sommes jury, procureur, avocat de la défense, témoins. Le lecteur se pose sans cesse des questions. 

    Maja nous intrigue, qui est-elle vraiment ? Quel est la place de Samir dans cette histoire ? Comment tout ceci va-t-il se terminer ? 

    Quelle fin possible pour ce polar psychologique angoissant  ? Existe-t-il une chance que Maja soit libérée ? Existe-t-il un doute raisonnable sur sa part de responsabilité dans les meurtres de Dennis, Sebastian, Amanda, Samir, le professeur victime collatérale de cette folie ?

    Pour cela il faut aller jusqu'au bout pour le savoir.

    La plume de l'auteure ainsi que son style narratif est plaisant, original, additif.  Malin Persson Giolito nous plonge dans les méandres du monde judiciaire et carcéral Suedois. L'argent n'offre pas à notre héroïne des conditions de vie plus souples, et l'auteure nous attache davantage à cette jeune fille touchante pour qui on éprouve beaucoup d'empathie.

     Pour moi une auteure à suivre et une interprétation ciné à voir.

     

    Rien de plus grand SP, LC  Coups de Coeur 

     

    Rien de plus grand SP, LC

     

     Avec Gaelle

     

    Extraits citations

     

    " S'il est difficile de déterminer qui ment qui dit la vérité, que fait-on ? (...) Une histoire pourrait être à la fois authentique et inventée, selon la personne que l'in interroge ? Si l'on estime que cette personne est digne de confiance, on pourrait décréter que les événements se sont déroulés comme elle le raconte ?"

     

    "vu ce que j’ai fait, elle a une excuse pour tout y compris les kilos"

     

    " Comme si mes actions n'avaient aucun rapport avec Sebastian. Comme si on pouvait les distinguer des autres, les extraire, les découper, les trancher, les laver. La procureure, appelle-moi Lena pense que tout es lié. je pense que je devrais écrire sur mon calepin qu'elle a raison."

     

    " Il est essentiel, a expliqué Sander( car il y a beaucoup de chose essentielle dans le monde de mon avocat) que le tribunal apprenne quelle personne est Maja."

      

     " Nous reconnaissons cette partie de la description des faits. Cela signifie que c'est vrai. J'ai tué Amanda. j'ai tué Sebastian. Et pas par amour. on peut appeler ça comme on veut, mais je l'ai quand même fait" 

     

    " Les gens se moquent de ce que les autres disent ou ressentent, de ce qu'ils ont traversé, appris. Les gens ne s’intéressent qu'à ce qu'ils sont déjà certains de savoir"

     

    " le bonheur est le cocktail parfait dont personne ne connait la recette"

     

    " Le seul problème c'est que je n'avais pas la moindre idée du sens  de "tout" Car il n'y a rien de plus grand que l'amour, jusqu'au moment où autre chose le surpasse."

     

    " Et pourquoi ? est infiniment vaste, requiert une sincérité absolue qui exige quant à elle plus de prudence  que jamais dans mes réponses. Car chaque mot, des que je l'aurai prononcé, deviendra vrai" 

     

    " Quelqu'un a dit que le hasard, c'est Dieu qui se promène incognito"

     

    " Le hasard c'est la preuve que Dieu n'existe pas, ai-je envie de dire. L'abomination peut être avoir été voulue. Mais elle peut Etre le fruit du hasard. Etre nez d'une situation à la limite de la banalité"

     

    " la procureure dit que j'ai commis ces actes par amour pour Sebastian. Que rien ne comptait plus pour moi que cet amour. Elle se trompe. L'amour n'est rien face à la peur de mourir "

     

    © M. Persson Giolito

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Gaoulette
    Lundi 12 Mars à 21:13

    Je suis d'accord avec toi sur l'adaptation ciné qu'il me tarde de voir. J'y étais dans ce tribunal en tant qu'avocat, jury.... Un roman qui donne des frissons. Et je pense que les parents Maja je les aurais claqué surtout quand ils la poussent à continuer cette relation malsaine.

    2
    Mardi 13 Mars à 06:40

    Intéressant ! bonne journée

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :