• Romances

  • Les filles bien ne tombent pas amoureuses des mauvais garçons LCJe m'appelle Abby Harper et je suis celle qui sauvera votre carrière. Mon job ? Enjoliver, camoufler, désamorcer. En bref : effacer vos faux pas, gommer vos erreurs et vous coller une auréole sur la tête. Dans mon domaine, je suis assez douée. Enfin, c'est ce que je croyais jusqu'à ce qu'on me confie le cauchemar de tout attaché de presse : Garrett McIntyre. Une gueule d'ange à la réputation démoniaque : alors qu'il était sur le point de devenir l'enfant chéri d'Hollywood, il a insulté tout le gratin pendant la cérémonie des oscars et a taillé la route, abandonnant sa carrière prometteuse. Aujourd'hui, on me demande de le faire revenir. Et j'ai comme l'impression que convaincre monsieur « j'ai été élu deux fois homme le plus sexy de l'année » ne sera pas si simple...

     Editeur :  Harlequin
    Genre: Romance sentimentale
    Date de sortie: 1/03/2017
    Prix du livre papier :  Poche :7,50€
    Version numérique:  4,99 €
    Nombre de pages: 288 p

     

     

    Les filles bien ne tombent pas amoureuses des mauvais garçons LCUne fois de plus Emily Blaine nous enchante avec  cette nouvelle romance. Tout d'abord par sa plume, et puis par sa manière de nous brosser les personnages. 

    Aujourd'hui elle nous fait découvrir l'envers du décor de L.A, le milieu des stars, d'un monde de paillettes mais aussi de faux semblants.

    La mission d' Abby ? Sortir des mauvais pas ses clients. Eh oui, on ne peut pas tout se permettre  quand on est l'idole du public. Certaines frasques ne pardonnent pas. Il faut jouer le jeu, une perpétuelle comédie. La vie privée est intimement liée à la professionnelle. Et cette dernière peut détruire votre âme à trop vouloir vous rapprocher des étoiles.  Dans la ville des Anges, on peut se brûler les ailes. Perdre son identité en se pliant au star système. Certains s'y refusent. Jouer la comédie pour son boulot soit ! Mais dans la vie quotidienne ? Non ! Etre manipulé pour que l'on puisse gagner encore plus de l'argent sur leur dos. Encore non ! C'est ainsi que Garett fonctionne, quitte à tout perdre, passant pour un connard capricieux, tête brûlée. Quitte  à être honni par tous !   Qu'à cela ne tienne, après tout il n'en a rien à faire !

    Abby excelle dans son boulot. Mentir, enjoliver, manipuler ? C'est une pro ! Toutefois elle s'efforce de concilier ses obligations professionnelles avec son mode pensée. Laisser l'affect au placard ? Elle ne sait pas vraiment faire. Pour autant il le la dessert pas tant que ça, jusqu'au jour où le dossier Garrett McIntyre lui est proposé. Malgré l'instinct qui lui souffle de refuser cette petite bombe qui peut mettre en péril sa carrière, elle va l'accepter, au risque de se perdre. Première étape : retrouver Garrett. Deuxième étape : le convaincre !  Mission impossible au prime abord. Pourtant elle y parviendra avec force de persuasion et de pugnacité, mais Garrett imposera le rythme, les conditions.

    De cette rencontre naîtra une idylle, certes rapide, mais qui pour autant, malgré les clichés, les stérotypes, les personnages caricaturaux me séduira.

    Emily Blaine m'a conquise avec ses personnages, leurs personnalités bien campés, ce coup de foudre qui va bouleverser leurs vies. Chacun trouvant en l'autre son alter ego.  Cependant la partie n'est pas encore gagnée. Chacun d'entre eux ayant des objectifs de vie différents. On se demande donc comment une relation peut être possible sur du long terme.  Cette aventure est-elle vouée à n'être qu'une aventure ?  Une chose est sur c'est que l'un d'entre eux devra céder devant l'autre.  Y- a-t-il une chance que Garrett reprendre gout aux sunlights ? Ou Abby sera prête à sacrifier sa carrière pour les beaux yeux de Garrett ? 

    Pour le découvrir il faut aller au bout de cette lecture addictive. Le dénouement, bien sur, comme dans toutes les romances n'est pas une surprise. Cette histoire est toute cousue de fil blanc. Mais, elle fait du bien au moral. c'est un excellent feel-good !

    Emily Blaine maîtrise son sujet, nous séduit avec des dialogues  savoureux et percutants, des scènes romantiques durant lesquelles on oublie les préservatifs ( petit  Les filles bien ne tombent pas amoureuses des mauvais garçons LC à ma binôme), mais on s'en fiche ( tout moi je m'en fiche). la romance est rapide, certes pas du genre que j'affectionne) mais acceptable après tout ils ne parlent pas de se marier, on est  au début de l'aventure.

    Vous l'aurez compris, je suis tombé sous le charme de Garrett  en deux coup de cuillères à  pot ! J'ai été éblouie par le mec le plus sexy de l'année ! Eh oui, je  ne suis qu'une faible femme ! Mais Abby, ne laisse pas indifférent par sa personnalité fraîche et sa pugnacité, par ses valeurs morales.

    Un roman  qui ne se lit pas, mais qui se dévore, léger, léger... certes, mais Emily Blaine ne concours pas pour le Nobel, ni le Pulitzer. Elle écrit de la romance et puis voilà ! Elle assume et le revendique. Il en faut pour tous les goûts ! Et moi et ben... j'adore. Un excellent moment de détente.

     

    Les filles bien ne tombent pas amoureuses des mauvais garçons LC

     

     Avec Gaelle

     

    Extraits citations

     

    " A Hollywood, le sourire doit être permanent.

     A Hollywood, le psychiatres sont plus riches que les avocats."

     

    " - Dommage que votre voix tremblante vous trahisse. Pendant une seconde, j'i failli y croire. Ce qui m'étonne, c'est que vous semblez y croire. Vous savez pourquoi j'ai quitté Hollywood ? Parce que cette ville me détruisait et détruisait mes proches. Il ne s'agit pas de ma liberté, il s'agit de ma vie" 

     

    " Je serais les dents, retenant l'envie phénoménale de le gifler. Les acteurs avaient toujours été ma bête noire. Vous ne saviez jamais vraiment à quel moment ils étaient sincères. Ils jouaient un rôle en permanence, s'appliquant à ne rien laisser paraître."

     

    " personne ne descend d'un grand huit en marche. Encore moins quand le grand 8 s’appelle Garrett McIntyre et qu'il sonde votre âme de ce regard gris acier." 

     

    "- La différence entre vous et moi, Abby : je ne me pose pas la question  de ce que je veux ou non. Ça s'impose à moi"

     

    " Passer du temps avec Garrett, c'était comme être en apnée et attendre qu'il vous tende, sourire mesquin aux lèvres, un masque à oxygène"

     

    "-Ça fait toujours ça, la première fois, chuchota Garrett derrière moi.

    - La première fois ?

    - La première fois qu'on se demande si on fait les bons choix "

    © E. Blaine

     

     

     


    2 commentaires
  • AfricamorphoseKaran, chirurgien quadragénaire, achève sa carrière militaire. Victime d'un grave accident, il sombre dans le coma. À son réveil, il découvre qu'il a perdu l'usage d'une main et qu'il ne pourra plus jamais opérer. Lorenzo, le chauffeur du poids lourd impliqué dans l'accident, lui propose de l'accompagner en Afrique, pour une mission dont l'objectif est la préservation des guépards. Karan, dépressif et anéanti, finit par accepter. Sa rencontre avec Kenza, généticienne, est explosive. Pourtant, ils vont devoir unir leurs efforts afin de convoyer un fret très précieux. Des rivages de la mer Rouge, au c?ur du Grand Rift, jusqu'au lac Victoria, en passant par les plaines éthiopiennes où la faune et la flore ne sont qu'émerveillements, ils feront d'obscures rencontres, franchiront quantité d'obstacles et affronteront des dangers inattendus. Un voyage sur les terres mystérieuses d'Afrique, ces territoires sauvages qui seront les témoins de la rédemption et de la renaissance d'un homme courageux !

     Editeur :  Elixyria
    Genre: Romance sentimentale
    Date de sortie: 5/02/2018
    Prix du livre papier :  Broché : 17,90€
    Version numérique:  6,90 €
    Nombre de pages: 453 p

     

     

    AfricamorphoseLe résumé et la chronique d'une copinaute vantant ce roman d'aventures me tentait depuis un petit moment. Aussi n'ai-je pu résister à son l'achat lors de ma visite au Salon du Livre. Le voici dans  ma biblio, dédicacé qui plus est.  Premier roman que je lis de cette auteur  prolifique, qui se plait à écrire dans des genres différents, romances, polars, thriller, romance érotique. 

    Ici, il s'agit d'un roman d'aventures, mais surtout celle d'une aventure humaine.

    3 personnages principaux, Kenza, Lorenzo et Karan. C'est surtout autour de lui que se construit l’histoire. Nous les suivons dans un road-trip à travers l'Ethiopie, pour arriver au Kenya, leur destination finale. Leur mission ? Rejoindre la réserve de Ruma Park et le centre de soins dont Kenza généticienne doit prendre la direction. L'objectif ? Sauver les guépards menacés de disparition, liée entre autres à des problèmes de consanguinité. Tout un programme !  

    On  pourra s'étonner de voir le parcours chaotique, et semé d’embûches, choisi par l'auteur au nom de la fiction, en faisant traverser plusieurs pays à nos protagonistes, alors qu'une arrivée à Nairobi aurait été plus simple. Mais évidemment nous n'aurions pas eu le plaisir de découvrir autant de paysages , la faune et la flore, ce décor que Gilles Milo-Vaceri  dépeint si bien. Alors l'on pardonne à l'auteur de jouer avec le trajet pris par nos personnages. Car sur un parcours beaucoup plus court et plus sécurisé, il n'aurait pas pu nous émouvoir, nous faire vibrer, avec ses rencontres qui changent tout, et vous marquent à jamais. Car comme le dit si bien  K. Pancol : " Il y a ceux que l'on croise, que l'on connaît à peine, qui vous disent un mot, une phrase, vous accordent une minute, une demi-heure et changent le cours de votre vie.".

    Et c'est le cas ici, des rencontres magiques comme celle avec Tigisi, ou celle avec Djia, avec Makda..., avec cette nature sauvage. C'est vibrant d'émotions.

    L'auteur brosse des paysages, mais aussi des personnages aux personnalités bien campées, au parcours de vie réaliste, qui se battent pour des idéaux. Qui font passer un message d'espoir. Des protagonistes aux âmes nobles, comme on rêve d'en côtoyer.

    Ce road-trip est aussi une sorte de quête initiatique et Karan en verra sa vie bouleversée. Lui, l'homme brisé, ce chirurgien qui se sent inutile ne pouvant plus exercer son métier, va découvrir que parfois certaines portes se ferment pour permettre à d'autres de s'ouvrir. Il faut juste ne pas rester replié sur soi-même à s’apitoyer sur son sort, sur son destin brisé, car le ce fameux destin nul ne le connait vraiment. 

    Car peut-être que les événements qui ont mis fin à sa carrière, étaient écrits à l'avance, pour le mener à l'endroit où il devrait être. Il faut croire un peu en la magie, cette magie ancestrale entretenue par certaines civilisations.Car doit-on toujours chercher des explications logiques à des choses que l'on ne comprend pas ?

    Au fil des pages, d'épreuves  Karan va se reconstruire, physiquement et psychologiquement. Quant à ses compagnons de route, ils sortirons grandis de ce voyage. Un voyage au saveurs de l'amitié, de l'entraide et de l'amour de la nature. De cette terre maltraitée par l' Homme. Gilles Milo-Vaceri brosse  un portrait fidèle de ces contrées désertiques, de sa faune, au fil des rencontres, mais aussi des coutumes locales. Un sujet maîtrisé.

    C'est un vibrant hommage aux hommes et aux femmes qui se battent pour protéger la planète des mains de ses prédateurs. Nous !  C'est une approche parfaitement aboutie, les sujets sont sérieux : Équilibre animal fragilisé par la disparition de certaines espèces, variations climatiques et ses répercutions, avenir de certaines tribus  comme celle des Masaïs qui en se sédentarisant perdent leur identité. Un des passages les plus émouvants pour moi.

    Un roman instructif sur la fragilité de l’écosystème, sur les conditions de vie d'une population qui semble vivre hors du temps, mais qui sont certainement plus heureux que nous, se contentant de plaisirs simples alors que dans notre société de consommation, à l’excès , nous perdons de vue les vraies valeurs.

     À travers ce  récit on se laisse bercer par le ronronnement de ce monstre de fer qui avale les kilomètres, on tremble pour nos aventuriers, mais on rit aussi beaucoup des situations cocasses et des répliques amusantes de Lorenzo. On s'attache à ce trio que l'on admire, que se soit Karan, Lorenzo, Kenza ou Makda qui bravent les dangers, les conditions climatiques, les mauvaises rencontres, les prédateurs qui ne sont pas forcement l'animal.

    Coup de cœur pour ce merveilleux roman d'aventure contemporaine ( malgré la fin téléphonée) à travers un road-trip dans un pays mythique et empreint de magie, qui fait la part belle aux valeurs morales et nous fait nous remettre en question sur notre petite participation pour le sauvetage de la planète. C'est passionnant, enrichissant culturellement, émouvant et stressant que de vibrer au son des tambours Massais, de découvrir la faune, la flore Africaine et ses terres nimbées de soleil. Il nous semble être hors du temps en appréciant que la vraie richesse est celle de découvrir que certains individus donneraient leur vie pour en sauver d'autres. À nous de croire que comme dans l'histoire de Karan, l'on peut être payé au centuple d'une manière qui n'a  pas de prix. Mais il ne faut pas oublier d'offrir un peu de soi-même.

    Un auteur à la plume magique et enchanteresse à suivre.

     

    Pour en savoir plus sur Les espèces animales  menacées c'est par

     ICI

     

     

    Africamorphose

     

     

    Africamorphose

     

    Périple de nos voyageurs

     

    Africamorphose

     

    Cliquer sur le lien pour plus d'images

     

     

    Africamorphose

     

     

     

    Extraits citations

     

    "Oui c'était ça avant et c'était lui qui se tenait au pied du lit. Aujourdhui, c'était son tour et il avait suffi d'un stupide accident de la route, à lui qui avait subi un nombre incalculable de campagnes de guerre, pour lui faire jouer le rôle de la victime estropiée. Quel sale tour du destin !

     

    "- quand on voit son gosse crever de faim, ça explique bien des comportements extrêmes, n'est-ce pas ? Et qui pourrait leur en vouloir ?"

     

    "- tu me fais rire, Kenza. La théorie est toujours facile et je suis d'accord avec ta volonté de sauver le monde, ne crois pas qu'on le fait avec une rose à la main et un sac de riz dans l'autre ! Ça c'est pour les contes de fées. Il faut des bénévoles, des gens comme toit, pour la cause humanitaire, oui c'est une évidence ! Mais il faut aussi des soldats avec un flingue sur l'épaule, des mecs qui vont se faire tuer pour protéger des populations civiles ou tes semblables "

     

    "pourquoi fallait-il toujours une déchirure une faille dans la vie de ces gens  qui n'avaient qu'ne aspiration, aider les autres pour exorciser un passe que rien ni personne ne pourrait jamais effacer ?

     

    "- dans le désert, la plus grande découverte est invisible, car c'est sans doute soi-même que l'on voit le mieux " 

     

    " -(...) Il a aussi affirmé que vous étiez un homme bon et généreux et que rien n'arrive sans raison. Enfin pour recevoir, il faut savoir donner. Vous avez beaucoup donné, alors vous recevrez encore plus "

     

    " - il y a des moments plus intenses que d’autres dans la vie, des rencontres, souvent les plus dingues et poutsant les plus grandes " 

     

    " -tout ça pour sauver une fillette qui avait échappé à la surveillance de ses parents. C'est sur de payer pour les fautes d'autrui "

     

    " - Ton cœur n'est pas dans ta main gauche, ton cerveau encore moins. Essaie d'y penser"

     

    " cette expédition serait indéniablement un sacré révélateur des personnalistes de chacun et il ne pensait pas qu'a la sienne. C'est toujours dans les situations extrêmes que l’âme humaine se montrait sous son vrai visage  (...) Karan savait qu'il y aurait un avant et un après, car rien ne serait pareil "

     

    ' ou se situait la limite lorsqu'on intervenait dans la vie d 'autrui, que devenait le libre arbitre, qui avait raison ou tort ?" 

     

    " - parfois se confronter aux dures réalités de la vie fait du bien et ça te ramène aux vraies valeurs"

     

    "- l'amour d'un père tient toujours dans le cœur de sa fille au  chaud.. Et on ne le comprend qu'une fois que l'a perdu à tout jamais " 

     

    " Au coeur de l' Afrique, cette conversation était un paradoxe. parle en anglais avec un Masaï n'avait rien de surprenant, cependant le choc culturel ainsi que le poids des coutumes pesaient lourd et avaient de quoi étonner les occidentaux, peu coutumier de ces pratiques que l'on pouvaient aisément qualifier de barbares"

     

    "   Nous ne manquons de rien et nous sommes heureux. (...) Comme ils avaient raison de se contenter du peu qu'ils possédaient. L'envie et la société de consommation avaient détruits depuis longtemps tous ces principes d  base que les Masaïs avaient pieusement conservés"

     

    " Quand leur mission serait terminée, tous repartiraient et, chacun à sa manière, serait différent de celui qu'il était en arrivant. C'était une certitude déjà acquise. la magie Africaine avait déjà opéré son charme, une fois de plus" 

     

    " Djia serait certainement l'un des derniers représentants de ce savoir inestimable qui se perdraient sur les bancs des écoles et plus plus tard, dans les amphis des facultés. L’accès au monde moderne avait un prix" 

     

    - (...) Mais est-ce donc si important de toujours chercher des  raisons scientifiques à tous les phénomènes qui nous entourent ou que nous ne comprenons pas ? Je crois que de temps en temps, il faut un peu de rêve, de la magie ou des rencontres comme celle-ci, entre... deux fauves blessés, si j'ose dire."

     

    © G. Milo-Vaceri

     

     

     

     


    2 commentaires
  • Les yeux couleur de pluie LCÉtudiante en médecine, Marie-Lou est, du jour au lendemain, affectée à Brest. Autant dire le bout du monde pour celle qui n’a jamais quitté sa Grenoble natale. Une nouvelle existence commence alors pour elle, loin des siens, de ses montagnes : il va falloir s’habituer au climat, à la région, à la collocation, aux collègues… Surtout, c’est l'insouciance et la légèreté de ses vingt-cinq ans qui vont être confrontées à la dure réalité du monde hospitalier. Une nuit, elle croisera Matthieu, interne en ORL. Ce loup solitaire, mystérieux et poétique, arrivera-t-il à lui faire une place dans sa vie ?

    Editeur :  Livre de poche
    Genre: Romance contemporaine
    Date de sortie: 1/05/2017
    Prix du livre papier : Broché 17,00€  Poche :7,20€
    Version numérique:  4,99 €
    ISBN: 225307117X 

     

     

     

     

    Les yeux couleur de pluie LCUne couverture, un titre et un résumé attractifs. En  toile de fond : l'univers médical  que je connais aussi bien que l'auteure, coté soignant cela va s'en dire. Pour autant l’intégration des internes, les relations avec les différents membres d'un service, celle avec les patients je maîtrise, j'étais cadre donc les petits nouveaux et nouvelles qu'il faut accompagner c'est, enfin c'était mon domaine. Je ne suis donc pas en terrain inconnu. C'est évident,Sophie Tal Tem s'appuie sur ses propres expériences pour nous élaborer cette fiction en créant des personnages de toutes pièces, dit-elle, avec surement un peu d'un tel et de celui-là qui a marqué son internat ou son quotidien. Et ceci rend crédible les ambiances hospitalières. Donc notre auteure nous a concocté une romance dans un domaine qu'elle maîtrise et le tout est très sympathique et nous change un peu des auteures françaises qui situent leurs histoires outre atlantique. En France aussi on a des Carter, des Abby, des Ross etc..Oui oui des super beaux et (belles) internes qui font fantasmer les petites infirmières, leurs co-intenes, les toubibs aussi ! J'ai assisté à de mignonnes romances, d'autres plus clashy dans mon petit hôpital de province. 

    Donc j'étais ravie de lire cette romance, toute attendrie par des souvenirs lointains (enfin pas tant que ça quand même) et de me plonger dans les aventures sentimentales de Marie- Lou, ses relations avec ses supérieurs hiérarchiques, ses amis, ses co-internes. Il m'a un peu manqué les interactions avec les infirmières qui sont très présentes dans un service et d'une grand aide pour ces jeunes novices dans la profession et je pense particulièrement à une scène du roman. Dommage que cet aspect là est été négligé. Il donnerait presque à penser que médecins et soignants ne se mélangent pas. Ce qui est totalement faux et les jeunes infirmières sont bien souvent les premières à fréquenter les soirées à l'internat. 

    Si ce volet hospitalier et apprentissage est particulièrement bien développé par l'auteure avec des situations anecdotiques, il en est beaucoup moins de la romance, et des relations entre Matthieu, Anna, la colocataire plutôt inexistante, que je trouve un peu trop superficiellement traitée. Tant et si bien que j'ai eu beaucoup de mal à la trouver convaincante. 

    Comment l’héroïne peut-elle s'enticher de Matthieu si peu présent, avec qui elle partage si peu de moments, pas surprenant qu'elle ignore tout de lui et qu'elle le trouve si énigmatique, avec cette distance qu'il instaure. Réponse inattendue et abracadabrante à mes yeux. Le seul rebondissement dans cette jolie histoire cousue de fil blanc dans un style simple et agréable qui se lit plaisamment sur un transat en bord,  en de plage ne demandant ni effort ni grande concentration. Mais de là à illuminer notre été comme le promet la quatrième de couverture,  à mon sens l'accroche est un peu exagérée, je ne pense pas que le souvenir de cette lecture marquera ma mémoire. Les personnages sont trop inconsistants et j'ai eu grand mal à m'y attacher.

    Je retiendrais  essentiellement la visite guidée de Brest, ses spécialités locales, les paysages alentours,Sophie Tal Men faisant la part belle à une région qu'elle affectionne puisqu'elle y vit. Pour ce qui en est de la "séquence émotion" , ce que moi je recherche d'une romance et bien, je l'attends encore. Pas que je souhaitais une histoire complexe, mais un peu plus de peps dans la relation des nos protagonistes principaux.

    En conclusion que dirais-je de ce roman  vendu comme un feel good, entre rencontres, passions, non dit-dits péripéties drôles et dramatiques... un roman plein de fraîcheur qu'on ne lâche pas ?

    Eh bien il n'a pas répondu à toutes mes attentes, car je n'y ai trouvé ni péripéties d'aucune sorte, ni passion. Il reste un petit roman léger pour l'été du genre de ceux dont on attend pas grand chose, un feel good ? Plus ou moins. Pas en tout cas le genre de littérature que j'affectionne avec cette romance  trop bluette à mon goût. Un aventure bien trop courte. Mais c 'est le premier roman de l'auteure et  je suis curieuse de lire la suite.

     

    Les yeux couleur de pluie LC 

    Les yeux couleur de pluie LC

     

     

     

     Avec Gaelle

     

     

    Extraits citations

     

     

     " Par moments, j'ai  l'impression étrange et un peu magique que tout a été tracé dans un seul but : rencontrer Mathieu"

     

    " Le poids des genes... Quelle fatalité ! Le résultat sera surement positif. Comment vont réagir les enfants "

     

    "on ne fait pas un métier facile, regrette-t-il. L'empathie que l'on ressent dans ces moments là nous rappelle que nous ne somme pas uniquement des techniciens. Cette émotion nous permet d''exercer notre métier le plus humainement possible. gardez_la elle est précieuse."

     

    © S. Tal Men

     


    3 commentaires
  •  

    Entre mes doigts coule le sable LCPas facile de concilier médecine et vie privée quand on est internes à l’hôpital ! Marie-Lou, qui a quitté sa Savoie natale pour Brest, et Matthieu, le ténébreux surfeur, sont tombés amoureux au premier regard. Mais entre leurs stages en psychiatrie et en neurochirurgie, les nombreuses gardes à effectuer, les apéros au « Gobe-mouches » et les fêtes carabines, leur histoire d’amour n’est pas un long fleuve tranquille. C’est plutôt la valse des sentiments… Surtout quand leurs proches deviennent leurs patients.
    Matthieu parviendra-t-il à vaincre ses peurs et à laisser Marie-Lou entrer dans sa vie ? Marie-Lou apprendra-t-elle à laisser glisser le sable entre ses doigts ?

     

    Editeur :  Livre de poche
    Genre: Romance contemporaine
    Date de sortie: 2/05/2018
    Prix du livre papier : Broché 17,00€  Poche :7,70€
    Version numérique:  4,99 €
    ISBN: 2253074098 

     

     

     

     

     

     Entre mes doigts coule le sable LCSuite des aventures de Matthieu et Marie-Lou et on reprend les mêmes ingrédients, on les mélange à la même sauce et le résultat est dans la même veine que le précédent tome : pas transcendant et je ne m'explique pas le succès de l'auteure.

    Non rien ne change. Ni la trame de la romance avec cette relation de couple toujours aussi scabreuse. Matthieu fait un pas en avant, trois en arrière. Marie-Lou reste impassible. Il ne se passe grand grand chose dans cette liaison.

    Si ce n'est que Sophie Tal Men tient son lectorat avec le volet médical de son histoire, qu'elle maîtrise, entre comptes rendus médicaux,  détails d'interventions chirurgicales avec des termes que de nombreux lecteurs ne doivent pas comprendre. Par chance, c'est mon domaine.  Elle brosse le portrait d'un milieu hospitalier un peu trop "monde des bisounours" dans lequel les grands pontes sont de parfaits médecins attachés à leurs patients, parfaits pédagogues, ah les attachés sont un peu imbus d''eux même, Mais dans la réalité ce n'est pas toujours le cas, loin sans faut, ces belles têtes pensantes ont souvent leurs petits défauts, poussent des coups de gueule, et roulent un peu des mécaniques. Dommage, il manque quelques personnages de cette trempe pour pimenter un peu ce roman. Et les  blagues de potache de Mattthieu et Bruno ne relèvent pas la sauce.Cependant des médecins hors du commun, j'en ai aussi rencontré et les visites et contre visites m'en rappellent bien d'autres !

    Que dire du style, oscillant entre simplicité et poésie quand l'auteure décrit les paysages Bretons ? Elle   maîtrise ce sujet ainsi que le volet médical. Dès lors ces phrases sont concises, le vocabulaire juste et adapté pour le reste... eh bien je suis surprise qu'une ME  si connue se contente de si peu !

    L’intérêt de ce roman est dans l'approche de certains personnages secondaires, - Anne est un poil plus présente et encore il faut le dire vite-, mais là encore l'analyse et les développements sont justes car ils abordent un sujet encore bien connu de l'auteure en tant que médecin : l'alcoolisme, ses ravages et ses raisons pas toujours si tranchées. Là encore  un sujet  que je ne connais que trop bien ayant été cadre de santé pendant 5 ans en service de gastro-entérologie avec ce genre de profil patient. C'est pourquoi je ne comprend pas, ni n'adhère au comportement de Matthieu, médecin de surcroît  dans sa relation avec Josic !

    L' histoire avance doucement et se laisse lire, sans vraiment me passionner. Les personnages sont froids et lisses, les interactions inexistantes et le tout manque toujours de peps. Il faut arriver presque au terme pour vivre un rebondissement inattendu et un peu tiré par les cheveux.

    Heureusement parfois l'auteure m'a fait sourire avec quelques scènes que je suppose anecdotiques  et qui résonnent en moi, en ayant vécu de similaires -coursée par un patient en stage de psychiatrie- durant mes études d'infirmière. 

    Pour le reste il n'y a pas grand chose à dire de ce roman, de gare diraient certains, de plage pour d'autres, car il se lit en quelques heures le temps d'une pause, dans un train ou au bord de l'eau  malgré les bruits alentours qui ne vous feront pas perdre le fil de votre lecture. Bref un roman qui plaira à beaucoup pour peu qu'ils n'attendent pas grand chose d'une lecture, se satisfasse d'une romance sans prétention ou bien cherche une lecture légère entre deux romans forts. Si vous cherchez un bon feel-good je conseillerais les romans de Julie De Lestrange avec Hier encore s'était l’été et  Danser encore, un cran nettement au dessus à tous les niveaux, style, personnes étoffés etc.. .

    Pour autant je vais poursuivre cette série en LC avec ma binôme  Gaelle dont je suis très curieuse d'avoir l'avis.

     

    Entre mes doigts coule le sable LC

    Entre mes doigts coule le sable LC

     

     

    Avec Gaelle


    1 commentaire
  •  

    De Battre la chamade LC

    En commençant son internat de médecine à Brest, Marie-Lou est très vite happée par le tumulte de l'hôpital. Un concentré d'humanité où les rencontres, les émotions, les disparitions aussi, font grandir, mûrir. Plus qu'un apprentissage, c'est une prise de conscience, sur soi et sur le monde. C'est là que bat le coeur de la vie.
    Côté sentimental, les choses ne sont pas moins compliquées... Comment retenir l'instable et insaisissable Matthieu dans ses filets ? Lui qui a dû mettre la médecine entre parenthèses pour retrouver son père disparu ?

    Editeur :  Albin Michel
    Genre: Romance sentimentale
    Date de sortie: 2/05/2018
    Prix du livre papier : Broché 17,00€  Poche :7,70€
    Version numérique:  4,99 €
    ISBN: 2253074098 

     

     

     


    De Battre la chamade LC

    3e et dernier opus de la saga commencée avec Les yeux couleurs de pluie ce roman qui m'avait attirée par sa couverture et son résumé et dont la lecture m'a plutôt déçue, pourtant j'ai souhaitée poursuivre l'aventure un peu poussée par ma binôme. La curiosité est un vilain défaut.

    Je doit vous avouer que sur ce coup-ci Sophie Tal  Men, coté écriture m'a agréablement surprise. On sent un net progrès et  malgré un style toujours simple, la lecture est plaisante.

    Pour le reste on reprend les même éléments : l'internat, le décor Breton, le milieu hospitalier et  bien sûr la romance entre Matthieu et Marie-Lou toujours en pointillée, avec notre bel interne envolé au bout du monde. Son objectif obtenir des réponses et peut-être se réconcilier avec son père.

    Nous replongeons donc dans l’atmosphère "bisounournesque" (je sais ce mot n'existe pas, mais toute le monde a saisi pas vrai ?) hospitalière dans laquelle :

    • un chef de service se fiche des DMS avec des durées d'hospitalisations de trois  à six mois voire plus, trop beau pour être vrai (ben oui je sais ce que sait et son importance) 
    • un bésoard s'alimente de comptes rendus d'hospit (mouais les documents sont importants dans un dossier médical) et de boules de coton ( essayez pour voir)
    • un diagnostic d'oeuf clair ( rien à voir avec une grossesse nerveuse, c'est une infirmière en gyneco qui vous le dit) qui ne se solde pas par un curetage  ( c'est ça la vrai vie) et se solde donc par une fin heureuse ! ( Comme c'est mignon ! )
    • les infirmières ne sont pas maltraitées par les familles et les patients, qui ne bataillent pas, par manque de personnel, pour offrir des soins de qualité aux patients ( d'ailleurs ces membres vitaux des équipes  sont peu présents dans cette saga et je le déplore) et gardent le sourire en toute circonstance.
    • les internes malmenés par des chefs de service exigeants et en règle générale bien peu loufoques, souvent bien peu considérés par des patients qui ne leur font pas toujours confiance vu leur jeune âge et souvent soutenus et encouragés par les équipes soignantes.

    Bref l'auteure brosse un fois de plus un portrait aseptisé de l'Hopital dans lequel les vocations naissent et croissent, et sublime la profession. C'est beau, c'est feel-good. Un peu trop.

    Difficile à avaler pour l'infirmière, puis la cadre qui n'a que trop arpenté les couloirs hospitaliers de jour comme de nuit, côtoyé médecins de toute sorte, patients, famille, étudiants, souvent attachants, parfois horripilants. Une microcosme social.

    Que dire des personnages ?

    Eh bien Matthieu reste Matthieu, idem pour Marie-Lou. Cependant au bout de 3 tomes malgré toutefois  une romance qui reste au second plan et toujours aussi improbable avec des reactions abracadabrantes de notre héros, on s'y attache un peu

    Quant au baroudeur de père, plus cliché tu meurs ! malgré tout quelque chose touche le lecteur, il est sympathique touchant, même si son histoire tient peu la route. Comme Matthieu n'-t-il pu pas être au courant  ? l'auteure fait allusion  à des comptes rendus de presse et une histoire qui a fait du bruit ?

    La romance, elle est toute cousue de fil blanc, la neurologue s'y connait peut-être en sutures ? et s'achève comme il se doit avec ce happy-end attendu et prévisible dès le premier tome. 

    L'auteure s'essaye à l'humour, elle y parvient plus ou moins, me faisant esquisser l'ombre d'un sourire, parfois.  Force est de reconnaître que ce tome est plaisant à lire, malgré tous les bémols pré-cités.

    Si je ne connaissais pas aussi bien ce milieu présenté bien trop de manière idyllique, j'aurais pu apprécier d'une autre manière cette mignonnette romance trop en second plan à mon gout.  De plus de part mon approche trop analytique, diraient certains,et oui peut-être, elle est pour moi trop irréelle. Cependant elle séduire un large lectorat friand de romance avec ce plongeon dans les coulisses de Grey Anatomie et d' Urgences dans lequel toutefois on trouve bien plus de rebondissements et de contexte plus réaliste de la vie hospitalière. 

     

    De Battre la chamade LC


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique