• Romances

  • Pour toujours : Je ne veux que toiLe premier tome de la série Pour toujoursCayson est amoureux de Skye Preston, sa meilleure amie depuis plus de vingt ans. Ils ont grandi ensemble, ont pris leur bain ensemble, et ont passé toutes leurs vacances ensemble. Garder son amour secret n'a pas été facile pour Cayson. Chaque fois qu'il voit Skye avec un petit copain, il a envie d'enfoncer son poing dans un mur.Il n'a jamais pu lui avouer la vérité.Leur amitié est trop belle pour être ruinée. S'il lui révélait ses vrais sentiments, leur relation changerait-elle ? Risquerait-il de la perdre ?Tout bascule lorsque Cayson trouve Skye dans une fête, ivre et délirante. Elle tient à peine debout et empeste l'alcool, ce qui fait d'elle une proie facile pour les garçons qui ont reluqué sa poitrine généreuse toute la soirée. Cayson la soulève aussitôt dans ses bras et la porte jusqu'à chez elle. Mais une fois arrivée à la maison, Skye ne veut pas dormir. Non, elle veut une chose que Cayson ne lui a jamais donnée jusqu'ici. Quelle en sera la conséquence ? Le début de la relation dont Cayson a toujours rêvé ? Ou la fin de leur amitié ?

    Editeur :  Hartwick 
    Genre:  Romance
    Date de sortie: 12/2/2018
    Prix du livre papier : Broché  16,87 
    Version numérique: 5,99
    Nb de pages : 386

     

    Pour toujours : Je ne veux que toiDepuis un petit moment les annonces publicitaires de Hartwick éditions me faisaient de l'oeil avec cette affiche suggestive pour Je ne veux que toi.

    J'avoue m'être trouvée déçue devant la sobriété de la couverture et encore plus de l'histoire elle-même tant elle ne correspondait pas à ce que j'attendais. À savoir de la New Adult, alors qu'il s'agit au final d'une histoire d'amour entre 2 jeunes étudiants de 21 ans et de leur groupe d'amis.

    Qu'à cela ne tienne,  ce genre d'aventures ne me déplait pas. Cependant au fil de ce récit à 2 voix, je me suis un peu ennuyée tant tout tourne en boucle, tant les passages sont redondants. L'auteur par la bouche de Cayson nous répète à l'infini que Skye est la seule femme qu'il  aime depuis toujours. S'en suit un chassé croisé de :" je veux être toujours près de toi et je te fuis puisque tu ne m'aime pas comme je t'aime "

    Il faut reconnaître que les scènes entre les 2 personnages sont mignonnes, tant l'amitié  et l'amour qui les lient  est idéale. Cependant, cela manque un peu de peps. Il ne se passe pas grand chose dans ce premier tome dans lequel E.L Todd fait la part belle aux relations familiales, à l'amitié.

    Mais pour le reste, c'est assez plat et monotone. Les personnages sont certes sympathiques mais il leur manque quelque chose pour susciter de l'émotion et sont peu aboutis à mon sens. 

    Le style quant à lui est assez simpliste.

    Alors que décider ? Tant il est vrai qu'il faut parfois passer le premier tome pour apprécier une saga. J'ai, j'avoue quelques appréhensions à poursuivre. Une chose est sure, c'est qu'au vu des dernières déceptions livresques coté romances, (je deviens trop exigeante surement) j'ai bien besoin de me plonger dans une histoire qui me tiendra en haleine et pas très convaincue que la suite le fera.

    Pour toujours : Je ne veux que toi

     

     

    Pour toujours : Je ne veux que toiL'auteur

    Nationalité : États-Unis 
    Né(e) à : New York 

    Biographie : 

    E. L. Todd est auteure de romance.

    Elle est diplômée en sciences biologiques à l'Université d'état de Californie à Stanislaus.

    Auteure prolifique, elle a publié plus d'une centaine de romans. Avec plus d'un million d'exemplaires vendus, elle écrit des histoires d'amour notamment de la romance contemporaine, la new adult romance et la romance fantastique. 
    Elle est surtout connue pour ses séries "Forever and Always" dont le premier tome et son premier roman, "Only For You", a été publié en 2013 et "Timeless". 

    son site : http://www.eltoddbooks.com/
    page Facebook : https://www.facebook.com/ELTodd42/ 
     
     

    Pour toujours : Je ne veux que toi

     

     

     


    2 commentaires
  •  

    Une douce nuit d'étéL'amour peut-il tout surmonter ? Rien ne les préparait à ce coup de foudre fulgurant. Et pourtant... Gabriel est un homme blessé et solitaire qui a renoncé à l'amour. Lea, une femme discrète, s'enlisant dans une vie monotone qui ne lui correspond plus. Malgré leurs différences, malgré les obstacles que la vie dresse sur leur route, ils partageront un été magique, un huis clos en dehors du temps. Mais parviendront-ils à surmonter les mensonges, oublier leurs peurs et accepter de vivre... enfin ?

     

     Editeur :  Dreamcatcher
    Genre:  Romance
    Date de sortie: 26/9/2016
    Prix du livre papier : Broché  15,00€ 
    Version numérique: 4,99
    Nb de pages : 484

     

     

      

    Une douce nuit d'étéUne jolie couverture toute douce, à l'image de la romance. C'est mignon basé sur un coup de foudre réciproque.

    L'histoire est assez banale, la romance se met en place rapidement, mais longtemps nous intrigue avec les secrets que se cachent nos protagonistes.
    Les décors sont assez bien plantés et l'on s’imagine bien passer quelques vacances  dans ce cadre plaisant aux douces saveurs estivales.

    On ne doute pas du happy-end, mais le lecteur suit pas à pas l'évolution de cette idylle à la chute pas vraiment spectaculaire mais, un peu touchante.

    J’émettrais toutefois un bémol, coté crédibilité sur un certain passage, ce que les lecteurs moins regardant ne remarqueront probablement pas. J'avoue que l'on se laisse porter par cette romance contemporaine qui séduira les romantiques.

    Le style est correct, le tout honorable pour un premier roman auto-édité. Un texte assez court, bien construit, cohérent dans l'ensemble et un plaisant moment de lecture idéal pour des vacances durant lesquels on aime à se vider la tête.

    Un roman assez classique mais pas de ceux dont l'on a du mal à abandonner les personnages.

     

    Une douce nuit d'été

     

     

    Une douce nuit d'été

    item 69 un roman dont l'action se situe exclusivement en été

     

    Une douce nuit d'étéL'auteur :

    Nationalité : France 

    Biographie : 

    Juriste de formation, Angélique Fejean s'est finalement orientée dans un tout autre domaine mais n'a jamais perdu de vue son rêve d'adolescente de devenir écrivain. 
    Passionnée de lecture et d'écriture depuis toujours, elle s'est finalement décidée à ouvrir un blog en janvier 2014 (2 moi pour 1 nous) sur lequel elle partage ses avis littéraires et publie des nouvelles.
    Auteur des nouvelles, elle publie un romance, "Une douce nuit d'été", en 2016. 

    page Facebook : https://www.facebook.com/angelique.fejean 

     


    3 commentaires
  •  

    Tout ce qui nous répare LC Fais la paix avec ton passé. Ton avenir en dépend.
    Erika Blair a tout pour être heureuse : une carrière au sommet et deux filles magnifiques. Sa vie sombre brutalement lorsque l'aînée, Kristen, meurt dans un accident. Entre culpabilité dévorante et déni obstiné, Erika et sa fille cadette, Annie, s'éloignent peu à peu, chacune prisonnière de son propre chagrin. 
    Erika reçoit un jour un mail anonyme : " Chasse ce qui te pèse et cherche ce qui t'apaise. " Elle reconnaît cette citation, tirée d'un cahier qu'elle a préparé avec amour pour ses filles, dans lequel elle a consigné les sages paroles de sa mère et de sa grand-mère. Qui peut bien lui avoir envoyé ce message et ceux qui suivront ? Des indices, semés entre les lignes, orientent Erika vers l'île de son enfance, Mackinac. Ce n'est qu'en remontant là-bas le fil de son passé torturé qu'elle pourra retrouver le chemin vers ses filles. 

    Après le succès de Demain est un autre jour et d' Un doux pardon, Lori Nelson Spielman revient avec un roman poignant, où une femme doit faire la paix avec son passé pour surmonter le deuil et aller vers la sérénité. Les fans de l'auteur américaine ne seront pas déçus.

     

    Editeur :  Le Midi Editions
    Genre:  Romance
    Date de sortie: 18/10/2018
    Prix du livre papier : Broché  21,00€ 
    Version numérique: 12,99
    Nb de pages : 456

     

    Tout ce qui nous répare LC Quand ma binôme choisit la  LC pour le challenge Multi Défi Babelio, j'accepte sans poser de questions. Tant et si bien que je me lance dans la lecture en aveugle. Et j'avoue que je suis le choc avec toutes ces surprises concoctées par l'auteure. Une auteure que j'ai découvert grâce à ma sœur avec  Demain est un autre jour. 

    Ce roman est quant à lui, incontestablement plus puissant, avec cette fiction qui touche le lecteur au plus profond de son âme tant l'histoire est réaliste, humaine et contemporaine.

    Les aventures d' Erika et de ses filles est aussi celle de nos voisins, amis, proches, la notre. Si l'on cherche un peu dans notre entourage, on s'en souvient d'une similaire. Un drame vécu, partagé de près de loin. C'est pourquoi elle nous touche. Car elle sonne vrai. Les drames, on n'en est pas toujours responsables. Ils arrivent, sont inacceptables certes,sont dus à un enchaînement de causes à effet. Kristen était au mauvais endroit au mauvais moment. 

    Cependant , pas évident de vivre un deuil, de cheminer dès l'annonce de la perte pour aller à  l'acceptation finale. Ce cheminement avec ses étapes nécessaires pour y parvenir. Long parfois, pas facile. Quoi de plus terrible que la perte d'un enfant.

    Quant à cette perte suite à un accident vient se glisser la culpabilité. Ici elle sera double. Vécue par Erika, par Annie. 

    Lori Nelson Spielman aborde plusieurs thématiques en dehors de celle du deuil. Celle des relations familiales qui vont se modifier tant la communication devient difficile quand la douleur et la culpabilité vous assaillent. Pour chacune des femmes de ce récit elle est différente et la même toute à la fois.La culpabilité et les non dits risquent même de détruire l'harmonie familiale.

    L'auteur nous touche en nous faisant partager les ressentis et pensées de nos protagoniste dans un récit en 2 tons, celui en direct d' Erika, et celui à la 3e personne d' Annie. Un peu déroutant mais l'on s'habitue à ce style.

    L'histoire est captivante, tant nous aussi, on veut y croire. Les messages sont intrigants. Qui peut connaitre ces citations  qui ponctuent la vie d' Erika et ses filles. On chemine donc avec elles, dans cet ascenseur émotionnel.

    Petit à petit on devine, suspecte, certains points importants qui au fil des chapitres se confirment.

    Les thèmes sont très contemporains et  c'est avec beaucoup de finesse que l'auteure traite de ses sujets sensibles, éternels comme les relations parent/enfant, les non-dits, les cheminements personnels, l'acceptation de la disparition d'un être cher, la résilience et un thème particulier qui est celui du vécu personnel d'un même événement, très souvent différent tandis que les personnes concernées ont partagé le même moment mais n'en ont pas le même souvenir.

    Une leçon d'amour et d'espoir bouleversante et  poignante qui vous remue aux tripes. Une lecture avec une boite de mouchoirs à coté pour les âmes sensibles qui pleureront à chaudes larmes tandis que d'autres en ressortiront très très émues, la larme à l'oeil.

     

    Tout ce qui nous répare LC

     

     

     

    Tout ce qui nous répare LC

     

    Avec Gaelle et Stéphanie 

    Suivre les liens pour leurs avis

     

    Tout ce qui nous répare LC L'auteur : 

    Nationalité : États-Unis 
    Biographie : 

    Lori Nelson Spielman est romancière.
    Elle a été orthophoniste, conseiller en orientation et enseignante. Elle se consacre désormais à l'écriture. 
    "Demain est un autre jour" (The Life List, 2013) est son premier roman. Les droits d’adaptation cinématographique en ont été achetés par la Fox.
    "Un doux pardon" (Sweet Forgiveness, 2015) est son deuxième livre.
    Après le succès de ses deux romans, Lori Nelson Spielman revient avec "Tout ce qui nous répare" (2018), un roman poignant, où une femme doit faire la paix avec son passé pour surmonter le deuil et aller vers la sérénité. 
    Elle vit à East Lansing, Michigan, avec son mari. 

    son site : http://lorinelsonspielman.com/
    page Facebook : https://www.facebook.com/Lori-Nelson-Spielman-404133946286807/
    Twitter : https://twitter.com/lnelsonspielman 

     

    Le détail :

    Une fois de plus l'auteure s'attache à traiter de la complexité des relations familiales et du deuil. Ce qui rend ses histoires réalistes et touchantes.

     

    Extraits citations

     

    "-quelqu'un m'a dit un jour que la guérison débute quand on commence à penser aux défunts le sourire aux lèvres, plutôt que les larmes aux yeux."

     

    " je dois me rendre à l'évidence. Mon père ne me pardonnera jamais. Tout simplement parce que dans son esprit, il n'y a rien à pardonner. "

     

    "- (..) tu sais ce que c'est ton problème Erika Jo ? Tu n'arrives pas à accepter le fait que la vie ne soit pas toujours une chaîne de causes à effets. La vérité, c'est que parfois, des choses  terribles se produisent sans aucune raison valable. Apprends à vivre avec, bon sang."

     

    "-pourquoi tu cours après la honte et la culpabilité, ma vieille ? Tu ne sais pas que la vie nous attend à chaque coin de rue pour nous l'offrir gratos sur un plateau ?"

     

    © L.Nelson Spielman

      


    1 commentaire
  •  

    Viens on le fait LCQui n'a jamais rêvé de dîner avec son écrivain préféré ? 
    William James, l'énigmatique romancier à succès, a pensé à tout pour satisfaire ses lecteurs.Caché dans l'un des six cent mille exemplaires de son nouveau livre, un unique ticket attend un heureux gagnant. À la clé, une soirée en tête-à-tête avec lui. 
    Anna s'évade de sa routine, partagée entre ses enfants, son mari et son travail, grâce à la lecture. Elle ignore que le roman qu'elle vient d'acheter s'apprête à bouleverser sa vie. 
    Il ne devait s'agir que d'un dîner, une rencontre furtive entre deux inconnus. 
    Il suffira d'un secret partagé pour tout faire basculer.

     

    Editeur : Librinova
    Genre:  Romance contemporaine
    Date de sortie: 23/11/2018
    Prix du livre papier :  Broché : 18,90€ 
    Version numérique: 5,99 € 
    Nombre de pages :  369

     

     

    Viens on le fait LCLe dernier Nicolas Carteron tant attendu est là. Enfin ! Notre jeune écrivain a su faire une promotion à la mesure de son roman.  Comment de lectrices ont rêvé d'obtenir ce ticket d'or ? Aux dernières nouvelles, contrairement au roman, il n'y avait pas de gagnante, tout au moins ne s'est-elle pas manifestée. Pour l'instant. Personnellement j'air raté le coche. 

    À peine lu la dernière ligne, je me suis dit : « waouh ! » Et je me suis souvenu des doutes exprimés par Nicolas lors d'un échange «épistolaire», court mais passionnant, sur messenger,  après que la lecture son troisième roman ( le 1e pour moi)  Elle était si jolie .

    On retrouve d'ailleurs, dans le personnage de William, un peu de notre auteur, qui sous forme de clin d’œil rend hommage aux nombreuses personnes qui ont marqué sa vie, particulièrement au niveau littéraire. De même il lance un message à tous ceux qui espèrent voir leur rêve se réaliser. Ne pas baisser les bras, préserver,travailler.

    Oui, travailler. Ce qui transparaît dans ce roman, c'est l'attention que porte l'auteur à l’écriture. Il ne se contente pas de nous narrer une histoire. Il pose ses mots, choisis précautionneusement, il joue avec pour nous offrir une douce mélodie parfaitement orchestrée.

    Au bout de 3 romans, j'étais déjà sous le charme de la plume et de l'imagination de Nicolas Carteron. Mais, là ? Je ne sais pas si je vais trouver les mots face à la poésie des siens, qui enchantent le lecteur et subliment ce qui pourrait être, une banale histoire d'adultère, en magnifique histoire d'amour teintée de suspens. Eh oui, l'auteur ne conte pas que des romances, il aime y mêler une intrigue policière le plus souvent.  

    Ses mots sonnent justes à travers le ressenti de William et ceux d' Anna, en qui de nombreuses femmes se reconnaîtront,  ou reconnaîtront une amie, un membre de leur entourage, tant ce qu'elle vit, éprouve, est le quotidien de nombreuses femmes.

    C'est le point fort de cette romance. S’appuyer sur les sentiments humains. Les comportements justifiables, ceux qui ne le sont pas. Les doutes, les questionnements. Ce à quoi l'on est contraint, par obligation, par peur de faire du mal aux autres en s'oubliant soi-même.  Et quand est-il de nos propres sentiments dans la balance des obligations que l'on s'impose, pour ses enfants, le plus souvent, pour se conformer à la morale bien pensante et des promesses faites qui nous engagent pour la vie. Doit-on pour cela sacrifier notre bonheur ? N'y a-t-on pas droit ?

    C'est à travers la correspondance épistolaire entre Anna et William, suite à une rencontre qui n'aurait jamais du avoir de suite, que nous vivons cette aventure, cette relation platonique. Que nous partageons les émotions des protagonistes, suivons l'évolution de cet échange de lettres, qui en viendra à des fugaces rencontres. L'alchimie entre ces personnages n'est pas sexuelle comme dans la plupart des romances contemporaines, et c'est ce qui permet à Nicolas Carteron de se démarquer. 

    De fait, l'auteur pose des questions pertinentes : où commence l'adultère ? Au premier regard, au premier baiser ? Qu'est-ce qui pousse une femme et un homme, déjà engagés, l'un vers l'autre ? Qu' attendent-ils d'une liaison faite de rencontres secrètes et de mensonges ?

    Personnellement, je pense que tant que chacun est épanoui dans sa vie de couple, il ne sera pas sujet à la tentation, et je ne parle pas physique, pour les femmes, un compliment, un regard, le fait de se sentir belle dans le regard de l'autre suffit.  C'est bien ce que traduit l'auteur à travers les pensées d' Anna. Quant à William, ce personnage très particulier, à la vie réglé au millimètre prés, on peut s'étonner peut-être de sa témérité à sortir du cadre rassurant de son quotidien.

     Néanmoins, la crédibilité et la  cohérente de romance sont aussi la force de ce roman, particulièrement bien construit. L'auteur nous  emmène pas à pas vers la fin de son histoire. Tout ce tient, bien carré avec ses éléments justifiables sur  le pourquoi d'un échange de lettres et pas de mail, sur le mystère qui pèse, sur l'issue finale, sur le dénouement, sur le comportement de certains personnages secondaire. Nicolas Carteron nous ouvre des portes et laisse entrevoir des éléments de réponses sur ce qui concerne l'intrigue parallèle. L'auteur maîtrise la partie suspens et j'avoue,  que malgré mes doutes, il est parvenu à me surprendre. Pour ce qui en est de la relation entre William et Anna, il est aussi teinté de suspens. Cette liaison restera-t-elle platonique ? 

    Le petit bémol, si l'on peut dire c'est le démarrage. Je dois dire que j'ai eu un peu de mal dans les 2 premiers chapitres. Puis tout va crescendo et je me suis passionnée pour cette histoire, merveilleusement narrée avec ses personnages émouvants, touchants que Nicolas Carteron pousse aux questionnements et qui nous incitent à notre tour à revoir, ou a confirmer nos propres idées sur l'adultère.

    Premier coup de cœur de l'année. Et que souhaiter à Nicolas Carteron, si ce n'est qu'à l'image de son héros, il soit reconnu comme l' auteur talentueux qu'il est et le succès qu'il mérite.  Depuis son premier roman sa plume a gagné en maturité, et je suis subjuguée par sa maîtrise des mots  avec lesquels il joue, usant de métaphores et de poésie pour décrire certaines scènes au point de les sublimer. 

     

     

    Avec Gaëlle : son avis ICI

     

     

    Viens on le fait LCL'auteur :

    Nationalité : France 
    Né(e) le : 24 janvier 1989
    Biographie : 

    Nicolas Carteron, jeune écrivain picard , lauréat du prix spécial du jury Véolia du 21e concours de la jeune Nouvelle de Nemours.
    Né à Rosny-sous-Bois le 24 janvier 1989. Il a grandi en Picardie et plus précisément à Crépy-en-Valois dans l’Oise. Doué en sciences, il s’est orienté vers des études techniques, et suivait un cursus dans une école d’ingénieur en électronique et informatique industrielle.

    Amoureux de littérature, il a réorienté son parcours pour se consacrer totalement à l’écriture qui est sa véritable passion.Le vrai déclic se fait à l’âge de 12 ans quand il a entre les mains Jessie de Stephen King. Très vite, il commence à écrire ses propres histoires, sous forme de nouvelles. 

    Le dimanche 26 septembre 2010, il rencontre Yves Grannonio, libraire, à l’occasion d’une dédicace organisée à Brie-Comte-Robert à La Librairie du Château. Ce dernier lit alors un manuscrit que Nicolas avait apporté sur place et est tout de suite convaincu du talent du jeune homme, qu’il encourage à écrire.

    Le 29 mai 2011, il est lauréat du concours de la Jeune Nouvelle de Nemours grâce à sa nouvelle : L’homme qui voulait la peau de Clint. Désormais persuadé « d’être tombé sur une perle rare », Yves Grannonio décide alors de l’éditer et crée pour cela Les Éditions Grannonio, qui publient le 19 octobre 2011 son premier roman, Une Éternité Plus Tard.

     

    Le détail :

    Un roman qui mène romance et suspens et incite à revoir les jugements sur les l’adultère, en faisant preuve d'un peu de tolérance. D'autres sujets sont abordés dans cette histoire, dans laquelle on note une part d'autobiographie, adroitement mêlée à la fiction, que les fidèles lectrices de Nicolas Carteron ne manqueront pas de noter.

    La parenthèse  :

    Pour celles qui souhaitent recevoir un tome dédicacé par l'auteur, le contacter en MP sur sa page FB  . Nicolas Carteron aime converser avec ses lecteurs.

    J'en profite pour remercier, une fois de plus, BookiWooki, membre de Babelio qui m'a fait découvrir cet auteur.

     

     

    Viens on le fait LC

     Mes avis 

     

    Elle était si jolie 

     

    Se souvenir des beaux lendemains

     

    Une éternité plus tard

     

    Quand ta lettre est arrivée

     

    Extraits citations 

     

    " - pour moi, l'amour te fait miroiter ce que tu veux être ou aimerai être dans les yeux d'un autre.  C'est un sentiment inventé par les livres pour t'aider à te raccrocher à un espoir alors  qu'on devrait prendre chaque moment comme il vient."

     

    " Mon coeur bat à présent pour deux femmes, l'amour va à mon épouse et la  passion à Anna"

     

     "quand on trouve chaussure à son pied, il faut apprécier la pointure, à trop vouloir en essayer d'autres, on fini comme le cordonnier, le plus mal chaussé"

     

    " Le seul risque d'être heureux, c'est qu'ensuite, on peut être malheureux" 

     

    " comme j'aimerais que  choisir ne soit pas renoncer "

     

    "Sommes-nous faits pour aimer un seul et unique amant toute sa vie? 
    Pouvons-nous aimer autrement qu’à travers le prisme familial ?"

     


    3 commentaires
  • Danser au rythme des saisons SPArrivée à l’automne de sa vie, Françoise se remémore, ses bonheurs, ses peines.
    Souvenir familial, sur quatre générations de femmes, liées par un secret de famille et souvenir d’un amour qui la conduira au bout du monde ! Mais le chemin de la passion et de la liberté sera semé d’embûches : pertes, revers, désillusions...
    Tabou, deuil, divorce, maladie, psychologie mais aussi amour, amitié, courage, positivisme, espérance... transforment ce récit littéraire en roman sociologique, teinté d’événements historiques en filigrane et d’une promesse d’évasion et de dépaysement, sur fond de nature australienne et autres îles du Pacifique.

    Editeur : Spinelle
    Genre:  Romance contemporaine
    Date de sortie: 17/2/2019
    Prix du livre papier, numérique, Nombre de pages :  En attente d'infos

    Disponible en pré-commande ICI 

     

     

    Danser au rythme des saisons SPJe remercie Rebecca Di Giusto, qui m'a contactée, via le le blog, pour me proposer ce SP en échange d'une chronique et ce, en avant première, vu que le roman ne sera disponible qu'en février.

    C'est toujours un plaisir pour moi de découvrir de nouveaux auteurs, français de surcroît. J'ai donc accepté, sans aucune hésitation, de me lancer dans l'aventure, d'autant plus qu'un voyage en Australie, pays qui me fait rêver, se profilait à l'horizon.

    Je dois avouer que je ne sais pas du tout dans quelle catégorie classer ce roman : autobiographie, fiction ?

    La narratrice, Rebecca, son nom est cité, donc l'auteure, c'est ce que je présume, nous raconte sa rencontre avec Françoise, française expatriée en Australie pour y suivre son mari, originaire du pays. Rencontre fortuite alors que le couple Rebecca/Patrick s'installe pour une année sabbatique sur le continent Australien. D'emblée on l'envie un peu de pouvoir mener cette vie-là.

    Très rapidement Françoise prend la parole pour nous faire partager son aventure personnelle, et des tranches de vie tantôt tristes, tantôt gaies. Nous remontons avec elle dans le passé de sa famille, teinté de secrets, et de ses propres malheurs. Les femmes sont au centre du sujet, toujours. Une répétition d’événements qui collent à la peau des descendantes, et je n'ai pu m’empêcher de songer à la psychogénéalogie, alors que les protagonistes abordent le bienfait de la psychanalyse.

    Des épreuves vécues, Françoise en ressort grandie. Une belle leçon de vie pour le lecteur, car le récit (véridique ou fiction, ou un peu des 2 ?) du quotidien de cette femme ressemble à une histoire vraie. Chacun peut s'identifier aux personnages et trouver le réconfort et la force d'avancer tant l'approche est réaliste. Après tout ne dit-on pas : Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort ?

    Sauf que, ce n'est pas forcement toujours le cas, tant chaque individu vivra différemment ses épreuves, rendant responsables les autres de ses souffrances, s'enlisant quotidiennement jusqu'à s'aigrir et éloignant les autres de cette ambiance nocive et toxique. C'est une réalité. Rebbeca di Giusto n'invente rien. Elle nous pousse à réfléchir.  Cette approche philosophique de la vie, fait écho en moi en raison de mon propre vécu, de mes réactions personnelles. C'est pourquoi, je pense, je me suis passionnée pour cette aventure.

    De plus, l'auteure, en parallèle au récit, nous fait part des sentiments de la narratrice principale ,( elle ?) et nous fait voyager, soit à travers le récit de Françoise, soit le sien. Toutes les 2 s’émerveillent des beautés de la nature et de ses bienfaits,  dénonce un matérialisme qui  nous attache aux objets plutôt qu'aux choses essentielles. 

    C'est donc avec beaucoup de poésie que l'auteure nous décrit, paysages, faune, flore d' Australie, mais aussi d'autres territoires que les protagonistes ont visité. Mais Rebecca s’attache également aux modes de vie, aux cultures parfois si différentes d'un pays à l'autre. Le comportement humain quant à lui, ne vari pas d'un continent à l'autre.

    J'avoue avoir été surprise du portrait  des Australiens brossé à travers les mots de Françoise. L'empreinte Anglaise me semblait évidente, le rapport avec les Aborigènes et leurs conditions de vie également. Pas d'étonnement de ma part, toujours le même sentiment de révolte en songeant à ce qu'est devenu ce peuple. C'est quelque chose qui m'émeut personnellement. Mais découvrir que l'apparence décontractée et aimable de la jeunesse Australienne n'est qu'une image de carte postale, m'a prise de court. Certes l’alcoolisme et la drogue est un fléau dans tous les pays du monde, mais je ne m'attendais pas à ce qu'elle modifie autant l'image que nous donne Françoise avec un peuple insouciant irresponsable et peu engagé dans la vie, toujours aussi raciste envers les hommes de couleur (cf anecdote narré par Rebecca). Un contraste frappant avec la tolérance religieuse mentionnée par l'auteure.

    Cependant en parallèle Rebecca di Giusto nous présente un pays où il fait bon vivre, à l'ambiance festive et conviviale, faite de soirées, de sorties et de spectacles. Un pendant plaisant d'un pays où vivre est,  néanmoins, onéreux, les locations rares, les prix prohibitifs, sujet à une immigration asiatique, un pays sous-peuplé au vu de l’étendue de son territoire.  

    Un roman donc pédagogique, mais aussi le récit d'une histoire d'amitiés, parfois indéfectibles, d'amour, de désillusions, de rencontres qui vous marquent à jamais, laissant une empreinte sur votre âme ,quelque soit le temps passé avec la personne croisée au détour d'un chemin. Mais surtout un leçon de vie dans laquelle l'espoir prend toute la place. Sans oublier la part de positivisme primordial pour avancer dans la vie, l'importance de connaitre son passé, ce patrimoine génétique, avec lequel il faut composer et surtout, ne jamais oublier que l'on est maître de son destin.

    Un roman plein de charme écrit dans un langage poétique, qui se lit avec plaisir, riche en enseignements. On s'étonne parfois, devant la richesse du vocabulaire de l'auteure, de croiser en cours de route quelques coquilles orthographiques sur des mots si ordinaires.

     Presque un coup de cœur. Certains passages sont trop digressifs avec trop de détails sur les paysages, faune flore et autres, cassant ainsi un peu le rythme, alors que l'on est pendue aux lèvres de Françoise dans l'attente de la suite de ses aventures. De plus je suis assez déconcertée par le temps verbal utilisé dans les retours en arrière, que je n'ai pas toujours trouvé adapté et qui a également un peu perturbé le tempo.

    Cependant Rebecca di Giusto est une auteure à découvrir. Elle nous promène dans son univers et nous fait danser au rythme des saisons. Le parallèle  est très adapté, nous oscillons entre été, hiver, automne et printemps au gré de nos épreuves, de joies et de nos renaissances. 

     

     

    Danser au rythme des saisons SP

    Danser au rythme des saisons SPL'auteure : 

    Nationalité : 

    Biographie :

    D'origine camerounaise, Rébecca Edimo Di Giusto est arrivée en France à la fin des années 90. Passionnée de voyages, de civilisations et aussi d’idiomes, elle va à la rencontre de peuples, de langues, de cultures nouvelles à travers ses explorations. L'aventurière ouvre alors sa malle aux souvenirs souvent tendres, parfois durs mais toujours émouvants, pour  partager avec nous les anecdotes et les embûches de ses longs séjours dans divers continents.Ses Récits d'Aventures, sont bien plus que des Carnets de Voyages, car à travers des événements sociaux ainsi que des expériences personnelles, avec une précision extrême et honnête, l'auteure se livre à une réflexion approfondie des maux de la société, transformant ainsi ses Récits de Vie, en une passionnante littérature proche de l'Essai. Outre les voyages, les sujets favoris de Rebecca Edimo Di Giusto s'articulent autour des questions existentielles telles: comment donner du sens à vie et être heureux, comment se retrouver soi afin de sLa parenthèse 'ouvrir aux autres, l'art de positiver et de relativiser les aléas de la vie.


    En savoir plus : https://www.rebecca-edimo-di-giusto.com/

     

    La parenthèse : 

     Ce livre est riche en enseignements et pousse à la remise en question. Chaque lectrice y retrouvera une part d'elle même, se souviendra de ses propres chutes et combien il est important de relativiser dans la vie. 

    PS : J'attends avec beaucoup de curiosité que l'auteure me dise quelles sont les part d'autobiographie et de fiction.

     

    Extraits citations 

     

    "Nous ne savions pas que l'amour au début est ardent, puis il grandit, devient mur, solide, réfléchi, il se pose et s'élève alors."

     

    " Car s’était avec Samuel que j'avais compris  que le véritable amour, c'est celui qui se construit dans le temps, et non celui qui se répète à l'identique comme on le souhaite dans le fantasme"

     

    " C'est ce qu'il a de pire dans un deuil : découvrir  ce qu'une relation aurait pu vous apporter si seulement vous aviez été capable de lui donner toute sa dimension."

     

    "car l'homme est le même partout. Chaque homme naît, vit et meurt. Chacun aime, souffre, rit et pleure, dans tout les endroits du monde. La différence en fait, ce sont les singularités par rapport à l'autre."

     

    © R. Di Giusto

     

     


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique