• Thrillers/Policiers/Polars

  • L'échange LC Personne ne vit ainsi... à moins d'avoir quelque chose à cacher. "
    Quand Caroline et Francis reçoivent une offre pour échanger leur appartement de Leeds contre une maison en banlieue londonienne, ils sautent sur l'occasion de passer une semaine loin de chez eux, déterminés à recoller les morceaux de leur mariage. Mais une fois sur place, la maison leur paraît étonnamment vide et sinistre. Difficile d'imaginer que quelqu'un puisse y habiter.
    Peu à peu, Caroline remarque des signes de vie, ou plutôt des signes de sa vie. Les fleurs dans la salle de bains, la musique dans le lecteur CD, tout cela peut paraître innocent aux yeux de son mari, mais pas aux siens. Manifestement, la personne chez qui ils logent connaît bien Caroline, ainsi que les secrets qu'elle aurait préféré garder enfouis.
    Et à présent, cette personne se trouve chez elle...
    Le premier roman explosif d'un nouveau talent du thriller, dans la lignée du Secret du mari de Liane Moriarty et du Couple d'à côté de Shari Lapena. 

     L'échange LC

     

    Je sors assez décontenancée par cette lecture ne sachant pas trop comment ordonner mes sentiments.

    Dans ce récit à 3 voix, entre ici et ailleurs ( comprendre passé et présent) nous partageons le vie de Caroline et au fil de l'intrigue découvrirons son terrible secret.   Mais pas celui auquel on pense au prime abord au vue des éléments que nous donne l'auteur. Et de me demander si ce thriller mérite tous les commentaires élogieux. Car après tout ce n'est qu'une banale histoire de couple  qui se délite. Et les comportements des protagonistes sont des plus ordinaires. Plongeon dans la réalité quotidienne de couples et de ce fait, la lectrice peut presque s'identifie au personnage de Caroline , si dans sa vie elle  a elle aussi connu des moments de doutes et une attirance pour une personne qui a été son épaule sur qui d'épancher et rêver d'une vie meilleure. 

    Ou,i très vite tout tourne autour de cet écart de conduite. De Carl.

    Mais le lecteur n'est pas au bout de ses surprises. Heureusement car la première partie est assez monotone et ennuyeuse, bien que le lecteur s'interroge sur les motivations de cet énigmatique personnage qui s'est installé chez Caroline Que veut-t-il ?

    Et de s'étonner que Caroline garde ce secret pour elle, une fois que nous même en auront compris qu'il n'y a pas lieu de le cacher à Francis. Mais c'est le but de Rebecca Fleet de nous embrouiller pour faire avancer son histoire.

    C'est entre mensonges et non-dits que nous découvrirons le passé de Caroline. C'est entre reflexions sur la fragilise du couple que nous interrogerons nous même sur notre propre vie à 2. L'auteure brosse le portrait d'une famille ordinaire en proie aux affres, comme tout un chacun, de la vie quotidienne et aux moyens de chaque individu à échapper  aux vicissitudes journalières. 

    Nous ne saurons jamais ce qui a fait sombrer Francis, ni ce qui l'a fait réagir, (et je le déplore). Par contre nous comprendrons ce qui a fait tourner la tête à Caroline. À travers ses pensées nous réfléchirons sur ses sentiments ambivalents  et sur la fragilité de ce que nous pensons être de l'amour.

    Tous ces thèmes contemporains  et introspection de l’héroïne prennent un peu le pas sur thriller  psychologique.  Le début du roman est assez poussif, puis l'auteur trouve son rythme de croisière.

    Le style n'est pas transcendant, c'est assez linéaire, et les émotions manquent un peu à l'appel. L'angoisse que l'on devrait ressentir  dans ce genre de thriller n'est, pas pour moi, au rendez-vous. Cependant l'auteure parvient dans  à nous tenir sous sa coupe une fois le pot au roses dévoilé, et s'inquiète de l'issue avec un rebondissement plutôt inattendu, quoique logique mais limite décevant.

    Le coté introspectif ,basé sur la culpabilité que ressent l’héroïne, donne quelques longueurs. le comportement passif du mari est agaçant, on ne le comprend pas toujours, encore moins ce qui l'a poussé à cette addiction. Il en est de même pour celui de l’héroïne. Les personnages assez fades ne m'ont rien inspiré.

    Bref une histoire bien construite avec des rebondissements au bon moment pour titiller l’intérêt du lecteur, qui laissait d’après le résumé supposer quelques émotions que je n'ai nullement ressenties.

    Premier roman de l'auteure avec quelques faiblesses qui se laisse lire. Mais on trouve d'autres romans du genre bien plus palpitants. 

    À voir par la suite si auteur à suivre.

     

    L'échange LC

    Avec Anne

     

    Extraits citations

     

    " Il n'y a rien que je puisse faire  pour réparer ce qui a été brisé. Et pour la première fois, ce constat me frappe de plein fouet sans aucun compromis"

     

    " Elle est tellement sure de son jugement, habituée à voir son monde sous le prisme de sa petite personne que ça lui traverse même pas l'esprit que les apparences pourraient être trompeuses"

     

    " Cependant, la réalité est tout autre. Comme lorsque, après avoir emprisonné un papillon sous cloche de verre, on s’aperçoit en l'examinant de prés qu'il n'est pas aussi beau que l'on l’imaginait maintenant qu'on l'a attrapé, il ne nous intéresse plus vraiment"

     

    "il m'a fallu beaucoup de temps pour comprendre qu'on ne peut pas tout rationaliser, tout contrôler. Certaines choses nous échappent totalement. Elles  sont absurdes , irrationnelles " 

     

    © R. Fleet

     

     

     

     

     


    3 commentaires
  • Défendre Jacob LVDepuis vingt ans, Andrew Barber est procureur adjoint du comté de Massachusetts. Admiré par ses pairs pour sa combativité au tribunal, respecté de la communauté, il est aussi un père de famille heureux, veillant sur sa femme Laurie et leur fils Jacob. 

    Quand un crime atroce secoue la quiétude de sa petite ville, c’est la foudre qui s’abat sur lui : son fils de 14 ans est accusé du meurtre d’un camarade de classe.

    Andrew ne peut croire à la culpabilité de Jacob et va tout mettre en œuvre pour prouver son innocence. Mais à mesure que les indices à charge s’accumulent et que le procès approche, certaines révélations surgies du passé sèment le doute et menacent de détruire son mariage, sa réputation et sa foi en la justice. 

    Le dos au mur, Andrew devra faire face au pire dilemme de sa vie : choisir entre la loyauté et la vérité pour défendre cet aolescent qu’il connaît si mal. 

     

    Editeur : Laffon
    Genre: Thriller psychologique
    Date de sortie: 11/10/201
    Prix du livre papier : Broché 17,80€ Poche 8,00€
    Version numérique: 15,99 €
    ISBN:  2749917379 

     

     

     

     

    Défendre Jacob LVJacob 14 ans  est accusé du meurtre d'un de ses camarades  de lycée. Les 2 adolescents sont issus de milieu aisé, vivent dans une petite ville dans laquelle  beaucoup de parents ont fait le choix de vivre pour ses qualités de vie.

    Pour Andy et Laurie  s'est un coup de massue. Andy est procureur  et au départ chargé de l'enquête jusqu'à ce que  son fils soit accusé. Si aux USA un accusé est présumé innocent jusqu'à la preuve du contraire, (et l'accusation doit  apporter la preuve du contraire) la réalité est tout autre, le public vous a déjà jugé du genre" il n'y a pas de fumé sans feu". C'est ce que va nous démontrer l'auteur qui connait parfaitement le milieu qu'il décrit. Willima Landon est avocat. De ce fait c'est à travers les yeux d' Andy que nous allons suivre cette histoire. Le père de Jacob est le narrateur. Le lecteur va donc vivre le procès par  l'intermédiaire de son regard, de  ses pensées, de ses réactions, de ses croyances. Et pour lui Jacob n'est pas coupable, son fils ne peut être coupable d'un tel crime. 

    Jacob est un ado ordinaire aux comportements standards, enfin presque. Car certaines de ses réactions de comportements sont parfois déroutants.

    Cependant ce thriller est plus centré sur les émotions d' Andy, de celles de sa tribu qu'il interprète car bien évidemment le couple subit les effets secondaires de cette accusation et le lecteur de se révolter et d'avoir de la sympathie pour le couple, victime à leur tour de la vindicte populaire. 

    C'est au travers d'un compte rendu  d'audience que le père de Jacob va nous faire partager les événements, les rebondissements. Le système judiciaire Américain est différent du notre.  Il faut savoir que certaines  affaires sont d'abord présentées à un jury qui décidera  s'il y a lieu de poursuivre. C'est ici  le cas mais le lecteur s'intrigue se demandant de quelle affaire il s'agit puisqu'elle concerne des événements  post procès de Jacob. Est-ce une accusions contre Andy, ce père procureur ? Aurait-il faussé la donne afin de sauver son fils de la prison ?  

    C'est ce que nous découvrirons au fur et à mesure de l'avancée du récit.

    Un récit dans lequel l'auteur interpelle le lecteur. Est-il juste  de traiter les parents de Jacob comme des criminels ? De condamner le jeune homme sur des simples présomptions ?  Il nous place également  en tant que spectateur mais aussi dans le rôle des jurés.  Existe-t-il un doute raisonnable au vu des preuves présentes par le  procureur ? Un procureur dont on se demande quelles sont les motivations. Il faut également savoir que l'ambition dans l'évolution de carrière dans l'institution Americaine est un moteur puissant. Le doute sur les objectifs de Loguidice  outre le désir de punir le coupable s'immisce dans votre esprit et de ce fait l'auteur ne fait qu’accroître la sympathie du lecteur envers la famille Barber.

    Cependant il sait aussi instiller le doute sur la culpabilité de Jacob.  De part les actions de ce dernier sa présumée innocence n'est pas aussi flagrante. Néanmoins Andy nous pousse dans une autre voie. Il croit fort en l'innocence de son fils.

    Et de ce fait de nous poser mille questions : en tant que parent est-on vraiment objectif, dans le déni ? Ne voyons-nous pas que ce que nous voulons voir ? Une chose est certaine personne ne connait vraiment l'autre, que ce soit son enfant ou son conjoint. De nos comportements,  de je ne vois rien, je sais rien, je n'ai rien entendu. Et, à posteriori survient la culpabilité. Et toujours plus de questions. Qu'avons nous raté comme signes, qu'aurions nous du faire ?  Des questions que se pose Laurie la mère et qui vont la torturer jusqu'à l'issue finale. 

    Ce thriller psychologique brosse le portrait d'une famille au bord de l’abîme secouée par un drame et une réalité improbable qui nous confronte à notre propres peurs et nous interpelle. Comment  réagirions nous à leur place ? Est-ce que comme Andrew nous nous voilerions la face, jusqu'au serions nous capable d'aller pour nos enfants, jusqu'au pourrions nous croire en eux ?  

    Les thèmes abordés sont très contemporains et l'approche psychologique traitée avec brio rendant sa lecture haletante et addictive. Quelle sera l'issue de cette intrigue ?   Le jugement du jury reflétera-t-il la vérité ? Rien n'est moins sur au vu de l'analyse que  nous livre l'auteur sur la justice Americaine, à savoir qu'un mineur est jugé comme un adulte pour un meurtre. Qu'en sera-t-il pour cette famille, comment peut-elle reprendre sa place dans la société quelque soit le verdict, après avoir été stigmatisée ?  La suspicion qui s'installe troublant ici la donne.

    Et c'est pourquoi le dénouement dans l'épilogue est si imprévisible et vous laisse sans voix, tout à votre doute raisonnable, dans l'incapacité de vous faire une opinion. William Landay avance ces pions un à un et vous laisse échec et mat. 

    Sa plume est fluide et dynamique, accrocheuse et soignée. sa maîtrise du milieu de la magistrature est indiscutable, il l’utile à bon escient pour nous brosser les atmosphères du procès sans que pour autant rendre le tout ennuyeux et digressif.

    Si je reste avec mes doutes, si je m'interroge encore sur la culpabilité de Jacob, une chose je suis sure, je ne doute pas de la mienne, celle d'être tombée sous le charme de la plume de l'auteur. Oui j'avoue. je suis coupable d'avoir aimé ce thriller. 

     Je remercie Emilie du groupe Au fil des livres sur FB   pour m'avoir fait découvrir ce livre voyageur et cet auteur.

     

    Défendre Jacob LV

     

     

     

     

     

    Défendre Jacob LV

     

     

    Extraits citations

     

     


    3 commentaires
  •  

    la fille du roi des maraisEnfin, Helena a la vie qu’elle mérite  ! Un mari aimant, deux ravissantes petites filles, un travail qui occupe ses journées. Mais quand un détenu s’évade d’une prison de sa région, elle mesure son erreur  : comment a-t-elle pu croire qu’elle pourrait tirer un trait sur son douloureux passé  ?
    Car Helena a un secret  : elle est l’enfant du viol. Sa mère, kidnappée adolescente, a été retenue prisonnière dans une cabane cachée au fond des marais du Michigan, sans électricité, sans chauffage, sans eau courante. Née deux ans plus tard, Helena aimait cette enfance de sauvageonne. Et même si son père était parfois brutal, elle l’aimait aussi… jusqu’à ce qu’elle découvre toute sa cruauté.
    Vingt ans après, elle a enfoui ses souvenirs si profondément que même son mari ignore la vérité. Mais aujourd’hui son père a tué deux gardiens de prison et s’est volatilisé dans les marais, une zone qu’il connaît mieux que personne. Malgré la chasse à l’homme lancée par les autorités, Helena sait que la police n’a aucune chance de l’arrêter. Parce qu’elle a été son élève, la seule personne capable de retrouver cet expert en survie, que la presse a surnommé Le Roi des Marais, c'est sa fille

     

    Editeur :  JC Lattes
    Genre: Thriller
    Date de sortie: 07/03/2018
    Prix du livre papier : Broché 20,90€ 
    Version numérique: 14,99€ (un peu cher pour du numerique)
    ISBN: 2709659212




     

    la fille du roi des maraisMerci à NetGalley et aux éditions  JC Lattes pour ce SP

    C’est avec plaisir que je me suis lancée dans ce roman. Je ne connaissais pas l’auteure. Je ne m’attendais à rien.

    Le résumé était intriguant et le lecteur est bien loin de ce qu’il peut s’imaginer ;

    Le récit est à la première personne, celui d’ Helena, la fille née d’un viol sur une ado kidnappée, aujourd’hui adulte.

    L’histoire va donc se dérouler entre présent et passé. Helena, à ce jour, a fait l’impasse sur vie dans les marais, elle a changé de nom, elle est marié, mère de 2 fillettes. Sa nouvelle famille ne sait rien de vie antérieure. Vie qu’elle s’efforce d’oublier. On en comprendra les raisons au fur et à mesure que l’on avance dans le récit. Une aventure entre chasse à l’homme, une traque, celle de son père évadé, et son enfance dans les marais qu’elle connaît comme sa poche, formée par son père à la survie en terre hostile.

    Je veux bien croire que l’auteure tente de nous faire partager les bienfaits du retour aux sources, le quotidien mené par ce trio n’était pas de tout repos. Particulièrement celui de la mère, personnage assez anonyme qu’en fait Karen Dionne alors qu’elle joue un rôle primordial. C’est un peu déroutant et je ne rangerais pas ce livre dans la catégorie Thriller , ce n'est pas l'idée que je m'en fait.

    Helena, l’ancienne sauvageonne n’a rien oublié des jeux de pistes enseignés par son père, mais parviendra-t-elle a dépasser le maître ? Pour comprendre cette drôle de fille, il faut la suivre dans son quotidien du temps de sa vie dans les marais, formée par un père d’une manière bien peu conventionnelle, jouant de récompenses et de punitions, la traitant quelque part comme un animal . Que ressentait cette homme pour sa fille ? On ne le saura pas vraiment ne comprenant pas vraiment ses motivations pas expliquées par l’auteure.

    Cet homme, on l’imagine vivant suivant les préceptes de sa tribu d’origine et selon lesquels il élève sa fille, afin quelle apprenne à survivre grâce à ce que la nature offre, plantes animaux… Ce qui donne des scènes assez violentes qui peuvent heurter et j’avoue avoir moi mème été assez remuée.

    Le décor est donc bien planté, et c’est culturellement intéressant et enrichissant, cependant on ne peut pas en dire autant des personnages . Aucune description précise permettant de les visualiser et j avoue que ça me gêne.

    Le coté psychologique est plus travaillé, ainsi que les relations assez perturbées du trio, d’autant que l’éducation d’ Helena est particulièrement masculine. C’est déconcertant, sombre de voir une jeune enfant évoluer de la sorte. Les relations mère-fille sont limites inexistantes et le lecteur de s’interroger sur la plausibilité de tels liens.

    La relation nocive entre le père et la fille en est-t-elle responsable ? N’aimait-elle pas cette enfant fruit d’un viol ? on peut le comprendre ! une autre raison pourrait aussi être envisageable, celui du jeune âge de la jeune fille lors de la naissance d'Helena. Quand à l’enfant on ne peut pas dire qu’elle soit tendre avec sa mère. Cette relation n’évoluera pas non plus favorablement après leur fuite dans une ambiance plus clémente.  C'est au fil des chapitres que le lecteur comprendra pourquoi

    C'est avec force détails sur le comportement du père,  sur sa violence envers sa progéniture, déroutant cette dernière, qui éprouve malgré tout de l’amour pour lui, (ce qui va la perdre face à ce manipulateur narcissique, sociopathe , psychopathe lors de la traque ) que l auteure décrit cette relation complexe, ces sentiments ambivalents que ressent la jeune fille. Même  des années plus tard, elle va se laisser au prendre au piège des sentiments, et ce monstre va utiliser cette faiblesse contre elle. Les liens du sang ne représentent-ils rien pour lui ? Quelles sont ses motivations ? Le lecteur ne comprend pas cet homme mais peut-on comprendre un psychopathe ?

    J’avoue que je suis assez partagée et déroutée par les émotions et sentiments que je perçois. Certaines situations sont si poussées à l’extrême que je ne suis pas sure de les trouver crédibles. De plus certains questions me taraudent et je n’en trouve pas les réponses. Je comprend toutefois ce que veut nous dire l’auteur en traitant de la complexité des sentiments que l’on peut éprouver pour un monstre, qui est aussi votre père.

    Helena malgré son attitude, ses actions passées, parvient a susciter toutefois de l’empathie chez le lecteur.

    L’issue finale n’est pas surprenante, peut sembler banale mais c’est la plus logique, cependant.

    Un roman qui m'a tenue en haleine, malgré les descriptions parfois un peu  longues sur les lieux  de vie et les conditions climatiques, qui m'a déconcertée et déroutée par moments tellement certaines scènes avec Helena enfant sont violentes et je me suis demandée si elles pouvaient être plausibles. Les enfants étaient-ils formés de la sorte si tôt dans les anciennes tribus indiennes ? Je n'ai pas de réponses à ma question.

     

    Histoire d'une mère LC

     

     

     

    Extraits citations

     

    "mon père est est peut-etre la cause de mon existence mais ma mère en est la raison. Celle qui me permet de vivre aujourdhui"

     

    "la mémoire est trompeuse, en particulier quand elle vient de l'enfance"

     

    "comme cela avait du être douloureux pour elle d'elever un enfant qui etait le clone de son ravisseur. Un enfant dont elle avait peur, jusque dans sa chair"

     

    "Il faut assumer ses decisions, meme si l'issue n'est pas celle prévue"

     

    "il a voulu faire de moi un double de lui même, mais par cette seule démarche, il vait signé sa chute; Jamais je ne serais sa chose."

     

    "les degats sont terribles quand un enfant grandit captif"

     

    "j ai appris depuis que j'ai quitte le marais que personne n'est fait dans le meme moule Il ny a ce que l'n doit faire et ce que l'on peut faire"

     

    "stephen est la seule personne qui m'a choisie Celui qui m'aime, pas parce qu'il y est obligé, mais  parce qu'il le veut"

     

    "elle avait regarde la scène de l'autre cote de la table aussi insiginifiante et inutile qu'un lapin dans la marmite, sans lever le petit doigt "

     

    "je croyais quand j'ai quitté le marais que les parents de ma mère seraient heureux de recupperer leur fille avec un bonus/ Mais j'etais le produit de mon père"

     

    " je ne me sentais a ma place nulle part  (...)  A quoi bon savoir chasser et pecher mieux que quiconque ? Pour mes camarades de classe j'étais un montre"

     

    " J'aurais tué pour cet homme, je serais morte pour lui Et je savais qu'il en etait de meme de son coté"

     

    "on ne mesure son malheur que si on a connu mieux"

     

    "il pensait que l'amour etait un tout que l'on divisait Mais ce n'est pas vrai On le multiplie"

     

    © K. Dionne

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    3 commentaires
  •  

    Hortense1993 : Sophie Delalande est folle d'amour pour sa fille, Hortense, presque trois ans, qu'elle élève seule. Son ex-compagnon est un homme violent, auquel elle refuse le droit de visite. Un jour, il fait irruption chez elle et lui enlève Hortense.
    2015 : Sophie mène une vie morne, solitaire. Un dimanche pluvieux, elle se fait bousculer par une jeune femme dans la rue. Persuadée qu’il s’agit d’Hortense, elle la suit. Sans rien lui dévoiler, elle sympathise avec elle. La relation qui se noue alors est pleine de mystères. Sophie ne serait-elle pas la proie d'un délire psychotique qui lui fait prendre cette inconnue pour sa fille ? Et cette jeune femme est-elle aussi innocente qu’elle le paraît ?
    Une intrigue fascinante et haletante, inspirée d’un fait divers.

    Editeur :  le livre de poche
    Genre:  Thriller psychologique
    Date de sortie: 31/05/2017
    Version papier : 20,00 € numérique: 9,99 € 
    ISBN:  2253086681

     

     

     

    HortenseJe remercie Anne pour ce cadeau, sa chronique m’avait tentée ainsi que les retours d’autres lectrices

    La plume est fluide, agréable. Un thriller parfaitement construit, vous tenant en haleine et très addictif . Une fois commencé on ne peut plus s’arrêter.

    Le récit est à 2 voix, celle de Sophie et de la présumée Hortense. Ceci pousse le lecteur à pencher pour la version de Sophie. Elle a retrouvé sa fille !

    Le démarrage avec un compte rendu d’audition laisse présager une issue pas vraiment happy-end. Cependant le lecteur est bien loin de s’imaginer dans quoi il s’embarque.

    Ce mode narratif permet de comprendre la personnalité de Sophie à travers les évènements qu’elle rapporte. Néanmoins, le lecteur ne cesse de s’interroger au vu des rapports d’enquête et les commentaires d’autres personnes impliquées à un moment ou un autre dans cette disparition d’enfant.

    Jacques Expert maintien le doute raisonnable sur tout le récit : Emmanuelle est-elle vraiment Hortense ?

    Tout porte à le croire, cependant, je doute : Comment peut-on être sure de reconnaître son enfant 22 ans plus tard ? L’instinct maternel suffit ? Les coïncidences : voyage à l’étranger d’ Emma, la fiancé, le goût prononcé de son père pour les relations passagères et son instabilité sont-elles juste des coïncidences ? Ou Antoine est tout simplement Sylvain ? Pour autant son attitude va perturber le lecteur, par son inertie quand Emma/Hortense lui parle de Sophie. N’aurait-il pas du réagir ?

    J’admets que l’auteur est talentueux dans sa manière d’instiller le doute à travers tous ces petits éléments qui mis bout à bout confirme cette réalité Emma est Hortense, et la jeune fille va s’en persuader à tort ou raison ? Son besoin de figure maternelle, malgré l’étrange comportement de Sophie trouble son esprit ou pas ?

    Une Sophie qui semble maîtriser la situation jusqu’à la chute finale et ce dénouement grandiose auquel j’avoue avoir songé parfois, sans toutefois pousser jusque là.

    Mais c’est aussi cette fin époustouflante qui me laisse un goût d’inachevé avec bien trop d’invraisemblances perturbantes et des questions sans réponses. Sujet dont je ne peux débattre ici sans spolier pour les nouveaux lecteurs. Ceux qui l’ont lu me comprendront peut-être.

    L’Épilogue très laconique me laisse sans voix et déroutée, avec un soupçon de déception . C’est comme si tout le repas avait été parfait et  le dessert affreusement décevant, tant et si bien que l’on ne retient que ça, que l’on en oublie la délicatesse de tous les autres ingrédients composant un ensemble parfait dont l’équilibre se trouve altéré par les derniers éléments.

    A la lecture de la dernière je suis restée comme de ronds de flan de ma chaise d’aéroport, j'avais eu le temps de dévorer ce roman enre 2 avions et là ... tout s'écroule et je ne sais plus  tellement je suis frustrée par toutes ces questions qui demeurent sans réponses.

     

    HortenseHortenseHortense

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    4 commentaires
  •  

    Qui je suis Hattie Hoffman a passé sa vie à jouer de nombreux rôles  : la bonne élève, la bonne fille, la bonne petite amie. Mais Hattie rêve d’autre chose, quelque chose de plus intense… et qui se révèle extrêmement périlleux. Lorsqu’on découvre son corps sauvagement poignardé, une redoutable onde de choc traverse la ville de Pine Valley.
    Très vite, il apparaît que Hattie entretenait une relation secrète, hautement compromettante et potentiellement explosive. Quelqu’un d’autre était-il au courant  ? Et dans ce cas, jusqu’où cette personne était-elle prête à aller pour mettre fin à cette relation ?
    Riche en rebondissements, Qui je suis  retrace une année de la vie d’une jeune femme dangereusement fascinante, au cours de laquelle surgissent les secrets les plus sombres d’une petite ville, tandis que Hattie se rapproche peu à peu de sa mort.
    Suggestif et tranchant, ce roman examine la frontière entre l’innocence et la culpabilité, l’identité et la duperie. L’amour conduit-il à la découverte de soi… ou à la destruction  ?

    Editeur :  Mazarine
    Genre: Thriller
    Date de sortie: 21/03/2018
    Prix du livre papier : Broché 20,00€
    Version numérique: 15,99 €
    ISBN: 286374359

     

     

     

    Qui je suis Qui je suis ? 

    Comment répondre à cette question face à une Hattie aux mille visages ? Alors que la jeune femme ne le sait pas elle-même.

    Qui est-t-elle vraiment au point d'avoir mis son existence en péril et finir sauvagement assassinée et mutilée ? Victime ou responsable d'un enchaînement d 'événements qui pousseront,  un individu, un proche, un inconnu dont elle a croisé la route  à l'assassiner ?  Hattie est-elle victime d'un crime lié au hasard ou d'une vengeance personnelle ?

    C'est ce que le lecteur découvrira au fil des chapitres dans ce récit à plusieurs voix, et tout au long de l'année qui précédera sa mort.

    Del, le shériff et ami de la famille connait Hattie depuis toujours, tout le monde connait Hattie dans ce petit village de Pine Valley au fin fond du Minnesota. Pourtant il doit mener cette enquête avec toute l'objectivité possible , en ignorant ses sentiments envers Bud et Mona les parents et Hattie elle même.  

    Hattie la jeune fille sage de 18 ans, que le sherrif a vu grandir, Hattie la jeune fille qui rêve de New-York et de gloire, Hattie la brillante étudiante particulièrement douée pour la comédie,  Hattie la comédienne qui endosse des rôles mais pas que sur scène. Hattie c'est la jeune fille aimante  que voit ses parents, l'amie fidèle de Portia, la petite amie parfaite de Tommy et l'amante passionnée qui sait ce qu'elle veut, capable de tout pour celui qu'elle  aime et qui l'aime en retour malgré les risques d'une relation compromettante qui le détruirait.

    "-Je t'observe, Hattie. Tu cancanes avec Portia avant les cours, tu encourages toutes ses idées ridicules, tu lui racontes  des bobards. tu laisses Tommy te tripoter à la cafétéria (...) Tu joues à l'élève parfaite avec tous les profs avec qui j'ai parlé "

    Ce récit psychologique est narré à plusieurs voix, celle des personnages principaux engagés dans cette aventure, c'est entre présent et passé que le lecteur découvrira la vérité. Ainsi il fera la connaissance de la vraie  Hattie, mais en existe-t-il une seule et unique ?  N'est-elle pas une somme de plusieurs facettes ? Hattie déroute son public et plus particulièrement celui a qui elle en montre le plus.

    "je ne sais toujours pas comment t'appeler. Avec tous tes noms . Toutes tes identités. 

    C'est à travers les révélations de la jeune fille que nous appréhenderons la personnalité complexe d'une adolescente a plusieurs visages, qui s'adapte et joue le rôle que l'on attend d'elle , la fifille à ses parents, l'amie complaisante, la petite amie ... en fonction de critères sociaux, de codes et de règles auxquels nous devons tous nous plier pour ne pas être marginalisés, ce qui rend cette histoire crédible.   Cependant à trop jouer ne risque-t-on pas de perdre son identité et que pourront être les conséquences quand certains découvrirons qu'ils ont été dupés, comme c'est le cas ici ?

    C'est pour moi un des messages forts de l'auteure. De nos comportements et nos interactions avec d'autres peuvent naître des conflits ou tout au contraire, nos actions pourront les éviter. De ce fait la question que se pose le lecteur tout au long de cette intrigue c'est celle-ci :  Hattie est-elle victime ou coupable ? De part ses actes n'est-elle pas responsable  de sa propre mort et de l'effet boule de neige qui en découle ?  Certains vont s'en convaincre mais l'avouer est difficile. 

    "- Je pense que Hattie est responsable (...) J'aimais cette fille, j'en aimais chaque parcelle d'effronterie et d’impertinence"

    Pour d'autres le coupable n'est pas forcement celui qui a tenu le couteau, mais celui qui l'a séduite compromettant son avenir, le sien et celui de sa propre famille.

    Cette vision des choses que nous propose Mindy Mejia est déroutante et effrayante. Comment peut-on incriminer une jeune fille assassinée, la juger responsable de sa propre mort ?  Tout ceci nous prouve que rien n'est simple, ni tout blanc ni tout noir, mais Hattie est-elle la seule coupable, qu'en est-il de la responsabilité de son amant, adulte sensé et responsable qui aurait pu mettre un terme a cette relation destructrice et éviter ce drame ? Mais peut-on lutter contre l'amour qui fait perdre toute raison ? Efface-t-il les sacrifices, les mensonge et les trahisons ?

    A chaque lecteur de trouver en lui les réponses à ses questions.

    Le style de l'auteur est fluide, plaisant et addictif. Mindy Mejia instille le doute en nous et le lecteur se persuade de connaitre le meurtrier et ses motivations, cependant l'auteure va nous scotcher avec un dernier rebondissement inattendu alors que le coupable ayant avoué son crime est condamné.

     Je remercie Net Galley et les Editions Mazarine pour m'avoir permis de découvrir la plume et l'imagination de  Mindy Mejia avec ses personnages bien campés qui suscitent chez le lecteur de multiples émotions.  Presque un coup de cœur pour ce premier roman de cette auteure que je conseille de découvrir et que je vais suivre.

    Une belle couverture et un titre intriguant avec un résumé qui tient ses promesses.

     

    Qui je suis

     

     

    Extraits citations

     

    "voilà ce que vous allez montrer au public ce week-end : les conséquences des penchants les plus laids d'un homme"

     

    "quelque soit le  personnage que j'endosse, aucun ne peut combler le vide que je ressens au plus profond de moi quand je ne suis pas avec toi"

     

     "Tu dis que c'est de la comédie, mais en réalité, tu te fractures en mille pièces, et chaque fois que j'en découvre une nouvelle, tu es delà ailleurs "

     

    "- Non. Les actions d'une personne façonne ce qu'elle est. (...)  dans ton cas, tes actions additionnent pour former une personne unique. "

     

     "Mon désir était ma perte, je le savais et malgré cela, je ne pouvais lui tourner le dos. Nous nous désirions au-delà toute prudence, quelques que soient les conséquences."

     

    © M. Mejia


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique