• Thrillers/Policiers/Polars


  •  

    La maison de poupée : LCUne jeune femme se réveille dans une cave froide et sombre. Elle est seule et n'a pas la moindre idée de la façon dont elle s'est retrouvée là, ni de l'identité de son ravisseur. Et elle ignore encore que son cauchemar ne fait que commencer…

    Pas très loin de là, le corps d'une autre femme est découvert sur une plage isolée. Sa disparition n'a jamais été déclarée à la police : sa famille qui recevait encore des textos de sa part n'avait aucune raison de s'inquiéter.

    Pour la détective Helen Grace, il n'y a aucun doute : le monstre qui se cache derrière ce meurtre n'en est pas à son coup d'essai et a déjà tué. Elle a affaire à un prédateur pervers, intelligent et qui ne recule devant rien, et quelque part une femme est en danger de mort… 

     

      

    Editeur :  Escales éditions
    Genre: policier
    Date de sortie: 30/03/2017
    Prix du livre papier : Broché 21,00€ 
    Version numérique: 9,99€ 
    ISBN: 2365692958  

     

     

     

     

    La maison de poupée : LCEt nous voilà parties  pour le dernier volet publié  à ce jour par M.J Arlidge, tout au moins en Français .

    Et je suis sous le charme de la plume de l'auteur dans toute son intégralité, le style, la trame, la construction de l'intrigue, les personnages qui se dévoilent de plus en plus en plus au fil des tomes.

    Dans ma dernière chronique je disais que je ne savais pas trop quels sentiments  j'éprouvais pour l’héroïne, Helen le protagoniste principal de l'auteur, dont il nous fait partager le quotidien. C'est d'ailleurs l’élément clef de toutes ces histoires, l'on pourrait presque penser que les enquêtes sont du bonus tellement Helen prend toute la place.

     Eh bien je suis sous le charme désormais de cette femme à la personnalité torturée, au passé sordide, à ses valeurs morales, à son sens de l'amitié, son sens du devoir envers les victimes et ses méthodes pour parvenir  à les sauver pas toujours respectueuses de la hiérarchie. Une inspectrice atypique, ce n'est pas très nouveau, mais l'auteur sait bien s'y prendre pour la rendre  peu commune.

    On espère pour elle un peu plus qu'un accomplissement professionnel, la lectrice que je suis rêverait bien qu'elle se laisse aimer, mais pour ça il faudrait qu'elle puisse s'aimer elle même un tant soi peu.

    Niveau professionnel le succès de ses enquêtes fait un peu des jaloux. Nous avions partagé la rancœur de sa supérieure , personnage qui devient ici particulièrement détestable. L'auteur nous offre ici un petit cocktail de manipulations, de jeux de pouvoir particulièrement réaliste.

    C'est avec plaisir que nous retrouvons Charlie et assistons à un changement de comportement d' Helen, pour mon plus grand plaisir, j'avoue n'avoir pas vraiment apprécié sa mise à l'éccart dans le dernier tome.

    Ce volet, vie privée des protagonistes, donne plus de force aux personnages, créant ainsi une intimité avec eux et les rendant réels. Tout ne tourne donc pas autour de l'enquête, mais renforce la crédibilité de l'histoire en nous faisant partager les ressentis de tous les acteurs de ce scénario habillement concocté.

    L'angoisse est au rendez-vous, le lecteur craint pour Ruby, cherche à comprendre les motivations du kidnappeur.

    Les éléments du puzzle se mettent en place progressivement. Les thèmes ne sont pas nouveaux non plus  : un prédateur, des jeunes filles fragiles isolées de leur famille, mais la mayonnaise prend bien, l'auteur nous faisant partager la complexité de notre sérial-killer en suscitant de nombreuses questions chez le lecteur. Qui est-il ? Les victimes le connaissent-elles  ?  Quel est son but ? Qui est Summer ? Face à lui Ruby, et sa volonté farouche de survivre. Le coté psychologie des protagonistes est tres développé, nous suivons donc toutes les émotions de la jeune fille, ses regrets, ses peurs, son esprit combattit, son abattement, tout comme nous découvrons la folie du kidnappeur.

    Je n'ai pas retrouvé le coté particulièrement angoissant et stressant du premier tome, bien que par moments j'ai bien tremblé pour le destin de Ruby, qui restera donc à ce jour mon préféré, mais j'ai plongé ici dans les ténèbres plus encore que dans le dernier tome.

    Le dénouement et les révélations sont à la fois prévisibles et surprenantes, c'est tout le talent de notre M.J Ardlige de nous tenir en haleine, et de nous surprendre. Sa plume est concise et efficace. Les femmes sont ici particulièrement  mises en avant, et l'auteur brosse un portrait toujours contemporain de la condition féminine dans un métier d'hommes, dans lequel il faut se battre pour être reconnue.

    Certains points concernant Robert restent dans l'ombre, mais j'imagine que  l'auteur garde quelques cartes dans sa manche pour les futures aventures de notre héroïne.

    Bon c'est clair, des futures LC avec ma binôme en perspectives, j'en suis sûre, elle avait déjà un faible pour Helen, elle ne va pas l'abandonner maintenant, car je ne l'imagine pas déçue par ce tome. Est-ce que je me trompe ?

    Quant à moi et bien, Am Stram Gram reste mon préféré coté angoissant bien plus fort que dans celui-ci, que je trouve bien meilleur que le précédent.

     

     

     

    Avec Gaelle

     

     

    Extraits citations

     

    "parfois on se rend compte que l'on est alle trop loin et qu'il est impossible de retourner en arrière"

     

     

    "quelqu'un avait gardé sa petite fille vivante par delà la tombe"

     

    " c’était parfois difficile d'être parent. Rectificatif : c’était toujours difficile d'être parent"

     

    "C'était dit avec le sourire, mais Ruby en eut froid dans le dos. A cet instant, elle comprit avec clarté ce qu'elle aurait dû savoir depuis le début: cet inconnu exerçait un droit de vie et de mort sur elle."

     

    © M.J Arlidge

     

     


    2 commentaires
  •  

    La disparue de Noel : Book

     

        Avec son art consommé de la psychologie, Rachel Abbott tisse un suspense familial riche en émotions et hautement addictif, dans la lignée de P. D. James et de Lisa Gardner. Une route de campagne verglacée. Une voiture qui perd le contrôle : la conductrice est tuée sur le coup ; Natasha, sa fille de six ans assise à l'arrière, se volatilise sans explication. Quelques années plus tard, David fait de son mieux pour se reconstruire après le drame qui a emporté sa femme et sa fille. Il forme désormais un couple heureux avec la douce Emma et le petit Ollie, adorable bambin de dix-huit mois qui comble leur foyer. Mais un jour, une inconnue débarque dans leur cuisine. Natasha. Où était-elle toutes ces années ? Comment a-t-elle retrouvé le chemin de la maison ? Si David est fou de joie, Emma, elle, se sent vulnérable devant cette adolescente silencieuse. Cadeau ou malédiction ? Que cache le retour de la disparue de Noël ?

     

    Editeur :  Le cercle Belfond
    Genre: Thriller polar
    Date de sortie: 02/11/2017
    Prix du livre papier : Broché : 21,90€ 
    Version numérique: 14,99€ 
    ISBN: 2714475272 

     

     

     

    Tout d'abord je tiens a remercier Le Cercle Belfond pour ce concours et Carine Verschaeve , éditrice et l'organisatrice, La disparue de Noel : Booksans qui je n'aurais pas découvert cette auteure et ce qui me permet ainsi de participer à mon premier Book-Club. J'avoue que le nom m'étais familier mais l'occasion ne s’était pas présentée. J'ai hâte d'être a dimanche et de pouvoir dialoguer avec l'auteure.

    C'est aussi un coup de bol d'avoir gagné ce livre avec ma binôme Gaelle, combien de chances avions-nous d'en faire ainsi une LC ? 

    Ce tome est le quatrième volet d'une série mettant en scène  l'inspecteur Thomas Douglas Pour autant ne pas avoir lu les opus précédents ne nuit en rien à la compréhension de l'intrigue, malgré la présence de ce personnage récurrent et de l'attention que lui porte l'auteur en insistant sur sa propre histoire. Cependant  lire les autres tomes avant est un plus quand un auteur construit ses enquêtes auteur du personnage principal.

    Les chapitres sont courts, concis, efficaces. Le prologue nous plonge d'emblée dans une aventure intrigante avec la mort de Caroline et la disparition de Natasha, puis avec son retour 6 ans plus tard. 

    J'ai aimé la manière dont l'auteure sème ses petits cailloux, joue avec les rebondissements, nous donne un os à grignoter pour nous le reprendre plus tard. L'intrigue est particulièrement bien construite, le suspens familial riche en émotions et le tout particulièrement addictif.

    Rachel Abbott nous faire suivre 2 enquêtes distinctes, la privée et la publique.  Ainsi elle nous attache à Thomas, et aux autres protagonistes. J'ignore si Emma est déjà citée dans les opus précédents donc pour une lectrice comme moi qui prend le train en route certaines situations et liens se sont trouvés être étonnantes.

     D'une manière plus générale, le lecteur s'interroge sur les raisons du comportement de Natasha envers son père David et Emma. Autant l'on peut comprendre l'animosité de l'adolescente envers celle qui a pris la place de sa mère, autant l'on ne comprend pas son agressivité envers David, d'autant inexplicable qu'elle est de retour dans sa famille. Ces retrouvailles devraient faire le bonheur de tous les membres de la fratrie, cependant l'auteur met l'accent sur les difficultés qu'aurait une ado enlevée aux siens et les problèmes évidents de réinsertion dans la dynamique familiale, ce qui explique dans un premier temps le comportement ambivalent de cette gamine.

    Alors forcement de prime abord cette jeune fille ne nous apparaît pas sous son meilleur jour, le lecteur comprend rapidement que durant ses 6 ans d'absence la vie de Tasha n'a pas été très rose. Mais Rachel Abbott maîtrise sa plume et son approche psychologique des personnages, et comme dans la vie tout n'est pas si blanc et noir, l'on est assez indulgent et la lectrice que je suis compati, trouve des excuses et pardonne à certains personnages des actes pourtant bien répréhensibles.Parce que la vie, parfois vous donne une deuxième chance de vous rattraper, de réparer certaines erreurs. Cependant peut-on tout pardonner ? 

    J'ai apprécié l'histoire, suivi avec plaisir tous les personnages, leurs pensées, leur personnalités et particulièrement celle d' Emma avec sa volonté farouche et son amour inconditionnel pour son enfant qui la pousse au delà de certaines limites. Que dire du personnage de David ? Inconsistant au départ, puis tout au long de l'intrigue son étrange comportement s'explique, ne nous offrant pas cependant des raisons de l’apprécier.  

    Au fil des chapitres cependant le dénouement du synopsis devient très prévisible, un peu trop rapidement peut-être.

    Néanmoins, le lecteur se laisse prendre dans les mailles du scénario  avec ses mensonges, ses manipulations, ses effets papillon, rebondissant sur les nombreuses révélations dans le monde du dark-web, et des tiger-kidnapping, ce qui est assez innovant.Le rythme soutenu rend la lecture addictive. 

    La plume de l'auteur est fluide et plaisante et son personnage principal si charismatique que j'ai bien envie de le suivre dans les enquêtes précédentes et futures.

    Pour moi donc un auteur à suivre.

    PS : J'aime beaucoup la couverture sobre qui m'aurait bien fait de l'œil si je l'avais vue en librairie, lieu que je tente d'éviter pour des raisons évidentes. 

     

     

     

     

    Avec Gaëlle

     

    La disparue de Noel : Book

     

     

    Extraits citations

     

    "Tom lui disait souvent que les choses ne sont jamais toutes noires ou toutes blanches, et que parfois les gens biens commettent de mauvaises actions. Mais Becky ne pouvait s’empêcher de penser que la vie serait plus simples si les gens bien se comportaient toujours comme tels et les gens mauvais comme les sales pourris qu'ils étaient"

     

    " (...) Emma avait passé des années à essayer de convaincre David que la vie était une série de coïncidences, parfois bonnes, parfois mauvaises. Une décision prise en un quart de seconde pouvait tout changer.Admettons par exemple qu'ne personne at décidé de faire un  détour pour rentrer chez elle. Elle pouvait tout aussi bien rencontrer sur sa route l'amour de sa vie que trébucher sur un obstacle et finit ses jours à l'hopital. la vie était faite de  tous ces chemins potentiels..."

     

    "Ce soir-là, cependant, elle avait pleuré. Pleuré pour la vie qu'elle aurait dû vivre. La vie qui leur avait été volée, à elle et à sa maman. Mais elle n'avait pas pleuré comme Emma. Quand Emma pleurait, on aurait dit que quelqu'un la découpait en petits morceaux avec une hache.
    C'était peut-être ça qu'on ressentait quand on aimait vraiment quelqu'un.
    Elle ne le saurait jamais."

     

    © Rachel Abbott

     


    3 commentaires
  •  

    Il court il court le furet LC  Southampton, quartier rouge. Le corps d'un homme est découvert. Atrocement mutilé, le cœur arraché. Peu de temps après, un colis est déposé au domicile de la victime. Sur un écrin de journaux, repose... son cœur. Bientôt, un autre corps est retrouvé. Même mise en scène macabre. La peur s'empare de la ville. 
    Pain bénit pour les tabloïds, le tueur en série est bientôt comparé à Jack l'Éventreur. Pourtant, ce ne sont pas les prostituées qui sont visées mais leurs clients. Les victimes, des hommes en apparence bien sous tout rapport, fréquentaient tous en secret les bas-fonds de la ville. 
    Le commandant Helen Grace est chargée de l'enquête. Le tueur est déchaîné. À elle de l'arrêter avant qu'il ne frappe à nouveau. 
    Dans la continuité d'Am stram gram, Il court, il court, le furet est le nouveau thriller électrisant de M.J. Arlidge.

     

     

    Editeur :  10/18
    Genre: policier
    Date de sortie: 02/03/2017
    Prix du livre papier : Poche:8,40€ 
    Version numérique: 14,99€ (chercher l'erreur ?)
    ISBN: 2264069147 

     

     

    Il court il court le furet, encore un titre en forme de comptine. 

    Bizarre ce choix pourrait-on dire, mais il prend tout son sens à la lecture de ce nouvel opus avec Helen Grace le commandant rencontré dans Am Stam gram. Faut-il lire les aventures de notre inspectrice dans l'ordre ? C'est préférable dirais-je mais pas indispensable. 

    Alors pourquoi ce curieux choix de titre pour des histoires on ne peu plus sombres, des histoires de monstres alors que les comptines nous font songer aux jours heureux de notre enfance ? Les enfants ne sont-ils pas choyés, aimés, bercés de tendresse par des parents aimants ? Alors pourquoi donc l'associer à des aventures aussi morbides ? 

    Eh bien justement parce que malheureusement ce n'est pas le cas pour tous, et ceux qui devraient les protéger contre les monstres de la nuit sont souvent les pires démons.

    Eh voilà un des thèmes prédominants et fétiches de notre auteur, tout comme le cadre : les bas-fonds de Southampton. C'est très glauque, d'autant que le deuxième thème phare de ce roman est la prostitution.

    Nous retrouvons donc des protagonistes de l'opus précédent et l'auteure les  fait évoluer. Nous partageons les implications psychologiques sur leur vie après le traumatisme qu' Helen et Charlie ont vécu. 

    Le rythme est soutenu, les rebondissements fréquents et la plume de M.J Arlidge addictive ce qui mène le lecteur en deux coups de cuillère à pot à la fin de l'intrigue, bon pour moi en grignotant sur mes heures de sommeil.

    Helen Grace particulièrement efficace comme enquêtrice, quant à sa personnalité elle est tellement déroutante, que la lectrice que je suis n'arrive pas à savoir ce que je ressens pour elle. Peu charismatique, esprit torturé, elle ne séduit pas vraiment. Mais est-ce important pour apprécier ces enquêtes habillement construites par notre auteure ?

    Eh bien non, puisque je suis conquise par la plume de M.J Arlidge et les tourments qu'il inflige au lecteur, alors qu'il pense être arrivée au terme de  sa quête, tandis que l'auteur va encore nous surprendre.

    Si vous n’êtes pas prêt à plonger dans la noirceur de l'âme humaine, passez vote chemin et laissez courir le furet, dans le cas contraire tentez donc de l’attraper et espérer qu'il reste un peu de beauté dans ce monde, et que l'on peut  croire tout comme Helen que l'espoir de s'en sortir existe.

    Une histoire glaciale pour tous les fans du genre, mais pas autant que le précédent, bien plus angoissant et stressant; les émotions ressenties ici ne sont pas aussi puissantes. Cependant je poursuis l'aventure avec une autre enquête d'Helen Grace avec La maison de poupée, avec ma binôme bien sur !

     

     

     

     

    LC avec Gaëlle

     

     


    2 commentaires
  • Le cri : LC Gaelle 

    Hôpital psychiatrique de Gaustad, Oslo. À l'aube d'une nuit glaciale, le corps d'un patient est retrouvé étranglé dans sa cellule, la bouche ouverte dans un hurlement muet. Dépêchée sur place, la troublante inspectrice Sarah Geringën le sent aussitôt : cette affaire ne ressemble à aucune autre...
    Et les énigmes se succèdent : pourquoi la victime a-t-elle une cicatrice formant le nombre 488 sur le front ? Que signifient ces dessins indéchiffrables sur le mur de sa cellule ? Pourquoi le personnel de l'hôpital semble si peu à l'aise avec l'identité de cet homme interné à Gaustad depuis plus de trente ans ?
    Pour Sarah, c'est le début d'une enquête terrifiante qui la mène de Londres à l'île de l'Ascension, des mines du Minnesota aux hauteurs du vieux Nice.
    Soumise à un compte à rebours implacable, Sarah va lier son destin à celui d'un journaliste d'investigation français, Christopher, et découvrir, en exhumant des dossiers de la CIA, une vérité vertigineuse sur l'une des questions qui hante chacun d'entre nous : la vie après la mort...
    Et la réponse, enfouie dans des laboratoires ultrasecrets, pourrait bien affoler plus encore que la question !
    Inspiré par des découvertes et des événements réels, Le Cri renvoie à nos peurs les plus intérieures. Un thriller sur la folie des hommes et le danger d'une science dévoyée, transformée en arme fatale.

    Editeur : XO
    Genre: Thriller psychologique
    Date de sortie: 08/07/2016
    Prix du livre papier : Broché : 19,90€ Audio
    Prix du livre numérique:  12,99€
    ISBN:  2845638205

     

     

    Plongeon dans  une enquête policière qui va nous entrainer à travers plusieurs pays. Nous  suivons donc la quête de l'inspectrice Sarah. Son personnage trouve un echo dans la réalité , celle de la femme qui désire  être mère, mais pour notre héroïne un parcours du combattant avec tous les aléas de tentatives avortées pour tomber enceinte de manière médicalement assistée, des effets secondaires sur la vie de couple.

    Une femme donc fragile en apparence en échec personnel, qui va se consacrer à sa vie professionnelle pour  effacer et oublier sa douleur personnelle. Et une enquête hors du commun qui tombe à point  nommé.

    Les pistes sont dévoilées très rapidement et notre protagoniste faire une rencontre essentielle, celle de Christopher avec lequel elle va entreprendre une enquête qui dévoilera des secrets effrayants.

    Je reste un peu septique sur le coté crédible de l'aventure, une inspectrice se lançant dans une enquête de la sorte sans aucune légitimité me semble assez imporbable. OK c'est un roman, mais à mon sens l'auteur en fait un peu beaucoup.

    Cependant il faut reconnaitre que la plume de Nicolas Beuglet est addictive et son style fluide, agréable. les références à des thèmes essentiels de ce roman, expériences sur le cerveau humain à de fins militaires quant à elles sont culturellement passionnantes et très crédibles en restant effrayantes car basées sur un projet mis en application,le MK-Ultra.

    Le coté mystico-physique de l'intrigue perturbe un peu l'esprit cartésien du lecteur en remuant quelque chose  que j'aurais du mal à expliquer et interroge sur des sujets existentiels, tel que  Dieu, l'âme et autres thèses du même accabit.

    Rebondissements de toutes sortes restant toutefois assez prévisibles, nous poussent doucement vers l'issue.

     Je me suis donc laissée porter sans toutefois, malgré l'addictivité,  vraiment me passionner pour l'histoire.

    Pour des raisons que je ne m'explique pas,  les personnages n'ont pas eu beaucoup d'écho sur moi non plus.

    Pour autant ce roman m'avait tentée par sa couverture et son résumé accrocheurs et j'étais donc ravie que ma binome  m'attende pour une LC.

    Qu'en est-il donc de mon sentiment final ?

    Eh bien trop de mystique pour moi avec cette quête absolue du Graal et ainsi donner du sens à la vie au prix de vies humaines. Non, pas vraiment ma tasse de thé. Je sors donc de cette lecture avec un avis plutôt mitigé malgré des rebondissements et un rythme soutenu, des évènements qui s'enchainent et des réponses auxquelles on ne s'attend pas.

     

     

     LC avec Gaelle

     

    Extraits citations

     

    " sans crainte du rien après la mort, aucune raison d'avoir la foi Dieu devient inutile"

     

    "la quête du savoir avant l'humanité..."

     

    "-chaque époque a ses certitudes et le présent est parfois prétentieux lorsqu'il juge le passé"

     

    ©N. Beuglet

     

     

     

     

     

     

     

     

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer


    3 commentaires
  •  

     

    La fille dans le brouillard LC Anne

     

     

       Une jeune femme est enlevée dans un paisible petit village des Alpes. Le coupable est introuvable, et voilà que la star des commissaires de police, Vogel, est envoyé sur place. De tous les plateaux télé, il ne se déplace jamais sans sa horde de caméras et de flashs. Sur place, cependant, il comprend vite qu'il ne parviendra pas à résoudre l'affaire, et pour ne pas perdre la face aux yeux du public qui suit chacun de ses faits et gestes, il décide de créer son coupable idéal et accuse, grâce à des preuves falsifiées, le plus innocent des habitants du village : le professeur d'école adoré de tous. L'homme perd tout du jour au lendemain (métier, femme et enfants, honneur), mais de sa cellule, il prépare minutieusement sa revanche, et la chute médiatique de Vogel.

     

     

     

     

     

    Editeur : Calman-Levy
    Genre: Thriller psychologique
    Nombre de pages: 302
    Date de sortie: 31/08/2016
    Prix du livre papier : Broché : 20,50€ Poche 7,30€
    Prix du livre numérique:  14,99€
    ISBN:  2702160182 

     

    L'intrigue de ce roman est particulièrement effrayant. Le pouvoir des médias associé à un policier sans aucune intégrité ne recherchant que la gloire fait frissonner.

    Tout innocent peut devenir coupable et être jeté en pâture à la vindicte publique, puis devenir  à son tour une victime du système et les même personnes qui l'ont conspué s'apitoyer sur le sort immérité de ce simple présumé coupable, lorsque son innocence est reconnue.

    Cette analyse sociétale de notre auteur criminologue de métier est des plus réalistes, tout le monde se souvient de l' Affaire Outreau et de ses conséquences fatales pour les protagonistes et plus récemment l' Affaire Grégory.  2 Affaires particulièrement médiatisées.

    C'est donc dans un premier temps avec surprise que j'ai découvert que toute l'aventure semblait tourner autour de Vogel le maitre de cérémonie.L'enquête  sur la disparition d'Anna Lou Kastner n'est que la toile de fond de l'intrigue. C'est pourquoi j'ai, dans un premier temps été déroutée par la construction de cette histoire qui passe d'évènements à Avant la disparition, après, pendant, sans que pour autant l'on se penche vraiment sur la vie de la jeune fille et sur les raisons possibles de cet éventuel enlèvement. Puis le rythme s'accélère pour entrainer le lecteur dans un thriller psychologique des plus addictifs.

     Nous suivons un Vogel particulièrement  machiavélique, manipulateur au passé professionnel trouble.  l'on devine très vite que pour lui seul le résultat compte,la victime elle-même n'est qu'un élément dans cette affaire qui ne permettra qu'à redonner son blason pâlissant.

    La victime qui est-elle ? Anna Lou la disparue ? Loris Martini ?

    Au fil des pages Loris Martini semble cependant un suspect plausible tout comme le jeune Mattia. Un petit de pouce et le suspect devient coupable alors que rien ne laisse présumer que la jeune fille a été enlevée. De par son talent et ses accointances  avec les médias, Vogel maitrise le spectacle et tient le public sous sa coupe.

    Du moins c'est ce que l'on croit jusqu'au rebondissement final avec son feu d'artifice et notre commandant Vogel victime de sa propre vanité.

    "Le péché le plus idiot du diable est la vanité"

    Mais tout laisse présager qu'il n'y aura pas que lui.

    En conclusion je dirais que ce roman est prenant, angoissant, intriguant particulièrement et originalement construit, mode un peu déroutant au départ, mais très rapidement l'on se laisse emporter par la vague pour découvrir que la vérité est ailleurs.

    Cependant je reste un peu septique sur la crédibilité d'une partie de cette histoire, bien trop de conditionnels qui auraient pu faire capoter ce plan machiavélique.

    Donnato Carrisi m'avait séduite avec Le Chuchoteur et L'Ecorchée, ce roman est plutôt soft coté violence, bien plus thriller psychologique.

     

     

     

     

    Avec Anne

     

    Extraits citations

     

    "-le péché le plus idiot du diable est la vanité...mais dans le fond, quel intérêt d’être le diable si  on ne peut le faire savoir à personne"

     

    "-la justice n'est pas bonne pour l'audimat, mon ami. Elle n’intéresse personne."

     

    " A l’école de police, il avait appris une leçon. Que les victimes aussi ont une voix"

     

    "se débarrasser du passé n'était qu'une façon ne pas  d'admettre  ses propres échecs"

     

    "- c'est ce que font les journalistes : ils manipulent la vérité pour nous faire passer pour des plus méchants qu'eux"

     

    ©D. Carrisi

     

     

     

     

     

     

     


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique