• Thrillers/Suspens

  •  

    Verity LCLa vie a toujours souri à Verity Crawford.
    ses livres font d'elle une auteur star, sa maison du Vermont est splendide
    et elle forme avec Jeremy, son mari, un couple parfait. Mais un jour, sur une route, son rêve tourne au cauchemar. L'accident l'empêche d'écrire, transforme sa trop grande maison en prison, et menace de l'éloigner de Jeremy.

    La vie n'a jamais été tendre avec Lowen Ashleigh.
    ses livres ne rencontrent qu'un accueil poli, ses finances sont au plus mal et ses histoires d'amour sont des feux de paille. Jusqu'à ce que Jeremy la recrute pour devenir le ghostwriter
    de Verity et terminer à sa place sa série à succès.

    Pour Lowen, aussi incongrue que soit la proposition, l'occasion est beaucoup trop belle pour ne pas la saisir. et Jeremy beaucoup trop séduisant pour qu'elle lui dise non. Mais en découvrant, dans les papiers de Verity, ce qui semble être son autobiographie, Lowen va voir se dessiner, page après page, le portrait d'une femme épouvantable, prête au plus atroce des crimes pour ne pas perdre ce qu'elle a, et prompte à toutes les perversités lorsqu'elle se sent menacée.

    Et aux yeux de Verity, Lowen est désormais une menace.

     

    Verity LCColleen Hoover est plutôt connue pour ses romances, ce qui ne l'empêche pas de se lancer cette fois-ci dans du thriller. 

    Un genre qu'elle aborde de manière peu conventionnelle et de ce fait, CoHo, va se démarquer tout en respectant les codes de bases.

    Au prime abord tout laisse penser à une banale romance, et j'avoue que j'étais surprise, puis l'auteure nous plonge dans un univers stressant.

    Le suspens, la tension, comme dans  tout thriller, sont au rendez-vous et vont croissant au fur et à mesure que l'on avance dans le récit. 

    C'est à travers le manuscrit autobiographique de Verity que nous découvrirons sa personnalité et celle de Jeremy et qui suscitera des réactions chez Lowell des plus attendus et qu'en retour le lecteur lui-même éprouvera, le récit étant narré par Lowell. 

    Le secret est terrible, les thèmes malheureusement réalistes. Les émotions vous assaillent potentialisés par ce qui se passe dans cette demeure. 

    La trame est parfaitement calibrée, le tout judicieusement orchestré et la chute magistrale. Tout comme Lowell, le lecteur doute de tout. Et ces doutes perdureront même au terme de ma lecture. Le but de l'auteur. 

    Lecture addictive qui aborde le thème des apparences, mais qu'en est-t il vraiment ? 

    Colleen Hoover, ouvre des portes en referme d'autres, comme tout bon auteur de polars. La psychologie de ses personnes est aboutie, nos sentiments perturbés par des émotions contraires, des questions sur certains évènements concernant Lowell, certains juste là pour nous perturber. De ce fait, l'auteure nous entraine à des suppositions, dont la plupart sont complètement erronées, mais qui triturent nos méninges comme dans tout polar semés d'énigmes.

    Et bien, qu'à mes yeux le mystère, ne soit pas totalement résolu, tant on ne peut être certain de la Vérité, j'ai énormément apprécié ce roman, alors qu'en policier, thriller j'aime plutôt les fins totalement fermés.

    On notera le choix de Colleen Hoover pour le titre particulièrement adapté au roman. J'émettrais un bémol sur la traduction, un peu trop littérale, je pense, mais je ne pourrai l'affirmer n'ayant pas lu le VO.

    Coup de coeur pour cet essai réussi.  

     

     

    L'auteur :

    Je pense l'avoir assez présentéeé à chacune de mes lectures, suivre le lien pour ceux et celles qui ne la connaissent pas encore.

     

     


    2 commentaires
  • Le village perdu  Masse critique BabelioComment tout un village peut disparaître sans laisser de traces ?

    1959. Silvertjärn. La population de cette petite cité minière s'est mystérieusement évaporée. A l'époque on a seulement retrouvé le corps d'une femme lapidé et un nourrisson.
    De nos jours, le mystère reste entier.
    Alice Lindstedt, une documentariste dont la grand-mère est originaire du village, part avec une équipe explorer la cité fantomatique, en quête des secrets de cette tragédie.

    Mais la piste de l'ancien pasteur du temple déterrera la mémoire d'un sombre passé...

    Un passé qui hante encore le présent et semble avoir réveillé les ombres du village perdu.

     

     

    Editeur :  Le Seuil
    Genre: Thriller
    Date de sortie: 1/10/2020
    Prix du livre papier :  15,99€ 
    Version numérique:  21,90 €
    Nombre de pages  : 432

     

    Le village perdu  Masse critique BabelioPremier roman solo de Camilla Sten, fille de Viveca, dont je suis fan. L'approche de Camilla est différente de sa mère qui nous offre des romans plus "polar" que thriller. 

    Ici, l'auteure nous plonge dans une atmosphère plus stressante, l'ambiance et le contexte étant assez anxiogène au fil des chapitres.

    Camilla Sten sait intriguer et tenir en haleine son lecteur ce qui rend ce roman addictif.

    Bien évidemment l'on peine à croire qu'Alice, dont la grand-mère est originaire de Silvertjärn, raison pour laquelle elle entreprend ce projet un peu fou, puisse parvenir à élucider un mystère vieux de 60 ans et irrésolu. L'on peine également à croire que toute la population d'un village ait pu s'évaporer sans laisser de traces. Bien évidemment le lecteur espère trouver les réponses aux raisons de la lapidation d'une femme sur la place publique et de celle de la présence d'un nourrisson.

    Et pourtant, Camilla Sten va toutes nous les apporter, de manière cohérente  et dans un schéma narratif  alternant présent et passé qui vont finir par se rejoindre. 

    Nous cheminons au coté d'Alice, la narratrice, chef de ce projet un peu fou, qui prend soudainement des airs de 'Projet Blair Bitch" au fur et à mesure que des évènement inquiétants surviennent. Nous partageons par la voix d'Alice, ses émotions,  ses peurs, ses rêves, ses doutes, qu'elle nous transmet. 

    En parallèle nous découvrons le passé à travers le récit d'Elsa, mais également de la correspondance en possession d' Alice appartenant à sa grand-mère, entre celle-ci et sa sœur restée au village. Le volet passé est stressant au fur et à mesure que l'on avance vers l'issue finale.

    Progressivement tout se met en place, néanmoins l'auteure parviendra à nous relativement nous surprendre avec le dénouement.

    Thriller passionnant, parfaitement construit dont l'intrigue m'a tenue tellement en haleine que je n'ai pu le lâcher avant la dernière ligne. Les portraits des protagonistes y sont parfaitement brossés, l'ambiance sombre  bien décrite et le lecteur perçoit bien la tristesse et la désolation d'un village abandonné et qui se délité sous les effets conjugués de la nature qui reprend ses droits, et le manque d'entretien des infrastructures. 

    Plusieurs thèmes sont abordés en regard du mystère qui entoure Silvertjärn, contemporains et relativement forts qui d'une certaines manière donnent du sens aux évènements du passé.

    Premier roman en solo de Camilla Sten parfaitement réussi, qui j'espère sera suvi de nombreux autres.

    Je remercie Masse critique privilégié de Babélio et les éditions Le Seuil pour m'avoir permis de découvrir en avant première ( le roman sort le 1 octobre) la  belle plume et l'imagination de Camilla Sten. Coup de coeur

     

    Le village perdu  Masse critique Babelio

     

    Le village perdu  Masse critique BabelioL'auteur : 

    Nationalité : Suède
    Né(e) le : 19/09/1992

    Biographie :

    Camilla Sten est la fille de Viveca Sten (1959), célèbre auteur suédoise de romans policiers.

    Elle étudie actuellement la psychologie à l’Université d’Uppsala.

    Elle a souvent écrit et aidé sa mère à peaufiner ses histoires. Avec "L’Île des disparus: La fille de l'eau" (Djupgraven, 2016), elles se sont lancé un nouveau défi : l’écriture d’une série pour la jeunesse. "Le secret du brouillard" (Sjörök), le deuxième tome, a été publié en 2017.

    votre commentaire
  •  

    C'est dans la boite SPJeff Marnier. C'est mon nom. Je suis un inspecteur plutôt bien coté, voire admiré par certains. Comme tout le monde, j'ai mes problèmes. Les psychopathes ne manquent pas. Je bosse jour et nuit. La vérité ? Je suis accro à la vodka, à la solitude, et depuis peu... à un site Internet. "La boîte noire". C'est un endroit sombre. Un repère de flics. Un cloaque virtuel où jeme sens chez moi. Tellement chez moi que j'oublierégulièrement de me coucher. Que je sois éveillé ou non, c'est rarement bon signe quand mon téléphone portable sonne en pleine nuit. Un tueur de flics court dans la région. Catherine est morte. Je dois me mettre au vert quelques jours. Me protéger. Réfléchir. La ronde des boîtes tombe à point nommé.
    Je pars pour un huis clos secret entre inspecteurs. Une réunion entre des inconnus en mal de découvertes. Une nuit durant laquelle soulever le couvercle d'une boîte peut vous laisser des traces indélébiles.

    Editeur : Sema  Editions
    Genre: Thriller
    Date de sortie: oct 2020
    Prix du livre papier : 2  versions en précommande 
    Version numérique: 
    Nombre de pages :  282

     

     

    C'est dans la boite SPJ'aurais presque envie de dire que Stephen King et Maxime Chattam, peuvent affûter leurs crayons, (si l'on peut dire), stimuler leurs cellules grises, tant l'auteur de ce roman risque de leur faire de l'ombre. 

    Nous sommes ici dans le même registre que les auteurs précités, enfin presque, et dont je suis super fan pour ce qui est de ce genre littéraire. Des auteurs brillants, et j'avoue que Frédéric Ernotte n'a rien à leur envier.

    De part son imagination débordante il nous entraîne dans un thriller psychologique si sombre que l'on n'en sort pas indemne. Stressant, anxiogène. l'auteur ne laisse pas de répit, et conclue cette intrigue par un dénouement auquel le lecteur ne s'attend absolument pas. Et plus dure est la chute.

    La tension monte crescendo tout au long du récit dans lequel l'on s'attache à Jeff, tant et si bien que le stress croît dans les derniers chapitres, le coeur papillonnant d'espoir. Jusqu'à l'issue finale.   

    La plume de l'auteur est superbe, celui-ci ne fait pas dans la demi-mesure, la psychologie des personnages est parfaitement élaborée et  rend l'intrigue des plus réalistes.

    La construction du récit est minutieuse et l'auteur pousse son idée de base en développant  les enquêtes parallèles des protagonistes secondaires réunies dans une sorte de game à énigmes proposé par le forum et nous comble par son imaginaire débordant.  Je lui tire mon chapeau.  Proposer 8 enquêtes supplémentaires, relativement élaborés, il fallait le faire.

    Donner plus de détails sur cette pépite reviendrait totalement à spolier ce récit. Je ne peux que vous conseiller de découvrir la plume et l'esprit retors de ce talentueux auteur qui nous en fait voir de toutes les couleurs dans une aventure addictive et stressante.   

    Un auteur à suivre pour moi, et je remercie les Editions  Sema Editions pour cette superbe découverte avant la vente en ligne. 

     

    C'est dans la boite SP

    C'est dans la boite SP

    C'est dans la boite SP

     

     Le détail :

    Ce roman a déjà éte publié sous le même titre en 2012 chez Avant Propos Editions 

     

     

    C'est dans la boite SPNationalité : Belgique
    Né(e) à : Namur , le 28/01/1982

    Biographie :

    Frédéric ERNOTTE est un « barman littéraire » qui mélange les codes du thriller pour surprendre. Les ingrédients du cocktail ? Un ton, une construction narrative millimétrée, une maîtrise des retournements et une bonne dose d’humour noir.

    Assistant social et journaliste de formation, Frédéric Ernotte compte trois ovnis à son actif : « C’est dans la boîte » (Éd. Avant-Propos), « Ne sautez pas ! » (Éd. Lajouanie) et « Comme des Mouches » (Éd. Lajouanie)

    Jusqu’à présent, il vécut heureux et eut beaucoup de lecteurs.

     Source : https://fredericernotte.wordpress.com/

     

     

    C'est dans la boite SP


    1 commentaire
  •  

    A cache cache SPVictime d'un coup monté, Helen Grace est désormais seule face à elle-même. Parviendra-t-elle à sortir vivante de la prison de Southampton ?

    Pour Helen Grace, la meilleure inspectrice du pays, la chute est vertigineuse : accusée de meurtre, enfermée aux côtés du tueur qu'elle a fait condamner, il lui faut désormais survivre jusqu'au procès et prouver, d'une façon ou d'une autre, son innocence.
    Quand un corps est retrouvé mutilé dans la cellule voisine, cette situation étouffante se transforme en véritable cauchemar. Il lui faut à tout prix arrêter l'assassin...
    Avant qu'elle ne soit sa prochaine victime. Fidèle à son sens du suspense et du rebondissement, M. J. Arlidge poursuit dans ce sixième volet la série des Helen Grace

     

     

     

     

     

    A cache cache SPConclusion magistrale pour les aventures mouvementées d' Helen Grace notre personnage récurent. De tome en tome nous sentions l'étau se resserrer autour d'elle. Mais jamais, nous n'avions envisagé la chute du dernier opus. En tout cas pas moi.

    De ce fait ce tome reste assez stressant, d'autant que seule Charlie se bat pour faire rétablir la vérité et enquête sans soutien pour stopper l'engrenage bien huilé et faire admettre à tous qu'Helen est victime d'un talentueux manipulateur. On ne s’étonnera pas du peu de soutien de sa hiérarchie, tant l'auteur met en avant certains éléments qui l'expliquent. En parallèle nous suivons Helen dans l'univers carcéral. 

    Mais, une fois de plus, M.J Arlidge reste fidèle au fil conducteur de tous ses romans. Il maintient le lecteur en équilibre sur une corde raide avançant tel un funambule entre suspens et rebondissements dans une nouvelle enquête d'Helen au sein de la prison. Il nous fait douter de tout et de tous. Et surtout joue de nos émotions. Au fil des tomes le lecteur s'attache au commandant Helen Grace et nous fait donc craindre pour son sort. Comme tout auteur, il peut mettre un terme à la vie de ses personnages et donc de nous demander quel avenir il réserve à son protagoniste principal. Que sera donc l'issue de cet opus ? Une conclusion à cette série de 6 tomes ? Un nouvel rebondissement ?  et lecteur aura donc le plaisir de suivre notre héroïne dans d'autres aventures ?

    La réponse ne nous sera donné  que dans un dénouement auquel le lecteur aspire avec impatience et inquiétude ce qui rend la lecture particulièrement addictive, ce qui ne faiblit pas tout le long de cette saga commencée il y a quelques années et que je conseille fortement aux amateurs du genre. Ma binôme de lecture et moi avons, au fil des ans, attendu avec impatience et fébrilité chaque sortie annuelle la sortie VF de chaque tome déjà édité outre Atlantique, pour dire à quel point l'auteur nous a séduit par sa plume, ses intrigues et son talent de maître du suspens. 

    Coup de coeur.

    A cache cache SP

     

    A cache cache SPL'auteur :

    Nationalité : Royaume-Uni
    Né(e) à : Londres , le 10/10/1974
    Biographie :

    M. J. Arlidge ou Matthew Arlidge est un auteur de roman policer.

    Il est diplômé en littérature anglaise de St John's College à Cambridge. Il étudie ensuite la production cinématographique et télévisuelle à l'Université de Bristol.

    Il travaille d'abord comme producteur et scénariste pour la télévision britannique, obtenant le succès avec la série télévisée policière "Cape Wrath" en 2007. Il travaille également sur la série télévisée "Mistresses" (2008) et signe six épisodes de la célèbre série télévisée policière "Affaires non classées" ("Silent Witness") (2015-2018).

    Il a travaillé pour la télévision pendant quinze ans. Il a dirigé également une maison de production indépendante, qui a permis à plusieurs séries policières de voir le jour.

     

     

     


    2 commentaires
  •  

    L’évangile selon Jacques Lucas SPJusqu’à ce jour, j’avais une idée assez précise de ce que pouvait être le bonheur : un appart dans un quartier chic, des toiles vendues à prix d’or avant même d'avoir été peintes, et Mélodie... Mélodie, le modèle que je rêvais depuis toujours de serrer dans mes bras, et qui venait de me rouler la pelle de ma vie…
    Ouais, c’était sûrement ça, le bonheur.
    Y avait bien cette « Ombre » au tableau, celle qui avait entrepris de nettoyer la ville de ses clochards d’origine maghrébine, mais c’était tellement loin d’ici, dans les rues sombres…
    Et puis, ce matin-là, en rentrant, j’ai trouvé cet attroupement devant mon immeuble, et tous ces flics chez moi, à l’étage… C’est là que le cauchemar a commencé, et que les souvenirs de ma vie d’avant ont refait surface.
    Et si l’assassin, c’était tout simplement moi, David Huxley…"

    Editeur : Sindadboy Editions
    Collection :   Thriller/polar fantastique
    Date de sortie : 1/12/2007
    Prix du livre papier :  Broché : 17,00  
    Version numérique: 2,99
    Nombre de pages :  292

     

    L’évangile selon Jacques Lucas SPCyrille Audebert a eu la gentillesse de me permettre de lire cet opus, en me le proposant en SP. Après la lecture d'Un temps de chien, j'étais curieuse de découvrir le tome précédent. Un pur polar parfaitement mené. Tout comme celui-ci.

    Une fois de plus, je n'ai pas pris la peine de lire le résumé. J'avoue que de ce fait, je ne suis pas parasitée par les infos qu'il distille, bien que l’auteur ne dévoile que peu d’informations. Et c'est beaucoup mieux.

    J'ai donc fait le chemin à l'envers en découvrant les liens qui unissent les divers personnages, rencontrés dans Un temps de chien. Avec dans cet opus, un David Huxley  au centre d'une enquête en tant que suspect plus que potentiel.

    Comme dans le précédent roman, Cyrille Audebert maîtrise son sujet, l'intrigue est parfaitement ciselée, les soupçons vont et viennent aux gré des doutes et des éléments que l'auteur nous apporte. Le rythme, soutenu, nous tient en haleine et rend l'histoire addictive. 

    Une fois de plus, les personnages sont bien campés, les situations cohérentes et leur enchaînement, jusqu'au dénouement, parfaitement dirigé. 

    Une fois de plus, j'ai pris plaisir à suivre cette intrigue, parfaitement construite, narrée d'une plume plaisante et riche qui porte agréablement le récit. 

    Une allusion au passé de David, reste néanmoins intrigante et l'on ne peut qu’espérer que l'auteur nous en dévoile, un jour, tous les tenants et aboutissants.  

    Cette deuxième lecture confirme le talent de Cyrille Audebert, un auteur que je vais suivre et que je conseille aux amateurs de polars.

     

    L’évangile selon Jacques Lucas SP

     

    Pour en savoir plus sur l'auteur, voir les infos sur la chronique de Un temps de chien

     

     

    L’évangile selon Jacques Lucas SP

     

     

      


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique