• Une douce odeur de pluie LC

    Une douce odeur de pluie LCKate, pour laquelle tout était brumeux sans ses lunettes, considéra sa fille en plissant les yeux, et se mit soudain à déplorer qu'elles ne puissent pas se dire adieu tendrement, comme les autres mères et filles le faisaient sûrement. » 
    Lorsque Kate fuit son Irlande natale afin d’échapper aux tensions familiales, elle se fait la promesse de toujours être une amie pour son enfant. Quinze ans plus tard, l’histoire semble pourtant se répéter : un gouffre immense s’est creusé entre Kate et sa fille Sabine. Elle envoie donc l'adolescente chez Edward et Joy, les grands-parents qu’elle connaît à peine.
    Marquée par sa séparation douloureuse avec Kate, Joy se réjouit à la perspective de passer du temps avec sa petite-fille. Mais l'arrivée de la réticente Sabine fait resurgir un secret de famille longtemps enfoui, et Joy doit enfin confronter son passé. Après tout, il est peut-être temps de guérir de vieilles blessures…

    Le récit inoubliable de trois générations de femmes face aux réalités de l’amour, du devoir et du lien exceptionnel qui unit les mères à leurs filles.

     

    Editeur :  Milady
    Genre:  Romance
    Date de sortie: 17/10/2018
    Prix du livre papier : Broché  18,90€ 
    Version numérique: 9,99
    Nb de pages : 480

     

    Une douce odeur de pluie LCEnfin ! Oui me voilà enfin parvenue au bout de ma lecture. C'est très rare que je peine sur un texte et je suis déconcertée  de l'avoir été pour un récit de Jojo Moyes dont je suis plutôt fan. Même si je n'ai plus retrouvé les émotions intenses d' Avant toi, l'auteure m'avait séduite à divers degrés dans les autres romans que j'ai lu d'elle. Mais là ? 

    C'est l'incompréhension la plus totale à tous les niveaux. Les thèmes du roman avaient cependant de quoi passionner, tant les relations  familiales sont le centre du sujet, avec ses complexités. Ils sont toujours contemporains, intergénérationnel. Mais c'est à peut-être que Jojo Moyes m'a perdu. En s'éparpillant un peu trop, négligeant certaines situations au détriment de d'autres sans réel intérêt dans des digressions ennuyeuses, dans le tableau brossé, certes avec talent, de décor, mode de vie, contexte social, mais avec trop détails. Et pourtant je suis une adepte des toiles de fond.

    L'histoire démarre par un prologue avec un début dont je cherche l’intérêt, en 1953 à Hong Kong, avec les aventures de Joy et sa rencontre avec Edward. L'auteur aborde déjà la relation difficile mère/fille, et un milieu très british qui expliquerait le comportement de la Joy âgée. Qui expliquerait, car il manque au lecteur de nombreuses informations pour comprendre la froideur du couple Joy/Edward.

    Le début semblait prometteur, mais j'ai vite déchanté. J'avais le sentiment de suivre plusieurs chemins,avec pour seul fil conducteur les non-dits, l'absence de dialogue comme raisons plausibles de la complexité des liens familiaux. C'est dans le passé que je pensais les trouver. Je cherche encore. D'autant que certains retournements de situation sont bien peu explicites et de ce fait pas vraiment crédibles.

    Eh non, je  n'arrive pas à accepter le revirement de Sabine. Autant son comportement d'ado est crédible, autant son soudain  positionnement ne l'est pas à mes yeux. Il manque quelque chose pour le rendre cohérent. Déjà je peinais à m'imaginer dans le rôle de Kate,  en tant que mère éloignant ma fille dans des contrées éloignées dans une famille avec qui je n'aurai aucun lien affectif, ayant bataillé moi même, à la recherche d'amour et de reconnaissance. 

    Là encore, je n'ai pas de réponse à mes questions. les quelques bribes du passé de Joy n' apportent pas de vraies réponses, ouvrent la porte sur un nouveau mystère qui lui aussi sera superficiellement traité. la relation Joy/Edward reste en partie énigmatique, tout comme, les relations bancales entre Kate et son frère Christopher. On ignore si les liens unissant ce dernier à Joy ont été un jour  normales, on en sait à peine un peu plus sur quelques souvenirs lointains effleurant celle de Kate/Edward. Alors l'on s'en vient à s'interroger encore et encore sur le délitement des liens dans cette fratrie.

    C'est ce qui m'a le plus frustrée. Tout est là, mais pas abouti. Et j'en ressors avec le sentiment que ça part dans tout les sens. Et comme s'il n'y avait pas assez à traiter dans le thème principal, l'auteur vient nous glisser une romance, avec une issue des plus prévisibles et un nouveau mystère avec Annie.

    Comment avec toutes les problématiques de tous ces personnages, peut-on alors à s'attacher à qui que ce soit ?  je n'y suis pas parvenue.

    Que dire du final ? Que penser des sentiments de Joy envers Esward ? Qu'elle signification à apporter à ce document apporté par Sabine ? Quel interet de laisser le lecteur interrogatif à ce propos ? 

    Autant Jojo Moyes a su me captiver dans la plupart des ses romans, fait ressentir émotion et empathie pour les personnages, autant elle me laisse sans voix avec ce roman que je trouve très décevant et bien palot à la hauteur de ses autres écrits.

     

    Une douce odeur de pluie LC

     

    Avec Gaelle

    Une douce odeur de pluie LC

    item 8 : un livre centré sur la relation mère /enfant

     

    Le détail : 

    Ce roman se veut être le récit inoubliable de trois générations de femmes irlandaises face aux réalités de l’amour, du devoir et du lien exceptionnel qui unit les mères à leurs filles. 

    L'idée de base y est, mais pour moi, trop brouillon. 

     

    La parenthèse : 

     Attention ce roman est une réédition du titre Sous la pluie, publié précédemment chez Jean-Claude Lattès.

     

    Une douce odeur de pluie LCL'auteur :

    Nationalité : Royaume-Uni 
    Né(e) à : Londres , le 04/08/1969
    Biographie : 

    Pauline Sara-Jo Moyes (Jojo Moyes) est une journaliste et romancière britannique.
    Elle a étudié à Royal Holloway, University of London. En 1992, elle a remporté une bourse financée par le journal "The Independent" pour suivre le cours de journalisme de troisième cycle à la City University, de Londres. Elle a ensuite travaillé au The Independent durant les 10 années qui ont suivi. 
    Elle interrompt sa carrière à "The Independent" durant un an pour travailler à Hong Kong pour le "Sunday Morning Post". Elle interviendra à divers niveaux, elle sera adjointe des nouvelles éditions en 1998, puis correspondante arts et média en 2002.
    A partir de 2002 elle est devenue romancière à plein temps.
    Elle est l'un des rares auteurs à avoir remporté deux fois le roman romantique de l'année (Romantic Novelists' Association Awards), en 2004 pour "Arcadia Hotel" ("Foreign Fruit", 2003) et en 2011 pour "La dernière lettre de son amant" ("The last letter from your lover", 2010).

    "Jamais deux sans toi" ("The One Plus One", 2014) a obtenu le prix des lectrices 2015.
    Son roman "Avant toi" ("After you", 2015) a été adapté au cinéma en 2016, avec Emilia Clarke et Sam Claflin.
    Jojo Moyes vit dans une ferme à Saffron Walden, Essex avec son mari, le journaliste Charles Arthur, et leurs trois enfants.

    site officiel : http://www.jojomoyes.com/ 

     

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Gaelle
    Mercredi 24 Avril à 11:50
    Tu as raison on ne la reconnaît pas. On va voir ses autres romans
    2
    Mercredi 24 Avril à 16:28
    LADY MARIANNE

    ha les secrets de famille-  lourd parfois-  douloureux-
    bonne journée- bises-

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :