• Comme au cinéma

     

     

     

    Grisha Bruskin vit à New York (Manhattan), au cœur de Soho. Peu après la chute du régime soviétique, ce grand artiste new-yorkais d’origine russe a connu la notoriété internationale, de façon surprenante, lors d’une première mise aux enchères d’œuvres d’art d’artistes russes, organisée à Moscou. Depuis lors, il expose dans le monde entier ses tableaux, tapisseries, installations, sculptures, qui tissent un lien esthétique original entre le monde soviétique et le monde judaïque et occidental. Son immense talent a été salué par les galeries et les collectionneurs en Europe, en Russie et en Amérique.

    « Comme au cinéma » raconte, avec tendresse et poésie, l’histoire de sa famille, dans laquelle, inévitablement, se mêlent son histoire personnelle et amoureuse et celle du peuple russe. Les nombreuses photos d’archives, souvent drôles et émouvantes, qui illustrent cette saga familiale, donnent au livre un aspect cinématographique qui en font un objet à la fois littéraire et artistique – une histoire et une vie sentimentale et savoureuse racontée en mots et en images.

     

     

     

     

    Vous connaissez Grisha Bruskin ? Et bien moi pas du tout. Comme je suis une grande curieuse, je me suis laissée tentée par la page de couverture.

    L’originalité de ce roman est dans la manière de nous la raconter. Des poèmes et des photos, bien sychro, tout ce dit par le regard que l'auteur porte sur les images de son passé, sur sa famille.

    On chemine ainsi avec l'auteur  et j'avoue que c'était émouvant de feuilleter avec lui son album de famille de partager ses souvenirs  est ses  propre émotions. C'est assez nostalgique.

     C'est une œuvre qui se faut prendre le temps  d'ouvrir, il faut se poser, bien regarder les photos pour comprendre les mots qui vont avec. J'avoue que j'ai eu beaucoup de plaisir à découvrir toutes ces images sépias vestiges d'un temps révolus (j'adore les vieilles photos, sépia ou noir et blanc elles rendent quelque chose de particulier, je trouve que ça donne aux anonymes un coté star , oui comme au cinéma) .

    A travers ces images et les textes qui vont avec , l'auteur nous fait cependant partager les drames d'une vie, et les moments de  joie aussi.

    La grande difficulté que j'ai rencontré est lié aux noms russes, je me suis un peu perdue parfois dans cette grande famille. Cependant la manière de conter sa vie est très originale et l'on assiste bien aux moment joyeux et tristes de la vie de l'auteur.

    Une découverte intéressante d'un personnage public qui m'était inconnu. Merci encore à Babelio , Masse Critique et les Editions La Baconnière, le livre est très beau.

     

     

     

    Comme au cinéma

     

    35. Un livre auquel je me fie à la couverture (défi 2015)

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 26 Février à 09:18

    je ne connais pas non plus ! bonne journée

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :