• Une jeunesse dans le tumulte SP

    Une jeunesse dans le tumulte SPEn 1940, le Maroc, sous protectorat français, est administré par le régime de Vichy. Le débarquement des Alliés en 1942 fera l’objet de durs combats. La civilisation américaine envahit les rues de Casablanca mais la guerre n’est pas finie. Les soldats américains avec l’Armée d’Afrique se mobilisent pour libérer l’Europe. La jeunesse et l’amour triompheront de cette période troublée. Giselle et Andrée sont des jeunes filles élevées dans les principes moraux du début du siècle mais la guerre, avec ses souffrances et ses rencontres, bouleversera les mentalités et galvanisera le courage des EVDG (engagés volontaires pour la durée de la guerre).
    Roman historique Seconde Guerre mondiale. Afrique du Nord. Corse. Provence.

    Editeur : Auto-édition Createspace
    Genre: Romance historique
    Date de sortie: 15/11/2016
    Prix du livre papier : Broché 8,57€   
    Version numérique: 2,99 €
    Nombre de pages version papier :  276

     

     

     

    Une jeunesse dans le tumulte SPTout d'abord je remercie l'auteure pour m'avoir permis de lire cet opus. Le fait de savoir qu'elle se documentait  pour écrire des romans sur fond de décor historique, avait attisé ma curiosité. J'ai ainsi découvert  cette saga familiale avec pour toile de fond mon pays d'origine. J'ai été aussitôt tentée par cette fresque familiale, et son contexte historique, social et culturel.

    Il se dit que ce tome peut se lire isolement, cependant, peut-être, aurais-je trouvé le début un peu moins confus, si j'avais lu les autres tomes.  J'ai eu du mal à saisir le statut de Dédé et les raisons de sa vie en Algerie alors que le reste de famille vit au Maroc. Petit détail, puisque Dédé passe aux oubliettes par la suite.

    À travers ce récit sur les aventures  de 3 personnages principaux, Giselle, Eugene et Milton, je m'attendais donc à suivre le quotidien du trio, les impacts de la guerre sur leur vie de tous les jours.

    Coté volet historique, je n ai pas été déçue. Le seul hic, c'est qu'il prend toute la place du roman avec de longues descriptions détaillés, beaucoup trop à mon goût, à la longue ennuyeuses quand parfois "parachutées" de manière incongrue, venant nuire au rythme de l'histoire. Tant et si bien que la fiction ressemble plus à un documentaire historique qu'à un roman d'aventure. L'impact de la guerre et les événements ne s'articulent pas bien entre eux. C'est là que, pour moi, le bât blesse, ne cherchant pas à lire un livre d'histoire, mais une fiction historique romancée. 

    Or, les protagonistes ne prennent pas vie dans cette fresque, ils ne sont que des éléments en carton pâte du décor. Le quotidien est décrit à travers quelques petits riens, des détails des mœurs et coutumes, pour moi de manière insuffisante, même si j'en ai souri, tant ils me semblent anecdotiques et me rappellent des scènes similaires racontées, avec nostalgie, par les membres de ma famille.  Tout ceci ne me suffit pas pour me passionner pour les aventures du trio. Les relations entre Européens et autochtones sont trop superficiellement abordées. L'historique prend trop d'importance pour que l'on  puisse s'attacher aux personnages. Mais peut-être est-ce l'objectif de l'auteure, que d'insister  sur le contexte social ? Cependant pour moi, il doit y avoir une sorte de cohésion entre les différents éléments  dans un roman.

    Le sujet donc, disais-je, est intéressant, très enrichissant pour les fans d'histoire, ( ce que je suis). Cependant j'aspirais à suivre une aventure humaine, avec un soupçon de romance. Ici encore le volet sentimental est survolé, et traité si superficiellement que l'auteur en oublie où elle menait ses personnages, faisant ainsi preuve d'une incohérence flagrante ( eh oui, la cohérence est mon dada). Alors qu'elle fait rencontrer 2 de ces personnages, créant même un  soupçon d'alchimie entre eux, elle fait d'eux, quelques chapitres plus tard, 2 étrangers qui se rencontrent pour la première fois . Eh oui ! Y a comme un couac ! Certains comportements et réactions m'ont aussi interpellées. Je ne les ais pas bien comprises, certainement car elles n'étaient pas bien amenées, et tombaient, là, comme un cheveu sur la soupe.

    Nous suivons donc 3 protagonistes à travers leur histoire personnelle, et ce n'est que dans les derniers chapitres que nous comprendrons les liens qui les unissent. Mais le dénouement reste assez téléphoné et donc sans réelle surprise.

    J'avoue avoir eu un peu de mal à entrer dans le récit, un peu brouillon par moments. Cependant l'histoire devient assez addictive, malgré les détails historique à foison, que j'ai soyons honnête quelques fois survolés. Les listes, les détails techniques, très peu pour moi ! Encore moins quand ils viennent plomber  le récit dans des moment d'intimité.  Moi, en tant que lectrice de fiction, ce sont les interactions qui m'intéressent, et pas  la description approfondi du matériel de guerre !

    En conclusion, je dirais que les thèmes abordés sont intéressants, mais je ressors déçue de ma lecture, m'attendant à un récit plus centré sur la vie familiale, sur les paysages, les ambiances,  les interactions avec la population locale, le statut de la femme qui vit sous la tutelle de ses parents, pour tomber sous la coupe d'un mari.  Il y avait matière a écrire une fiction teintée de romantisme avec en toile de fond un contexte historique, politique et social de toute une époque qui a marqué toute une génération, et plus particulièrement  une jeunesse dans le tumulte. Mais tout est, de mon point de vue, trop superficiellement traité. Michelle Dannetier-Alabert s 'étant trop centrée sur une multitude détails historiques, matériels militaires, armes, stratégies. Pour cela on ne peut que féliciter l'auteur pour le long travail de recherches qu'elle a dû effectuer. 

    Un roman a découvrir pour ceux que les longues descriptions ne rebutent pas et qui cherchent à s'instruire de manière ludique. Mais pour moi une petite déception, ce roman ne correspondant pas à ce que je m'imaginais.

     

     

    Une jeunesse dans le tumulte SP


  • Commentaires

    1
    Dimanche 16 Septembre à 13:15
    LADY MARIANNE

    sous le régime de Vichy ! oups-- sale époque--
    merci pour ton avis - bizzz

    2
    Gaelle GUITTON
    Lundi 17 Septembre à 13:29
    Ah mince trop de faits historiques peut rebuter surtout si tu me dis que l’auteur a survoLe sa fictions. Dommage, je pensais que ce roman traitait la condition des femmes à cette époque et leur besoin d’évolution
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :