• La fête continuera sans toi SP

    La fête continuera sans toi SPLes amis, c’est comme une deuxième famille. Mais que se passe-t-il lorsque l’un de la bande disparaît brutalement ?

    Valentin, Ashley et Puja apprennent la tragique nouvelle par une belle journée d’été.

    Plus rien d’autre ne compte désormais que de rendre un dernier hommage à cette amie disparue. En dépit des lois du pays, en dépit de leurs proches, en dépit même de leurs propres vies, tous les trois vont partir pour un road-trip aussi dangereux qu’improvisé en terre inconnue.

    Quelles relations entretenaient-ils vraiment avec cette amie commune ?

    À travers le doute, l’espoir et le deuil, tous les trois vont comprendre que l’amitié n’est pas seulement une béquille, mais aussi un pansement.

     Editeur : Auto-édition Amazon
    Genre: Litterature contemporaine
    Date de sortie: 5/10/2018
    Prix du livre papier : 
    Version numérique: 0,99 € en promo
    Nombre de pages :  134

     

     

    La fête continuera sans toi SPJe suis très heureuse d'avoir lu ce roman en avant première. Merci Théo Lemattre pour ce SP. J'ai ainsi pu découvrir ta plume avec ce roman, tandis que Prêts à tout dort dans ma PAL depuis le Salon du Livre en attente d'une LC avec ma binôme. Il ne reste plus qu'à espérer que la petite main innocente de son fils le fasse vite sortir de la  Book  Jar très vite maintenant.

    Une chose est sûre, c'est que je vais lire tous tes romans Théo. Tu m'as séduite par ta plume et ta manière de nous raconter des histoires. 

    Dans ce récit, narré par Valentin, l'auteur aborde un thème sérieux et pas très gai, celui de la perte d'un être cher vécu par des adolescents. Comment accepter une disparition que l'on peut qualifier de prématurée ?  Comment des jeunes gens de 18 ans peuvent-ils imaginer que la Faucheuse va frapper  l'un de vous alors que tout leur avenir est devant eux ?   C'est impensable, inimaginable. Pourquoi  ? Comment ? C'est injuste c'est cruel, d'autant plus quand on s'est séparé sans se dire vraiment au revoir.

    Théo Lemattre aborde donc le sujet de la précarité de la vie, quand à 20 ans on se croit intouchable. Qu'a-t-ton raté, que ne sait-on pas dit ? Que l'on s'aime ? Mais ces questions touchent tous et toutes quelque soit l'âge. Ce drame vous pousse aux regrets, vous fait dire qu'il faut revoir ses comportements. Mais on sait bien que ce ne durera qu'un temps, nous dit Valentin. C'est si vrai ! 

    " (...) Je suis l'autre qui dira à ses amis, tous bien en vie, que nous avons perdu un être cher, et qu'il faut profiter de la vie. Ils vont dire ça, sans même n'avoir jamais perdu personne. Ils vont dire ça, mais ils ne vont pas le faire. Car en vérité, on ne profite de la vie que le jour où la Grande Faucheuse passe un peu trop près de notre tête. "

    C'est une magnifique histoire d'amour et d'amitié que nous offre l'auteur à travers se road-trip dans lequel nous entraîne le trio, décidé malgré les épreuves du BAC imminentes à se rendre à l'enterrement de leur amie. Sauf que ce n'est pas à la porte à coté ! Un long périple les attend. Mais ce besoin viscéral de s'y rendre va les pousser aux pires extrémités.  Valentin en a besoin, pour croire à ce décès, pour cheminer et faire son deuil. Accepter autant que possible cette mort inattendue. C'est compréhensible et légitime.

    Ashley, Pujo et  Valentin vont faire un choix qui leur semble juste, plus que juste, important, vital.  Des épreuves ça se repasse. Dire Adieu à une amie, non ! On n’enterre les gens qu'une fois.

    Eh oui, dans la vie certains actes sont importants, mais leur importance n'est que celle que chacun veut bien lui donner. Pour Valentin il n'y a pas à réfléchir. Sa décision est immédiate, spontanée. Ses sentiments influent sur sa décision irrévocable, malgré les difficultés organisationnelles.  Ses amis suivront malgré quelques réticences. Pour Mathilde.

    C'est dans ce road-trip semé d’embûches pour rejoindre le Portugal afin de lui dire adieu que nous cheminerons à leurs cotés entre présent et passé, partageant ainsi leurs souvenirs qui remontent à la cour d'école. Une amitié de longue date, né à la première rencontre, qui a perduré et s'est enrichie au fil des ans.

    " Tout s'est passé très vite : en une journée à peine. Parfois ils faut des années pour bâtir nue amitié solide"

    C'est avec des mots justes que l'auteur nous touche, nous émeut, nous fait rire aussi. Ses personnages sont vivants. En eux, on semble même reconnaître quelques amis, nous, un peu, beaucoup, selon notre propre vécu. Comme Valentin et sa petite bande, nous avons  partagé aussi des moments de joie, de tristesse avec des amis fidèles, certains bien sûr sont sortis de nos vies, mais d'autres sont toujours là. Et les souvenirs perdurent. 

    Le dénouement est étonnant, (enfin presque, si on ne prête pas trop attention aux sentiments de Valentin qu'il partage avec nous). Au bout du chemin il qui va découvrir la différence entre amour et amitié.  L'amitié, une forme d'amour, dans les sentiments qui nous lient aux autres. Mais parfois le prélude à autre chose.

    Un histoire addictive qui se lit d'une traite, entre introspection et rebondissements parfois cocasses. Un roman qui traite de la perte d'un être cher mais qui n'est pas triste pour autant. Un roman très court mais particulièrement bien construit et abouti, très réaliste qui nous fait réfléchir à nos propres comportements . Une belle aventure humaine très bien brossée.

    Coup de cœur. Un roman  sur l'amitié qui m'a fait penser à Danser encore de Julie De Lestrange, ( que j'avais aussi beaucoup aimé), tout en étant différent. Un hymne à la vie de celui qui perdure dans nos souvenirs alors que la fête continuera sans lui.

     

     

     

     

    Extraits citations

     

    "Les  gens qui nous entourent font tellement partie du paysage qu'il y a en a peu  qui existent réellement à nos yeux"

     

    "- Peut-être, mais les amis... ce sont aussi les bandages de la vie, non ?

    - Comment ça ?

    - C'est juste que ... même si les bandages ne referment pas les plaies, ils les empêchent de saigner davantage . On sera tous  bandages entre nous, mutuellement. Puja et toi, vous êtes mes bandages. 

     

    "Mais surtout, un deuil c'est accepter le vide immense que laisse la personne qui s'en va. C'est que ce vide, ce manque au fond de nous ne se remplisse plus jamais "

     

    " Les gens sont irremplaçables. Qu'ils soient simples ou complexes, ils ont tous ce petit quelque chose qui fait qu'ils sont uniques et que quoi qu'il arrive, on ne pourra jamais les remplacer."

     

    " Un amie qui part, c'est une étoile dans le ciel qui s'éteint aussi"

     

    " je sais bien qu'on dit souvent que les morts vivent encore dans nos cœurs mais c'est faux. Ils ne vivent pas, il sont sous respiration artificielle avec  un cordon relié directement à notre  mémoire. Aussitôt que nous cessons d penser à eux, ils disparaissent" 

     

    " Ceux qui n'on jamais connu le départ d'un ami ne peuvent pas comprendre ça. Mais partir loin, c'est comme mourir"

     

    " C'est souvent ça avec les rêves : on aime les garder dans nos têtes pour les chérir, parce qu'on a peur qu'ils ne se réalisent jamais."

     

    " C'est sans doute ça la morale de l'histoire : on n'est jamais là aux bons moments, et ceux sont précisément ces bons  moment-là que choisit e destin pour foutre la merde"

     

    © T. Lemattre

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Théo
    Samedi 6 Octobre à 10:52
    Merci beaucoup pour cette jolie chronique <3 !
    2
    Samedi 6 Octobre à 11:05

    Merci pour ton avis et je note.

    3
    Gaelle GUITTON
    Samedi 6 Octobre à 18:53
    Bon va vraiment falloir que je me lance. On va mettre la bibliographie de ce charmant jeune homme dans la Bookjar. En tout on voit que tu as aimé
    4
    Lundi 8 Octobre à 10:45

    Une belle critique, ca met le livre en valeur

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :