• La longue nuit : Le retour du printemps

    La longue nuit : Le retour du printempsVoilà bientôt un an qu’une catastrophe mondiale a dévasté la planète et plongé les derniers humains dans une obscurité glaciale. Au cœur de cet univers sans loi ni ordre, les Survivants se sont adaptés. Des bandes se sont agrégées, armées et ratissent les ruines à la recherche de nourriture. Hélas, les ressources s’amenuisent dangereusement. Les tensions s’exacerbent et la lutte devient âpre. Près d’Angoulême, la Colonie de Haute-Terre est une communauté particulière. Trois hommes et vingt-six femmes ont su anticiper et possèdent assez pour tenir jusqu’au retour du soleil. Mais, parmi leurs voisins, nombreux sont ceux qui convoitent ce magot. Pour se l’approprier, ils ont organisé une coalition et initié un siège. La Colonie a réussi in extremis à repousser leurs assauts. Jusqu’à quand parviendra-t-elle à tenir tête à ses ennemis ? Dans un monde où règne le chaos, le pire n’est-il pas toujours à venir ?

     

    La longue nuit : Le retour du printemps

     

    Honte à moi d’avoir pris autant de retard pour la lire le 3e tome de la Longue de nuit. Pourtant j’avais adoré les tomes précédents, m’étais trouvé frustrée à la fin du T2 et… bah, je ne m’explique pas pourquoi je ne me suis pas précipitée sur ce tome à la minute où je l'ai reçu.

    A la fin de ma lecture, j’avais presque envie de relire la trilogie, tant j’ai regretté que cela soit déjà terminé et qu’il semble que l’auteur n’envisage pas de nous donner une suite possible avec cette fin ouverte.

    Ce tome est particulièrement riche en émotions, le denier l’était déjà, Pierre-Guy Laurier nous en avait déjà fait éprouver dans les opus précédents, néanmoins j’en ai ressenti davantage ici, probablement du fait de certains évènements  douloureux touchent la colonie qui s'efforce de survivre dans ce monde apocalyptique qui réveille le meilleur et le pire chez l’Homme, et  qui doit faire face à des survivants violents et dangereux.

    L’auteur maitrise son sujet, tout est tristement réaliste, et cependant l’espoir reste toujours présent tout le long du récit.

    Les personnages sont des gens ordinaires. Ils pourraient être vous, des membres de votre famille, des amis ou moi, chacun peut se reconnaitre à travers l'un d'eux, ce qui fait le charme de l’aventure, dans laquelle chacun apporte sa contribution en fonction de ses compétences, influe sur les relations sociales en fonction de sa propre personnalité. La nature s’adapte aux changements, l’être humain également. Tout le monde ne pas être un héros, un meneur. Et c’est pourquoi j’aime l’approche de l’auteur qui donne une place importante à Madame en tant que chef, alors que, pour certains, peut-être, Eric aurait dû jouer ce rôle. Mais il en joue un autre comme chacun des membres du clan et j’estime que cela reste réaliste et cohérent avec la psychologie des protagonistes et leurs vécus personnels.

     J’ai dévoré ce tome en deux jours,( deux après-midi pour être plus précis) pour preuve que le récit est addictif, les intrigues et les rebondissements passionnants.

    Quant à la plume de Pierre-Guy Laurier, je l’adore.  

    En conclusion je vous conseille cette saga auto-éditée, particulièrement soignée, et je n’ai qu’un regret, celui de ne pas lire un jour la suite des aventures des membres de la Colonie de Haute-Terre.

     

    La longue nuit : Le retour du printemps

    La longue nuit : Le retour du printemps

     

     

    La longue nuit : Le retour du printemps


    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Gaelle
    Mardi 19 Janvier à 09:28
    Je ne l’ai plus dans ma liseuse je retrouve plus dans mes mails. Il faut que je termine cette trilogie
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :