• Fantasy/Fantastique/SF/Dystopie

     

     

    Saga Twillight

     

    Fantastique

    Sublimes Créatures

     

    Fantastique

    17 Lunes

     

    Fantastique

    18 Lunes

     

    Fantastique

    19 Lunes

     

    Fantastique

    Les Ames Vagabondes

     

    Fantastique

     

    Cliquer sur les liens pour voir résumés et commentaires

     

     

    Enregistrer

  • U4 Yannis LCYannis, Stéphane, Jules, Koridwen ont entre 15 et 18 ans. Ils ont survécu au virus U4, qui a décimé 90 % de la population mondiale. Ils ne se connaissent pas, mais ils se rendent pourtant au même rendez-vous.


    "Je m'appelle Yannis. Mes parents et ma sœur sont morts sous mes yeux. Depuis, leurs fantômes m'accompagnent partout. Il faut que je quitte Marseille avec mon chien, sinon je vais devenir fou. Je n'ai plus qu'un espoir : arriver à temps au rendez-vous à Paris."

     

    Editeur :  Nathan
    Genre: Jeunesse. SF
    Date de sortie: 27/08/2015
    Prix du livre papier : Broché 16,90€ 
    Version numérique: 12,99€
    ISBN:  2092556185 

     

     

     

    U4 Yannis LCAprès Stéphane poursuivre la lecture de U4 avec Yannis s'impose comme une évidence.

    Dans ce tome, l'auteur, une femme écrivant sur un homme tandis que Vincent Villeminot s'attachait à l'histoire d'une femme Stéphane, nous présente donc le parcours de Yannis.

    L'effet de surprise du premier tome n'est plus de mise, mais il fallait bien s'y attendre, d'autant que le lecteur comprend très vite que chaque tome est consacré au profil psychologique de nos protagonistes et leur évolution en fonction des événements qu'ils affrontent.

    Yannis, notre petit Marseillais et je reconnais donc ce coin de France,  est un jeune homme au prime abord perdu suite à la mort de ses parents.

    l'auteure s'attache à dépeindre un jeune homme issu d'une famille d'immigrés," un beur" élevé dans la pure tradition familiale, l'amour des siens, le sens des valeurs. 

    Yannis doux rêveur, effacé, sensible et dévasté par la mort de ses parents espère un retour en arrière grâce à ce mystérieux rendez-vous à Paris, avec Khronos le maitre du jeu WOT dans lequel le jeune homme  est puissant , courageux et téméraire, un double qui le pousse à certains actes qui lui permettront de survivre dans ce nouveau monde très dangereux.

    Oui l’objectif de Yannis faire "reset" comme dans son jeu préféré pour revenir en début de partie, mais la vie n'est pas un jeu et quand quelqu'un meurt c'est irréversible.

    Le Yannis de la première partie, n'est pas celui que  nous avons rencontré sur les routes avec les autres protagonistes, Ce Yannis là, se cherche se construit au fil de sa course, de sa lutte pour survivre.

    Toutefois, son âme reste pure et sa foi en l'autre inébranlable. Sa personnalité est si différente de celle de Stephane,que le lecteur se demande ce qui peut bien les rapprocher. 

    Dans ce tome nous vivons donc des événements déjà partagés dans le premier opus, une vision différente de celle de Stephane et comme dans la vie, Florence Hinckel, nous prouve qu'une même situation est toujours perçue différemment. Nous partageons les interactions avec Kori et Jules que nous retrouverons plus tard dans les autres opus.

    De fait, ce tome, bien que Yannis soit un personnage attachant devient assez monotone des que nous rejoignons Stephane, et tout particulièrement les derniers chapitres puisque nous en connaissons les peripéties, les choix, les décisions difficiles, l'issue.

    Cependant, cet épilogue correspond bien à la personnalité de ce personnage que nous dévoile l'auteur au fil des pages. Un héros plein d'espoir dans une vie tranquille, loin de l'état de guerre, des conflits entre survivants. Un jeune homme prêt à se contenter des miettes de bonheur.

    " même les miettes d'un éventuel bonheur sont bonnes à pendre dans ce monde"

    Une lecture plaisante, narrée par le personnage principal, un style agréable, et une histoire qui s’emboîte parfaitement avec la précédente, peut être aurais-je aimé un peu plus de Yannis tout seul, sans l'influence de Stéphane.

    En route pour la suite des aventures de nos Experts avec  celles de Koridwen

     

    U4 Yannis LC

     

     

    Avec Gaëlle

     

    Extraits citations

     

    "- je n'accepte rien du tout. je m'adapte.

    - je ne suis pas d'accord. Ce monde là est tout neuf. On en fait  ce que l'on veut"

     

    "j'ai inscrit avec un feutre  permanent qui grainait dans un tiroir du salon, les noms de Stéphane, François et de Marco sur la doublure de mon blouson. Ainsi, je les retrouverais, dans le passé qui portera un autre futur" 

     

    "La vraie vie est ainsi, fragile et précieuse. Elle  devrait être notre plus grand trésor"

     

    "-Le soleil brille dehors et l'herbe poussera encore au printemps. ce n'est donc pas la fin du monde.

    - mais c'est la fin d'un monde."

     

    "On ne se retrouve pas, en réalité. On se construit. il suffit d'avoir une image idéale de soi-même à atteindre"

     

    " Survivants mais aussi déserteurs, nous avons choisi de prendre notre vie en main"

     

    L’apocalypse qui a foudroyer les humains, rend le monde aux animaux. C'est peut-être une bonne chose pour la nature, tout ça. Et si justement c'était la nature qui avait produit ce virus pour reprendre ses droits ?" 

     

    © F. Henckel


    1 commentaire
  •  

     

    U4 Stéphane LC

     

    Stéphane vit à Lyon avec son père, un éminent épidémiologiste. Si des adultes ont survécu, son père en fait partie, elle en est convaincue. Alors elle refuse de rejoindre le R-Point, ce lieu où des ados commencent à s'organiser pour survivre. Elle préfère attendre seule, chez elle, que son père vienne la chercher. Et s'il ne le fait pas ? Et si les pillards qui contrôlent déjà le quartier débarquent avant lui ? Tout espoir s'écroulera, à l'exception d'un seul : un rendez-vous fixé à Paris...

     

    Editeur :  Nathan
    Genre: Jeunesse. SF
    Date de sortie: 27/08/2015
    Prix du livre papier : Broché 16,90€ 
    Version numérique: 12,99€
    ISBN:  2092556169

     

     

     

    U4 Stéphane LC

    Saga en 4 tomes endormie dans ma PAL depuis... longtemps. Merci ma binôme de m'avoir incité à l'en faire sortir.

    Saga dystopique  en 4 volumes donc, écrite par 4 auteurs différents, ce qui en fait l'originalité. Et se faire poser cette question : Comment vont-ils s’emboîter ?

    Première surprise et autre question : dans quel ordre les lires ?

    Pour ça j'ai suivi Booknode et rejoint Gaëlle dans la lecture de cette dystopie. Cependant nous n'avons pas tout à fait suivi le même ordre, elle a lu Yanis alors que je lisais Stephane.

    Très vite nous découvrons que les jeunes gens vont se rencontrer et qu'ils vont cheminer de concert, parfois partager une quête commune, mais toujours un but ultime : survivre dans le chaos de ce nouveau monde, mais surtout conserver sa liberté d'agir et de penser.  

    Cet opus écrit par Vincent Villeminot dont le nom m'est connu pour la série : Les pluies, est donc centré sur Stephane, une ... fille. Mais nous y rencontrons Kori, Jules et Yanis qui y tient une place importante bien que personnage secondaire. 

    4 experts d'un jeu nommé WOT que le maître du jeu Kronos va pousser sur les routes vers la capitale et dans lesquels suite au dernier message, nos jeunes gens vont miser tous leurs espoirs, celui d'un retour en arrière afin de sauver la planète mais surtout leurs parents, tous ces adultes touchés par le virus mortels.

    L'objectif de Stéphane est différent, son objectif : retrouver son père, imminent professeur en virologie survivant et mis à l'abri par les adultes ayant échappé au virus. 

    Comme dans de nombreuses dystopies, nous retrouvons l'armée au pouvoir, instaurant des régles, la loi martiale au nom du bien être de la communauté.

    Si de nombreux jeunes gens se plient aux préceptes établs, d'autres créent leurs propres communautés,  et le danger est partout, dans cette soif de pouvoir et de survie que chaque individu gère à sa manière.

    Adulte ou ado, les conditions de vie, les épreuves conditionnent les comportements avec des actions bien peu humaines parfois. Sacrifier l'autre pour sauver des vies, sa propre vie est-il justifiable ?

    Cette approche sociétale est somme toute assez effrayante, tant elle est réaliste. Le manque de dialogue, la peur, poussent à commettre des actes répréhensibles, qui vont faire de notre groupe, Stéphane, Marco, François et Yanis des rebelles et des criminels traqués.

    Nous suivons ce groupe projeté dans un monde de violence, dans lequel la solidarité semble ne plus exister. Seule la peur, la colère, l'instinct de survie priment sur toute le reste. Tout comportement civilisé semble n'être qu'un lointain souvenir. La confiance n'est plus de mise.

    L'auteur brosse un portrait réaliste d'une génération qui ne manquait de rien et se retrouve à composer un système social avec des dirigeants, des lois, se pliant parfois aux groupes armés d'adultes survivants et un régime totalitaire, auquel certains jeunes ne veulent pas se plier, rêvant de liberté. Le choix de ces derniers est-il juste ? Ne vaudrait-il pas mieux  recréer un monde dans le quel la loi protégerait tout le monde? Mais comme dans tout régime totalitaire des dérapages sont inévitables, pour autant sont-ils acceptables ? 

    Stephane, livrée à elle-même, ne peut compter que sur ses connaissances et sa capacité à survivre en cas de crise, grâce aux enseignements de son père qui lui sont bien utiles. C'est un personnage attachant, débrouillarde au possible. Au fur et à mesure de la lecture, son comportement dans certaines situations vient dérouter, embrouiller le lecteur. Ce qui finalement en fait un personnage entier, avec des réactions cohérentes comme l'aurait une personne dans ce genre de situation.

    Un lien très fort uni le groupe, Marco et Stephane se connaissent ce qui peut l'expliquer, pour autant les relations entre les autres protagonistes évoluent au fil de la course contre la montre pour atteindre Paris.

    L'auteur nous tient en haleine avec ses rebondissements et ce but ultime : rejoindre les Experts à Paris pour la plupart, Stephane, elle n'en a qu'un seul retrouver son père et sa famille.

    La fin pourrait sembler inattendue, mais n'est en fait qu'une suite logique à l'évolution des sentiments de nos protagonistes. Ainsi le mystère reste entier sur ce le rendez vous à la Tour de l'Horloge et laisse une fin ouverte sur cette saga. 

    Je découvre donc le  style fluide, agréable et concis de Vincent Villeminot dont la série les Pluies est dans ma PAL  et que je vais lire bientot. Une lecture plaisante et une saga intriguante car écrite à 8 mains.

    C'est avec Yanis, que je vais poursuivre la saga, le choix est une évidence. 

     

     

    U4 Stéphane LC

     

      

     

    Avec Gaelle

     

     

    Extraits citations

     

    "Ils savent et ils choisissent en connaissance de cause. Chacun sait et choisit. Tu as fait tout ce que tu pouvais pour eux."

     

    "-Stéphane une épidémie pareille, c'est une situation de guerre. le désordre tue, lui aussi"

     

    "- j'ai survécu papa. Nous avons tous dû survivre. Nous n'étions pas  des terroristes, nous étions tous innocents, mais tu nous as fait chasser, toi, et tes amis. C'est à cause de vous qu'il y a eu tant de morts..."

     

    " Combien refusent de soumettre à l'ordre que veulent imposer les Autorités provisoires de la République Française, à coups de grenades au phosphore, de rafale brève et mortelle et de loi antiterroriste . Je ne suis pas la  dernière , mais je suis seule."

     

    "Il se fige, à un mètre de moi, interdit, tandis que je me replie sur moi-même et que je pleure toute ma peur"

    "Des résistants ? A quoi résistons nous, aux adultes, au malheur, à inéluctable disparition de ceux que nous aimions ?"

     

    "mais l'intransigeance dont il fait preuve, davantage chaque jour, m’effraie. Quiconque ne le suit pas complètement se range dans le camps de ses ennemis." 

     

    © V. Villeminot

     

     

     

     

     

     


    1 commentaire
  •  

    Phobos 4

    Lancement des chaînes des pionniers dans

    3 secondes... 

    2 secondes...

     1 seconde...

     Ils peinent à reprendre leurs marques. 

    Ils sont les rescapés du programme Genesis. Exilés sur Mars, ils ont traversé un désert de solitude. De retour sur Terre, ils sont emportés par un tourbillon de célébrité.

     Elle peine à reprendre son souffle. 

    Obsédée par des questions sans réponse, Léonor refuse les honneurs et les caméras. Le danger planant sur la planète bleue est-il vaincu pour toujours ? Les secrets hantant la planète rouge sont-ils enfouis à jamais ? Et si, d'un bout à l'autre du système solaire, tout pouvait basculer à nouveau ? 

    Même si l'angoisse mène au bord de l'asphyxie, il est trop tôt pour respirer. 

    Victor Dixen, double lauréat du Grand Prix de l'Imaginaire, offre à sa saga best-seller international un final à couper le souffle.

     

     Editeur : Laffont (Collection R)
    Genre: SF
    Date de sortie: 23/11/2017
    Prix du livre papier : Broché : 18,90€ 
    Version numérique: 12,99€ 
    ISBN: 2-221-20219-8

     

     

    Phobos 4Mars 2017 Salon du Livre Paris

    Une foule en délire.

    Une voix masculine.

    Mais qui est donc cet auteur qui provoque tant de frénésie parmi ce groupe, des  jeunes gens pour la plupart ?

    C'est Victor Dixen !

    Nous regardons Gaëlle et moi intriguées, méconnaissant son oeuvre, eh hop les curieuses que nous sommes nous renseignerons sur sa bibio plus tard, pour l'instant notre programme est bien chargé.

    Cependant il faudra attendre quelques mois avant que je ne rejoigne ma binôme dans cette aventure et que je fasse le lien avec Le Victor Dixen du salon du livre.

    L'auteur nous en a fait voir de toutes les couleurs et j'ai enfin compris cet engouement pour cette saga et  l'auteur.

    Nul ne peut être surpris qu'il ait reçu  Le grand prix de l'Imaginaire ! Ses idées sont époustouflantes !

    Après de nombreuses péripéties dans les opus précédents dans lesquels l'auteur a su faire vibrer notre petit palpitant, voici le dernier volet de cette saga avec le retour sur Terre de nos pionniers de l' espace.

    Quel sort leur réserve  Victor Dixen ? Qu'a-t-il pu nous concocter pendant 656 pages ? 

    J'avais émis des réserves sur certains tomes, frustrée et déçue des choix de l'auteur. Alors je dois avouer qu'en début de lecture j'étais  inquiète. Un 4e tome et un retour sur Terre n’étais-ce pas un tome de trop ? Pourtant je l'attendais, difficile d'abandonner cette petite bande attachante, émouvante. Je me posais donc 1000 questions.

    Comment allait-elle se réintégrer à la vie quotidienne, loin des sunlights ?  L'esprit communautaire de  ce groupe combatif luttant pour survivre allait-il perdurer ? Ou chacun prendrait des routes différentes ?  Quel avenir pour Kelly, Mozart ? Serena pourra-t-elle encore les atteindre ?

    Eh  bien, Victor Dixen frappe fort. D'entrée de jeu. Il vous scotche par ses révélations et ses rebondissements inattendus. Il  nous accroche très rapidement avec le cas Kris et Mozart. Pas une seconde je n'aurais imaginé un tel rebondissement.

    L'auteur maîtrise son scénario à la perfection et nous tient en haleine, le souffle court, inquiets pour notre tribu. C'est intense, stressant, j'avais déjà ressenti ça, ce besoin d'en savoir plus dans des moments critiques et un angoisse indéfinissable qui me donnait envie d'éteindre ma tablette pour reprendre mon souffle, repousser le moment des révélations qui pourraient me déplaire durant tous ces moments de danger que vivent nos protagonistes. Comment Victor Dixen parvient-il à nous remuer à ce point ?

    L'ombre de Sérena rode, les coups de théâtre vous frappent de plein fouet, le retour de nos héros n'est pas un long fleuve tranquille comme l'on aurait pu l’espérer.

    Le programme Genesis est démantelé, pour autant nos jeunes gens utilisent la technologie informative pour faire passer leurs messages, se construire un carrière.  Difficile de se couper du monde alors que celui a eu les yeux rivés sur vous pendant plusieurs années. Utiliser les réseaux sociaux, la toile est a la fois un mal et un bien pour notre petite bande qui ne fait pas l’inanité du public. Attaques, soutiens, nos pionniers restent piégés dans le système. 

    Le roman s'appuie donc sur des thématiques actuelles qui s'intègrent parfaitement à la fiction, crise climatique, migration, effet pervers des réseaux sociaux, devenir de la planète. Victor Dixen en virtuose compose une symphonie digne de Mozart, des envolées lyriques, des accalmies.

    Mon cœur tambourine, je suis au bord de l’asphyxie,  j'ai besoin que Victor Dixen me laisse respirer.

     Mais non ! L'auteur ne cesse de surprendre, parvenant à décrire des scènes d'une manière si scénaristique, que le lecteur les vit, les visualise . Je pense en particulier à deux extraits : Le spectacle de Liz et le défilé. C'est ... bluffant !

    Tout est crescendo, atteint au fil des pages un sommet d'intensité qui vous coupe le souffle émotionnellement et physiquement. C'est la gorge serrée, les larmes au coins des yeux , le  ventre nouée que j'avance jusqu'à ce final fracassant. La symphonie du nouveau monde tambourine à mes oreilles, eh oui bien sur je suis allée découvrir cette petite merveille tandis que je m'attache davantage à tous ces personnages évoluant sans jamais trahir leurs valeurs bien au contraire.

    Leonor reste le protagoniste clef de cette aventure, plus que jamais cette géante rouge attractive autour de laquelle tous gravitent, à la fois électrons libres et un tout indivisible. A travers elle et les autres héros de cette histoire l'auteur fait passer des messages forts sur les valeurs morales, sur l'amitié, l'amour.

    Une saga SF à lire sans modération, par tous, ados, adultes... qui vous laisse chamboulé, hébété par son final en feu d'artifice, après une course contre la montre épuisante.

     Pouvait-on rêver mieux ? Non, le maître Victor Dixen l'en a décidé ainsi et c'était la conclusion logique de cette saga.

    Petit conseil, la version papier est à privilégier, puisque le texte est accompagné de nombreux graphiques et images. l'imagination de l'auteur est sans limites.

    Roman addictif qui vous entraîne jusqu'au bout de la nuit, lecture stressante, passionnante, ce dernier tome est un chef d 'oeuvre, cette saga est une pépite.

    C'est bien sur un coup de cœur pour ce tome avec sa fin époustouflante pas vraiment fermée cependant... qui sait si...

    En attendant d'autres aventures nous attendent Mr Dixen, ma jumelle et moi.

    Si je vous rencontre au Salon du Livre Mr Dixen je viens vous embrasser et réclamer une dédicace. Et pardon ne n'avoir pas su jusqu'ici combien vous étiez talentueux.

     

     

     

     

     

     

     

     ....

     

     

     

    LC avec Gaelle

     

    Extraits citations

     

    "Je sais qu'Internet ne se réduit pas  aux mots si durs des trolls et des haters. Il y a tous les autres internautes : les tendres, qui ont le  cœur assez ouvert pour partager, créer, découvrir. 

     

    "- (...) Internet devrait être un temple de l'intelligence, mais regarde ce que les gens en font souvent : un dépotoir de la bêtise."

     

    "- Non, pas ironique. humain. On a tous besoin de croire en quelque chose"

     

    "La danse est plus qu'un simple spectacle : c'est un langage qui exprime le fond de l’âme quand les mots nous font défaut. Quand les mots nous font défaut... ou quand ils nous sont interdits"

     

    "(...) parfois, de manière exceptionnelle et transitoire, face à certaines personnes et dans certaines situations, le mensonge est temporairement légitime, plus altruiste, plus humain-oui, plus juste que la vérité "

     

    "depuis le début, nous veillons les uns sur les autres, continue Safia suivant le fil de sa pensée. C'est ainsi que nous sommes parvenus à survivre jusqu'à aujourd’hui. Et c'est ainsi que nous continuerons a survivre demain. Nous formons un tout indivisible"

     

    © V.Dixen

     


    2 commentaires
  •  

    La servante écarlate : LC

     

    Devant la chute drastique de la fécondité, la république de Gilead, récemment fondée par des fanatiques religieux, a réduit au rang d’esclaves sexuelles les quelques femmes encore fertiles. Vêtue de rouge, Defred, « servante écarlate » parmi d’autres, à qui l’on a ôté jusqu’à son nom, met donc son corps au service de son Commandant et de son épouse. Le soir, en regagnant sa chambre à l’austérité monacale, elle songe au temps où les femmes avaient le droit de lire, de travailler… En rejoignant un réseau secret, elle va tout tenter pour recouvrer sa liberté.

     

     

     

    Editeur : Robert Laffont
    Genre: SF Dystopie
    Date de sortie: 08/06/2017
    Prix du livre papier poche : 11,50€ 
    Version numérique : 10,99€   
    ISBN: 2221203321  

     

      

     

     

    A plusieurs reprises ces derniers temps, j'ai pu lire des références à ce roman dans plusieurs de mes lectures,( sans parler de celles à cette série une des plus marquantes du moment) et bien sur en curieuse que je suis je me suis empressée de glisser ce livre dans ma PAL en projet de le lire en LC avec ma binôme Gaelle, un jour. 

    C'est le défi de novembre ( une couverture moche)  sur la page FB de Au fil des livres qui en a accéléré la lecture.

    Question couvertures , il faut dire que depuis sa publication en 1985 et le succès tapageur de la série les nouvelles sont bien plus attrayantes. Je vous en offrirais un petit florilège en fin d'article.

    Que dire de cette histoire sombre dont je n'avais pas lu le résumé avant de me lancer dans cette LC avec Gaëlle et Anne Saulot ?

    Et bien c'est particulièrement déconcertant et effrayant. L'imagination de l'auteure nous transporte dans un monde futuriste sans que l'on ne puisse se situer dans le temps, dans lequel toute liberté est abolie. Un monde post-guerre civile.

    Comme dans toute dystopie le gouvernement est  totalitaire et dictatorial avec au pouvoir des dirigeants persuadés qu'ils agissent pour le bien de la communauté. Ici la religion domine  de manière excessive, nous voici de retour au Moyen-Age avec ses grands inquisiteurs sanctionnant, punissant tous les dissidents qui ne respectent pas les règles, la loi. Les femmes sont dévolues à des rôles définis et redeviennent ce quelles furent jadis : des êtres jugés inférieurs, et dont le rôle essentiel est la procréation.

    Un roman donc extrême et angoissant quand l'on assiste au quotidien  des femmes dans certains pays dans lesquels leurs droits sont bafoués, dans lesquels elles sont mises au rebut pour être incapables de procréer ce qui rend ce roman intemporel !

     Dans ce monde utopique il existe plusieurs castes, les Marthas, le Epouses et les Servantes Ecarlates  Chaque caste possède sa propre tenue afin de bien les différencier. Les hommes ne sont pas non plus tous logés à la même enseigne bien que leur sort soit plus enviable. 

    Notre héroïne est une servante, une élue ( ?) à laquelle la nation devrait être reconnaissante puisqu'elle contribue à la survie de l'espèce dans ce monde à la natalité faiblissante , c'est sa mission qu'elle assumera en servant les Commandants dont les femmes vieillissantes ne peuvent enfanter.

    Nous suivons  donc le quotidien  bien triste de June ( son ancien nom) et ses flash-backs vers son passé heureux qui lui permet de ne pas sombrer comme d'autres servantes qui trouveront le moyen de se libérer de manière drastique. Car quand toute liberté est perdue quel sens reste-il à la vie dans un monde dans lequel les sentiments sont bannis, dans laquelle chaque jour ressemble à l'autre avec pour seul horizon le ciel bleu de leur chambre, aucun échange possible, aucune possibilité de lire, une vie sombre à prier un Dieu bien peu miséricordieux ?

    Dans cette sorte de huit-clos Margaret Atwood nous plonge dans le débat intérieur de Defred, dans son introspection et ses regrets d'un vie passée, sur le bonheur dont on ne prend conscience qu'il est si précieux que quand on l'a perdu, sur cette liberté quotidienne si chère à tous que l'on n'apprécie pas toujours à sa juste valeur tellement elle semble normale. 

    Liberté de penser, d'échanger, de lire, de travailler, de croire en Dieu. Pouvoir rire, pleurer, aimer, être libre de son corps et non pas  être une esclave sexuelle selon les règles d'une nation totalitaire.

    Au fil de la lecture on espère que notre héroïne , malgré son coté soumise fera preuve de rébellion et ne restera pas si passive.

    Comme dans toute dystopie de ce genre dans l'ombre combattent des rebelles . Ainsi l'auteure nous offre l'espoir, cet espoir d'une vie meilleure qui vit toujours en nous, et la foi, la foi en l'humanité.  

    Ces dissidents au régime parviendront-ils à renverser ses fanatiques religieux  ?

    Que deviendra Defred ?

    La fin originale de l'auteure  nous donne quelques réponses, alors que les derniers mots de l’héroïne nous laissaient dans l'expectative.

    L'on pourrait classer ce roman dans la catégorie roman féministe si l'on occulte les hommes de cette histoire qui tout comme les femmes  sont victimes de ce système dictatorial, privés de femme s'ils ne font pas partie de l'élite, seule leur position sociale peut leur offrir une vie de couple. Et qu'est ce qu' une vie  sans amour, sans sentiments ?

    Cette dystopie sinistre n'est pas si éloignée de la réalité, vu ce que vivent les femmes un peu partout dans le monde. C'est peut-être ce qui fait le succès à nouveau  renouvelé pour ce roman de Margaret  Atwood, très favorisé bien sur par la saga et  l'avènement au pouvoir d'un président dont on ne citera pas le nom, mais que l'on peut voir cité sur la nouvelle couverture bien plus accrocheuse.

     Roman dystopique effrayant dans le contexte actuel quand on songe à tous les scandales en cours concernant les femmes et les abus subis dans cette Amérique si puritaine que l'on s'inquiète de voir un jour la réalité rattraper la fiction.

    Il m'a fallu parvenir au terme de cette lecture et y réfléchir quelques jours avant de pouvoir vraiment noter ce livre, je ne savais pas vraiment quoi en penser, d'abord parce que le style narratif et les longs monologues  ne sont pas ma tasse de thé et par le sentiment de frustration quant à sa fin, car j'aurais aimé en savoir davantage sur le devenir de certains autres personnages.  Quelques jours plus tard en écrivant ma chronique, j'ai réalisé que ce roman m'avait marqué plus que je n'aurais cru et j'avoue que je suis curieuse d'en découvrir l'interprétation ciné.

    Ce n'est toutefois pas un coup de cœur, ce roman est bien trop médiatisé ce qui perturbe le jugement car il suscite trop d'attentes. Cependant c'est un excellent livre à découvrir car il perturbe nos mondes de pensées tellement il est effrayant par son coté réaliste avec son approche des atteintes aux libertés.

     

     

     

    LC avec ma binôme Gaelle et Anne Saulot auteure

     

    Extraits citations

     

    "Ne laissez pas les salopards vous tyranniser"

     

    " le soleil est gratuit, il est encore là pour qu'on en jouisse, pourtant plus personne ne prend plus des bains de soleil, pas en public" 

     

    "on ne peut jalouser quelqu'un que s'il possède une chose qu'on devrait avoir soi même"

     

     

    "nous sommes des utérus à deux pattes, un point c'est tout : vases sacrés, calices ambulants"

     

    "(...) personne ne meurt d'être privé de rapports sexuels. C'est du manque d'amour que nous mourrons"

     

    "je suis trop importante, trop rare pour cela.Je suis une ressource nationale"

     

    "notre société se mourrait, disait Tante Lydia, à cause de trop de choix"

     

    " je suis pour elle un reproche et une nécessité"

     

    ©M. Atwood

     

    Petit florilège de couvertures au fil des  éditions

     

    La servante écarlate : LC

     

     

     

     

     

     

     


    2 commentaires
  • Victorian Fantasy : De velours et d'acier LC Gaelle     Dans les Bas-fonds de Néo-Londonia, Léopoldine se bat depuis des années pour survivre. Lorsque le groupe auquel elle appartient maltraite un enfant, elle décide de se rebeller, quitte à affronter la colère de la Guilde des Voleurs. Dorénavant, elle ne laissera plus rien ni personne lui barrer la route.

    Augustin, lui, a toujours mené une existence fastueuse et insouciante, résigné à subir en parallèle l’écrasante emprise de sa mère, la Reine Victoria au règne sans fin. Mais il tombe de haut quand, pour la première fois, il refuse de se conformer à ses plans aussi tortueux que mystérieux. Car, s’il est un prince dont la fonction n’est que titre, c’est lui. Le jeune homme devra résister et fuir pour s’affranchir du joug de la souveraine et embrasser sa destinée.

    Une rencontre qui pourrait bien tout bouleverser… mais la liberté ne s’obtient jamais sans sacrifice

     

    Editeur : Pygmalion-Gerard-Watelet
    Genre: Fantasy-Steampunk
    Date de sortie: 29 /03/2017
    Prix du livre papier : Broché : 17,00€
    Prix du livre numérique: 5,99€
    ISBN: 2756418080  

     

    waouh !

    Ce tome est étonnement surprenant, beaucoup plus élaboré sur le thème de la magie et du fantastique que le précédent.

    J'avais apprécié le premier volet, un peu frustrée tout de mème, l' histoire un peu trop centrée sur la romance.

    Mais cet opus vous centaine dans un monde fantastique et la magie opère et ce de plus en plus au fil des pages

    Georgia Caldera nous ne nous laisse aucun répit, nous suivons le souffle court, les aventures époustouflante de ce couple insolite Léo et Augustin de rebondissements en rebondissements

    Quand je me suis lancée dans cette saga , je pensais, à tort que les deux tomes concerneraient  encore Tadheus et Andraste ; la fin du dernier tome se terminant avec l' arrivée d' Augustin chez le couple

    Si Tadheus m'avait séduite, ce n'est rien à coté d' Augustin, ce prince transparent, obéissant à sa m_re la reine Victoria dont nous découvrons une facette de sa personnalité  bien plus attachante, touchante et surprenante.

     Jamais je n'aurais songé une seconde que l'imagination débordante de l'auteure lui concocterait un destin hors du commun

    Ce tome est un pavé avec ses  625 pages version e-book, mais pas une minute, le lecteur s'y ennuie

    Descriptions, contexte, trame,style, vocabulaire, magie,  Georgia Caldera maitrise et règne en maitre sur l'intrigue, malgré la complexité de l'histoire, des nombreux personnages dont on s'interroge sur la place, car tout se met en place à point nommé, nous scotchant au fur et à mesure que l'on avance

    J'avoue que le tout est particulièrement troublant, suscite une multitude d'émotions, m'obligeant à faire quelques pauses alors que pourtant j'étais impatiente de découvrir la suite.

    La magie règne en maitre,bien qu'elle soit assez sombre, elle nous envoute tout comme Léopoldine est sous sous le charme d' Augustin et réciproquement

    La romance est belle, se met en place progressivement et j'en remercie l'auteur, qui ne nous la jette pas à la figure d'emblée ce qui a fait défaut dans le tome précédente

     Oui je suis sous le charme des personnages. Ils sont sublimes, c'est avec plaisir que je viens les retrouver dans les échanges piquants, dans les moments de tendresse et d’émotions, bref dans tous les instants partagés. Charismatiques, touchants, aux personnalités bien travaillés, fortes et vulnérables; Leo nous séduit étant tout à la fois une main de velours dans un gant de fer. Oui ce titre résumé la forte personnalité de la jeune femme.

    Au fur et à mesure que les pages se tournent on s'inquiète du dénouement car notre esprit est concentré sur le prologue et l'on se demande si l'auteur ne va pas nous bâcler la fin, vu qu'il reste peu de pages  à lire.

     Eh bien non, tout au contraire !  La chipie laisse la porte entrouverte sur d'autres aventures et je croise les doigts pour qu'elle honore ce contrat et nous laisse pas comme ça, face aux doutes et à notre propre imagination sur ce que l'on pourrait attendre d'une suite avec Endell et Anton, peronnages secondaire  de ce tome mais pas que.

    Je suis conquise par la plume et l'imagination débordante de Georgia Caldera dans un genre dans lequel je ne m'étais pas aventuré. Cependant je crois toujours que le coté steampunk n'est pas le plus exploité mais ce n'est pas grave, vu que je me suis laissée transportée dans un monde fantastique et magique que l'auteure maitrise parfaitement

    Je dois aussi la féliciter pour  ce virage complet et le chemin qu'elle fait prendre à Augustin, à la personnalité si diamétralement opposé à celle de son premier tome.

    Bravo, pour ce roman passionnant, rythmé et plein  de mystères dans un univers magique, batailles sanglantes et romance se mêlent pour offrir une aventure particulièrement addictive et émouvante.

    Un gros coup de cœur pour moi et JE VEUX UNE SUITE !

    Merci ma binôme pour cette suggestion, encore une fois une excellente idée .

     

     

     

     

     

     

     

    Avec Gaelle

     

     

    Extraits citations

     

    Une souffrance presque agréable dans le fonds,parce qu'elle avait au moins le mérite de le faire se sentir vivant- quand les ténèbres qui l'engloutissaient un peu plus chaque jour passé à la Tour Éternelle lui donnaient la sensation de l'inverse"

     

    "- j'ai fait de toi un Roi !

    - Tu as fait de moi un prisonnier, s'étrangla-t-il en désignant les murs austères  de cette tout sans âge"

     

    " Maud n'aurait jamais pu s'en sortir, elle n'aurait jamais pu être des leurs simplement parce qu'elle était une femme"

    "Évidemment, la fierté n’était pas le privilège des seuls aristocrates. Elle avait même tendance à être plus vive chez les gens du commun, car plus difficile à acquérir et bien plus encore à conserver. Mais l’inconnu s’exprimait avec l’aisance de ceux qui avaient eu la chance de recevoir une éducation poussée. Il possédait également de grands pouvoirs, même s’il n’avait pas l’air d’en avoir vraiment conscience."

     

     


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique