• La mariée était en blanc

     

    La mariée était en blanc L'étrange disparition d'Amanda Pierce le jour de ses noces est un sujet tout indiqué pour l'équipe de Suspicion. Les invités, réunis dans le somptueux hôtel de Palm Beach en Floride où devait se dérouler ce mariage de rêve, sont tous au rendez-vous. Mais certains regrettent d'avoir accepté car les rumeurs se propagent et les petits secrets de chacun commencent à percer... Après le succès de L'Affaire Cendrillon, Laurie Moran, productrice de l'émission Suspicion qui reconstitue des cas d'affaires classées, mène une nouvelle enquête passionnante.

    Editeur : Albin Michel
    Genre:  Collection A.M Thriller Polar
    Date de sortie: 2/12/2015
    Prix du livre papier :  Broché : 20,99€ 4 7,90 €
    Version numérique: 4,99 € + disponible en Audio
    Nombre de pages :  400

     

     

    La mariée était en blanc 15 ans, voire plus, que je n'ai pas lu du Mary Higgins Clark.  Je crois bien que je m'étais lassée de lire des histoires qui se ressemblaient trop et j'ai découvert d’autres auteurs qui m'ont passionnée davantage. Qu'est-ce qui m'a donc poussée à y revenir ?

    Tout d'abord ce livre est tombée dans ma PAL, il y a de ça quelques semaines, par l'intermédiaire de ma sœur qui régulièrement vide sa biblio. Désormais c'est à moi de vider la mienne. 

    J'avoue m'être laissée prendre par cette intrigue. J'avais oublié que la plume de l'auteure était plaisante, la traduction correcte, et le suspens au rendez-vous.

    Certes ce n'est pas du grand polar, ni du thriller psychologique, mais plutôt une énigme policière avec une romance touchant les personnages principaux, dont Laurie, qui est désormais un personnage récurent pour Mary Higgins Clark et sa partenaire d'écriture Alafair Burke( eh oui j'ai découvert ça après coup, peut-être avait d'elle besoin d'un coup de fouet pour se mettre au goût du jour).  

    Nous suivons donc l'équipe de Laurie, la productrice de l'émission Suspicion  sur les lieux de tournage. 

    5 ans plus tard, des non-dits voient le jour, ainsi que de nombreux nouveaux éléments. Jeff, le fiancé de la disparue est toujours le suspect potentiel et les soupçons s'accentuent suite à des révélations inattendues.

    L'idée des auteures d'utiliser la télé-réalité pose bien la toile de fond dans un contexte moderne. Les rebondissements sont maîtrisés, nos soupçons évoluent au fil des chapitres comme le souhaite l'auteure, qui va nous surprendre par son dénouement, même si dans les derniers chapitres, le lecteur commence à pencher pour la bonne réponse.

    En parallèle nous suivons Laurie dans sa vie quotidienne et ses relations sentimentales, l'allusion a un événement du passé reste un peu frustrant,( je n'ai pas tout saisi) et je me demande s'il ne fallait pas lire le tome précédent dans lequel on rencontre Laurie Moran pour la première fois.

    Cependant la lecture de ce roman polar basique est plaisante et addictive. Les personnages sont bien campés, tout comme leurs  motivations  et le suspens contrôlé. On est loin d'un thriller psychologique angoissant , ou d'un roman noir plein d’hémoglobine.  Non c'est un polar sympa qui vous intrigue dans l'attente du dénouement et vous fait passer un bon moment de lecture. 

     

    La mariée était en blanc

    L'auteure :

    La mariée était en blanc Nationalité : États-Unis 

    Biographie : 

    Mary Higgins Clark est d'origine irlandaise. Orpheline de père à dix ans, elle arrête très jeune ses études pour exercer la profession de secrétaire, puis celle d'hôtesse de l'air.
    Elle épouse ensuite Warren Clark, se consacre à sa famille (cinq enfants) et commence l'écriture de nouvelles. Après de nombreux refus, une première nouvelle est publiée en 1956 par un magazine. A la mort de son mari, en 1964, elle devient rédactrice de scripts pour une radio...
    Parallèlement, elle continue à écrire. Son premier livre, une biographie de Georges Washington, est un échec. Elle décide alors de rédiger un roman à suspens : "La maison du guet" qui devient un best seller. En 1980, "La nuit du renard" obtient le Grand Prix du Roman Policier.
    Tout en s'occupant de ses enfants, l'écrivain reprend ses études (elle obtient un doctorat de philosophie) et publie un roman par an. Aujourd'hui, elle co-écrit des livres avec sa fille, Carol Higgins Clark. 

     

    La parenthèse :

    À vrai dire je n'était pas très emballée de le lire.Il aurait pu y rester longtemps, si je ne suivais pas quelques challenge dans le but de vider ma PAL.

    Tout d'abord il rentre pile poil dans Le groupe des défis : lire un livre dont le nom ou le prénom de l'auteur commence comme celle de notre prénom, et dans le Challenge Multi-défis de Babelio : Un auteur que l'on a pas lu depuis au moins 15 ans.

    Même si j'ai apprécié cette lecture je ne redeviendrais pas cependant une lectrice assidue de l'auteure, mais je lirais à l'occasion L'affaire Cendrillon.  Mes goûts en matière de policier vont plutôt désormais vers du Claire Favan, Karine Gibel entre autres.

     


  • Commentaires

    1
    Mardi 8 Janvier à 11:03
    LADY MARIANNE

    quelle cata disparaitre le jour de ses noces !
    merci pour ton agréable présentation- bisou-s

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :