• Les lettres de Rose

    Les lettres de RoseLola a été adoptée à l'âge de trois mois. Près de trente ans plus tard, elle travaille dans le salon de thé de ses parents, en attendant de trouver enfin le métier de ses rêves : libraire.
    Sa vie va basculer lorsqu'elle apprend que sa grand-mère biologique, qui vient de décéder, lui a légué un étrange héritage : une maison et son histoire dans le petit village d'Aubéry, à travers des lettres et des objets lui apprenant ses origines.
    Mais tous les habitants ne voient pas d'un bon œil cette étrangère, notamment Vincent, son cousin. Et il y a également le beau Jim, qui éveille en elle plus de sentiments qu'elle ne le voudrait...

     

    Editeur :  Editions Charleston
    Genre: Romance saga familiale
    Date de sortie: 25/04/2016
    Version papier : Broché 8,99€   Poche : 8,90
    Version numérique:  5,99 €
    ISBN: 9782368121047

     

     

     

    Les lettres de Rose

    J 'ai un petit faible pour les romances qui se racontent à travers une correspondance épistolaire, et les sagas familiales. On peut dire que l'on a les 2. Même si le  mot de correspondance n'est pas totalement adapté. 

    C'est à travers un jeu de pistes, (entre missives, journaux intimes) concocté par Rose la grand-mère biologique sortie de nulle part que Lola va découvrir son passé familial, le secret de sa naissance, mais surtout les raisons de sa mise en adoption.

    Dans ce roman l'auteure aborde avec justesse des sujets graves par intermédiaire de ses personnages dont elle brosse un portrait réaliste, les plaçant dans un contexte social qui explique certains comportements. Excusables pour autant ? Mais comme toujours peut-on avec un œil extérieur prendre partie ? Juger Louise ? Certes ses décisions ont eu un impact néfaste sur sa famille. Mais ses intentions, de son point de vue, étaient bonnes agissant pour le bonheur de sa famille. Cependant ils auront un effet boule de neige sur sa descendance.

    C'est en dehors  des secrets de son  passé que Lola a grandi. Enfant choyée dans un foyer équilibré, mais marqué en son corps par celui-ci, entre cauchemars et difficultés à se construire. C'est là qu'entre en action la psychogénéalogie que Clarisse Sabard aborde. Et le sujet est peu développé mais explique le comportement inconscient  de Rose et ses conséquences. Je connais cette méthode thérapeutique et ce sur quoi elle s'appuie, pour m'y être intéressée au décours de formations professionnelles. Et j'y crois ! C'est pourquoi j'ai trouvé cette histoire crédible.

    C'est aussi avec justesse que l'auteure traite de la place et du rôle des  femmes de 1920 à nos jours, dépeignant ainsi l'évolution de la société après ces 2 guerres montreuses et leurs conséquences sur le comportement de l'individu, avec cette soif de liberté.

    En nous plongeant dans le passé familial, nous découvrons qu'il n'est pas aisé pour une femme d'être maîtresse de ses décisions à moins d'avoir le caractère bien trempé d'une Louise ! Etre une fille dans ce contexte social est loin d'être une sinécure, après avoir été sous la tutelle de ses parents c'est sous a coupe d'un mari qu'elle tombe ! Rose fera partiellement les frais de ces règles morales. Qu'en est-il des mariages d'amour à l'époque ?  Dans ce petit village de province, le statut social est une priorité, vital même. Ce qui explique l'acharnement de Louise à s'élever sur l'échelle sociale. À s'efforcer de transmettre un héritage, dont ces enfants ne veulent pas forcement.

    À travers cette aventure, l'auteure nous pousse à nous interroger sur nos propres comportements. Après tout, les années passent mais pas les motivations. En tant que parents nos rêves de bonheur pour notre progéniture sont toujours les même. Ne veut-on pas le meilleur pour eux ? Cependant nos aspirations sont les nôtres et pas forcement celles de nos enfants ! De ce fait de quel droit Léonie s'abroge-t-elle le droit de décider pour Rose ?

    Clarisse Sabard brosse très finement un portrait réaliste de ses personnages, réaliste et abouti pour mon plus grand plaisir et nous attache à cette tribu, celle d'hier et la contemporaine, unie par ce passé commun qui fait de nous ce que nous sommes. J'en ai aimé cette approche, à laquelle j'adhère à 100% !

    Elle soulève les problèmes liées à l'adoption. Peut-on vivre sans ne rien connaitre de ses origines ? Est-ce indispensable pour bien se construire quand notre famille vous offre un vie équilibrée et un contexte aimant ? Tous les enfants adoptés ressentent-ils ce besoin viscéral de connaitre ses parents biologiques ? Les raisons de l'abandon ? Vit-on du manque ?

    C'est pas à pas,  lettre après lettre, révélation après révélation, pièce après pièce qui s’emboîtent les unes après les autres que le puzzle prend forme et que les raisons de Rose apparaissent au lecteur.

    Clarisse Sabard nous entraîne dans un petit village fictif, si parfaitement décrit  qu'on le croirait réel et non pas sorti de l'imaginaire de l'auteur (eh oui j'ai beau avoir cherché Aubery, mis à part un Château en Martinique, il n'existe pas) , bien que je pense que quelque part, ce genre de petite village existe.

    Les paysages sont particulièrement décrits, et le lecteur s'imagine bien loger à l'auberge, se promener sur les berges de la rivière. 

    La plume de l'auteure est fluide et poétique, brosse aussi bien les personnages que les décors. Elle est très plaisante et très addictive. Je sais déjà que d'autres de ses romans viendront grossir ma PAL.

    Le dénouement est prévisible, mais l'auteure s'en vient quand même à nous surprendre. Et c'est avec un petite pointe de regrets que j'abandonne, Lola, Jim, Tristan et toute la fratrie. 

     

     

    Extraits citations

     

    "Quel genre de personnes serais-je devenue si j'avais grandi ici, dans dl'ombre des fantômes du passé ?

     

    " Partir en quête de sa propre identité est souvent un voyage douloureux, qui nécessite de faire une halte dans le passé afin de mieux comprendre le présent."

     

    " Je me sens plutôt privilégiée, car bon nombre d'enfants  qui grandissent dans leur famille naturelle ignorent tout de leur historie, victimes d'un passé souvent condamné au silence par des secrets de famille souvent inavouables, honteux enterrés profondément  dans la mémoire de ceux qui ne vivent plus"

     

    " Rose se remémorait les actes commis par le passé et ce demandait ce qu'auraient été leurs vies si les choix des uns et des autres avaient été différents"

     

    " (...)  elle se demandait si la clé du bonheur n'était pas là ; se marier pour les apparences, à condition de pouvoir se donner corps et âme, en secret, à l'être véritablement aimé."

     

    "- J'ai compris que la vie est trop courte pour qu'on s'emmerde, Lola. On est là pour vivre, pas pour végéter en attendant de disparaître. Si non à quoi ça sert out ça ?"

     

    " J'ai 27 ans et enfin cette envie de me prendre en main, pas pour faire plaisir à quiconque, mais juste pour moi"

     

    "- (...) nous ne sommes que peu de chose, non ? Découvre qui tu es, mais n'y laisse pas tes ailes"

     

    "- (...) L'enfance c'est un ensemble de souvenir éphémères, que l'esprit retranscrit avec plus ou moins d'exactitude. Il ne reste de l'enfance que ce que nous voulons conserver, ma Louise"

     

    " Jamais il ne lui en voudrait de vouloir connaitre le plaisir dans les bras d'un autre, même si ce n'était pas moral"

     

    "Une voix me souffle toutefois que si l'on peut réparer le passé, on peut forcement apprendre à vivre avec sans regrets et aller de l'avant"

     

    "- (..) Il semblerait que des événements traumatiques peuvent affecter notre ADN en modifiant le cerveau et les comportements des générations futures"

     

    ® C. Sabard

     


    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 1er Septembre à 13:58
    LADY MARIANNE

    un bon billet avec la  présentation du roman et ton avis-
    bon samedi- bisous-

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :