• Saga familiale/Terroir

  •  

     

    Oceana : La terre du bout du mondeAngleterre, 1770. Susan Penhalligan accepte un mariage de raison pour sauver sa mère et son frère Billy de la misère. Mais son cœur est pris par Jonathan Cadwallader, parti courir les mers à bord de l’Endeavour du capitaine Cook.

    Quinze ans plus tard, Billy est déporté en Australie pour contrebande. De leur côté, Susan et son mari partent s’installer à Botany Bay, à quelques kilomètres du futur centre de Sydney, où l’Empire britannique a décidé de fonder une colonie. Ils y découvrent un continent fascinant ainsi que ses habitants, les aborigènes.

    Mais Susan est loin de se douter de tout ce qu’elle va devoir surmonter avant de pouvoir faire sienne cette terre du bout du monde…

     

     

     

     

     

     

    Oceana : La terre du bout du mondeTamara McKinley nous entraîne dans le passé Australien à travers les histoires parallèles de colons et d’autochtones. 

    L'histoire prend sa source dans les croyances et la culture aborigène et démarre au "temps du rêve"; puis bien plus tard lors de l’exploration du territoire Océanien par James Cook, célèbre navigateur, le premier à poser le pied en Australie, à qui l'on doit de nombreuses autres découvertes, nous retrouverons à ce moment là les descendants des autochtones qui croisent Jonathan, parti à l'aventure, puis bien plus tard Susan.

    Le volet historique est bien développé, la romance entre les deux personnages principaux issus de milieu différents intéressantes, suscite notre curiosité et l'on se laisse prendre par le coté addictif de l'intrigue. Curiosité qui incite à lire la suite, tant l'on suppose que le tome suivant va mettre en avant les personnages secondaires.

    Un moment plaisant de lecture, même si le chemin pris par l'auteure pour la romance entre Jonathan et Susan ne m'a pas convaincue à la fin. Je peine à considérer le comportement de Susan comme cohérent, tant  il ne correspond pas au  portrait de la femme qu'elle est devenue. Quant à Jonathan, même s'il tente de rattraper et justifier certains de ces actes, je ne suis pas parvenu à l’apprécier.

    Pour tout dire je ne me suis pas vraiment attachée aux protagonistes principaux. Et le roman manque de profondeur, d'émotions, à mon goût, mais pour autant se lit aisément, la plume de Tamara McKinley étant fluide et agréable et le récit titille la curiosité.

    Malgré les petits bémols, je vais poursuivre l'aventure curieuse de  découvrir ce qu'il va advenir, ou tout au moins j'espère que l'auteure me donnera les réponses, certains personnages relativement mis avant dans cet opus.

    Oceana : La terre du bout du monde

     

     

     

     

    Oceana : La terre du bout du mondeL'auteur:

    Nationalité : Australie
    Né(e) à : Launceston , le 25/02/1948

    Biographie :

    Tamara McKinley est née à Launceston, en Tasmanie qui est une île située au sud-est de la côte d'Australie.


    Elle est ensuite allée en Angleterre avec sa grand mère afin d'y finir ses études dans une école pour jeunes filles dans le Sussex.

    Les expériences de son enfance et les souvenirs de son incroyable grand-mère ainsi que ses deux extraordinaires grandes-tantes constituent la base de ses romans.

    Elle a commencé par écrire des thrillers psychologiques avant de retourner à ses racines en écrivant des sagas familiales ayant pour toile de fond l'installation des pionniers dans la brousse australienne.

    Elle publie notamment en 2003 "La dernière valse de Mathilda" traduit dans de nombreux pays.

    2 commentaires
  •  

    Les secrets de  Cloudesley LC1955. On dit qu’au manoir de Cloudesley l’ennui n’existe pas. Pourtant, ce lieu de faste et de beauté, Lillian Oberon rêve de le fuir. À vingt-six ans, la jeune femme n’arrive plus à maintenir les apparences d’une vie heureuse aux côtés du séduisant magnat et collectionneur Charles Oberon. Qu’est-elle réellement pour lui ? Une œuvre de plus à contempler ou une femme à aimer ? Mais le jour où le destin place sur son chemin un peintre passionné, une autre vie semble possible…
    Soixante ans plus tard, de la splendide demeure ne reste qu’une bâtisse en ruines. De retour à Cloudesley pour veiller sur Lillian, sa grand-mère adorée, Maggie Oberon fait une promesse : sauver l’héritage familial. Mais comment affronter les créanciers ? Et, surtout, comment la jeune femme, aux prises avec ses erreurs passées, pourra-t-elle gérer seule le domaine ?
    Maggie ignore qu’entre les murs décrépis de la vieille maison se cache un trésor inestimable. Et un terrible secret, qui pèse sur elle et sur Lillian…

    Editeur : Cercle Belfond
    Collection :  Romance contemporaine
    Date de sortie : 3/10/2019
    Prix du livre papier :  Broché : 20,00€  
    Version numérique: 13,90€
    Nombre de pages :  368

     

    Les secrets de  Cloudesley LC 

    Une énième histoire de famille et de ses secrets, dirions-nous. Rien de bien original au prime abord.

    Cependant Hannah Richell parvient à captiver le lecteur avec cette intrigue particulièrement menée dans laquelle s’entremêlent l'histoire de 2 femmes intrinsèquement liées. 

    Le récit oscille entre présent et passé pour chacune des protagonistes et chemin faisant nous découvrons des secrets bien gardés . 

     Dans ce paysage enchanteur, derrière les portes closes tout n'est pas ce qu'il parait.  On s'interroge sur les motivations de Charles lorsqu'il épouse en seconde noces Lillian.  L'on n'en jamais la certitude, cependant on présume que la jeune femme n'est autre qu'un objet de plus dans sa collection privée, qu'il aime exhiber.

    Au fil des chapitres, l'on s'attache aux personnages de Lillian à Maggie en passant par Albie, sans oublier Jack bien sûr. Leurs personnalités sont abouties et l'on comprend les difficultés de la jeune femme et sa vision de l'amour et de ses contraintes, ainsi que ses engagements et promesses. Quant à Maggie, ses craintes sont perceptibles, et son propre passé influe sur son manque de confiance et accentue ses faiblesses.

    L'auteure aborde divers sujets douloureux, habilement et pudiquement traités, tel que l’abandon, l'amour impossible, les choix, le sens du devoir, interroge sur la décision de Lillian et ses raisons et émeut sur un  des sujets très contemporain, que j'éviterais de mentionner, étant une de ces choses inavouables que Lillian s'est efforcée de taire, même à sa petite fille. Qu'aurions nous fait à sa place ?

    Outre les secrets de Cloudesley, la maison est un des personnages principal du roman. Pour beaucoup, comme Albie par exemple, il peut sembler surprenant que cette demeure, lieux de souvenirs tristes, puisse avoir autant d'importance. Il faut pour cela comprendre la valeur sentimentale que peut avoir un lieu de vie pour de nombreuses personnes. L'on comprendra au fur et à mesure de l'avancée de l'histoire les raisons du sentimentalisme exacerbé qu'elle fait éprouver aux deux femmes pour des raisons, néanmoins, différentes.

    Lillian vit-elle dans les regrets de ses décisions dictées par le devoir et par amour ?  Probablement. Mais l'auteure laisse le choix au lecteur de l'imaginer. Mais bien sûr on penche pour des regrets, même si dans d'autres circonstances Maggie ne serait pas entrée dans sa vie. L'éternel et si qui nous hante tous reste un thème que l'on peut décliner à l'infini. Notre Maggie n'y échappe pas.

    Maggie  aura-t-elle le courage de mener sa vie en profitant de l'instant présent et se pardonner ses erreurs, en suivant les conseils de sa grand-mère qui au crépuscule de sa vie pose un regard empreint de sagesse sur sa vie passée dans un cache dorée à l'instar des oiseaux en cage ?  C'est un peu le point commun entre ces deux femmes. Et cette relation est touchante, et rend le roman émouvant.

    Hannah Richell parvient à traduire par ses mots l'ambiance étouffante de cette maison, dans laquelle l'amour est absent. Elle nous intrigue à travers les passages de ces yeux qui voient tout et l'on s'interroge sur les sentiments d'un certains personnage secondaire.  L'auteure laisse planer le mystère. On se questionnera également sur la relation de Charles avec sa première femme et j'avoue que j'aurais aimé qu' Hannah Richell approfondisse ce sujet.

    Le dénouement est plutôt surprenant et laisse la porte ouverte sur l'avenir de Maggie.

    Le style de l'auteur est fluide et plaisant, elle brosse avec justesse les émotions et sentiments des protagonistes et nous plonge dans l'atmosphère si typiquement british, tant et si bien que l'on s'imagine dans la campagne anglaise. Personnellement j'adore. 

    Une fois de plus, grâce au Cercle Belfond j'ai découvert une auteure à la plume sensible, qui parvient à sublimer un histoire somme toute banale, tant les romans de saga familiale et de secrets abonde en littérature.

    Je remercie également ma binôme, sans laquelle je ne me serais pas penchée sur ce roman au prime abord. 

    Coup de cœur pour ce roman qui pose de nombreuses questions existentielles avec les regrets, les choix de vie, le devoir,  les sacrifices, avec l'amour au centre du débat. 

     

    Les secrets de  Cloudesley LC

     

     

    Les secrets de  Cloudesley LCL’auteur :

    Nationalité : Royaume-Uni

    Biographie :

    Hannah Richell est née dans le Kent et a passé son enfance dans les régions rurales d'Angleterre.
    Après avoir été diplômé de l'Université de Nottingham en 1998 Hannah a travaillé dans l'industrie du livre, avant d'émigrer en Australie à la fin de l'année 2005.

     

     

    Extraits citations 

     

     

    "- Le véritable amour, celui qui change votre vie et rare. Quand on le trouve, il faut se battre pour l'avoir."

     

    "- (..) Je crois qu'il vaut mieux vivre une vie de passions que passe sa vie à regretter" 

     

    " C'est la vie qu'elle a vécu, peut-être celle qu'elle a choisie."

     

    " En voyant son reflet, elle se demander  si le moment n'est pas venue d’accepter tout ces moments et toutes ses versions d'elle même, tout ce qui compose sa vie"

     

    "-Tout ce que tu aimes en moi sont précisément les raisons pour les quelles je dois  rester." 

     

    "Parfois fuir est la bonne réponse parce qu'on sait que se sera mieux pour les gens que l'on laisse derrière nous"

     

    "- c'est un merveilleux sentiment de liberté quand on réussit à se  débarrasser des choses du passé qui  pesaient sur nous "

     

    "-(...)Pourquoi ne vis tu pas ta vie ? Tu es comme Lilian enfermée dans une cage. Envoles-toi !"

     

    " -C'est vraiment un drôle de phénomène  : l'oiseau en cage  a tellement l'habitude de vivre derrière des barreaux que quand la porte s'ouvre enfin; il refuse de s'envoler"

     

    "- Eh bien voila. L'angoisse, c'est la peur de ce qui ne s'est pas encore arrivé, et c'est souvent ce que 'on ne contrôle pas"

     

    "-(..) Parfois, j'ai l'impressions que les promesses que 'on se fait l'un à l'autre par amour peuvent devenir des chaines  "

     

    " J'avais 21 ans et je croyais que l'amour, c'st un homme à genoux avec une bague en diamant"

     

    " "-Mais la différence c'est que contrairement aux lys,  aux paons ou même aux femmes, l'art de vieillit pas . un tableau reste  beau pour toujours. 

     

    " -(..) La beauté nous distrait de  tout ce qui trivial et nous fait ressentir des choses. Elle nous rappelle que nous sommes en vie" 


    1 commentaire
  •  

    Que penser quand les mythes et légendes autour des Pléiades font aussi partie des croyances ancestrales des Aborigènes australiens ? 

    Les 7 sœurs : La sœur à la perle LC Synopsis :

    CeCe d'Aplièse ne s'est jamais vraiment sentie à sa place. Et à la suite du décès de son père adoptif, l'excentrique milliardaire Pa Salt surnommé ainsi par ses filles, adoptées aux quatre coins du monde elle se retrouve complètement perdue. 
    Désespérée, n'ayant que les quelques indices laissés par son père, une photographie en noir et blanc et le nom d'une pionnière ayant traversé le monde, CeCe part à la recherche de ses origines... jusque dans la chaleur et la poussière du centre rouge de l'Australie. 

     

     Editeur :  Charleston
    Genre: Littérature contemporaine Saga familiale.
    Date de sortie: 13/3/2018
    Prix du livre papier :  Broché : 22,50€ 
    Version numérique:  3,99€ Version audio : 27,95
    Nombre de pages: 592

     

     

     Mon avis :

    Dans les pas de CeCe, la sœur bienveillante qui partage la vie de sa sœur depuis qu'elles ont été adoptées à quelques mois d'écart,que nous découvrons l’immense continent Australien, des bords de mer à l'Outback Australien.

    Spoliés de leurs terres, traités comme des sous-hommes par l'aristocratie colonisatrice, les Aborigènes Australiens, ont retrouvés depuis peu un semblant d'identité. C'est entre passé et présent que nous croiserons certains personnages sortis de l'imaginaire de Lucinda Riley qui nous réserve encore quelques surprises quant au personnage de CeCe et que l'auteure s'attache à nous faire découvrir les conditions de vie du peuple autochotone.

    On est loin de l'image forte et déterminée, veillant sur sa sœur dans les précédents opus. Nous soupçonnions cependant dès le tome précédent que tout n'était pas ce qui semblait, à savoir qui de Star ou de CeCe avait réellement besoin de l'autre. 

    Lors d'une des étapes de son périple, la jeune fille va faire une rencontre et le destin de cette personne va en être bouleversé. C'est bien malgré elle que CeCe se trouver impliquée dans un drame alors qu'elle ignorait l'identité d' Ace,un jeune homme qui l'aidera dans un premier temps sur le chemin de sa quête identitaire.

    Un pas après l'autre elle découvrira son histoire, mêlée à celle d'une jeune femme célèbre ayant vécu 100 ans plus tôt, personnage fictif créé de toutes pièces, au profil de battante comme les aime Lucinda Riley.  

    L'auteure nous fait vibrer dans cette histoire romanesque du temps passé, avec  des drames amoureux, et autres, pour nous émouvoir . On pourrait penser , qu'au bout de 4 tomes la trame identique, tissée par l'auteure devienne monotone et  ennuyeuse. Il n'en est rien, car Lucinda Riley crée des histoires de vie plausibles et toujours différentes, dans contextes sociaux et politiques de la période choisie. C'est l'univers perlier du début du XXe siècle que nous dépeint l'auteure  de manière maîtrisée. Puis elle ne peut s'empêcher de mêler à cette romance plus ou moins historique un personnage célèbre Albert Namatjira, célèbre peintre aborigène, dont le rôle est cependant très secondaire.

    Cependant cette-fois les choix de Kitty, nous semblent assez contestables. De ses décisions découleront un effet papillon qui bouleversera la vie de son entourage. J'avoue que je ne les ais pas vraiment comprises, et que l'impact sur celle de  Drumond m'a passablement fait détester le personnage de Kitty pour compatir sur celui du jeune homme. Pour des raisons similaires, on lui en veut un peu d'un positionnement peu marqué pour la cause arborigène et son intérêt croissant pour son statut social et celui de ses héritiers.

    Coté romance contemporaine concernant la protagoniste principal, Lucinda Riley va nous étonner. Quant aux raisons des mystérieuses adoptions, hasard ou choix délibéré, l'énigme est bien loin de s'éclaircir. Pa Salt, le père de ces enfants au passé peu ordinaire reste toujours aussi indéfinissable, et ses motivations intrigantes.

    Un tome addictif avec les aventures de CeCe et celles de ces ancêtres dans un pays aux croyances, remontant à la nuit des temps, et  qui ressemblent à  celles d’autres habitants de la planète. Alors que les peuplades de la Terre vivaient très éloignées les unes les autres, avec peu de moyen de communication entre elles. Comment le mythe des 7 sœurs peut il tenir une place importante sur tous les continents de la planète ?

    Lucinda Riley est une merveilleuse conteuse, elle invente pour nous des personnages aux personnalités abouties. Je lui reprocherais néanmoins de survoler l'âge des protagonistes hommes, particulièrement ceux du passé. Ici encore je n'arrive pas à savoir quel âge peuvent avoir les jumeaux. C'est récurrent dans les romans de l'auteure, pour autant elle cible bien celui de ses personnages femmes.

    Une saga qui vous tient en haleine des tomes toujours aussi addictifs qui vous tiennent éveillé longtemps.

     

    L'auteur :

    Lucinda Riley est née en Irlande. Après une carrière d’actrice (cinéma, théâtre et télévision), elle écrit son premier roman à l’âge de vingt-quatre ans. Ses livres ont été traduits dans plus de trente langues, et se sont vendus à treize millions d’exemplaires dans le monde. Elle est dans la liste des auteurs best-sellers du New York Times et du Sunday Times.

     

    Le détail :

    Dans ce tome Lucinda Riley  parvient à nouveau à faire le lien avec Les Pléiades. Après nous fait découvrir les cascades des 7 sœurs en Norvège, elle nous fait partager un pan des croyances aborigènes en lien avec un conte sur les Pléiades et plus spécialement sur Mérope, la 7e soeur, celle qui n'a jamais rejoint la famille Apliese.  

     

    La parenthèse : 

    Le tome 5 ne sera publié qu'en mars 2019. Il concerne Tiggy. Quel pays va nous faire découvrir Lucinda Riley et quels personnages réels allons nous rencontrer  ? Il va falloir faire preuve de patience.

     

    Une très belle histoire, qui nous tient en haleine. Mais pas un coup de coeur. 

     

    Les 7 sœurs : La sœur à la perle LC

     

     

     

    Avec Gaelle


    1 commentaire
  • Les 7 soeurs : La soeur de l'ombre LCSynopsis :

     Star d'Aplièse est à un carrefour de sa vie après le décès brutal de son père bien-aimé, le millionnaire excentrique surnommé Pa Salt par ses six filles, toutes adoptées aux quatre coins du monde. Il leur a laissé à chacune un indice sur leurs origines, mais Star, la plus énigmatique, hésite à sortir du cocon qu'elle s’est créé avec sa soeur CeCe.

    Flora est tiraillée entre un amour passionnel et ses devoirs envers sa famille, mais arrive à trouver sa place sur l'échiquier – qui comporte des règles que seuls certains connaissent, jusqu’à ce qu'un mystérieux gentleman lui révèle ce qu'elle a cherché durant toute sa vie...

    Editeur :  Charleston
    Genre: 
    Littérature contemporaine Saga familiale.
    Date de sortie: 
    7/4/2017
    Prix du livre papier :  B
    roché : 22,50€ Poche : 9,50€
    Version numérique:  
    5,99€
    Nombre de pages: 
    784

     

     

    Mon avis

     Star, la plus introvertie des filles Apliese, qui entretient une relation fusionnelle avec sa jumelle de cœur CeCe va nous surprendre. Sans crier gare elle va se lancer dans sa quête identitaire et évoluer au fil des rencontres.

    Comme dans les opus précédents, l'auteure nous transporte dans les siècles passés nous narrant l’histoire des  ancêtres femmes de nos héroïnes, toutes au destin amoureux  dramatique.

    C'est dans  l'époque Edouardienne, aux airs de Jane Austen,  que nous plonge Lucinda Riley. Il faut au lecteur s'en imprégner pour saisir le romanesque de l'histoire. Sans cela, il pourrait trouver certaines situations rocambolesques et peu crédibles.  C'est entre secrets, non dits, mensonges, qu'évolue l'intrigue. Une fois de plus l'auteure mêle protagonistes fictifs et d'autres ayant réellement existé, même si, ici, ceux sont plutôt  des personnages secondaires. Nous y rencontrons donc des personnages célèbres tel que le roi Edouard VII et une de ces maîtresses, Alice Kepel, des écrivaines  poétesses célèbres qui ont défrayé la  chronique par leur homosexualité plus ou moins affichée, et une auteure de contes pour enfants dont j'ignorais totalement l'existence. De quoi s'instruire à travers un roman particulièrement documenté que nous offre Lucinda Riley.

    L'auteure brosse, une fois de plus, le portrait de femmes luttant dans un milieu conventionnel et hypocrite. Tout le monde sait ce qui se passe derrière les portes closes, cependant il est de bon ton de tenir son rang. C'est  dans un milieu très aristocratique qu'évolue Flora, l'autre personnage principal de cette romance.

    L'auteure ne nous facile pas la tache tandis que l'on cherche à assembler les pièces du puzzle et insérer la pièce "Star". Les liens entre les protagonistes du présent sont bien peu évidents. Une fois de plus Pa Salt donne des indices des plus intrigants à notre héroïne. Le mystère autour du père adoptif persiste, tandis que les éléments et la romance contemporaine se met en place progressivement.

    On pourrait imaginer se lasser devant un mode constructif identique à tous les tomes de la saga, mais il n'en est rien. Lucinda Riley parvient toujours à nous surprendre, et nous attacher à  ses personnages, ceux du passé, comme ceux du présent. C'est la force des hommes et femmes du roman qui fait le succès de la saga, quel que soit le tome. 

    Les histoires narrés sont addictives et passionnantes du fait des secrets qui nous sont dévoilés. Les rebondissements sont inattendus. Ce tome est peu moins émouvant que les précédents, cependant le lecteur reste sous le charme de la plume constante de l'auteur  qui nous promène dans des univers géographiques sans cesse différents que nous visualisons aisément grâce aux descriptifs auxquels s'attache l'auteur . De même la personnalité de Star se dévoile au fil des pages évoluant et préparant ainsi l'entrée en scène de la sœur à la perle avec des répercussions évidentes liée au détachement progressif de la jeune femme et son attachement soudain à des personnes extérieures au  monde étroit dans lequel elle évoluait.

    Malgré une romance assez classique qui s'achève comme l'on s'y attend, chaque sœur de la Pléiade reste unique et le mystère autour du père stimule notre imagination. Mais ce n'est pas de sitôt que nous en aurons la résolution.

    Un tome moins intense que les précédents mais des protagonistes attachants parmi les personnages secondaires qui ont su me séduire et m'émouvoir. 

     

    L'auteur :

    Lucinda Riley est née en Irlande. Après une carrière d’actrice (cinéma, théâtre et télévision), elle écrit son premier roman à l’âge de vingt-quatre ans. Ses livres ont été traduits dans plus de trente langues, et se sont vendus à treize millions d’exemplaires dans le monde. Elle est dans la liste des auteurs best-sellers du New York Times et du Sunday Times.

     

    Le détail :

    Dans cette saga, mais dans ses autres romans aussi, l'auteur  s'attache  à mettre en avant des générations de femmes courageuses et tenaces qui combattent les préjugés racistes et sexistes et qui s'efforcent de prendre un départ, se lançant dans des défis  pour avancer. Celles du passé, sont confrontées à de nombreuses difficultés, se battant pour leur liberté qu'elles soient physique ou de pensée. Le féminisme chez Lucinda Riley ne se traduit pas forcement par le besoin de s'affranchir des hommes, car la romance tient une grande place dans les aventures qu'elle fait vivre à se héroïnes.

     

    La parenthèse : 

    Les quatre premiers tomes de la série, Les Sept SœursLa Sœur de la tempête, La Sœur de l’ombre et La Sœur à la perle ont tous été n°1 des best-sellers dans toute l’Europe. Les droits pour une série télévisée de plusieurs saisons ont été négociés avec une agence de production de Hollywood.

    Pour info, il n'est pas impératif de commencer par le premier tome, même si bien sur c'est préférable, car dans chaque opus, l'auteure revient sur les événements  concernant la mort du père et permet de comprendre l'intrigue.

    Pour parvenir au terme de cette saga, il faut s'armer de patience, le tome 5 ne sera publié qu'en mars 2019, au rythme d'une publication par an il nous faudra attendre, je présume 2021 pour connaitre  le dénouement de cette saga.

     

     

    Les 7 soeurs : La soeur de l'ombre LC

     

     Avec Gaëlle

     

     

     


    1 commentaire
  • Les 7 soeurs : T1 Maïa LCÀ la mort de leur père, énigmatique milliardaire qui les a adoptées aux quatre coins du monde lorsqu'elles étaient bébés, Maia d'Aplièse et ses soeurs se retrouvent dans la maison de leur enfance, Atlantis, un magnifique château sur les bords du lac de Genève.Pour héritage, elles reçoivent chacune un mystérieux indice qui leur permettra peut-être de percer le secret de leurs origines. La piste de Maia la conduit au-delà des océans, dans un manoir en ruines sur les collines de Rio de Janeiro, au Brésil. C'est là que son histoire a commencé… Secrets enfouis et destins brisés : ce que Maia découvre va bouleverser sa vie.

     

    Editeur :  Charleston
    Genre: Litterature contemporaine Saga familiale.
    Date de sortie: 6/5/2016
    Prix du livre papier :  Broché : en rupture de stock€ Poche : 8,90€
    Version numérique:  9,99€
    Nombre de pages: 513

     

     

     

    Les 7 soeurs : T1 Maïa LCAprès la lecture de La jeune fille sur la falaise, nous avions décidé de lire d'autres romans de  Lucinda Riley, auteure très sympathique rencontrée au Salon du livres 2017.  Je ne m'attendais pas à une saga en 7 tomes quand j'ai envisagé de lire les 7 soeurs en LC avec ma binôme qui gère le bock-jar. Je ne m'attendais pas non plus à le dévorer.

    Si j'aime tous les genres littéraires, j'ai un petit faible pour les sagas familiales qui nous plongent dans le passé et mettent en avant les femmes.

    Dans La jeune fille sur la falaise, l'auteure s'attache justement au statut des femmes au siècle dernier et l'évolution de la place de la femme dans la société. Pas toujours évident. Elle reprend, ici, la même trame et insiste sur l'importance des origines pour tout un chacun, mais aussi sur celles des  parents d'adoption. Et de se poser ces questions : qui sont véritablement nos parents ? Ceux qui nous mettent au monde, ou ceux qui nous élèvent et nous chérissent ? Peut-on vivre sans connaitre nos origines ? 

    Dans ce premier opus, Lucinda Riley nous présente la fratrie composé de 6 sœurs et non pas 7 comme l'annonce le titre, suscitant rapidement notre curiosité. Le père qui vient de décéder est un personnage très énigmatique que même ses propres filles ne connaissent pas vraiment. Quel secret cache cet homme mystérieux qui a adopté, élevé, aimé des enfants ramenés de ses voyages autour du monde à qui il a donné les noms des Pléiades. Une petite leçon d’astronomie et de mythologie s'impose et le lecteur de se demander pourquoi ce choix saugrenu. Nous avons donc, de la plus âgée à la plus jeune :  Maïa,  Ally, pour Alcyone, Star pour Aspérode, CeCe pour Célono qui n'ont que quelques mois d'écart et se comportent comme des jumelles, Tiggy pour Teygete, Electre la benjamine. Une Mérope manque à l'appel et pourtant son nom apparaît sur la sphère armillaire, objet d'une grande importance dans cette énigme. Et de nous poser cette autre question : pourquoi Pa Salt n'a-t-il adopté que des filles ?

    Beaucoup de questions, il ne manque plus que  les réponses . L'auteure nous révélera quelques indices pour les trouver alors que nous suivons Maïa dans la quête de sa famille. 

    L'ambiance est magique, un peu féerique, avec le refuge et lieu de vie de nos protagonistes, au nom mythique d' Atlantis, des références à la mythologie, et l'auteure en fin de roman nous surprend avec ses explications sur certains de ses choix et nous renvoi sur son site, dans lequel on en apprend beaucoup sur la conception de cette saga. Pour les curieux c'est par ICI   

    Vous l'aurez compris, ce roman est ludique et éducatif. Lucinda Riley ne fait pas les choses à moitié. Elle mêle personnages fictifs à personnages ayant existé et nous transporte dans le passé  à travers un voyage au Brésil à l'époque contemporaine et celle de la construction du Christ Redempteur qui surplombe Rio. Tout ceci ne fait qu’aiguiser  ma curiosité et ma soif  de connaissances. 

     C'est aussi à Paris dans les quartiers populaires, à la Closerie des Lilas, quelle nous fait rencontrer des artistes célèbres, écrivains, musiciens, sculpteurs, peintres...  J'avoue avoir été surprise de trouver ce restaurant en plein coeur de Montparnasse alors quartier artistique, alors que je l'imaginais à Montmartre.

    C'est à travers les lettres de son arrière-grand-mère que Maïa va nous ouvrir la porte sur la condition féminine dans les années 1920. Une époque à laquelle elles n'avaient pas droit au chapitre, d'abord sous la coupe du père pour passer à celle du mari. L'amour n'a pas sa place dans les projets de mariage. Encore moins quand on fait partie des nantis, soit par la fortune, soit par les origines aristocratiques.

    Nous rencontrons donc Izabel, une jeune fille de 18 ans qui va être sacrifié à l'autel de la position sociale, auprès d'un mari aimant, mais qu'elle n'aime pas en retour, puisque son cœur est pris ailleurs. Romance classique mais touchante  et vraisemblable sous la plume de Lucinda Riley, en tenant compte du contexte historique dans laquelle elle la situe. On note un remarquable travail de recherche qui donne toute sa crédibilité à l'aventure avec le contexte social et politique, le décor et les ambiances Brésiliennes tant passés que contemporaine pour les chapitres au présent et la romance de Maïa avec Floriano son bel écrivain et historien qui l'aide dans sa quête.  Alors on se promène sur la plage d'Ipanema, découvrons le site du plus célèbre monument du Brésil, l'ambiance festive des quartiers, les favelas... à la fois dans les pas de Maïa, mais de ses ancêtres aussi.

    Dans cet opus l'auteur s'attache à nous donner un aperçu des personnalités de ses héroïnes, toutes uniques et semblables à la fois, déterminées qu'elles soient du présent où du passé et là encore, on devine l'attachement de Lucinda Riley à ces femmes d'hier qui se sont battues contre les préjugés sexistes du passé et grâce auxquelles la condition féminine a progressé. Cependant l'amour y tient une grande place, on perçoit sa quête infinie et les conséquences quand il est perdu. C'est l'histoire d' Izabel mais aussi de Gustavo. 

    Qu'en sera-t-il de l'histoire d'amour de Maïa ? Trouvera-t-elle le bonheur et la paix maintenant qu'elle a partagé son sombre secret ?

    Le dénouement ouvre la porte à l'opus concernant Ally. Mais certains mystères planent encore en ce qui concerne l'identité de Pa Salt, des raisons de ces adoptions,bien plus encore maintenant que j'ai découvert les aventures de Maïa, et quelques petits points de détails me titillent. J'ai besoin de quelques confirmations sur des hypothèses. Mais je crains qu'il ne me faille aller au bout de la saga pour  découvrir ce mystère. Je suis persuadée que Lucinda Riley va nous offrir quelques éléments au court des tomes suivants pour en découvrir l'issue finale.

    Un coup de cœur pour ce premier tome d'une saga magistralement menée, éducative, ludique entre monde fictif et réel, magie féerie et mystère. Une saga particulièrement romantique  avec plusieurs thématiques sérieuses dont la perte d'un être cher et autres tout aussi  sérieuses... qui se dévore. J'espère que les autres opus seront à la hauteur de celui-ci, j'ai toujours crainte que les histoires s'épuisent et que mon intérêt s’amenuise au fil des tomes. C'est toujours un risque dans de longue saga comme celle-ci.

     

    Les 7 soeurs : T1 Maïa LC

     

     

     

     Avec Gaelle

     

    Extraits citations

     

    " - (...) N'oubliez  pas cependant, que tout comme les parents ne choisissent  pas leurs enfants, les enfants non plus ne choisissent pas leurs parents "

     

    "- (...) Mais rappelez-vous que vous aussi vous avez été  adoptée, querida. Est-ce que vous en avez souffert ? -

    -Non, parce que j' n'ai jamais connu d'autre vie "

     

    "- nos erreurs nous paraissent plus terrible que celles des autres, parce que nous ne nous pardonnons pas de les avoir commises "

     

    "- (...) voyez vous mademoiselle Izabela, le mot d'ordre de tous les artistes à Paris, c'est d'être simplement soi- même.Nous rejetons notre passé et vivons uniquement le présent. Nous nous défissions par notre talent, pas par notre lignée"

     

    "-( ...)  vous me manquerez chaque jour, mais je comprends aussi qu'o ne peut pas garder les beaux oiseaux dans une cage. Si on les aime, il faut les libérer "

     

    "- (...) Et n'oublie jamais, il est important que l'homme soit amoureux de la femme et non l'inverse"

     

    "- (...) j'ai 6 chefs d'oeuvre, mes filles et cela me suffit. C'est tout ce qui vaut la peine d'être gardé précieusement. Ceux que l'on aime sont irremplaçables, Maïa. Tu ne l'oublieras pas, n'est-ce pas ?

     

    "- Maïa a-t-elle repris, tu sais qu'il n'est pas parti. L'âme ne meurt jamais, elle va simplement dans une autre monde"

     

    © L. Riley


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique