• Outlander T 4 : Les tambours de l'automne

     Outlander  T 4 : Les tambours de l'automneÉchoués sur les rivages de la Caroline du Sud en l'an de grâce 1767, Claire et Jamie Fraser, les voyageurs du temps, se lancent à la découverte de l'Amérique coloniale à l'aube de sa guerre d'Indépendance. La vie leur appartient désormais puisque Brianna, leur fille, vit en sécurité - du moins le croient-ils - dans un futur lourd de périls. Ils façonneront donc leur existence comme ils l'entendent, en prenant un nouveau départ avec un groupe d'Écossais exilés au Nouveau Monde pour fuir l'oppression de la Couronne anglaise. Mais l'Histoire n'épargne personne... Lorsque Brianna les rejoint dans le passé, même les montagnes isolées dans lesquelles ils ont trouvé refuge ne peuvent protéger, les Fraser, car la jeune femme arrive du XXe siècle investie d'une double mission retrouver la mère qu'elle a perdue et un père qu'elle ne connaît pas et, surtout, les sauver d'un avenir tragique dont elle seule détient la clé. Avant que les portes du temps ne se referment sur eux... Dans ce quatrième volet de la saga " Le Cercle de pierre ", Diana Gabaldon explore avec humour et passion les mythes de la naissance de la nation américaine, juxtaposant avec virtuosité le premier vol habité sur la Lune et la conquête de l'Ouest, le puritanisme des pères pèlerins et la révolution sexuelle.

    Editeur : J'ai lu
    Genre: Romance  historique
    Date de sortie: 25/04/2015
    Prix du livre papier :  Semi-Poche : 16,00€
    Version numérique: 11,99 €
    Nb de pages : 1040

     

    Outlander  T 4 : Les tambours de l'automneJ'avoue, j'avoue, j'ai un vrai cœur de midinette. Eh oui je suis totalement sous le charme de Jamie et de fait je pardonne à l'auteure les quelques faiblesses de sa saga. Le mot faiblesse est un peu pas le mot juste.

    Son roman historique est parfaitement documenté et les descriptions des us et coutumes, des conditions de vie au XVIIIe siècle, très détaillées. Tout y est : tenue vestimentaires, domaine médical, ... Ce n'est pas ce qui me rebute, c'est très enrichissant. Cependant habituée à de l'action, j'ai trouvé le début un peu lent, tout comme dans le précédent tome.  Certes il n'est pas facile de maintenir le rythme sur de longues périodes et tenir le lecteur en haleine en permanence. Le tout autour d'une histoire d'amour passionnelle, hors du commun.

    Mais Diane Gabaldon est talentueuse et trouve le moyen de relancer son récit et nous passionner a nouveau autour des aventures simultanées du couple  Jamie/ Claire et Briana/Roger.   

    Nous nous promenons donc entre passé et présent (enfin le  présent de 1968) et le suspens est au rendez-vous. Les interrogations pleuvent et je ne peux les dévoiler sans spolier le roman. De ce fait la lecture devient addictive et l'on ne parvient plus à quitter la famille Fraser tant on s’inquiète pour les protagonistes de la tribu. Les rebondissements sont très inattendus.

    En parallèle l'auteure brosse avec justesse le portrait des migrants de la vie dans ce nouveau monde qui deviendra plus tard un état indépendant et puissant. Nous partageons la vie de ces ascendants américains, découvrons l'esclavage, les relations entre colons et autochtones. La guerre d'indépendance se profile à l'horizon et on ne doute pas que la famille Fraser va se trouver prise dans la mêlée dans les tomes suivants.  

    Le travail de l'auteure est colossal, elle maintient, tome après tome, le lecteur sous le charme des héros.  Oui une fois sous le charme de Jamie et Claire vous êtes fichu.

    Diane Gabaldon est une magicienne qui vous envoûte avec ses mots, son style, ses personnages bien campés  qu'elle entraîne dans des aventures inimaginables. C'est parfois un peu too much, limite incohérent. Oui elle pèche un peu par excès parfois. Mais elle trouve moyen de me rendre indulgente, car l' histoire est captivante, éducative et très belle.

    Le personnage de Briana apporte une touche nouvelle à l'intrigue. Son caractère et sa personnalité de femme moderne suscite des relations vives et amusantes. Car l'humour est omniprésent dans ce récit. Mais Diane Gabaldon joue bien la carte émotion, c'est une virtuose dans ce domaine.

    Presque un coup de coeur.

     

    Le détail :

    Dans ce tome nous sommes bien loin des Highlands mais dans des contrées toutes aussi sauvage, à l'aube de la création d'une toute nouvelle nation. Le contexte géo-politique y bien développé, tout comme les conditions de vie des colons et de leur parcours laborieux entre la terre natale et l' Amérique, aux prises à des spéculateurs, des pirates totalement déshumanisés. L'auteure aborde les problèmes de cohabitation entre les migrants, les bagnards plus ou moins en esclavage, les esclaves eux même et les autochtones. Une toile de fond très passionnante.

     

    La parenthèse : 

    Rares sont les interprétations cinématographiques qui collent au roman. En tant que lecteur on est souvent déçu du choix des acteurs, tant on se les imagine.

    Pour la petite histoire Diane Gabaldon n'a pas du tout apprécié le choix de interprète de Jamie : Sam Heugan. Pour elle ce n'était pas Jamie. elle le trouvait grotesque . Depuis son opinion a changé. L'acteur retenu pour le casting est un véritable caméléon et toutes les émotions passent par son visage. Souvent sur le plateau elle est souvent taquinée par Sam : Alors étais-je grotesque ?

     

    Outlander  T 4 : Les tambours de l'automne

     

    Extraits citations

     

    " Il était cultivé, tolérant et généreux. Mais cela ne signifiait pas qu'il partageait  ou comprenait les sensibilités du XXe siècle.

     

    "- que veux-tu ? répliquai-je. Si Marc Aurèle avait décrit comment traquer le porc-épic, il aurait sans doute eu des lecteurs plus assidus"

     

    "-tu es mon courage, Sassenenach, et je suis ta conscience. Tu es mon cœur... et je suis ta compassion. Aucun de ne nous ne serait complet sans l'autre. Tu ne le sais donc toujours pas ?"

     

    " Guerrier et fermier à la fois. La ferme sous ses pieds n'était peut-être pas celle es Highlands, mais il respirait  un air pur et c’était le vent de la montagne qui agitait ses cheveux cuivrés sous le soleil"

     

    "non le passé s'enroulait sur lui même comme un serpent mais ne pouvait être modifié"

     

    "- ou tu ira j'irai, murmurai-je. Ton toit sera mon toit, ton peuple, mon peuple, ton dieu, mon dieu. Où tu mourras, je mourrai, et là,  je serais enterrée. Qu'il s'agisse d'une colline écossaise où d'une forêt américaine. Fais ce que tu as à faire Jamie. je serai toujours là."

     

    ""- Tu ne comprends  donc pas Claire ?  J'aurais voulu déposer le monde à tes pieds... et je n'ai rein à te donner !

     

    "- mais non, tu es l'homme le meilleur que je connaisse, mais.. personne ne peut décider pour deux. On ne peut pas imposer à un autre ce qu'on croit bon pour lui "

     

    " Oui Jamie avait besoin d'hommes. Des hommes à diriger, à protéger, à défendre, et à mener au combat. Mais pas à protéger."

     

    © D. Gabaldon

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 20 Février à 10:51

    Merci pour ton ressenti.
    Je ne suis pas du tout attirée par cette saga, mais il en faut pour tout le monde.
    Bonne journée

    2
    Mercredi 20 Février à 12:46
    LADY MARIANNE

    en fin ce compte--- un coup de coeur !!
    ton avis est bien expliqué-- raisonné-
    bravo tu es une pro- Bises-

    3
    Gaelle
    Vendredi 22 Février à 12:06
    Je vais me lancer dans le tome 2 mais j’avoue que j’ai peur de voir comment elle garde en haleine ses lecteurs sur autant de tomes.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :