•  

    Quand tu suis ta binôme alors qu'elle annonce la couleur... ou parce qu'elle l'annonce justement...

     

    The Blackdone Affair : Ne résiste pas LCEx-soldat des forces spéciales britanniques reconverti en agent de sécurité VIP, Ethan Blackstone reçoit d’un ancien partenaire de poker une demande inédite : protéger sa fille, qu’il pense en danger. Ethan refuse tout d’abord la mission. Mais quand il reçoit une photo de Brynne Bennett, il change immédiatement d’avis, subjugué par sa beauté.
    La jeune femme a quitté les États-Unis pour poursuivre ses études d’art à Londres. Si sa vie est en apparence idyllique, Brynne cache pourtant une part d’ombre.
    Quand Ethan et Brynne se rencontrent, l’attraction est immédiate, magnétique... Irrésistible. Jusqu’au jour où elle découvre qu’Ethan lui a menti depuis le début.

     

    Editeur : Presse de la Cité
    Genre: New Adult 
    Date de sortie: 4/5/2017
    Prix du livre papier : 17€
    Version numérique: 
    Nombre de pages :  560

     

    The Blackdone Affair : Ne résiste pas LC2 ans, au moins que cette saga dort dans ma PAL, non pas que je l'ai acheté, mais parce qu'elle fait partie de la collection offerte par une amie, dans sa grande phase lecture de romances érotiques. Et comme j'apprécie le genre... Merci, merci, Gaëlle grâce à toi, je vais libérer de la place sur mes étagères ! Car comme prévu, cette romance, répondant cependant aux codes de la N.A, j'ai détesté.

    Heureusement elle se lit très vite, pour cause que la plupart du récit est en dialogues, ( ai-je précisé insipide ?) et scènes de sexe à tous les chapitres ( qu'évidemment à la longue, devant le nombre et la redondance des détails, j'ai sauté à pieds joints, quand l'envie d'abandonner ne m'a titillé l'esprit). 

    La New Adult est un genre littéraire que j'apprécie, (je ne m'en cache pas), cependant j'y attend une romance teintée (j'ai bien dit teintée) d'érotisme qui pimente un peu l'histoire d'amour avec quelques péripéties qui nous tiennent en haleine, des personnages un peu écorchés qui résistent à l'alchimie qui les lient, et un happy-end, bien évidemment. 

    Ici, si l'on devait cocher les cases de ces fameux codes indispensables dans ce genre litteraire, elles le seraient toutes. Peut être mettrions(si c'était possible) 10 croix dans celle : les scènes de sexe sont elles nombreuses ? idem pour : sont-elles explicitent ? Quant à celle :  qu'en avez vous pensé ?  moi, je dirais : pas glamour pour 2 sous. Pour la question : l'histoire d'amour serait-elle aussi passionnelle sans ?  Je rirais à gorge déployée et répondrait : il n'y en aurait pas !

    Car la relation amoureuse n'est pas du tout crédible. Ethan accepte sa mission à la vue de la photo de Brynne (un de ses portraits de nus ? on peut se poser la question) et tombe dingo de la jeune femme. Une attirance réciproque qui évolue en amour au bout de 2 rencontres (euh coucherie devrais-je dire). Car nos 2 héros ne font que "b..." à chacun de leur rendez-vous. Comment parvient-ils à se connaitre s'apprécier ? bah, bref pas réaliste pour moi. Certes, un auteur peut prendre des libertés pour nous faire rêver d'un univers où un beau gosse, garde du corps,  super canon, friqué de surcroît, ( critères incontournables) tombe amoureux d'une fille ordinaire. Malheureusement la sauce ne prend pas. Tout au moins pas pour moi.

    Tout y est trop cliché avec un air de 50 nuances de Grey (sans le BDSM) avec un Ethan  se comportant comme un Christian, le charisme en moins. Parce que, pour ce qui en est des personnages, là encore je n'ai que des remarques négatives à faire. Leurs personnalités sont floues, mal développés et s'inscrivent en faux. L'auteure ne parvient pas à leur insuffler un peu de vie. Comme à tout le reste d'ailleurs. On ne ressent aucune émotion, juste le sentiment que Raine Miller a tenté sa chance en voulant surfer sur la vague provoquée par le succès d' E.L James. Sans y parvenir. Certes, il faut reconnaître que 50 nuances n'est pas un chef d'oeuvre littéraire tant l'écriture est basique, tout comme ici d'ailleurs, cependant elle a créé un précédent avec des personnages qui ont séduit un large public. Et c’était tout où rien. Mais personnellement elle m'a tenue en haleine avec l'intrigue.

    Celle-ci, (eh oui, il y en a une ),  en lien avec le passé de Brynne, est sous entendu très vite et rapidement décodée. On attend donc désespérément que l'auteure nous en parle, oubliant pour un moment de nous abreuver de sexe jusqu'au dégoût. On ne verra rien venir dans la partie 1.

    Dans la deuxième partie, qui donne la voix à Ethan, après le clash inévitable et la réaction prévisible de notre héroïne, le voile se lève progressivement sur l'identité de la personne qui pourrait lui en vouloir. Encore une fois, la manière de traiter le sujet  est superficielle et peu crédible. Un père missionne un professionnel et ne lui donne pas toutes les infos ? Mouais ! On sait cependant à quoi s'en tenir sur le drame vécu par Brynne. 

    De chapitre en chapitre, l'on découvre, donc, le passé de nos protagonistes, vécus tragiques qui malheureusement n'ont suscités chez moi aucune émotion. Le talent à en faire ressentir à travers son récit fait un peu défaut à  Raine Miller. Trop de phrases convenues, de réparties fadasses. Vraiment, rien ne vient rattraper cette triste romance. Et surtout pas le style et la traduction.

    Pourtant, il ne manquait pas d’éléments pour en faire une aventure originale, mais Raine Miller reste trop coincée dans les clichés, et une tendance à trop s'inspirer du personnage de Christian, du moins l'ais-je vécu de cette manière. Pour tout dire, je me suis ennuyée tant  le rapport érotisme et intrigue est déséquilibré, celle-ci passant au second plan. Il faut parvenir aux derniers chapitres pour y trouver un peu de suspens.

    Une lecture décevante pour une romance vantée par la très célèbre Colleen Hoover, à la plume et l'imagination à mille lieux de celle de Raine Miller ! Résultat des courses, une saga qui va virer vite fait de mes étagères. Peut-être trouvera-t-elle plus de succès auprès d'une lectrice plus indulgente que moi, avec mes trop nombreuses attentes. 

    À terme de ce tome la question se pose : poursuit-on la lecture de la saga en LC ? Dans ce cas, cela promets des beaux échanges sur les incohérences et clichés que nous risquons de rencontrer. Pour l'instant d'autres plus prometteuses nous attendent.

     

    The Blackdone Affair : Ne résiste pas LC

     

    Notation

     

     

    The Blackdone Affair : Ne résiste pas LCL'auteur :

    Nationalité : États-Unis 


    Biographie : 


    Raine Miller est auteur de romance. Elle écrit également sous le nom de plume de Vivienne Wilmont.

    "Blackstone Affair, tome 1 : Ne résiste pas" (Naked-The Blackstone Affair, #1), son premier roman, est publié en 2010.

    Elle est mariée et mère de deux fils. 

    son site : https://www.rainemiller.com/
    Twitter : https://twitter.com/Raine_Miller 

     

    La parenthèse : 

    Seule cette saga a été publié en France, les autres romans de l'auteure ne semblent pas avoir traversé l' Atlantique et pourtant l'auteure a pas mal de titres à son actif. 


    1 commentaire
  •  

    Ames indociles LCPère célibataire, son cœur n'est pas à prendre.
    Elle ne va pas lui laisser le choix.

    Styliste perchée et âme écorchée, Calliopé décide de prendre sa vie en main et d'affronter son passé : à 22 ans, la brune révoltée retrouve Willow, l'enfant qu'on l'a forcée à abandonner des années plus tôt.
    Seul obstacle à leurs retrouvailles : le père adoptif de la petite fille, Lennon Hathaway, bien trop beau pour être vrai, trop riche pour être honnête, trop solitaire pour lui faire une place dans sa vie et trop méfiant pour croire en elle.
    Et pourtant, dans ses yeux verts, elle jurerait avoir vu une lueur d’humanité. Peut-être même autre chose, un sentiment qu’elle n’espérait plus.

     

    Editeur : Les Addictives
    Genre: New Adult Collection Luv
    Date de sortie: 19/10/2017
    Prix du livre papier : 14,90€
    Version numérique: 9,99 € 
    Nombre de pages :  524p

     

    Ames indociles LCDernier opus de ce que l'on peut considérer comme une trilogie, (dommage que se ne soit pas une quadra, tant chaque personnage croisé depuis Corps Impatients nous a fait partager sa propre histoire liée à celle des autres, j'aurais donc aimé découvrir celle d'Andrea).

    Calliopé est une des protagonistes dont j'attendais avec impatience le récit tant elle titillait ma curiosité depuis la première rencontre entre elle est Solveig.

    J'avoue qu' Emma Green ne m'a déçue. Mélange de flash-backs et de présent dans un récit émouvant narré par Callie qui nous fait vivre ses aventures animées, et nous charme par sa personnalité haute en couleur, tout comme celles de certains autres protagonistes, pour ne citer que Gus. Inévitablement Lennon nous séduit en papa attentionné et de part son charisme, sa beauté et son caractère bien affirmé.

    On retrouve avec plaisir Dante, Tutu/Solveig ( nos auteures se plaisent à donner des surnoms marrants aux divers acteurs de cette romance) et dans le final toute la petite tribu de Thelma et Finn et le reste de la famille Lazzari.  

    La plume est plaisante et addictive, les réparties amusantes et émouvantes. Ce tome se dévore et j'adore, malgré quelques petits bémols liés à quelques incohérences.

    La toute première, et non la moindre, concerne Willow, ce bout de chou de 5 ans et 1/2, avec des réparties et un vocabulaire pas vraiment adaptées à une gosse de cette âge, malgré une certaine maturité acquise de par son vécu. La gamine, dans une grande part du récit, s’adapte à celui de Callie qui semble oublier qu'elle parle à un enfant de moins de 6 ans, pour le reste la personnalité lunatique, capricieuse de la chipie, à qui, néanmoins, l'on vient à s'attacher, est bien campée. Mais ayant une petite fille, assez dégourdie, certains propos dans la bouche de Wiwi, ne m'ont donc pas convaincue. C'est à partir du dernier tiers du roman que la gosse se comporte comme une gamine de son âge, pose des questions sur certains mots, dont elle ignore le sens comme tout jeune enfant de 5 ans. J'aurais donc aimé qu'elle se comporte ainsi d'emblée, collant ainsi davantage à l'idée que l'on se fait d'un bambin aussi jeune. 

    Cependant, j'avoue que les rebondissements multiples, et la relation entre le beau surfeur et la Callie hyper perchée, celle du trio Lennon/Willow/Callie, nous fait oublier les quelques incohérences du récit, et les passages un peu redondants, qui s'expliquent quand on tient compte, qu'à la base, cet opus a été publié en 6 tomes. 

    J'ai donc adoré plonger dans le monde de Calliopé, celui de la création artistique, du stylisme, et il faut reconnaître que le sujet est particulièrement bien maîtrisé par les auteures. 

    Le texte pétille, explose en feu d'artifices d'émotions de toutes sortes, et nous propulse dans l'univers déjanté d'une jeune femme qui cherche à se reconstruire après un passé douloureux,à faire cicatriser ses plaies, s'extirper de ses cauchemar et échapper à l'emprise psychologique d'un monstre de père et s'assumer dans un statut de mère qui lui a été volé.

    Mon tome préféré des 3, qui apporte cette fois-ci toutes les réponses que l'on peut attendre sur notre héroïne. Dommage que les autres opus m'aient laissée avec un petit goût d'inachevé. Un opus qui peut se lire isolement, et l'ensemble de la saga dans n'importe quel ordre, tout compte fait. 

    Presque un coup de coeur pour cette touchante histoire  teintée d'érotisme, qui aborde des sujets sérieux et des drames de la vie quotidienne que certains vivent derrière les portes closes de leurs demeures. 

     

    Ames indociles LC

     

    L'auteur :  Voir bio dans Corps impatients

     

    Extraits citations 

     

    "Levi m'a laissé tomber. Comme tous les autres. L'amour n'existe pas. Ou alors il vous détruit"

     

    "les sentiments ça ne s'efface pas comme ça. On a beau faire un ourlet dessus, y coller une pièce, serrer la couture, tout se défait."

     

    " Il n'a plus envie d'être intouchable. Je ne plus envie d'être intouchée"

     

    " elle est si belle quand elle accepte d'être une enfant. Quand elle oublie que la vie est une voleuse de temps, de gens, de tout..."

     

    © E. Green


    3 commentaires
  • Corps insoumisÀ tout juste 25 ans, Solveig décide de plaquer le peu qu’il lui reste pour parcourir les États-Unis d’est en ouest au volant de son tas de ferraille. Mais, la jeune blonde explosive va devoir partager un bout de chemin avec Dante, un spécimen aussi sombre et tourmenté qu’elle est solaire et délurée.
    Seul problème, le beau brun tatoué et mystérieux n’aime pas qu’on lui dicte sa conduite. En tête-à-tête pendant cinq mille kilomètres, comment ces deux âmes contraires et ces cœurs insoumis vont-ils faire route ensemble ? Et jusqu’où ce road trip les mènera-t-il ?

    Editeur : Les Addictives
    Genre: New Adult Collection Luv
    Date de sortie: 1/7/2017
    Prix du livre papier : 14,90€
    Version numérique: 9,99 € 
    Nombre de pages :  516 p

     

     

    Corps insoumisCelles qui pensent que Corps insoumis va répondre à vos questions en suspens de Corps impatients vont être déçues. Finn, Thelma, y font bien une apparition,- plusieurs même - mais nous n'en apprendront pas davantage sur des questions restées sans réponses, même pas sur la relation Finn avec Dante et son frangin. On pourrait s'y attendre au vu du dénouement du précédent tome; mais non! Ce qui me permet de vous dire qu'après tout l'ordre de lecture importe moyennement. 

    J'ai été déçue d'apprendre grâce au bonus, à travers la voix de Dante, et ce bien trop tôt, soit au 2 e chapitre qui il est. Bien évidemment le secret est révélé en cours de route, mais j"aurais préféré que les auteures conservent un peu de mystère et placent ce bonus en fin de tome comme dans l'opus précédent, quand Emma Green nous offre la rencontre entre Finn et Thelma du point de vue de Finn.

    Le road trip que nous offre Emma Green est assez animé, dans un rythme soutenu avec des reparties et des dialogues percutants, et des personnages atypiques et à l'opposé l'un de l'autre qui vont devoir se supporter pendant 2 mois.

    De cette aventure naîtra une relation complexe empreinte de désir et de culpabilité ; mais peut on se refuser d'aimer à nouveau ? Solveig s'interroge tout au long de cette traversée des états qui doit les mettre au bout du chemin face à face et l'un contre l'autre. Quant à Dante, le taciturne aux lourds secrets sera-t-il capable d'ouvrir son cœur ? 

    Les 2 personnages portent bien la romance pimentée, et cette fois ci suffisamment dosée, cependant Emma Green vient la compliquer avec une histoire assez abracadabrante : celle des beaux parents qui la suspectent de  mauvaises intentions. Un peu tiré par les cheveux, je trouve d'autant que 2 ans viennent de s'écouler entre le drame et le procès par lequel ils espèrent justice et dépouiller notre héroïne et de ce fait  le comportement du frère de Solveig est encore plus incroyable.  Que dire des révélations concernant le mari défunt ? Là encore 2 ans après me semblent tout aussi détonantes.  Un pan d'histoire dont on aurait pu se passer, le lourd passé de Dante est déjà un bon élément d'émotions. 
    Pour autant, même si j'ai aimé le duo, Dante/Solveig, je n'ai pas ressenti plus d'émotion que ça. D'ailleurs j'ai trouvé l'histoire assez longuette dans la première moitié et j'ai un peiné dans ce road-trip. Peut-être un récit à 2 voix avec le point de vue de Dante aurait été plus captivant et touchant.

    Je ressors donc un peu désapointée de cet  opus, que j'ai néanmoins préféré au tome précédent. Il reste à découvrir l'histoire de Calliopé dans une prochaine lecture en LC  avec ma binôme, peut-être m'apportera-t-il une belle surprise.

     

    Juste avant de disparaitre SP

     

    L'auteur : Emma Green

     

    Extraits citations

     

    " - Je n'appartiens à personne, rétorqué-je en caressant sa joue. Je suis une insoumise.

    - Et moi un insoumis. Et pourtant, quand on aime , on appartient forcement à quelqu'un."

     

    "- on ne peut pas avoir pitié de ceux qu'on aime, rétorqué-je spontanément"

     

    "- Les monstres n'existent pas, riposte soudain sa voix grave, puissante et affirmée. Ils ont été crées par l'imaginaire collectif pour endosser la cruauté, les crimes, les ignominies de tout un chacun. Les monstres,, ce sont les hommes. Toi et moi" 

     

    "- Le fric, la condition sociale, la renommée, n'ont rien à voir avec le bonheur."

     

    © E.Green

     


    2 commentaires
  • Corps impatientsAprès un début de vie chaotique, consacré à sa mère alcoolique, ses trois petits frères livrés à eux même et ses quatre jobs sous payés,  Thélma  décide d'échapper au destin médiocre qui l'attend et de s'occuper enfin d'elle. A 21 ans elle décroche une bourse pou entrer à la prestigieuse université de Colombia, à New York. Les mecs ? Pas envie. Les loisirs ? Pas le temps.  Les amis  ? Tout juste divertissants. Sourire ? Et puis quoi encore ? Thelma sait qu'elle tient son unique chance de s'en sortir. Et rien ne pourra l'empêcher de réussir.Mais sur le chemin de la réussite, elle va très vite croiser Finn McNeil, le plus célèbre et sexy des profs de littérature, dont les best-seller s'arrachent par millions. Thelma se fait alors une promesse : ne jamais intégrer Le cercle des étudiantes  transies d'amour qui gravite autour du professeur McLove 

    Editeur : Les Addictives
    Genre: New Adult Collection Luv
    Date de sortie: 14/11/2016
    Prix du livre papier : 14,90€
    Version numérique: 9,99 € 
    Nombre de pages :  580 p

     

    Corps impatientsJe suis une inconditionnelle d'Emma Green qui nous concocte des histoires originales et bien ficelées aux personnages attachants, et trouve toujours le moyen de les faire évoluer dans des univers différents.

    Pour une grande part tout y est, même si, l'histoire de base est déjà vue et revue, et j'avoue être tombée sous le charme de nos protagonistes principaux et des secondaires aussi.

    Néanmoins, je ressors plutôt déçue de ma lecture. la romance est belle, c'est un fait, il n'y a rien à redire à ce propos. Finn, forcément, on  craque pour lui, pour son physique ravageur, son charisme, sa personnalité généreuse, son engagement, sa gentillesse. Thelma nous séduit par sa volonté farouche, ses valeurs et son esprit de famille,  avec pour objectif majeur : s'en sortir à la force de son poignet.

    On s'attache rapidement aux frangins, un peu moins à la bande hétéroclite de colocataires dont on ne saisit pas très bien la profondeur de la relation. Le départ de  Phoebe et les rebondissements qui viendront par la suite m'ont assez déconcertée et je n'ai pas très bien saisi la finalité, je n'ai pas trouvé qu'ils servaient à l'histoire quand  d'autres points auraient mérités d’être plus exploités.    

    Notre notre duo d'auteures s'est évertué a développer  la relation sexuelle entre nos protagonistes. Certes Emma Green sait s'y prendre pour ce genre de description toute en poésie. Cependant, j'ai trouvé ce volet bien trop présent avec des scènes trop nombreuses, même si elles sont bien amenées malheureusement et ce au détriment de l'histoire personnelle de Finn. Emma Green reste trop évasive sur ce sujet, de mon point de vue. 

    Car j'aurais aimé découvrir le propre cheminement de Finn, de son milieu social de base à l'homme qu'il est devenu : un professeur et écrivain talentueux et célèbre. Découvrir son passé, sa relation avec sa sœur de cœur, entre autres. Malheureusement ce pan de vie de notre héros passe aux oubliettes et de ce fait, Finn reste un personnage un peu mythique, auréolé de mystères avec une histoire personnelle à peine effleurée, comme un secret bien gardé qu'il ne partage pas avec Thelma, même quand leur liaison secrète évolue sur autre chose qu'une alchimie sexuelle. Je ne trouve pas ceci très cohérent dans une relation basée sur la confiance.

    Un roman, donc, avec de nombreuses zones d'ombres, plus centré sur une répétition de scènes de sexe  assez torride, dont l'absence de certaines n'auraient pas nuit à la romance. J'ai comme le sentiment que le duo a péché par facilité en négligeant de créer un passé fourni à son personnage principal et survolant d'autres points centraux tels que la relation interdite, la jalousie et une certaine situation particulière qui concerne la doyenne.   

    Néanmoins l'histoire reste addictive, plaisante à lire, une lecture légère sans prise de tête et idéale pour les fans de contes de fées dans lesquels des séduisants  et aisés professeurs tombent amoureux d'une jeune fille ordinaire. 

     

    Une douce nuit d'été

     

    Corps impatientsL'auteur : 

    Nationalité : France 

    Biographie : 

    Derrière le pseudonyme Emma M. Green se cachent en réalité deux auteures, qui aiment écrire des romances, passionnelles et passionnées.

    Depuis leur premier roman en 2013, leurs histoires d’amour ont conquit des milliers de lecteurs à travers le monde.

    Elles comptent plusieurs romans à leur actif : "Cent facettes de Mr. Diamonds", "Toi + Moi", "Call me Baby" et sa suite "Call me Bitch", "Love me if you can" et sa suite "Kiss me if you can", "Bliss : Le faux journal d’une vraie romantique", "Jeux Interdits" et sa suite "Jeux Insolents", "Fallait pas me chercher", "Corps Impatients", "Âmes Indociles". 

    page Facebook: https://www.facebook.com/EmmaGreenAuteure/
    Instagram : https://www.instagram.com/emmagreenauteure/

     

     

     

    3 commentaires
  • Save me : Cash and shootEntre eux, rien n’est prémédité, et pourtant tout est écrit.
     
    Basketteur professionnel chez les Celtics de Boston, Keagan a la rage de vaincre. 
    Apolline, quant à elle, est devenue psy suite à un grave traumatisme et elle entend maîtriser les moindres détails de sa vie. 
    Leur rencontre, lors d’un speed dating dans le noir, va faire des étincelles ! 
    Apolline ne peut pas résister au charme fou de Keagan. Mais quand elle se rend compte que celui-ci a joué un rôle dans l’événement qui a bouleversé sa vie, la relation se complique… Un amour interdit aussi inattendu que troublant.

    Editeur : Les Addictives
    Genre: New Adult Collection Luv
    Date de sortie: 20/6/2019
    Prix du livre papier : 15,90€
    Version numérique: 4,99 € 
    Nombre de pages :  470

     

     

     Save me : Cash and shootUne fois n'est pas coutume, à peine réceptionné que je me plonge dans la lecture du petit dernier roman de chez Addictives. Bien m'en a pris après la petite déception avec À corps brisés.

    Si dans ma dernière lecture le sexe était présent, si la relation entre les protagonistes évoluait à la vitesse grand V, c'est ici tout le contraire. Pour mon plus grand plaisir.

    Cette histoire tient ses promesses avec ses personnages attachants. L'auteure gère bien les standards de la romance et nous passionne pour les aventures de Keagan et Apolline. 2 personnages qui n'ont rien en commun. Il est une star sportive adulé exposé à la foule, quand Apolline la fuit depuis l'événement tragique qui l'a marqué à jamais.

    Nous n'ignorons pas qu'ils se sont croisés en ce jour funeste, mais Keagan ne fait pas le rapprochement, quant à Apolline, elle ignore l'identité de son sauveur.  Tout ceci semble si simple que le lecteur se fait son propre film. Cependant Iris Juliard va trouver le moyen de nous surprendre.

    Nous suivons donc l’évolution de cette relation, amicale au départ, malgré l'alchimie flagrante entre les deux jeunes gens et en parallèle une intrigue au sein des Celtics, le club sportif de Keagan se dessine. Il faut admettre que tout est cousu de fil blanc. Néanmoins, l'histoire est bien construite dans un style fluide, plaisant et l'addiction est présente. Le happy-end bien évidement au rendez-vous, et appréciable pas de retournement de situations extravagances. Tout est au contraire cohérent, les thèmes abordés contemporains et bien traités même si on peut regretter que agoraphobie n'y tienne pas plus de place,  les personnalités bien développés et l'on aime à les suivre dans cette alternance de deux voix. Coté bémol, quelques passages redondants, cependant on les oublie tant l'histoire, bien que cliché, répond à ce que l'on attend de ce genre de lecture.

    Une belle romance estivale à découvrir avec sa superbe couverture, ses références au milieu de basket et ses personnages secondaires que je présume nous allons retrouver, tant il reste quelques questions sans réponses sur Logan  que j'aimerais avoir.

     

    Save me : Cash and shoot

    Save me : Cash and shootL'auteur :

    Nationalité : France 

    Biographie : 

    Iris Julliard (un pseudonyme) est conseillère en assurance, romancière et chroniqueuse.

    "Prends-moi contre toi" (2017) est son premier roman.

    pages Facebook : 
    https://www.facebook.com/irisjulliard/
    https://www.facebook.com/people/Iris-Julliard/100013629940503?fref=mentions 
     
     

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique