•  Un amour d'enfant peut-il perdurer au delà du temps ?

     

    Jeux imprudentsPour eux, la vie a cessé d'être un jeu ! 

    « À 17 ans, je fuis l’enfer, ma famille d'accueil et le désert du Nevada pour venir retrouver Harry Quinn sur son île paradisiaque. Harry, c’est mon amour d’enfance. Et ma plus grande trahison. Kidnappé à 3 ans et séquestré jusqu’à 11, il a traversé le pire. Et j'étais là. 
    Maintenant majeur, de retour parmi les siens et devenu le roi de la fac de Key West, il s'est reconstruit sans moi et s'est métamorphosé : je l'ai quitté enfant, je le retrouve immense, puissant, sculpté, beau à crever. C’est bien joli, tout ça… mais moi, je deviens quoi ? Moi qui lui rappelle son enfance volée, cette vie d’avant qu’il veut tant oublier, j'ai tout à perdre. Harry compris, mais j’ai trop besoin de lui pour renoncer. 
    Il avait juré de ne jamais m’abandonner. Pourquoi a-t-il brisé notre pacte d’enfants ? » 
    Petits, June et Harry ont partagé leur solitude et joué à ne pas avoir peur. Aujourd'hui, leur passé les rattrape et, pour sauver leur peau, ils vont devoir s'apprivoiser à no

     

    Editeur :  Les Addictives
    Genre: New Adult
    Date de sortie: 12/4/2018
    Prix du livre papier : Broché : 14,90€ 
    Version numérique: 9,99€ 
    Nombre de pages :  724

     

     Jeux imprudentsJe dois reconnaître que notre duo d'auteures fonctionne à merveille. 2 ans plus tard Jeux interdits, elles réitèrent l'exploit de nous offrir une aventure romanesque pleine de rebondissements et plutôt inattendue, et aussi passionnante que celle de Tristan/Liv.

    Comment aurions pu imaginer qu'Harry  cache quelques secrets de sa vie passée dans le Nevada. Un passé bien plus sombre avec des démons qui le hantent et qu'il s'est efforcé de laisser très loin derrière lui, soit 3700 km environ, qu'il  est décidé de jeter aux oubliettes un pacte d'enfants fait à 11 ans ? Après tout des promesses d'amour éternel d'enfance ne sont-elles pas toujours oubliées ? Dans le cas contraire, on s'en souvient le sourire aux lèvres, une pointe de nostalgie au fond du cœur, mais la vie nous pousse en avant, l'on grandit, on se fait de nouveaux amis, on tombe amoureux parfois, on se construit au fil du temps, ou comme Harry, on tente de se reconstruire en voulant délibérément effacer ces années de séquestration et une fille qui le connait mieux que personne.

    Sauf que les souvenirs jamais ne s'effacent. Ils sont en vous,  il suffit d'un rien pour qu'ils vous reviennent en force surtout quand, la dite fille, en l’occurrence June, vient perturber votre vie par sa présence quotidienne.

    Le récit est une voix, celle de June, qui elle, malgré ses 17 ans, croit encore aux serments conclus par le sang. Hum !  A vrai dire j'ai trouvé cela un peu trop romance eau de rose, au prime abord. Cependant Emma Green traite bien son sujet et nous fait tomber sous le charme de cette ado qui cherche un peu d'amour et de tendresse auprès de la seule personne qu'elle connaisse. La seule personne qui lui en a donné en retour, un jour. Donc le seul être au monde qui pourrait l'aider dans son épreuve.

    Le hasard lui fait croiser le chemin de la grand-mère, fantasque très bohème, qui va la prendre sous son aile, sans ne rien savoir du passé de June, du pur Betty-Sue, puis celle de la famille Quinn/Sawyer car malgré les efforts d' Harry pour la tenir éloignée de sa vie, il ne peut s'empêcher   de venir en aide à la jeune fille et encore moins à lutter contre l'alchimie qui les lie.

    L'aventure  peine, pour mo,i à se mettre en place, puis elle devient addictive, avec ses personnages charismatiques, principaux et secondaires comme Zelda, l'amie peu ordinaire de June et Abby l'assistante sociale. Leurs portraits sont bien brossés et les personnages bien campés.

    Les dialogues sont  tantôt drôles, tantôt décapants, les relations entre les divers protagonistes sont intéressantes parfois complexes. Harry, on ne le comprend pas toujours dans un premier temps.

    C'est avec plaisir que le lecteur retrouve Tristan et Liv. Perso j'aurais aimé un peu plus d’interactions avec Archie, mais peut-être Emma Green a d'autres projets pour lui, un tome pour lui. Hum, j'adorerais. 

    Evidemment les révélations sur le passé de June, les raisons de sa cavale ne sont pas surprenantes. Mais ce n'est pas le plus important. Ce qui prime c'est les émotions par lesquelles nous font passer le duo de choc. Le fait qu'il nous lie à Harry, et à Liv. 

    Et ces reines de la romance font rêver les lectrices avec cette histoire d'amour d'enfant qui perdure au delà des années et de la distance. Oui c'est très conte de fées, mais en cette fin d'année morose ça fait du bien. Mais au fil de la lecture, ce n'est pas que la belle histoire qui vous séduit, mais la profondeur des personnages et du fait qu'Emma Green parvient à vous faire  vibrer avec eux et  nous faire vivre leur quotidien de jeunes étudiants, partager leur rêves, leurs espoirs, vivre leur combat.

    Emma Green reste fidèle à sa trame, et le dénouement vous déroutera, bien qu'il reste cohérent avec la personnalité de June, à la force de son amour, et ses choix sont de ce fait frustrants, mais compréhensibles.  Ainsi la suite se profile à l'horizon annonciatrice du tome suivant déjà, grâce à Addictives Editions, dans ma PAL.  

    Un coup de cœur pour ce 1 tome qui met en scène Harry et June dans un quotidien pas toujours facile, malgré un entourage aimant et protecteur. Les personnages secondaires sont touchants et l'on aimerait bien lire un jour une histoire qu' Emma Green pourrait leur concocter. Je pense à Zelda, Julius et Archie bien sur.  

    Coté couverture, je suis pas très fan, je ne la trouve pas assez moderne, mais je suis désormais une fan inconditionnelle d' Emma Green.

     

    Jeux imprudents

     

     

     

    Extraits citations

     

    "- les regrets, ça n'aide pas à avancer, June, me glisse doucement Harry."

     

     " Les adultes ne sont pas les héros qu'on s' imagine en grandissant. Ceux qui ont la tache de nous protéger deviennent parfois ce qui nous blessent, le plus profondément. À jamais"

     

    " Est-ce qu'on peut encore sauver de la dérive deux enfants malmenés, trahis, volés, détruits ? Est ce qu'on peut seulement devenir des adultes quand  personne nous a montré le chemin ? "

     

    "- je sais reconnaître la nuit noire au fond des yeux des enfants. Ceux de Tristan et Harry sont bleu océan.. et ils peuvent prendre des nuances plus sombres . Je suis sure que les tiens aussi étaient plus claires, dans le temps"

     

    "- June, tu sais que, même quand on est à bout de souffle, au bord du gouffre, avec les pieds qui dépassent dans le vide, il y a encore des choses à faire. Il suffit d'un tout petit pas en arrière. D'une décision qu'on prend au bon moment. Même quand on croit qu'on a épuisé toutes nos chances. Il reste celle à laquelle on n'avait  pas pensé. Et toutes les autres."   

     

    © E. Green


    3 commentaires
  • International guy : New YorkInternational appartient et est dirigé par Parker Ellis, un homme à femmes doté d'un QI élevé et d'une énorme libido. Il est le coach le plus populaire et le plus efficace du monde en matière de vie et d'amour. Il est également suffisamment intelligent pour savoir qu'il ne peut pas gérer sa multinationale seul. Il engage donc deux de ses amis dont les compétences complètent les siennes. Ils forment à eux trois une équipe de Dream Maker, Love Maker et Money Maker. Ils conseillent aussi bien les femmes les plus riches du monde, les stars de Hollywood que des familles royales européennes ou des PDG de groupes multinationaux. Et, parfois, ils ne peuvent pas s'en empêcher, les choses s'emballent et ils finissent dans le lit de leurs clientes ! 

     

     Editeur :  Hugo et compagnie
    Genre: New Adult
    Date de sortie: 12/7/2018
    Prix du livre papier : Broché : 9,95€ 
    Version numérique: 5,99€ 
    Nombre de pages :  180

      

     

    International guy : New YorkDernier roman lu en 2018, 2e tome d'une saga que je ne vais pas poursuivre.

    Audrey Carlan pose les bases de sa romance entre Parker et Skyler.  Que du prévisible ! Dans le tome précédent l'auteure laissait deviner les événements à venir. Parker fantasme sur la sublime actrice au corps de rêve. Il va tomber sous le charme de sa personnalité et réciproquement et ce à la vitesse de la lumière.

    Hum ! Tout ça pas du tout pour moi, qui aime les romances qui se mettent en place progressivement, un peu comme dans la vraie vie, avec une touche de magie, certes puisqu'on est dans un roman ! Mais c'est vraiment too much !  

    Les talents de Parker sont multiples. Il est d'une beauté à tomber, bien que je n'arrive pas à le visualiser, mais l'auteure le dit et c'est une bombe sexuelle et c'est n'oublions pas c'est le Dream Maker.

    Cependant, rien à faire, je n'accroche pas. Je m'ennuie même, et ferme. 

    Les acolytes de Parker ne jouent que des rôles insignifiants dans cette mission que le protagoniste principal mène seul.

    Le seul attrait de cette histoire est l'entrée en scène de Wendy, avec une arrivée attendue, puisque l'auteure nous annonçait que l'équipe recrutait un assistant, le fait que ce soit une femme à la langue bien pendue n'est pas une surprise, mais la scène est amusante et devrait promettre des futures situations marrantes.

    Néanmoins je n'aurais pas le plaisir de le découvrir, ni ça, ni la participation des autres protagonistes pour qui j'imagine Audrey Carlan a quelques projets. Du moins j’espère. Dans le cas contraire, l'aventure serait encore plus ennuyeuse qu'elle ne l'est déjà. Mais je vous laisse, amis lecteurs seuls juges. 

    Petit message à ma binôme qui me connait bien et m'annonçait que vu mon premier avis j'allais déchanter. Je confirme, c'est le cas.

    By by New York. By By Parker et Cie. Sans regrets.  Il n'a rien d'autre à dire.

     

    International guy : New York


    2 commentaires
  •  

     Une opération commerciale dans la même veine que Calendar Girl

     

    International guy : ParisUn homme au service des femmes. 

    International appartient et est dirigé par Parker Ellis, un homme à femmes doté d'un QI élevé et d'une énorme libido. Il est le coach le plus populaire et le plus efficace du monde en matière de vie et d'amour. Il est également suffisamment intelligent pour savoir qu'il ne peut pas gérer sa multinationale seul. Il engage donc deux de ses amis dont les compétences complètent les siennes. Ils forment à eux trois une équipe de Dream Maker, Love Maker et Money Maker. Ils conseillent aussi bien les femmes les plus riches du monde, les stars de Hollywood que des familles royales européennes ou des PDG de groupes multinationaux. Et, parfois, ils ne peuvent pas s'en empêcher, les choses s'emballent et ils finissent dans le lit de leurs clientes ! 

     Editeur :  Hugo et compagnie
    Genre: New Adult
    Date de sortie: 12/7/2018
    Prix du livre papier : Broché : 9,95€ 
    Version numérique: 5,99€ 
    Nombre de pages :  180

     

      

    International guy : ParisOui, je sais, j'aurais dû m'en douter, après la lecture de Calendar Girl comment pouvais-je espérer un virage complet de l'auteure ? J'avais bien dis, haut et fort, après être allée jusqu'au bout du voyage et la grosse déception s’amplifiant au fil des chapitres, qu' Audrey Carlan, non merci, plus pour moi ! Et pourtant voilà-t-il pas que je m'y recolle ? La faute à ma binôme, en qui j'ai confiance dans le jugement vu que nous avons les même goûts et surtout les même attentes livresques, assez éloignées coté New Romance du public actuel. Je ne veux blesser personne, mais pour moi une histoire ne suffit pas, il faut qu'elle me soit racontée avec style, que je vibre pour les personnages, que mon petit coeur tombe amoureuse du mâle de service. Je veux du suspens, de la cohérence et de l'érotisme aussi, mais sciemment dosé, pas qu'il prenne toute l'histoire.

    Exigeante moi  ? À peine !

    Donc avec toutes ces attentes, eh bien forcement c'était couru d'avance. Pourtant j'y ai cru. Eh oui l'idée est originale.  Nous faire partager les aventures d'un trio de choc, d'une équipe talentueuse en coaching qui aime les femmes, cherche à les sublimer, leur donner confiance en elles. Le sexe n'est pas une option. Bref c'est là où d'entrée le bât blesse, parce que Parker n'a que cette idée en tête dès qu'il pose le regard sur Sophie.  La petite bombe insignifiante, (oui c'est 2 mots ne vont pas bien ensemble, je le  concède, soit on est insignifiant soit on est une bombe) le fait b.... à mort ! 

    Eh voilà le ton est donné très vite. 

    Notre trio est super efficace. À peine débarqués ( après  7 heures de vol quand même) les voilà sur le pied de guerre. Les objectifs sont déjà établis, avant même d'avoir rencontrée la cliente. 

    Bo, le Love Maker s'attache au relooking, tandis que Parker met son grain de sel, se frotte tant et plus à la sublime Sophie (eh oui, déjà !)

    Tout aussi vite Royce maîtrise la complexité de l'entreprise que Sophie Rolland a reçu en héritage (dès le lendemain, c'est qu'ils sont brillantissimes nos nos coachs !), met en avant les problématiques de relations et autres, que notre belle Sophie va  régler bien évidement comme la femme compétente qu'elle est.

    Quel est le rôle de Parker dans tout ça ? À part mettre la cliente dans son lit ? Une cliente effacée, transparente qui se révèle néanmoins être dès le premier soir une bombasse au pieu (eh oui, mesdames, mesdemoiselles, des Louboutins et une robe rouge ça vous rend sexy et audacieuse, il ne vous reste qu'à tester, coût de l'opération 600 euros, ça va non ? On est loin de la paire de Jimmy Choo à 4000 euros  !) Bon revenons à la mission de Parker, eh bien  je cherche encore. Ok, c'est le Dream Maker ! Et donc  ? Je n'ai toujours pas de réponse.

    Non, Parker ne me séduit pas. je n’accroche pas à son personnage trop superficiellement traité. Je dois faire partie des extraterrestres qui n'ont pas été touchés par le bel Apollon comme la majorité des lectrices. Et à l'histoire, au départ intéressante ? Non plus. 

    Le décor est féerique,  LE Paris magique ! Comment ne pas rêver de plus beau décor ?

    Tous les ingrédients pour une belle aventure sont là. Il ne restait donc qu'à lier la sauce. Malheureusement, les part des différents éléments sont trop disproportionnées les unes par rapport aux autres et le résultat final s'en trouve très déséquilibré. Trop de sexe, 2/3  pour 1/3 de descriptions (merci Mon Dieu ! l'auteure ne connait pas nos vins français, nous permettant ainsi d'échapper à l'énumération des 6 verres prévus lors du repas Chez Jules Verne), oui la description c'est nécessaire mais  trop détails, vestimentaires, culinaires, c'est du remplissage quand l'action manque au menu. Et donc le dernier 1/3 est consacré à la mission ( j'avoue que j'ai été large sur le partage, à vrai dire, c'est plutôt moins qu'un tiers, mais bon on évalue tout ça à la louche, hein vous m'en voudrez pas ?).

    Et c'est de cette construction déséquilibrée que vient ma déception.  J'aurais aimé cette partie là, plus développée en accord avec ce qu'on nous a vendu, voir l'évolution de la personnalité du personnage féminin sous l'influence de ses coachs. Une différence entre, avant et après, une protagoniste à la personnalité plus affûtée, après le travail de coaching.

    À vrai dire aucun des personnages n'est abouti. Tout est terriblement superficiel, voire même truffé d'incohérences. Comment Parker, peut-il s'extasier sur les beautés architecturales des Galeries Lafayette, certes une petite merveille, il faut bien le reconnaitre, mais notre PDG semble si ébloui qu'il en embrasse Sophie sous un coup de tête ! Et d'abord qui vient acheter des jeans aux Galeries, quand on vient de claquer des sommes folles chez Dior, Gucci et Cie ? Les temples de monde pour les gens aisés ? Ils ont pas de jeans chez Dior ? Coté incohérence, je tiens à signaler que notre working girl parle 5 langues dont l'anglais et pourtant Parker la corrige sans cesse pour l'emploi erroné de son vocabulaire  ? Bizarre non ?

    Oui je sais, je fais ma chi...se.  Je suis dé..so...lée, mais c'est trop énorme et tout est si inintéressant que je ne peut m'empêcher de relever les faiblesses du texte.   

    L’entrée en scène de la cliente suivante est quant à elle, des plus prévisible et l'évolution de la série cousue de fil blanc, tout à fait dans la lignée de Calendar girl, avec son style affligeant et je me désole de voir que pour beaucoup peu importe le contenu pourvu qu'on ait l'ivresse. Après tout, c'est ce qui a fait le succès d' Audrey Carlan.  Malheureusement pas d'effet pétillant chez moi, ni aucune émotion pour ce premier tome, cette mise en bouche.  Néanmoins, comme je suis très curieuse, et que j'ai le tome 2 dans ma PAL, je vais aller voir ce qui se passe et peut-être que Bo et Royce vont m'amuser dans le prochains tomes avec des rôles plus audacieux.

     

     

    International guy : Paris

    L'auteure : 

    Nationalité : États-Unis 
    Biographie : 

    Audrey Carlan est l’au­trice de la série "Calendar Girl" (2015), le dernier triomphe de la littérature érotico-romantique, qui s’est déjà vendue à 15 millions exemplaires à travers le monde. 

    Grâce à un concept innovant avec un livre chaque mois, les fans pourront suivre tout au long de l'année les aventures de Mia Saunders. Une jeune femme contrainte de devenir escort girl pour éponger les dettes de son père.

    Cette série phénomène a instantanément rencontré son public dans le monde entier, en entrant notamment dans les listes des meilleures ventes du New York Times la première semaine de sa sortie.

    Audrey Carlan vit en Californie avec son mari et leurs deux enfants.

     

    Le détail : 

    L'originalité de la série réside dans le fait de faire parler un homme de ses ressentis et émotions. Personnellement j'apprécie beaucoup cette approche dans les romans. D'un autre coté, Audrey Carlan fait voyager ses lecteurs à travers le monde dans des villes mythiques, vu la précision avec laquelle elle nous a fait visiter Paris, ville que je connais, j'ai donc pu m'y retrouver, je ne doute pas qu'elle enchantera les lectrices. 

     

    La parenthèse :

    Il me faut  reconnaître qu' Audrey Carlan est brillante, oui j'avoue malgré tout ce que j'ai dit de négatif, car elle est parvenue à  fédérer son public autour d'une saga en 12 tomes, chacun étant très court au demeurant, et elle sait tirer profit de ce filon avec une nouvelle saga dans le même ordre idée qui va, je n'en doute pas devenir un nouveau best-seller. Nos petits retours négatifs ne changeront rien à son succès qu'elle ne doit pas à sa plume, mais un coup de marketing astucieux avec ses tomes courts qui incitent les lecteurs à aller jusqu'au bout de l’aventure. Le coût de l’opération reste élevé pour celle qui  souhaite posséder la version papier. Il est préférable, à mon sens de se la faire prêter, à 10 euros le tomes X 12, ce qui donne un total de 120 euros ( la moitié pour la version numérique) pour une série plutôt médiocre, et des tomes à la couverture pas si terrible, celle en VO n'est pas terrible non plus. La voici.

     

     

     


    2 commentaires
  • N'écrit pas de la Dark Romance qui veut

     

    Bewitched by the darkness

    Sypnosis

    Attention : âmes sensibles, s'abstenir ! Méfiez-vous des apparences. Derrière mon charme se cachent de funestes envies. Derrière mes yeux, ce ne sont pas les fenêtres de mon âme qui s'ouvriront à vous, mais bien les portes de mon enfer. Pourtant, elle, jeune et fragile, l'a deviné au premier regard... alors pourquoi ne s'enfuit-elle pas ? Pourquoi ai-je décidé de l'épargner ? Caleb Profession : Tueur en série

     

    Editeur : Elyxiria
    Genre: Dark Romance
    Date de sortie: 13/06/2018
    Prix du livre papier :  Broché : 11,90€ 
    Version numérique: 3,99 €
    Nb de pages : 192

     

     

     La critique :

    Il ne suffit pas qu'un auteur décrète que son roman est de la Dark Romance pour que cela en soit. Un genre littéraire qui séduit un nouveau lectorat, de quoi donc s'attacher des lecteurs pour un jeune auteur sur le marché difficile des écrivains.

    Amatrice du genre, ayant lu précédemment Dark Romance de Pénélope Douglas, la saga Heartless de Ker Dukey, dont j'attend avec impatience le prochain tome, Monsters in the dark de Pepper Winters, ( pour ne citer que mes coups de coeur) je me suis laissée berner par la magnifique couverture avec un Caleb sublime à l'air machiavélique.

    Car seule la couverture donne illusion. Le reste n'est qu'une suite de phrases convenues et de dialogues clichés, et d'un total ennui.

    Caleb, notre héros, est tout d'abord difficilement identifiable, par chance l'image de la couverture le fait pour nous. Quant à sa personnalité si lisse et inconsistante, elle ne laisse transparaître sa perversité qu'uniquement dans des scènes de violences allant crescendo. C'est un peu là où le bat blesse.

    Cette montée en puissance est très mal orchestrée et ne suffit pas, à mon sens,  à donner de la consistance à l'intrigue. Elle a pour but de choquer, certes, et je ne doute pas que Micaela Barletta y parvienne auprès de certains lecteurs. Malheureusement un grand flop chez moi. 

    Après mes lectures de Dark Romance, voire de thrillers mettant en scène des psychopathes,  j'ai pu constater que le profil psychologique des personnages y est parfaitement développé. C'est ce qui permet au lecteur de vibrer, de s'émouvoir, de frissonner, bien davantage que devant les  mises  en scènes macabres. Ici on ne ressent aucune émotion, le protagoniste principal étant très superficiellement développé. Je cherche encore ses motivations, à découvrir son passé, effleuré par l'auteure, afin de comprendre le chemin que Caleb a emprunté pour devenir un soi-disant monstre. Certes il nous est vendu comme un tueur sadique, mais hormis la dernière agression, l'auteure a beau mettre les mots "tueur et sadique" dans la bouche de son protagoniste, il est peu crédible.

    Le style basique, et limite scolaire n'aide pas. Les chapitres se terminent parfois de manière abrupte et l'on se demande quel est l’intérêt de certaines scènes et de protagonistes secondaires.

    La personnalité de Cabeb n'étant pas aboutie, l'on ne comprend pas vraiment les relations avec les personnages secondaires, dont sa femme et sa patiente, victime de violences,( lesquelles, pour justifier un suivi psychiatrique ?).

    Que dire des comportements de Nastasia et de la relation qui va en découler, qui s'avère des plus abracadabrantes ? Il aurait peut-être été souhaitable de développer cette curieuse alchimie, le roman est loin d'être un pavé avec ses 192 pages, l'auteure avait de la marge pour approfondir la personnalité de ses protagonistes. C'est encore ce qui manque à ce roman pour donner du sens aux situations  assez incohérentes. Sans oublier bien sur, la relation  particulière qui existe en principe entre un psychopathe de Dark Romance et sa victime, ce genre de relation qui fait ressortir le meilleur du héros et que le magnifique trailer d' Elyxiria nous vend.  Une fois de plus tout n'est qu'illusion.   

    C'est donc assez difficilement que je suis parvenue au terme de ma lecture pour découvrir un dénouement inattendu et des plus abrupt, plongeant, certes, le lecteur passionné, à désirer connaitre la suite des aventures de Caleb. 

    Ce sera sans moi. Il existe bien d'autres auteurs talentueux dans le genre pour perdre son temps avec celui-ci qui ne m'a pas convaincu du tout du sien à écrire de la Dark Romance.

    L'auteur :

    Habitée depuis longtemps par l'envie d'écrire, c'est en janvier 2017 que Micaela décide de se lancer dans l'écriture de son premier roman : TRANSPARENT LIES. Les résolutions sont au rendez-vous en ce jour de l'an et dès le lendemain l'écriture commence. 

    BEWITCHED BY THE DARKNESS, laisse entrevoir une plume de plus en plus maîtrisée.

     

    Le détail :

    L'auteur s'efforce de nous présenter un Mr Jeckyl et Mr Hyde, insistant sur le fait qu'il ne faut pas se fier aux apparences. Derrière votre  séduisant voisin se cache peut-être un tueur sanguinaire qui ne parvient pas à maîtriser ses sombres démons. Malheureusement si l'idée de départ est excellente, le Caleb  de Micaela Barletta ne convainc pas. 

     

    La parenthèse :

    J'ai pu constater, à mon grand déplaisir, que l'auteure n’apprécie guère les retours négatifs sur son oeuvre. Sur sa page  FB auteure, j'ai pu lire une attaque très virulente suscitée par la publication d'un post, paru initialement  sur Babelio, à l'encontre de la chroniqueuse. C'était monstrueusement irrespectueux envers les lecteurs qui n'encensent pas son oeuvre et chacune de ses fans c'est plu à faire des commentaires ignobles, auxquels Micaela Barletta s'est prêtée à rire et entretenir le débat. Parmi ses commentaires désobligeants j'ai pu lire qu'il a été suggéré à la chroniqueuse de se lancer dans l'écriture avant de se permettre de juger d'un livre.  Il me semblait qu'une personne qui donne son avis est  pour la majorité un lecteur et non pas un auteur de roman. Est-il donc impossible d’évaluer un roman, si l'on n'en écrit pas soit même ? C'est totalement grotesque.  C'est donc une des raisons qui m'incitent à ne plus jamais lire un roman de Micalea Barletta, et je laisse aux autres lecteurs le choix de découvrir sa plume. 

     

     

    Notation

     

    Bewitched by the darkness 

    Magnifique couverture et trailer qui donne l'illusion, mais le résultat n'est pas au rendez-vous


    2 commentaires
  • Bossman LCQue peut faire Reese quand son rencard d’un soir se révèle être une véritable catastrophe ? Appeler une amie pour la tirer de là. Ou alors, obtenir l’aide inespérée d’un convive à la table voisine qui a tout entendu et a décidé qu’il allait mentir pour elle et se faire passer pour son premier petit ami.
    Chase ne manque pas de culot, ment comme un pro. Reese ne sait pas trop quoi penser de lui mais quand elle a l’opportunité de le revoir, elle se surprend à saisir l’occasion et quand il lui propose un emploi qui lui correspond totalement dans sa compagnie, elle ne peut pas refuser.
    Reese se surprend à apprécier beaucoup Chase qui ne cache pas tout l’intérêt qu’il lui porte.
    Mais la jeune femme sait depuis longtemps que coucher avec son patron est une très mauvaise idée. Ce n’est pas pour elle… Mais Chase n’est pas vraiment le type de patron auquel elle est habituée et il est plutôt irrésistible dans son genre.

    Editeur : Hugo Roman
    Genre: New Romance
    Date de sortie: 12/10/2017
    Prix du livre papier : Broché 17,00€   Poche : 7,60€
    Version numérique: 9,99 € Le prix du numérique plus cher que du poche ça me sidère !
    Nombre de pages :  360

     

     

    Bossman LCVi Keeland est une auteure qui ne m'est pas inconnue, d'autres de ses romans sont dans PAL comme Cooky Bastard, Beat et Ego. Mais c'est par celui-ci pour une LC que je découvre la plume de l'auteure. Je remercie Anne pour cette proposition et je pense que je ne vais pas tarder à me pencher sur les autres récits de Vi Keeland.

    Le thème de la romance est assez éculé. Cependant l’auteure parvient à le rendre un peu différent. Elle ne nous la joue pas à Beautiful Bastard ou autre dans lesquels le boss joue de son pouvoir sur son employé pour parvenir à ses fins avec un patron plutôt bad-boy.

    Chase n'en est pas un. Ce n'est pas un patron connard arrogant. Leur rencontre est étonnante et amusante. Et l'on tombe immédiatement sous le charme du jeune homme. Cependant ce dernier veut Reese dans son lit et il usera de méthodes plutôt romantiques.

     Mais Reese ne veut pas entretenir une relation avec son patron bien que ce dernier l 'attire depuis leur rencontre insolite. Cependant chat échaudé craint l'eau chaude. Travail et sexe ça ne va pas ensemble. Elle le sait.

    Malgré tout, elle se laisse séduire par Chase et accepte de le rencontrer en dehors du travail sur une base de rendez-vous qui ne sont pas des rendez-vous galants. Mais évidemment les rencontres régulières créent des liens et malgré le fait qu'elle fréquente quelqu'un d'autre avec qui elle pourrait envisager une liaison sur du long terme, elle ne peut ignorer son attrait pour Chase.

     Le récit est narré par Reese et Chase qui nous fait partager son passé douloureux en lien avec une dénommée Peyton. On devine très vite ce qui est advenu. Cependant l'auteure parvient à nous surprendre. Et cette romance toute simple prend un nouveau tournant. Sa conclusion par contre ne sera pas étonnante.

    Reese est un personnage assez ordinaire  avec quelques tocs qui se comprennent aisément. Les passés de nos protagonistes ne sont pas fracassants, cependant celui de Chase est touchant et le tout est cohérent et crédible.

    L'écriture est plaisante et fluide avec un mélange savamment dosé d'humour ( certaines scènes sont très drôles ) et d'émotions, avec beaucoup de complicité entre les personnages.  

    Un très agréable moment de lecture, mais il manque quelque chose après la lecture de la saga Sinner of saints. Les personnages sont attachants mais un peu trop lisses comparés à Vicious Devious et Cie. C'est pour cette raison, je présume qu'il m'a manqué un petit quelque chose pour me faire vibrer davantage. 

    Néanmoins les aventures du duo Reese/Chase sont addictives et l'histoire très bien construite, cohérente et réaliste. Une comédie romantique qui se dévore même si elle ne marquera pas votre esprit bien longtemps..

    Une petite incohérence, sans importance pour l'histoire, s'est glissée dans le récit, voyons voir si œil de lynx de Gaëlle l'a remarqué.

    PS : l'aime beaucoup la couverture qui laisse la place à l'imagination, mais j'adore la VO très sexy !

     

    Bossman LC

     

     

    Avec Anne et Gaëlle

     

    Extraits citations

     

    " je suis l'équilibre de son déséquilibre. Il est le courage de ma peur"

     

    " Ne te concentre pas sur ce qui aurait pu se produire. Mais sur ce qui est"

     

    "- peut-être. Mais tes paroles et tes actes se contredisent en permanence, et on m'a toujours appris qu'il fallait croire ce que les gens font et pas ce qu'ils disent" 

     

    "-parfois tu ne sais pas ce qui te manques jusqu'à ce que tu le trouves "

     

    "- le pouvoir . C'est - à- dire ? C'est la force ?

    - Non, c'est la capacité d'influencer le comportement des autres."

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique