• Romances contemporaines

  •  

     Military Hearts  Emma tente d'oublier, chaque jour que la vie lui donne, la mort de son père et de son frère, soutenant sa mère dans cette infinie douleur. Dans sa famille, les carrières militaires se succèdent et, malheureusement, se ressemblent : une passion, un terrain dangereux... et une effroyable disparition ! Alors, quand Théo, avec qui elle partage une amitié fusionnelle, annonce son engagement pour aider lui aussi son pays, elle explose de colère... de tristesse aussi, révélant ses vrais sentiments. ... Et leur vie ne sera plus jamais la même !

    Editeur : Elyxia
    Genre: Romance  contemporaine
    Date de sortie: 8/8/2018
    Prix du livre papier : Actuellement indisponible
    Version numérique: idem
    Nombre de pages :  216

     

     

     

     

    Military Hearts  L'auteur l'annonce tout de go en ouverture avec ses remerciements en première page ( plutôt déroutant, d'ailleurs) ce roman n'est pas un documentaire militaire de leur vie professionnelle. Malgré tout je m'attendais plonger dans cet univers un peu plus que ça.

    Pour tout dire, je n'imaginais pas lire une romance s’appuyant sur autant de clichés, (je  dirais ceux que l'on peut croiser dans ce genre) déjà exploités par d'autres auteurs, chacun tentant à sa manière de se les approprier pour captiver le lecteur au point de les lui faire oublier.

    Eh bien, pas vraiment réussi ici, tout au moins de mon point de vue, tant tout est survolé.  Un des plus grands risque dans des récits de 200 pages dans lequel l'auteur fait le choix de transposer son histoire  sur plusieurs années. Dommage . Sans en arriver à un 400 pages, quelques développements complémentaires auraient apportés un peu plus de crédibilité et moins de superficialité au thème ou plutôt aux divers thèmes traités.

    Des bonnes idées, même si clichés, l'auteur n'en a pas manqué, usé des rebondissements bienvenus bien que le suspens n'ait pas été, pour moi au rendez-vous, tant ils étaient prévisibles.

     Je déplore le manque de connaissance en vocabulaire médical pour certains passages, quoique de manière générale, je l'ai trouvé un peu faiblard et le phrasé factuel, scolaire et conventionnel. Bref ce qui ne me botte pas vraiment.

    Quant à la romance, elle même, pas assez pétillante et les vibrations émotionnelles pas au rendez-vous à mon goût. Je dois dire que les personnalités des personnages ne sont pas assez aboutis et ce malgré les descriptions de leurs sentiments dans ce récit narré à deux voix. De mon ressenti personnel, le comportement d'Emma est excessif et manque de crédibilité, toujours pour la même raison : Thaïs L est restée trop superficielle et ayant usé de trop de redondances à la place, omettant même de nous planter le décor.  USA, France ? Nul ne le sait.

    Et de ce fait, je ne  me suis pas passionnée pour cette romance qui reste cependant, en dehors de mes bémols,  à la rigueur mignonette pour un lectorat versé dans les lectures légères.

    Personnellement, ne goûtant pas au style de l'auteur,  ni à des romances trop courtes, je ne lirai pas le tome 2 de cette duologie.

     

    Military Hearts

     

    Military Hearts  L'auteur : 

    Nationalité : France
    Né(e) : 1985

    Biographie :

    Thaïs L est auteur de romance.

    Lectrice passionnée depuis toujours, c'est par hasard qu'elle se met à écrire en Janvier 2017. En un mois, trois manuscrits voient le jour et poussée par ses proches, elle se décide à s'auto-publier.

    "Si tout était possible" apparait donc sur la toile en février 2017 et les lecteurs sont au rendez-vous.

    Mariée et mère de deux filles, elle habite à proximité de Paris.

    page Facebook : https://www.facebook.com/Tha%C3%AFs-L-734090503412510/
    Wattpad : https://www.wattpad.com/user/liloone28

     

     


    votre commentaire
  •  

    La où tu iras LC Passionnée par les chevaux, Sarah espère intégrer la prestigieuse école d'équitation du Cadre Noir. Elle s'entraîne sans relâche avec l'étalon que son grand-père lui a offert. Lorsque le vieil homme tombe malade, Sarah doit jongler entre sa famille d'accueil, le collège, l'équitation et les visites à l'hôpital.

    Natasha, brillante avocate, a connu des jours meilleurs : son mariage s'est soldé par un désastre, son nouveau compagnon ne se montre pas à la hauteur, et elle est contrainte de vivre sous le même toit que son ex-mari, le temps de revendre leur maison. Pourtant, quand elle croise le chemin de Sarah, elle décide de la prendre sous son aile. Mais l'adolescente cache un secret qui risque de bouleverser plus d'une vie.

     

    Editeur :  Milady
    Genre:  Romance
    Date de sortie: 3/4/2019
    Prix du livre papier : Broché  16,00€ 
    Version numérique: 9,99
    Nb de pages : 730

     

    La où tu iras LC Il y avait bien longtemps que Jojo Moyes ne m'avait pas touchée avec une de ces romances. Après Avant toi , rien à faire, je ne retrouvais pas l'intensité émotionnelle qui m'avait séduite, émue aux larmes.

    Le démarrage un peu difficile et le  nouveau plongeon dans l'univers équestre, m'a un peut fait freiner de mes 4 fers.  Mais pas très longtemps.

    Difficile de lier les personnages entre eux et de deviner vers quoi souhaitait nous emmener l'auteur.  

    Cependant, celle-ci suit une trame qui lui est propre et c'est progressivement qu'elle nous fait trottiner avant de nous faire galoper pour nous maintenir en équilibre précaire, jouant de nos émotions.

    J'avoue avoir tremblé pour notre jeune Sarah et Boo, tant l'auteur sait entretenir le suspens.

    En parallèle Jojo Moyens nous fait suivre la vie de deux autres personnages importants et aborde des problématiques contemporaines, puis progressivement imbrique les 2 histoires parallèles. 

    Ses thèmes sont maîtrisés et même si, comme elle le dit, l'auteur se permet quelques fantaisies, elle reste cohérente et crédible.

     L'on appréciera les liens mis en place qui progressivement prennent du sens  et sont d'une importance capitale pour la psychologie des personnages.

    Personnages aux personnalités abouties, portrait sublimement  brossé d'un univers particulier qui semble cher à l'auteur quand on pense  A une douce odeur de pluie, roman qui lui m'a déçue et dont on retrouve ici un des protagonistes de cette histoire.

    L'on s'attache à tous les protagonistes principaux pour lesquels on s'inquiète et l'on espère, pour tous, une conclusion heureuse.  

    Passionnant et émouvant, même bouleversant, road trip d'une jeune adolescente qui vous tient en haleine au point de ne parvenir  à refermer ce roman de plus de 700 pages dans lequel, on ne s’ennuie jamais qui nous plonge dans un univers fascinant que celui du Cadre Noir. Belle histoire d'amour et d'humanité qui a chaviré mon petit coeur émotif.  

    J'avoue que l'auteur a attisé ma curiosité tant j'étais ignorante de certaines figures, bien qu'ayant déjà entendu parlé de la très célèbre académie équestre  de Saumur.

    Alors pour le plaisir des yeux je vous offre cette petite vidéo qui conforte cette relation exceptionnelle brillamment décrite par Jojo Moyes  entre un cavalier et son cheval.  Vous y découvririez toutes les figures  de styles expliquées. C'est très beau et j'admire cette relation entre l'homme et l'animal, moi qui est peur des chevaux  

    PS Pour info Le titre VO est The Horse Dancer

     

     

    La où tu iras LC

     

     

     

     

     

     

     Le détail : 

    Jojo Moyes évoque ici Le cadre noir 

    Corps de cavaliers d'élite français, instructeurs à l' Ecole nationale d'équitation près de Saumur. La doctrine du Cadre noir, fixée par le général L’Hotte au XIXe siècle, est  "le cheval, en avant et droit". 

    L’équitation de tradition française, exercée principalement au Cadre noir, a été inscrite en 2011 par l'UNESCO sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

    Pour en savoir plus sur cette prestigieuse Académie équestre c'est ICI

    De même tout chapitre fait référence à un traité d'équitation de Xenophon  datant des alentours  de 400 ans avant JC.

    Roman riche culturellement donc.

     

    La où tu iras LC

    L'auteur ;

    Nationalité : Royaume-Uni
    Né(e) à : Londres , le 04/08/1969
    Biographie :

    Pauline Sara-Jo Moyes (connue sous le nom de Jojo Moyes) est une journaliste et romancière britannique.

    Elle a étudié à Royal Holloway, University of London. En 1992, elle a remporté une bourse financée par le journal "The Independent" pour suivre le cours de journalisme de troisième cycle à la City University, de Londres. Elle a ensuite travaillé au The Independent durant les 10 années qui ont suivi.

    Elle interrompt sa carrière à "The Independent" durant un an pour travailler à Hong Kong pour le "Sunday Morning Post". Elle interviendra à divers niveaux, elle sera adjointe des nouvelles éditions en 1998, puis correspondante arts et média en 2002.

    A partir de 2002 elle est devenue romancière à plein temps.

    Elle est l'un des rares auteurs à avoir remporté deux fois le roman romantique de l'année (Romantic Novelists' Association Awards), en 2004 pour "Arcadia Hotel" ("Foreign Fruit", 2003) et en 2011 pour "La dernière lettre de son amant" ("The last letter from your lover", 2010).


    "Jamais deux sans toi" ("The One Plus One", 2014) a obtenu le prix des lectrices 2015.
    Son roman "Avant toi" ("After you", 2015) a été adapté au cinéma en 2016, avec Emilia Clarke et Sam Claflin.

    Jojo Moyes vit dans une ferme à Saffron Walden, Essex avec son mari, le journaliste Charles Arthur, et leurs trois enfants.

    site officiel : http://www.jojomoyes.com/

     

     

     

     


    1 commentaire
  •  

    Un garçon sur le pas de la porte Micah Mortimer, la petite quarantaine routinière, coule des jours heureux dans un quartier tranquille de Baltimore. En voiture, au travail ou avec sa petite amie, il ne dévie jamais de sa route toute tracée – jusqu’au jour où il trouve Brink Adams qui l’attend sur le pas de sa porte.
    Car l’adolescent fugueur en est sûr, Micah est son père biologique... Pour l’homme qui aimait ses habitudes, cette seconde chance sonne comme une malédiction

     

    Editeur : Phébus 
    Genre: Littérature contemporaine
    Date de sortie: 12/3/ 2020
    Prix du livre papier : 18,00 
    Version numérique: 12,99
    Nombre de pages : 170

     

     

     

     

    Un garçon sur le pas de la porte Je ne refuse jamais un Masse critique privilège, trouvant l'occasion trop belle pour le plus souvent découvrir des auteurs qui me sont inconnus.

    C'est le cas ici et pourtant Anne Tyler n'en est pas à son premier roman et a décroché le tres célèbre prix Pullitzer pour Leçons de conduite.

    Que dire de son dernier roman ? 

    Tout d 'abord, je dirais qu'il est inclassable. Je ne sais vraiment pas dans quel genre le ranger. L'auteure nous y narre la vie ordinaire et sans fantaisie de Micah, cinquantenaire, aux habitudes et à l’organisation à la limite de la maniaquerie.

    Petit boulot, vie sentimentale d'une platitude déconcertante, qui lui convient suite à des déceptions sentimentales, l'arrivée soudaine d'un adolescent, fils d'un amour de jeunesse, va indirectement chambouler sa vie. Mais pas vraiment de la manière que l'on imagine.

    Anne Tyler ne fait pas dans le rebondissement fracassant, elle s'attache plutôt à la psychologie des personnages.

    Ses protagonistes sont donc particulièrement bien campés et elle nous fait partager ce quotidien, si réaliste, que l'on ne peut que se projeter dans la vie de Micah aux journées identiques, brossés avec force détails ( trop à mon goût).

    Cependant l’histoire est prenante et l'on se prend de sympathie pour le personnage principal, ce monsieur tout le monde.

    Le récit donc, malgré le style factuel ( qui se justifie et donne de la force à la routine quotidienne de Micah, - pour autant, j’apprécie moyennement-) est addictif et l'on en vient à la fin sans s'y être ennuyé.

    Néanmoins,  le dénouement, qui devient prévisible au cours des chapitres, est plutôt abrupt et me satisfait moyennement.

    Cependant, j'ai apprécié cette aventure et je remercie Masse Critique et les éditions  Phebus pour cet exemplaire à la très belle et originale couverture.

     

    Charleston

     

    Un garçon sur le pas de la porte L'auteur :

    Nationalité : États-Unis
    Né(e) à : Minneapolis, Minnesota , le 25/10/1941
    Biographie :

    Anne Tyler est une femme de lettres américaine.

    Elle a passé son enfance dans une communauté des quakers. À l'âge de 16 ans, elle entre au Swarthmore College, puis décroche une bourse d'études pour s'inscrire à l'Université Duke d'où elle sort diplômée en 1961.
    Elle poursuit son cheminement à l'Université Columbia en études slaves. Après un an, elle abandonne sa maîtrise et retourne à Durham en Caroline du Nord pour y travailler un temps comme bibliothécaire à l'Université Duke.

    En 1963, elle épouse Taghi Modarressi (mort en 1997), écrivain de langue persane et psychiatre pour enfants d'origine iranienne avec qui elle a deux filles et entame sa carrière d'écrivain en publiant des nouvelles, puis le "If Morning Ever Comes" (1964), son premier roman, suivi de "The Tin Can Tree" (1965).

    Pour élever ses enfants, elle délaisse le roman, mais continue de publier des nouvelles, outre des critiques littéraires et des articles, pour The New Yorker, The Saturday Evening Post, Redbook etc.

    Elle revient au roman à partir de 1970. Elle est lauréate du National Book Critics Circle Award en 1985 pour son roman "Le voyageur malgré lui" (The Accidental Tourist) et du Prix Pulitzer de la fiction en 1989 pour son roman "Leçons de conduite" (Breathing Lessons).

    Ses nombreux romans ne constituent pas une analyse sociale à grande échelle, certes, mais ils projettent un éclairage extraordinaire sur la vie de personnes ordinaires, principalement issues de la classe moyenne qui s'efforcent de parvenir à un équilibre entre la quête de leur individualité et les liens de fer que constituent les obligations et l'amour envers leur famille.

    Ses livres célèbrent l'héroïsme et les échecs de la vie domestique à petite échelle. Bien que les personnages de ses romans soient souvent excentriques, insolites ou blessés, ces mots ne suffisent pas à décrire la générosité, l'affection et les sentiments disproportionnés qu'Anne Tyler accorde aux personnages de tous ses romans.

    En janvier 2012, elle reçoit le Sunday Times Award for Literary Excellence. La romancière réside à Baltimore.

    Page Facebook : https://www.facebook.com/AnneTylerAuthor/

     


    votre commentaire
  • L'homme idéal est une licorne comme les autres LCLaly, 25 ans, institutrice et célibataire, rêve du grand amour à travers les pages de ses romances préférées, sans jamais l’avoir connu.
    Jusqu’au jour où elle décide de se créer elle-même sa romance. Son boss ? Son coloc ? Ou peut-être un sportif ? Ou une star de ciné ? Lequel sera le bon ?
    Aidée par ses amis de toujours et d’une imagination sans limite, elle approchera les incarnations de ses fantasmes les plus secrets, qui l’emmèneront loin de son quotidien…
    Et si, au milieu de tous ces inconnus, elle croisait réellement son homme idéal ?

    Editeur : Les Addictives
    Genre: Comédie romantique
    Date de sortie: 11/12/2019
    Prix du livre papier : pas pour l'instant
    Version numérique: 4,99 € 
    Nombre de pages :  382

     

     

    L'homme idéal est une licorne comme les autres LCL'année commence par une lecture coup de coeur avec cette comédie romantique totalement déjantée.  

    Erin Graham est une auteure surprenante, capable de passer d'un genre à l'autre avec talent. Je suis totalement conquise par sa plume, son imagination et sa capacité de jouer sur 2 registres diamétralement opposés et à glisser les personnages de ses autres romans, comme ici Vadim, Adam... Et quand on a été sous le charme de ces protagonistes dans With Love, c'est un plaisir de le retrouver. Que dire quand pour couronner le tout l'auteure, elle-même, s'invite dans sa propre romance, et entraîne Laly dans une folle aventure ?

    Entre humour et quiproquos  l'on en vient au terme de sa lecture sans même s'apercevoir que l'on a dévoré ce roman remarquablement addictif. 

     Erin Graham nous offre une fois de plus des personnages charismatiques et drôles et une Laly parfois pitoyable, parfois touchante, et toujours émouvante.

    Ce récit est à plusieurs voix, la sienne et celles de Stan, Nicholas, Aaron qui la côtoient et, l'auteure sème ainsi le doute sur le vrai héros de l'histoire, tout au moins au début. 

    Nous suivons donc Laly dans sa recherche de l'homme idéal suivant les critère de la romance et l'idée d'Erin Graham  : " La romance quoi qu'il advienne, existe autour de nous,.. il suffit de la trouver..." et se met parfois dans des situations  improbables, loin d'être aussi romantiques que celles des livres de Bikers, de Boss, de mecs sexy dans un ascenseur, personnages de romans que les fans de New Adult reconnaîtront sans peine. Un plaisant petit clin d’œil à des œuvres archi-connues, qui ont su faire rêver la plupart d'entre nous.

    Eh oui, Erin Graham est une magicienne qui embellit le quotidien avec de beaux contes de fées et qui vont font passer un superbe moment avec des personnages plus vrais que nature, auxquels on s'attache et que l'on peine à quitter, tout comme elle qui les glisse subrepticement  dans chacun de ses romans. L'on imagine donc retrouver bientôt Stan le coloc déjanté, Gaëlle, Julie... dans une autre comédie romantique et autres aventures que l'auteure a l'imagination débordante  saura nous concocter que se soit sous  le pseudo d' Erin ou de Marie, pour ses romances MM particulièrement émouvantes.

    Je conseille fortement ce roman anti grisaille, sorte de livre doudou qui fait un bien fou au moral, comédie romantique chick-lit avec un soupçon d'érotisme et ses personnages charismatiques, allumés, un Aaron à croquer, un coloc et ami comme on les aime, un Nicholas surprenant.

     

    L'homme idéal est une licorne comme les autres LC

     

     

    L'homme idéal est une licorne comme les autres LCL'auteur : 

    Amoureuse des mots, Erin Graham a un jour décidé de les écrire plutôt que de les laisser s'envoler. Elle aime créer des personnages tendres et décalés, avec toujours une pointe d’humour et beaucoup d’émotions.
    Romances éditées par les éditions Addictives.

    La romance MxM Vous intéresse? Erin Graham publie également ce genre de romance sous le pseudonyme Marie H. J.

     

    Extraits citations 

     

    "- La romance c'est le moment ou deux âmes apprennent à danser ensemble. L’instant ou tu m'as pris la main dans cette voiture. La seconde ou te  yeux ont croisés les miens dans cette barque. Le premier battement de mon coeur pour moi. Ma romance, ma romance t'appartient... Tu veux bien la vivre avec moi  ? "

     

    "- Christophe Colomb cherchait les Indes quand il a posé les pieds aux Bahamas.. On sait toujours comment débute la quête, mais la fin, elle reste un mystère jusqu'au bout"

     

    "– Donc, voilà… Plutôt que d’attendre que le grand bonheur m’arrive tout cuit dans le bec, je vais aller le chercher… Mais pas n’importe où ! J’ai, grâce à nos lectures, sélectionné une petite liste de profils intéressants.
    – Putain, on se croirait dans une agence d’intérim !
    – Merci Stan pour ce commentaire que je ne prendrai pas en compte. Donc, je disais, les hommes susceptibles de me plaire…
    Je pose ma règle sur la première catégorie.
    – Les bikers… Comme dans Dark Ride… T’avais bien aimé aussi, celui-là, Gaëlle !
    Mon amie semble pétrifiée…
    – Oui, OK, mais Laly… C’est une fiction… Dans la vraie vie…
    – Non, mais, évidemment que je sais que dans la vraie ça ne sera pas pareil. Mais quand même, Gaëlle. Il y a une base. Je trouve ça trop sexy, tu vois ?
    Mon amie ne répond pas, oscillant entre une bonne envie de rire et une obligation de rester sérieuse. Je sais que ça peut paraître ridicule. Mais je ne supporte plus mon célibat et il faut bien débuter quelque part, de toute manière. Ce n’est pas en restant dans le schéma école-maison-famille que je pourrai changer ma vie, alors, quitte à choisir, autant agir dans la direction qui m’attire… Quitte à essuyer quelques désillusions, je pense que dans le lot, je pourrais, éventuellement, trouver mon Graal.
    Je continue donc mon exposé des faits.
    – Mais ce ne sont pas les seuls qui me font craquer… Il y a également le patron… Tu sais, Gaëlle, comme dans The Boss. Il était bien aussi, le mec. Super sexy… Il s’entraînait même au MMA.
    Stan éclate de rire.
    – Donc, en sueur, collant et odeurs douteuses…
    Je ne l’écoute pas, je ne l’écoute pas…
    – Oui, OK, mais Laly… Ton patron s’appelle Mme Knops et est âgée de 55 ans je te rappelle…
    Ah oui, merde"

     

    E.Graham


    1 commentaire
  • Changer l'eau des fleurs LCViolette Toussaint est garde-cimetière dans une petite ville de Bourgogne. Les gens de passage et les habitués viennent se réchauffer dans sa loge où rires et larmes se mélangent au café qu’elle leur offre. Son quotidien est rythmé par leurs confidences. Un jour, parce qu’un homme et une femme ont décidé de reposer ensemble dans son carré de terre, tout bascule. Des liens qui unissent vivants et morts sont exhumés, et certaines âmes que l’on croyait noires, se révèlent lumineuses.
    Après l’émotion et le succès des Oubliés du dimanche, Valérie Perrin nous fait partager l’histoire intense d’une femme qui, malgré les épreuves, croit obstinément au bonheur. Avec ce talent si rare de rendre l’ordinaire exceptionnel, Valérie Perrin crée autour de cette fée du quotidien un monde plein de poésie et d’humanité.

    Un hymne au merveilleux des choses simples.

    Editeur : Albin Michel
    Genre:  Romance contemporaine
    Date de sortie : 28/2/2018
    Prix du livre papier :  Broché : 22,50 Poche : 8,90
    Version numérique: 8,99
    Nombre de pages : 560

     

    Changer l'eau des fleurs LC

    C'est tentée par les nombreux retours positifs et le fait qu'il soit le coup de coeur d'un autre challenger (Boubille) et la superbe couverture que je me suis plongée dans cette LC avec ma ma binôme.

    Je l'annonce tout de go : ce ne sera pas un des miens. 

    J'ai eu un mal fou à entrer dans l’histoire, je dirais même que je m'y suis aventurée à reculons face au style factuel, la plume de Valérie Perrin, ses phrases courtes, la pauvreté et lourdeur du vocabulaire , ses redondances. 

    Sentiment qui n'a fait que s’accroître au cours du récit : somme de situations anecdotiques d'une gardienne de cimetière que l'auteure a su récolter ici et là. À la longue, c'est étouffant. Certes, cette répétition met en exergue la monotonie de la vie de Violette. Certes, c'est le quotidien de notre héroïne. Mais bon sang, qu'est-ce qu'on s’ennuie !  Pour tout dire, j'ai lu certains passages en diagonale.

    Valérie Perrin veut gérer trop de sujets en même temps, s'obstinant à faire se croiser une multitudes de personnages secondaires. Personnellement cela n'a fait qu'accentuer, chez moi, l' aspect brouillon, confus, désordonné de cette aventure livresque.  Parlerai-je des passages entiers du journal de certains personnages qui n'ont aucun intérêt pour l'intrigue principale et que ne font qu'accenteur l'effet de longueur ? De improbabilité de certaines situations  ? Soit, l'on dit toujours au décours de certaines rencontres dans des endroits inattendus :  Ah ben, le monde est petit ! 

    Ce qui vous pousse à avancer, c'est le mystère Léonine. J'avoue c'est le seul moment ou l'auteure est parvenue à me surprendre (en dehors du fait que l'épreuve est plus qu'évidente) Mais là, encore, Valerie Perrin nous y emmène dans une construction assez particulière, à laquelle je n'ai pas adhéré. 

    La plupart du roman est présenté sous le regard et a travers les émotions de Violette pour dans le dernière tiers nous faire basculer dans celui du mari, vu jusqu'alors à travers les yeux de notre héroïne. Cette approche m'a totalement déconcertée, quand de plus l'auteure vient nous rajouter la vision d'un autre personnage secondaire impliqué de près dans l'histoire de Léonine.  Le tout est si brouillon que je peine à canaliser mes sentiments autour de cette lecture.

    Des idées, des thèmes, ce n'est pas ce qui manque et, incitent à la réflexion. Néanmoins à vouloir trop en faire, l'auteure m'a perdue entre intrigue, reconstruction, relations de couple, non dits, résilience et romance. Quoique coté romance, on peut pas faire plus tiré par les cheveux.

    Quant aux personnages, ils n'on suscités aucune émotion, ni empathie. J'oserai même dire que j'ai été presque plus touchée par Patrick que par Violette. Celle-ci m'a parfois prodigieusement agacée.

    Lecture lourde et décevante à mille lieux pour moi des retours dithyrambiques  de la grande majorité des lecteurs. 

     

    Changer l'eau des fleurs LC

     

    Changer l'eau des fleurs LCL'auteur : 

    Nationalité : France
    Né(e) à : Gueugnon (Saône-et-Loire) , 1967

    Biographie :

    Valérie Perrin est une photographe, scénariste et écrivaine.

    Elle travaille aux côtés de son mari, le réalisateur Claude Lelouch.

    Son premier roman, "Les oubliés du dimanche" (2015), a reçu de nombreux prix, dont celui de Lire Élire 2016 et de Poulet-Malassis 2016. Après son succès en France, il sort en Italie en septembre 2016 et en Allemagne début 2017.

    En 2018, elle a reçu le prix Maison de la Presse pour son deuxième roman "Changer l'eau des fleurs" (Albin Michel, 2018).
     
     
    Extraits citations 
     
     
    " La mort d'un enfant encombre les grands, les adultes, les autres, les  voisin, les commerçants. Ils baissent les yeux et vous évitent, changent de  trottoir. Quand un enfant meurt, pour beaucoup, les parents meurent avec"
     
     
    " Combien coûte une vie qui pèse 7  ans et demi ?"
     
     
    " On ne quitte pas une femme qu'on ne voit plus, qui ne fait pas de scènes, qui ne fait pas de bruit, qui ne claque pas les porte, c'es bien trop pratique"
     
     
    " On quitte les gens à cause des gens, faut pas chercher plus loin"
     
     
    " Parce que la plupart du temps, on finit par faire son deuil. Le temps détricote le chagrin."
     
     
    " on ne dit jamais qu'on peut mourir d'en avoir eu trop souvent marre"
     
     
    " Un joli nom, ça n’empêche pas d'être un salaud"
     
     
    V.Perrin

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique