• Romances contemporaines

  • L'homme idéal est une licorne comme les autres LCLaly, 25 ans, institutrice et célibataire, rêve du grand amour à travers les pages de ses romances préférées, sans jamais l’avoir connu.
    Jusqu’au jour où elle décide de se créer elle-même sa romance. Son boss ? Son coloc ? Ou peut-être un sportif ? Ou une star de ciné ? Lequel sera le bon ?
    Aidée par ses amis de toujours et d’une imagination sans limite, elle approchera les incarnations de ses fantasmes les plus secrets, qui l’emmèneront loin de son quotidien…
    Et si, au milieu de tous ces inconnus, elle croisait réellement son homme idéal ?

    Editeur : Les Addictives
    Genre: Comédie romantique
    Date de sortie: 11/12/2019
    Prix du livre papier : pas pour l'instant
    Version numérique: 4,99 € 
    Nombre de pages :  382

     

     

    L'homme idéal est une licorne comme les autres LCL'année commence par une lecture coup de coeur avec cette comédie romantique totalement déjantée.  

    Erin Graham est une auteure surprenante, capable de passer d'un genre à l'autre avec talent. Je suis totalement conquise par sa plume, son imagination et sa capacité de jouer sur 2 registres diamétralement opposés et à glisser les personnages de ses autres romans, comme ici Vadim, Adam... Et quand on a été sous le charme de ces protagonistes dans With Love, c'est un plaisir de le retrouver. Que dire quand pour couronner le tout l'auteure, elle-même, s'invite dans sa propre romance, et entraîne Laly dans une folle aventure ?

    Entre humour et quiproquos  l'on en vient au terme de sa lecture sans même s'apercevoir que l'on a dévoré ce roman remarquablement addictif. 

     Erin Graham nous offre une fois de plus des personnages charismatiques et drôles et une Laly parfois pitoyable, parfois touchante, et toujours émouvante.

    Ce récit est à plusieurs voix, la sienne et celles de Stan, Nicholas, Aaron qui la côtoient et, l'auteure sème ainsi le doute sur le vrai héros de l'histoire, tout au moins au début. 

    Nous suivons donc Laly dans sa recherche de l'homme idéal suivant les critère de la romance et l'idée d'Erin Graham  : " La romance quoi qu'il advienne, existe autour de nous,.. il suffit de la trouver..." et se met parfois dans des situations  improbables, loin d'être aussi romantiques que celles des livres de Bikers, de Boss, de mecs sexy dans un ascenseur, personnages de romans que les fans de New Adult reconnaîtront sans peine. Un plaisant petit clin d’œil à des œuvres archi-connues, qui ont su faire rêver la plupart d'entre nous.

    Eh oui, Erin Graham est une magicienne qui embellit le quotidien avec de beaux contes de fées et qui vont font passer un superbe moment avec des personnages plus vrais que nature, auxquels on s'attache et que l'on peine à quitter, tout comme elle qui les glisse subrepticement  dans chacun de ses romans. L'on imagine donc retrouver bientôt Stan le coloc déjanté, Gaëlle, Julie... dans une autre comédie romantique et autres aventures que l'auteure a l'imagination débordante  saura nous concocter que se soit sous  le pseudo d' Erin ou de Marie, pour ses romances MM particulièrement émouvantes.

    Je conseille fortement ce roman anti grisaille, sorte de livre doudou qui fait un bien fou au moral, comédie romantique chick-lit avec un soupçon d'érotisme et ses personnages charismatiques, allumés, un Aaron à croquer, un coloc et ami comme on les aime, un Nicholas surprenant.

     

    L'homme idéal est une licorne comme les autres LC

     

     

    L'homme idéal est une licorne comme les autres LCL'auteur : 

    Amoureuse des mots, Erin Graham a un jour décidé de les écrire plutôt que de les laisser s'envoler. Elle aime créer des personnages tendres et décalés, avec toujours une pointe d’humour et beaucoup d’émotions.
    Romances éditées par les éditions Addictives.

    La romance MxM Vous intéresse? Erin Graham publie également ce genre de romance sous le pseudonyme Marie H. J.

     

    Extraits citations 

     

    "- La romance c'est le moment ou deux âmes apprennent à danser ensemble. L’instant ou tu m'as pris la main dans cette voiture. La seconde ou te  yeux ont croisés les miens dans cette barque. Le premier battement de mon coeur pour moi. Ma romance, ma romance t'appartient... Tu veux bien la vivre avec moi  ? "

     

    "- Christophe Colomb cherchait les Indes quand il a posé les pieds aux Bahamas.. On sait toujours comment débute la quête, mais la fin, elle reste un mystère jusqu'au bout"

     

    "– Donc, voilà… Plutôt que d’attendre que le grand bonheur m’arrive tout cuit dans le bec, je vais aller le chercher… Mais pas n’importe où ! J’ai, grâce à nos lectures, sélectionné une petite liste de profils intéressants.
    – Putain, on se croirait dans une agence d’intérim !
    – Merci Stan pour ce commentaire que je ne prendrai pas en compte. Donc, je disais, les hommes susceptibles de me plaire…
    Je pose ma règle sur la première catégorie.
    – Les bikers… Comme dans Dark Ride… T’avais bien aimé aussi, celui-là, Gaëlle !
    Mon amie semble pétrifiée…
    – Oui, OK, mais Laly… C’est une fiction… Dans la vraie vie…
    – Non, mais, évidemment que je sais que dans la vraie ça ne sera pas pareil. Mais quand même, Gaëlle. Il y a une base. Je trouve ça trop sexy, tu vois ?
    Mon amie ne répond pas, oscillant entre une bonne envie de rire et une obligation de rester sérieuse. Je sais que ça peut paraître ridicule. Mais je ne supporte plus mon célibat et il faut bien débuter quelque part, de toute manière. Ce n’est pas en restant dans le schéma école-maison-famille que je pourrai changer ma vie, alors, quitte à choisir, autant agir dans la direction qui m’attire… Quitte à essuyer quelques désillusions, je pense que dans le lot, je pourrais, éventuellement, trouver mon Graal.
    Je continue donc mon exposé des faits.
    – Mais ce ne sont pas les seuls qui me font craquer… Il y a également le patron… Tu sais, Gaëlle, comme dans The Boss. Il était bien aussi, le mec. Super sexy… Il s’entraînait même au MMA.
    Stan éclate de rire.
    – Donc, en sueur, collant et odeurs douteuses…
    Je ne l’écoute pas, je ne l’écoute pas…
    – Oui, OK, mais Laly… Ton patron s’appelle Mme Knops et est âgée de 55 ans je te rappelle…
    Ah oui, merde"

     

    E.Graham


    1 commentaire
  • Changer l'eau des fleurs LCViolette Toussaint est garde-cimetière dans une petite ville de Bourgogne. Les gens de passage et les habitués viennent se réchauffer dans sa loge où rires et larmes se mélangent au café qu’elle leur offre. Son quotidien est rythmé par leurs confidences. Un jour, parce qu’un homme et une femme ont décidé de reposer ensemble dans son carré de terre, tout bascule. Des liens qui unissent vivants et morts sont exhumés, et certaines âmes que l’on croyait noires, se révèlent lumineuses.
    Après l’émotion et le succès des Oubliés du dimanche, Valérie Perrin nous fait partager l’histoire intense d’une femme qui, malgré les épreuves, croit obstinément au bonheur. Avec ce talent si rare de rendre l’ordinaire exceptionnel, Valérie Perrin crée autour de cette fée du quotidien un monde plein de poésie et d’humanité.

    Un hymne au merveilleux des choses simples.

    Editeur : Albin Michel
    Genre:  Romance contemporaine
    Date de sortie : 28/2/2018
    Prix du livre papier :  Broché : 22,50 Poche : 8,90
    Version numérique: 8,99
    Nombre de pages : 560

     

    Changer l'eau des fleurs LC

    C'est tentée par les nombreux retours positifs et le fait qu'il soit le coup de coeur d'un autre challenger (Boubille) et la superbe couverture que je me suis plongée dans cette LC avec ma ma binôme.

    Je l'annonce tout de go : ce ne sera pas un des miens. 

    J'ai eu un mal fou à entrer dans l’histoire, je dirais même que je m'y suis aventurée à reculons face au style factuel, la plume de Valérie Perrin, ses phrases courtes, la pauvreté et lourdeur du vocabulaire , ses redondances. 

    Sentiment qui n'a fait que s’accroître au cours du récit : somme de situations anecdotiques d'une gardienne de cimetière que l'auteure a su récolter ici et là. À la longue, c'est étouffant. Certes, cette répétition met en exergue la monotonie de la vie de Violette. Certes, c'est le quotidien de notre héroïne. Mais bon sang, qu'est-ce qu'on s’ennuie !  Pour tout dire, j'ai lu certains passages en diagonale.

    Valérie Perrin veut gérer trop de sujets en même temps, s'obstinant à faire se croiser une multitudes de personnages secondaires. Personnellement cela n'a fait qu'accentuer, chez moi, l' aspect brouillon, confus, désordonné de cette aventure livresque.  Parlerai-je des passages entiers du journal de certains personnages qui n'ont aucun intérêt pour l'intrigue principale et que ne font qu'accenteur l'effet de longueur ? De improbabilité de certaines situations  ? Soit, l'on dit toujours au décours de certaines rencontres dans des endroits inattendus :  Ah ben, le monde est petit ! 

    Ce qui vous pousse à avancer, c'est le mystère Léonine. J'avoue c'est le seul moment ou l'auteure est parvenue à me surprendre (en dehors du fait que l'épreuve est plus qu'évidente) Mais là, encore, Valerie Perrin nous y emmène dans une construction assez particulière, à laquelle je n'ai pas adhéré. 

    La plupart du roman est présenté sous le regard et a travers les émotions de Violette pour dans le dernière tiers nous faire basculer dans celui du mari, vu jusqu'alors à travers les yeux de notre héroïne. Cette approche m'a totalement déconcertée, quand de plus l'auteure vient nous rajouter la vision d'un autre personnage secondaire impliqué de près dans l'histoire de Léonine.  Le tout est si brouillon que je peine à canaliser mes sentiments autour de cette lecture.

    Des idées, des thèmes, ce n'est pas ce qui manque et, incitent à la réflexion. Néanmoins à vouloir trop en faire, l'auteure m'a perdue entre intrigue, reconstruction, relations de couple, non dits, résilience et romance. Quoique coté romance, on peut pas faire plus tiré par les cheveux.

    Quant aux personnages, ils n'on suscités aucune émotion, ni empathie. J'oserai même dire que j'ai été presque plus touchée par Patrick que par Violette. Celle-ci m'a parfois prodigieusement agacée.

    Lecture lourde et décevante à mille lieux pour moi des retours dithyrambiques  de la grande majorité des lecteurs. 

     

    Changer l'eau des fleurs LC

     

    Changer l'eau des fleurs LCL'auteur : 

    Nationalité : France
    Né(e) à : Gueugnon (Saône-et-Loire) , 1967

    Biographie :

    Valérie Perrin est une photographe, scénariste et écrivaine.

    Elle travaille aux côtés de son mari, le réalisateur Claude Lelouch.

    Son premier roman, "Les oubliés du dimanche" (2015), a reçu de nombreux prix, dont celui de Lire Élire 2016 et de Poulet-Malassis 2016. Après son succès en France, il sort en Italie en septembre 2016 et en Allemagne début 2017.

    En 2018, elle a reçu le prix Maison de la Presse pour son deuxième roman "Changer l'eau des fleurs" (Albin Michel, 2018).
     
     
    Extraits citations 
     
     
    " La mort d'un enfant encombre les grands, les adultes, les autres, les  voisin, les commerçants. Ils baissent les yeux et vous évitent, changent de  trottoir. Quand un enfant meurt, pour beaucoup, les parents meurent avec"
     
     
    " Combien coûte une vie qui pèse 7  ans et demi ?"
     
     
    " On ne quitte pas une femme qu'on ne voit plus, qui ne fait pas de scènes, qui ne fait pas de bruit, qui ne claque pas les porte, c'es bien trop pratique"
     
     
    " On quitte les gens à cause des gens, faut pas chercher plus loin"
     
     
    " Parce que la plupart du temps, on finit par faire son deuil. Le temps détricote le chagrin."
     
     
    " on ne dit jamais qu'on peut mourir d'en avoir eu trop souvent marre"
     
     
    " Un joli nom, ça n’empêche pas d'être un salaud"
     
     
    V.Perrin

    1 commentaire
  • Insensible Maxime est beau, arrogant et prêt à se marier quand il a un accident le jour de son enterrement de vie de garçon. Le voilà plongé dans le coma avec pour seule occupation : écouter. Difficile pour un jeune homme qui prône l'intolérance et le mépris d'autrui. Piégé dans ses pensées déjantées, une seule personne réussit à l’apaiser : Marie, sa douce infirmière. Une histoire d’amour naît entre l’insupportable comateux et l’infirmière désespérée. Sans pouvoir se voir ni se parler, ils vont y croire malgré tout.

     

    Editeur : So Romance 
    Genre:  Romance contemporaine
    Date de sortie : 4/1/2019
    Prix du livre papier :  Broché : 12,99
    Version numérique: 5,99
    Nombre de pages : 230

     

     

     

     

    Insensible Choisi délibérément pour le glisser dans le cadre  du challenge Multi Défis Babelio. L'occasion de donner à l'auteure une deuxième chance, vu que je n'ai pas accroché à Monsieur Connard pour diverses raisons ( voir la chronique si ça vous botte).

    Tout bien considéré Sonia  Miot et moi ça va pas le faire. Je laisse le style, l'humour, à ceux et celles a qui ça correspond. Heureusement il en faut pour tous les goûts. Perso, ni le premier roman ( que j'ai quand même préféré) ne correspond à mes attentes en matière de romances. Trop de mal pour moi à tout prendre au second degré, d'autant que l'on aurait pu avoir une jolie romance avec juste un pointe de réalisme, un peu d'émotion. Il n'en fallait guère. 

    L'occasion de donner à l'auteure une deuxième chance, vu que je n'ai pas accroché à Monsieur Connard pour diverses raisons ( voir la chronique si ça vous botte).

    Tout bien considéré Sonia  Miot et moi ça va pas le faire. Je laisse le style, l'humour, à ceux et celles a qui ça correspond. Heureusement il en faut pour tous les goûts. Perso, ce premier roman ( que j'ai quand même préféré) ne correspond pas  à mes attentes en matière de romances. Trop de mal, pour moi à tout prendre au second degré, d'autant que l'on aurait pu avoir une jolie romance avec juste un pointe de réalisme et d'émotion. Il n'en fallait guère. Un choix personnel certes mais qui reste un peu casse gueule. 

    L'idée de base est néanmoins excellente. Il faut dire que Sonia Mio sait vraiment les dégoter. Sauf que, à mon goût très personnel, elle casse le charme de la romance dans un excès humoristique et trop d' incohérences.

    Maîtriser un peu les notions du coma et le milieu soignant, aurait été, un poil bienvenu, ce qui aurait évité de  me faire lever les yeux ciel un nombre incalculable de fois. Ce qui a été pire que le dénouement très prévisible mais qui convient bien avec la romance.

    De bonnes idées, c'est inconstatable, mais le reste... Rien à faire, j’accroche pas ni au niveau stylistique qui permet à l’auteure de se démarquer ( je le reconnais absolument), ni au côté trop peu crédible. Désolée mais mon coté soignante ne peut l'admettre.  

    Quant aux dialogues, je les ai trouvé plutôt lisses, voire insipides ( oui je sais moi, j'aime les reparties qui clashent, des situations qui vont vibrer).

    Une fois de plus une lecture qui n'a pas répondu à mes attentes mais séduira probablement un certain lectorat

    L'idée de base est néanmoins excellente. Il faut dire que Sonia Mio sait vraiment les dégoter. Sauf que, à mon goût très personnel, elle casse le charme de la romance dans un excès humoristique et trop d' incohérences.

    Maîtriser un peu les notions du coma et le milieu soignant, aurait été, un poil bienvenu, ce qui aurait évité de  me faire lever les yeux ciel un nombre incalculable de fois. Ce qui a été pire que le dénouement très prévisible mais qui convient bien avec la romance.

    De bonnes idées, c'est inconstatable, mais le reste... Rien à faire, j’accroche pas ni au niveau stylistique qui permet à l’auteure de se démarquer ( je le reconnais absolument), ni au côté trop peu crédible. Désolée mais mon coté soignante ne peut l'admettre.  

    Quant aux dialogues, je les ai trouvé plutôt lisses, voire insipides ( oui je sais moi, j'aime les reparties qui clashent, des situations qui vont vibrer).

    Une fois de plus une lecture qui n'a pas répondu à mes attentes mais séduira probablement un certain lectorat .

    Insensible


    2 commentaires
  •  

    Monsieur ConnardUn nom pareil, ça ne s'invente pas. Pourtant, derrière ce patronyme, se cache une certaine sensibilité et un cœur qui balance ...Corentin Connard est spécialiste en séparation amoureuse. Ce jeune patron passe ses journées à briser des couples et ses soirées devant sa console de jeux. Fan incontesté de jeux vidéo, il joue avec la dénommée Éphémère2. Seulement, le jour où sa meilleure employée décide de remuer son quotidien morose, rien ne va plus. Le cœur tiraillé entre les deux femmes, Corentin devra faire un choix. Et si le destin en avait décidé autrement ?Après Insensible; découvrez sans plus attendre le nouveau roman de Sonia Miot et suivez les aventures sentimentales de Corentin Connard, un homme plein de surprises

     

      Editeur : So Romance 
    Genre:  Romance contemporaine
    Date de sortie : 16/8/2019
    Prix du livre papier :  Broché : 12,99
    Version numérique: 6,99
    Nombre de pages : 208

     

     

     

     Monsieur ConnardAu vu du titre et de la couverture, on s'attend  à un énième roman  New Adult avec un protagoniste arrogant d'ou son titre à la hauteur de son patronyme.

    On n'en est loin, car Sonia Miot vient nous surprendre en nous plongeant dans une histoire qui tient de la chick lit. Et en la matière chez moi, c'est tout ou rien. Çà passe ou pas.

    Pourtant l'idée de base était assez originale. Plutôt que de nous offrir les plaintes les déboires d'un énième personnage du genre, l'auteur nous partage l'histoire dramatique et le triste quotidien de Corentin, patron d'un entreprise de séparation. 

    Et nous voilà embarqués dans des aventures rocambolesques. Certes il faut prendre ce récit au deuxième degré. J'ai tenté de le faire,  sans succès. Impossible de parvenir à adhérer à l'histoire , à m'attacher aux protagonistes aux comportements  moyennement crédibles. De plus l'évolution de l'intrigue est très cousue de fil blanc, tellement téléphonée, que s'en était décevant. 

    Je ne suis pas prévenue non plus a apprécier la plume humoristique de Sonia Miot, malgré son talent indiscutable de trouver des jeux de mots judicieux censés faire rire. J'avoue que je suis du genre difficile a faire esclaffer. Quand je parviens à sourire dans ce genre d'humour, l'auteur peut s’estimer heureux. Là rien pas l'ombre d'un étirement de lèvres. À vrai dire j'ai même trouvé à la longue que c'était lourd et répétitif.

     Que dire du style ? J'ai détesté les incises. Le pronom avant le verbe en terme de musicalité de la phrase dans un texte au présent, ça me fait grincer les dents. Chacun son truc. Moi ça me crispe.  C'est comme ça.

    Un détail ? Certes, sauf que les phrases courtes donnant un style factuel et bien je ne prise pas beaucoup.  Si aucune l’histoire avait été porteuse, je sais que je m'en serais accommodée. Mais non, ce n'a pas été le cas. Dommage.

    J'étais curieuse de découvrir la plume de l'auteure qui en est à son 3e romans. Je vais malgré tout lui accorder une 2e chance, mais je vais zapper Madame Connard que je sens dans le même veine que celui-ci  pour tenter Insensible, histoire d'une jeune homme  dans le coma et qui entre aussi dans mon Challenge Multi Défi Babelio que je tente de boucler.

     

    Monsieur Connard

     

    L'auteur : 

    Aucune infos 


    1 commentaire
  •  

    Un marquis pour l'an 2000 Charlotte, jeune généalogiste, se rend en Bretagne afin d’y rencontrer sa première cliente : une baronne un peu atypique qui lui confie la mission de retrouver la trace d’un de ses ancêtres disparu durant la révolution. Pour mener à bien cette délicate mission, Charlotte s’installe dans l’ancien château familial et décide de travailler, faute de moyen, au milieu des vestiges d’une rénovation abandonnée.
    Là, une surprise de taille l’attend. Elle va se retrouver face à l’objet de ses recherches en chair et en os : le beau marquis Benjamin de Kervalec. Du moins c’est ainsi que se présente l’individu découvert endormi dans une pièce secrète et préservée du temps. Le jeune homme est-il vraiment celui qu’il prétend ou juste un imposteur ? C’est ce que va devoir découvrir Charlotte, en s’efforçant d’ignorer l’attirance qu’exerce sur elle ce séducteur du siècle des Lumières.

     Editeur : Gloriana Editions 
    Genre:  Romance
    Date de sortie : 4/6/2018
    Prix du livre papier :  Broché : 13,00
    Version numérique: 2,99
    Nombre de pages : 300

     

     

     

     

    Un marquis pour l'an 2000 Lu dans le cadre du Multi Défi Babelio pour répondre à un des items. Roman plutot court d'une auteure qui m'était totalement inconnue et qui des les premiers chapitres a su me charmer avec cette plaisante comédie romantique avec ses airs  de contes de fée à la Belle au bois Dormant et des Visiteurs. Si ce n'est que Benjamin de Kervalec possède contrairement à  Godefroy de Montmirail, beaucoup plus de charme.

     Un conte moderne avec des personnages attachants qui nous fait passer un très plaisant moment de lecture sans prise de tête, joliment et simplement écrit qui mérite qu'on s'y plonge car il nous fera rêver de ces deux mondes, présent et passé dans lesquels se débat notre superbe marquis qui doit faire face à la suspicion toute compréhensive de Charlotte. 

    Benjamin n'est-il qu'un aliéné, un mystificateur mythomane convaincu d'être un aristocrate maniant le verbe du Siècle des Lumières ?  Ou la victime d'une vengeance de femme, talentueuse magicienne du passé ? En pays breton, lieu empreint de magie Celtique, des mythiques légendes de Merlin, tout est possible. Il suffit d'y croire et comme nous lecteur de se laisser à rêver que les contes de fées existent.

    Ce roman n’est pas à classer dans le genre roman historique malgré le décor brossé par l’auteur en toile de fond mais une mignonne comédie rafraîchissante.

     

     

    Un marquis pour l'an 2000

     

    Un marquis pour l'an 2000 L'auteur :

    Aucune infos

     

     

     

    Un marquis pour l'an 2000


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique