• Romances contemporaines

  •  

    Les infirmières de Notre Dame 1936. Tandis que l'Europe assiste impuissante à la montée inéluctable du nazisme, Flavie Prévot, vingt-deux ans, intègre l'école d'infirmières de l'hôpital Notre-Dame de Montréal, un des plus importants établissements de santé du Canada. Mais ce rêve d'enfant sera bien vite tempéré par les religieuses, peu enthousiastes de voir leur influence diminuer au profit de l'émancipation des jeunes femmes, et par les médecins, plus désireux de multiplier les conquêtes que de tomber amoureux. Qu'importe. Flavie, idéaliste, n'a qu'un objectif : alléger la souffrance des patients. Elle se lie d'amitié avec Simone, une jeune orpheline réservée et sérieuse qui entend échapper au mariage et à la maternité. Tout le contraire d'Evelina, qui veut devenir infirmière pour épouser un médecin. Malgré leurs différences, les trois jeunes femmes vont nouer une indéfectible amitié.

     

     

     

     

     

     

     

    Les infirmières de Notre Dame Tentée par la couverture et le résumé, j'ai acheté le T2 en version poche, sans vraiment savoir qu'il s’agissait d'une saga en plusieurs tomes. 

    Je n'imaginais pas à lecture de ce roman être renvoyée à mes propres études infirmières. Et bien que les miennes datent de 1979, que les études étaient alors totalement laïques, de nombreuses scènes émaillant le récit ont fait resurgir certaines scènes similaires de mon propre parcours. Comme la pestouille de 3e année qui vous en fait voir de toutes les couleurs et autres anecdotes plus amusantes. 

    Pour dire que l'auteure maîtrise son sujet en plongeant dans le passé de la profession encore exercée à l’époque par les religieuses. 

    Mylène Pion brosse avec justesse le portrait de toute une génération et aborde les motivations du trio que l'on allons suivre à travers cette saga.

    Elles sont propres à chaque jeune fille, et ce qui m'a fait sourire, c'est qu'elles étaient d’actualité de mon temps et le sont encore quelques 80 ans plus tard.

    Evelina cherche un médecin à épouser, Simone un métier dans lequel s'épanouir et Flavie possède cette passion viscérale pour cette profession difficile, les derniers événements ne manquent pas de le confirmer, une véritable vocation, n'en déplaise à certains, qui permet de le pratiquer avec ses tripes. De ce fait le portrait de Flavie, dans ce tome qui lui est consacré, peut sembler un peu trop beau pour être vrai. Mais il n'en est rien, ce genre de personne existe encore, et cadre avec justesse avec la période choisie par l'auteure pour planter son récit, il n'est pas question de douter, de trouver Flavie trop parfaite, trop investie. J'ai donc aimé ce personnage central, tout comme les personnalités de ses acolytes que lie une amitié, qui s'annonce indéfectible. 

    Une grande partie du récit tourne autour de l'apprentissage du métier, peut-être certains n'apprécieront pas les passages très descriptifs du quotidien de l’héroïne. Quotidien  saupoudré d'une pointe de romance, dans laquelle elle mêlent jalousie et mystère.   

     La lecture est fluide et plaisante, émaillée de quelques expressions typiquement québécoises la plupart du temps compréhensibles, parfois plus hermétiques, mais qu'une amie Montréalaise m'a traduite. Ayant eu le plaisir de visiter le Quebec, je n'en que davantage appréciée me plonger dans cette ambiance et cette invitation au voyage. 

    Un bel hommage à ma profession, à ces jeunes filles et médecins investis dans lesquels l'on peut s'identifier, voire se reconnaître.

     

    Les infirmières de Notre Dame

     

    Les infirmières de Notre Dame L'auteur : 

    Nationalité : Canada
    Né(e) à : Granby , le 10/03/1973

    Biographie :

    Marylène Pion est titulaire d'un baccalauréat en enseignement de l'histoire mais elle a préféré se consacrer à l'éducation de ses enfants.

    Passionnée d'histoire et de généalogie, elle a réussi à combiner ses passions par l'écriture de romans historiques.

    Elle vit à St-Jean-sur-Richelieu.

    page Facebook :
    https://www.facebook.com/MarylenePionAuteure

     


    votre commentaire
  • Maybe now LCRidge et Sydney ont trouvé l'amour, malgré tous les obstacles qui s'étaient dressés entre eux, dans Maybe Someday.

    Leur histoire, ainsi que celle de tous leurs amis, se poursuit maintenant.

    Ridge et Sydney sont profondément amoureux mais il reste des questions non résolues. Comment vivre tranquillement alors que Maggie, l'ex de Ridge est maintenant seule et doit faire face à ses graves problèmes de santé sans aucune aide ? Si Sydney s'en veut toujours d'avoir été la cause de la séparation de Ridge et Maggie, elle a du mal à accepter ce qui les lie encore.

    Quant à Maggie, elle a toujours été consciente que sa pathologie réduirait son espérance de vie mais doit-elle se refuser toute chance de bonheur ?

    Ridge et Sydney et Maggie continuent leur vie, ensemble ou de leur côté, au milieu de leurs amis, toujours aussi drôles et déjantés et dans une atmosphère musicale, celle du groupe de Ridge et son frère.

     

     

    Maybe now LCAutant je me suis passionnée pour les aventure de Ridge et Sydney dans Maybe Someday, un roman singulier avec son coté interactif, ses chansons écrites par Griffin Peterson autant je me suis ennuyée dans celui-ci.

    Le premier chapitre pourtant était prometteur, et j'étais ravie de voir tourner ce roman autour de Maggie. Sauf que CoHo donne trop la voix à Ridge et Syd. Et de ce fait, rien n'est suffisamment développé. 

    Pourtant, il y avait matière à, mais notre auteure s'est égarée à nous offrir trop de moments quotidiens entre Ridge et Syd, Bridgette et Warren. Sans parler d'une occurrences de textes de chansons en anglais, qui m'oblige à me rendre en fin de livre pour comprendre le sens et la corrélation avec les scènes et sentiments des personnages. 

    Certes les interactions avec Maggie sont importantes, mais pour autant ne sont pas assez poussées pour ce qui est des sentiments que les ex éprouvent pour la jeune femme. 

    Sans parler de la relation Jake et Maggie, une vraie girouette, bien évidemment l'on comprend ses réticences, cependant là encore il m'a manqué des développements, et de ce fait la romance entre les deux protagonistes, même si Jake dans ses chapitres s'explique, convainc à peine.

    Je regrette que l'auteur n'ait pas insisté davantage sur la pathologie de Maggie et l'impact qu'elle suscite, aussi bien émotivement que concrètement, dans le quotidien des protagonistes.

    Un roman qui manque pour moi d'émotions et même si j'ai été séduite par Maybe Someday et ses personnages, je les ai trouvé agaçants, insipides et immatures.  L'on peut comprendre les réactions irrationnelles de Maggie, cependant je les aurai appréciées plus explicites, et le volet maladie plus approfondi.

    Déçue donc, par ce volet de l'histoire de ce groupe, dont j'aurai préféré suivre uniquement les aventures de Maggie et Jake et découvrir les  implications sur Ridge et Sydney uniquement dans un roman choral à leurs seules voix.

    Arrivée au terme de ma lecture, en peinant un peu, beaucoup, je me dis que je ne retrouve pas ici la plume , que j'ai trouvé factuelle et plate, et l'imagination de CoHo qui habituellement use de thèmes sensibles pour nous émouvoir et y parvient toujours. J'ai presque le sentiment qu' elle a été victime d'une petite panne d'écriture et qu'elle a pondu un truc à la va vite. Le résumé du prochain semble lui prometteur.

    J'abandonne donc les héros de Maybe avec ce happy-end sans avoir vraiment envie de les retrouver. Et je dirais même que Maybe Someday se suffisait à lui-même.

     

    Maybe now LC


    2 commentaires
  • Le vieil homme et moi SPQuand un vieil homme solitaire et bougon s’installe en face de chez eux avec sa grande gueule et ses bouteilles de muscadet, Charlotte et son fils Valentin, poussés au bord de la rupture par une succession d’embûches, voient leur existence bouleversée.
    Entre l’ours mal léché au grand cœur et ses voisins, une amitié aussi forte qu’inattendue va se tisser, leur prouvant à tous que rien n’est jamais écrit et que le bonheur appartient aussi à ceux qui n’y croient plus.

     

    Éditeur : Auto édition
    Genre: litterature contemporaine
    Date de sortie : 7/6/2020
    Prix du livre papier :  Broché : 14,9€ 
    Version numérique: 2,99 et emprunteuse 
    Nombre de pages :  306

    Disponible ICI

     

     

     

    Le vieil homme et moi SPTroisième roman que Luca Tahtieazym me permet de lire en SP et je le remercie pour sa confiance.  L'auteur  s'essaie dans son dernier roman, au Feel good, terme anglo-saxon, attribué aux lectures qui nous font nous sentir bien. Personnellement, moi j'y classe, ce que j'appelle mes livres doudous, et les comédies romantiques.

    Ici, pas de romance, ni vraiment un livre doudou, mais une aventure contemporaine qui m'a fait rire, émue et faillit broyer mon petit coeur de lectrice hypersensible. L'histoire se combine en un savant mélange d'émotions qui va du rire franc, aux larmes.

    Une fois de plus Luca Tahtieazym sait jouer de ses mots, que subtilement il glisse dans la bouche de Maxime, notre jeune homme un peu simplet qui n'a pas son pareil pour user d'un vocabulaire pas vraiment adapté, ce qui donne des dialogues savoureux et quelques scènes cocasses. Chapeau l'artiste pour être parvenu à cet exploit de les trouver pour le plus grand plaisir du lecteur ! La discussions autour "des pornos", j'avoue, j'ai mis un moment à trouver le bon mot ! Et j'en ai ri de bon coeur, une fois le  juste terme dévoilé.

    L'on s'attache donc, très vite à ce quatuor malmené par la vie, dont la roue du destin s'arrête inexorablement sur la case malchance.  Ce qui sonne comme une injustice récurrente. Existe-t-il une case chance ? Jules n'a pas l'air d'y croire, et pourtant depuis sa présence soudaine la situation s'améliore sensiblement pour Charlotte et Valentin, dont l'auteur brosse avec justesse les réactions psychologiques adaptées au drame qui les a frappés. L'auteur nous offre une belle relation intergénérationnelle.  

    Pas à pas nous accompagnons les personnages à travers leurs cheminements personnels,  vers le dénouement, à la fois une surprise et de l'attendu.  

    J'ai apprécié ce plongeon addictif dans les marais Poitivin auprès de protagonistes haut en couleurs, dans une histoire réaliste et parfaitement maîtrisée qui m'a fait vivre 1000 émotions tout au long du récit. Énorme coup de coeur pour ce roman qui aborde des thèmes sensibles, tel que le deuil, la culpabilité et les capacités de chacun à faire face pour ne pas sombrer, se maintenir la tête hors de l'eau, à avancer quand les difficultés financières s'ajoutent au chagrin de la perte ; qui fait la part belle à la notion de famille et d'amitié, et aux belles âmes. Belle ode à la vie que ce récit teinté d'une touche d'espoir. Oui, il faut croire que la roue tourne pour peu que nous même, ou une belle rencontre lui donne une certaine impulsion.

     Un grand merci à Luca Tahtieazym pour ce cadeau et cette merveilleuse aventure livresque.

     

    Le vieil homme et moi SP

    Le vieil homme et moi SP

     

    Le vieil homme et moi SP

     

    L'auteur :

    Je ne vais plus présenter Luca Thatiezym, je l'ai déjà fait dans mes précédentes chroniques. En échange je vous propose les liens vers les précédents romans lus 

    Sénéscence

    et 

    Il était une fois dans le brouillard


    1 commentaire
  •  

    En voiture Simone CLFCe livre existe aux éditions Michel Lafon sous le titre "Nos adorables belles-filles".

    Pour une comédie familiale irrésistible, il vous faut : un père, despotique et égocentrique, Jacques. Une mère, en rébellion après quarante ans de mariage, Martine. Leurs fils, Matthieu, éternel adolescent mais bientôt papa de trois enfants ; Nicolas, chef cuisinier le jour et castrateur tout le temps ; Alexandre, rêveur mou du genou. Et... trois belles-filles délicieusement insupportables ! Stéphanie, mère poule angoissée ; Laura, végétarienne angoissante ; Jeanne, nouvelle pièce rapportée, féministe et déboussolée, dont l'arrivée va déstabiliser l'équilibre de la tribu.
    Mettez tout le monde dans une grande maison en Bretagne. Ajoutez-y Antoinette, une grand-mère d'une sagesse à faire pâlir le dalaï-lama, et un chien qui s’incruste. Mélangez, laissez mijoter... et savourez !

     

     

     

     

    En voiture Simone CLFJe n'étais pas du tout tentée par la lecture de ce roman, persuadée qu'il s'agissait de chick-lit. Tout dans le titre et la couverture me le laissait supposer.

    Et si ma nièce ne m'avait pas, plus ou moins forcée la main, je ne l'aurais jamais ouvert. Et malgré ce, il a traîné dans ma PAL pendant presque 1 an. Le plus drôle, c'est que j'avais glissé dans ma wish-list Nos adorables belles filles pour découvrir aujourd’hui que les 2 titres, totalement différents, correspondent à un  même roman. Et personnellement, je trouve que le 1° titre colle bien mieux au contenu, tant je ne vois pas du tout le rapport avec le "En voiture Simone", aucun protagoniste ne portant ce nom.

    Très rapidement, après m'être plongée dans la lecture, en occultant résumé et pages d’introduction sur les personnages, je me suis passionnée pour cette histoire familiale, traitant de la complexité des relations humaines. 

    Je pourrais dire que ce roman  a un air de déjà vu, qu'il m'a fait songer à Christian Clavier en père despotique dans "Mais qu'est-ce qu'on a fait au bon dieu". L'aventure, ici, est moins loufoque, et personnellement, j'ai apprécié que l'auteure privilégie un aspect plus sérieux, plus centré sur des thèmes contemporains de problèmes de couple, de conflits générationnels, de questionnements et de doutes, de remises en question et particulièrement traite de LA Relation souvent complexe et difficile  avec "les pièces rapportées "porteuses de leurs sacs à dos emplis de pierres personnelles (j'ai adoré la métaphore d' Antoinette et  ses différentes phases ). Nombreuses sont celles qui se reconnaîtrons en Martine ou  en une des belles-filles. 

    On appréciera la plume d' Aurélie Valognes et son talent pour dépeindre les ambiances, à brosser les personnages, développer les personnalités, le tout rendant son histoire cohérente et crédible.  On s'attachera aux divers personnages d' Antoinette à la nouvelle venue, Jeanne, qui cherchera le moyen de s'imbriquer et se faire accepter dans sa belle-famille, sans parler de son positionnement dans son propre couple .

    Histoire touchante qui interpelle et questionne, amuse aussi, mais pas au point de s’esclaffer et cela me va bien, tant je n'aime pas les situations excessives censés faire tordre de rire le lectorat. Néanmoins, ce roman bien construit, maîtrisé, abouti, malgré qu'il soit relativement court se range bien dans le genre comédie familiale et vous fera passer un excellemment moment de lecture.

    En voiture Simone CLF

     

     

    En voiture Simone CLFL'auteur : 

    Nationalité : France
    Né(e) à : Châtenay-Malabry , 1983
    Biographie :

    Aurélie Valognes est une auteure française de littérature contemporaine.

    Elle est diplômée de l’École Supérieure de Commerce (ESC Reims) en 2006 et de NEOMA Business School en 2007. Un cursus qui lui ouvre les portes du travail en entreprise dans le secteur de la communication. Mais c’est un autre rêve qui lui trotte dans la tête depuis de longues années, elle a toujours voulu être romancière.

    En 2013, la mutation de son mari, cadre chez L’Oréal, à Milan lui fournit cette opportunité. Aurélie décide d’abandonner son travail (cadre marketing dans une multinationale) à Paris et de réaliser son rêve : écrire un livre. Mère de deux petits garçons, elle commence alors ses recherches d’intrigues et de personnages.

    Après 4 mois d’un travail intense, son premier roman (et futur best-seller), "Mémé dans les orties" (2014), est publié en auto-édition sur Kindle Direct Publishing. En l’espace de 6 mois, plus de 20 000 exemplaires du roman sont vendus via la plateforme, suscitant ainsi l’intérêt des éditeurs.

    Révélée par l'incroyable succès de "Mémé dans les orties", publié chez Michel Lafon (2015) et au Livre de poche (2016), elle enchaîne les best-sellers. Aurélie Valognes publie son deuxième roman, "Nos adorables belles-filles", retitré "En voiture, Simone !" au Livre de Poche en 2017, puis "Minute, Papillon !" (Mazarine, 2017 / Le Livre de Poche, 2018).

    Son quatrième roman "Au petit bonheur la chance", est paru le 7 mars 2018 aux éditions Mazarine et le succès ne se dément pas. En 2018, elle est selon le classement GFK-Le Figaro, quatrième écrivain français en nombre de livres vendus, juste devant Marc Levy et première femme de ce classement.

    Ses livres, véritables phénomènes, ont conquis des centaines de milliers de lecteurs à travers le monde.

    Aurélie Valognes vit avec sa famille en France depuis 2018.

    son site : http://www.aurelie-valognes.com/


    1 commentaire
  •  

    La femme au manteau violet CLF2018.

    À la suite d’un accident, Jo apprend qu’elle risque la rupture d’anévrisme, et que l’opération qui pourrait la sauver n’est pas sans risques. Persuadée qu’elle va mourir, elle se réfugie chez son grand-père. Elle découvre alors qu’il a reçu quinze ans plus tôt un pendentif, accompagné de quelques mots griffonnés : « De la part de Charlotte, qui n’a jamais oublié Gabriel. Ce souvenir vous revient de droit. » Déterminée à percer ce secret de famille, Jo se rend en Angleterre, sur les traces du mystérieux bijou.

     

    1929.

    Charlotte et son mari se rendent à New York en voyage d’affaires. Là-bas, la jeune femme s’éprend du charmant Ryan… Lorsqu’il apprend qu’elle l’a trahi, son époux, pris d’un violent accès de rage, la laisse pour morte. À son réveil, Charlotte comprend, effondrée, qu’il est parti avec ses papiers : il lui est désormais impossible de rentrer en France et de rejoindre son fils Gabriel.

    Un roman qui traverse les océans, les générations, et s’interroge sur la maternité dans la vie d’une femme.

     

    La femme au manteau violet CLFClarisse Sabard suit toujours la même trame, traite des même sujets : Histoire de femmes, secrets de famille. L'on pourrait, de ce fait, trouver que ces romans manquent d'originalité. Loin sans faut. L'auteure nous entraîne dans des aventures uniques, chaque héroïne est différente, même si toutes ces femmes, dont Clarisse Sabard nous narre l'histoire, ont un point commun : être des personnages forts, ayant vécus mille épreuves, avec comme moteur l'amour, - pour un homme, un enfant - .  

    La condition féminine à travers les époques est un thème qui tient à coeur à l'auteure et elle le maîtrise, plante ses décors dans un passé toujours sexiste. Une réalité, et bien que les esprits aient évolué depuis, tout n'est pas très facile, encore aujourd'hui. 

    Dans ce roman présent et passé se mêlent, et la romance de Jo n'est que prétexte pour nous faire plonger dans celle de Charlotte, bien plus puissante mais qui apportera des réponses à Jo et lui permetra de voir son avenir sous un autre angle. 

    Une fois de plus, l'auteur s'attache à brosser des contextes réalistes. Elle nous plonge, ici dans l'univers de la prohibition, dans  le New York des années 30,  évoque le crash boursier et ses conséquences.

    J'ai adoré cette ambiance, marcher dans les pas de Charlotte de ce New York que j'ai arpenté moi même à plusieurs reprises. L'auteure, de ses coups de pinceaux littéraires, offre au lecteur une vision nette de cette ville, et pas que photographique, elle nous imprègne de l’atmosphère typique de  l'époque, de ses modes de pensées, de l'opinion publique, du racisme, du monde de la nuit, de la mafia New Yorkaise. Son récit est riche et documenté. 

    Outre le contexte, Clarisse Sabard nous offre une romance émouvante, des personnages complexes, des personnalités abouties, et même si l'on pressent certains événements, l'auteure parvient à nous surprendre que cela soit dans le passé que dans le présent.

    Coup de coeur pour ce roman. À ce jour mon préféré tellement je le trouve abouti, profond et émouvant. Une histoire passionnante qui se dévore, sublimée par une plume addictive et fluide, et qui tient le lecteur en haleine.  À découvrir.

    La femme au manteau violet CLF

    La femme au manteau violet CLF L'auteur : 

    Nationalité : France
    Né(e) à : Le Blanc, Berry , 1984

    Biographie :

    Clarisse Sabard est une romancière.

    Après un bac littéraire, elle s’oriente vers un parcours professionnel dans le commerce. Un AVC la rattrape et elle décide de se consacrer à l’écriture.

    Son premier roman, "Les Lettres de Rose" (2016), est le lauréat du deuxième Prix du Livre Romantique.

    Elle vit aujourd’hui à Nice.

    Facebook : https://www.facebook.com/clarisse.sabard.auteur/
    Twitter : https://twitter.com/clarissesabard
    Instagram : https://www.instagram.com/clarissesabard

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique