•  

    Liberté je dessine ton visage SPCharlie, reporter de guerre, se rend en Syrie avec l'intention de décrocher l'interview du chef de l'Etat islamique. Julie, sa compagne, est médecin urgentiste dans un hôpital parisien. Leur destin bascule lorsque Charlie est enlevé par un groupe armé. Lola, une adolescente endoctrinée malgré elle, part pour une mission qu'elle croit humanitaire afin de rejoindre son petit ami. Simon, son père, qui ne comprend pas la métamorphose de sa fille, est prêt à tout pour la retrouver et la ramener. 
    De Paris à Alep, en passant par la Turquie, des vies qui se croisent, se bousculent, s'abîment et ricochent comme autant d'existences projetées dans le fracas d'un monde où des hommes et des femmes ordinaires deviennent des résistants de la liberté.

    Editeur : Incartades
    Genre:  Littérature contemporaine
    Date de sortie: 26/2/2019
    Prix du livre papier : Broché  16,90 
    Version numérique: 4,99 
    Nb de pages : 390 

     

     

    Liberté je dessine ton visage SPWaouh ! C'est ce le premier mot qui me vient au terme de cette lecture. Et j'avoue que je ne m'attendais pas à ressentir un tel sentiment dans  les premiers chapitres.

    Vu le sujet, j'ai commencé à petites doses, en alternant avec un autre roman. Puis je me suis laissée happer totalement par l'histoire.

    C'est à travers le récit des 4 personnages principaux, 4 destins qui se croisent pour ne plus se quitter, que nous partageons les événements tragiques que vivent Julie et Charlie suite à l'enlèvement de ce dernier lors d'une mission journalistique.

    Une fiction qui nous rappelle que trop bien des histoires vraies, narrée de manière si réaliste qu'elle pourrait passer pour un récit témoignage. Il n'en est rien. Olivier Tarassot ne manque de le préciser en tête.

    Certains chapitres sont courts mais toujours chargés de beaucoup d'émotions que l'on ressent soi-même intensément. Sensations multiples qui s'entrechoquent.

    Le sujet est particulièrement bien traité, documenté, ce qui le rend particulièrement crédible. Le style est fluide, les mots judicieusement choisis , la plume est belle, les personnalités des protagonistes fouillés et l'on se prend d'empathie pour eux, vivant tout comme eux au rythme des jours, des semaines, des peurs, des doutes, de l'espoir.

    Qu'elle peut être l'issue ? Tant cette fiction se rapproche de la réalité, d’histoire d'enlèvements, de mort,   trop souvent partagé via la TV, You tube etc... il semble peu probable que l'auteur puisse nous offrir un happy-end. Mais on l'espère, on veut croire que Charlie retrouvera la liberté.

    Tant et si bien que la tension était telle, que prise dans les multiples rebondissements me faisant redouter, espérer, douter, que je bouillais d’impatience de connaitre le dénouement. J'ai failli, une première, me précipiter sur les dernières pages, alors que j’étais au 3/4 du roman.  Mais j'avais si peur d'être déçue prématurément  que je me suis contrainte à la patience.

    Le réalisme de cette fiction met à mal votre petit coeur. L'angoisse, la peur, la tristesse vous assaillent tout au long du récit. Mais l'espoir persiste. Et  tout comme Charlie et Julie on s'y accroche en permanence. Et ce jusqu'aux derniers chapitres alors que l'auteur sème le doute.

     OLivier Tassarot nous offre un roman d'aventures, nuancé sans jugement, ni parti pris, égratigne un peu quelques organisations gouvernementales, les journalistes avides de scoop et de sensationnel mettant parfois la vie des gens en danger, ( du vécu). Il aborde les effets pervers des  réseaux sociaux, dénonce les manipulations psychologiques, les mensonges qui ici vont affecter Lola.

    L'amour et l'espoir en l'humanité sont les piliers de cette histoire, tout comme la soif de liberté, celle de penser, de croire , d'avoir des idées différentes, toute forme de liberté, celle qui porte Charlie notre journaliste au prénom si symbolique et choisi par l'auteur  judicieusement.

    Un roman poignant que l'on a du mal a ranger dans une catégorie, une ode à la vie, à l'espoir dans un monde qui part à la dérive et dans lequel au nom de l'amour de Dieu, l'on veut nous enlever cette liberté de vivre selon nos propres valeurs.

    Une pépite livresque dans l'ensemble avec pour seul bémol les 2 derniers chapitres un peu moins fouillés que le reste du récit qui reste époustouflant écrit avec beaucoup de finesse et de poésie.

    je remercie Les Editions Incartades pour ce partenariat qui m'a permis de découvrir la plume et le talent de conteur d' OLivier Tarassot  dont c'est le 1e roman  et que je vais suivre. Et je vous conseille de le découvrir.

     

    Liberté je dessine ton visage SP

     

     

     

     

    Liberté je dessine ton visage SPL'auteur : 

    Nationalité : France 
    Né(e) à : Orléans , le 24/12/1971



    Olivier Tarassot, auteur orléanais désormais finistérien, s'est ouvert à la littérature à l'adolescence. Socrate, Verlaine, Rimbaud, Hugo, Zola, Camus, Sartre et Bobin accompagnent ses nuits blanches. Premiers mots, premiers poèmes, premières chansons, premières nouvelles puis quelques manuscrits inachevés ; l'écriture est pour lui un espace de liberté, un instant de paix. Sa plume engagée, humaniste, pacifiste, empreinte d'émotion lui permet d'écrire Liberté, je dessine ton visage, son premier roman. Un livre qui résonne comme un cri d'espoir, un hymne à l'amour, un vent de liberté. 

    https://www.facebook.com/oliviertarassot/
    Twitter : https://twitter.com/oliviertarassot
     
     
    Le détail : 
     
    Thémes abordés on ne peut plus contemporains que l' endoctrinement favorisé par les réseaux sociaux, les enlèvements de journalistes , la lutte de l'état l'islamiste contre les non croyants, les croisades modernes au nom de la foi, l’intolérance, la lutte pour la liberté d'expression et la liberté tout court sous toutes les formes. Malgré tout une flamme  luit portée par des hommes ou des femmes de convictions et tant que quelqu'un y croira l'espoir reste vivant.
     
    la parenthèse :
     
    Une première version a été publié en auto publication en 2017.
     
     
     
    Extraits citations 
     
     
    " "je ne risque pas  ma vie à sa soigner des patients." C'est la seule différence notable entre nos métiers. Je repense à tout cela, au fond de ma grotte, à cette captivité sordide et absurde qui ne résoudra ni la crise en Syrie ni le fanatisme religieux grandissant"  
     
     
    "  Oui, j'ai choisi la plume comme arme, atout fragile, mais tellement vrai. Et l'encre qui coule sur le papier ne suffira pas à combler tout le sang vers dans des conflits absurdes pour lesquels tant d'innocents  paient le prix fort" 
     
     
    " Comment un fils de la République en est-il arrivé là ? Comment en sommes-nous arrivés là, à fabriquer un fanatique dépourvu du moindre sentiment humaniste, une  machine à tuer aveuglement ? Il est prêt à mourir, non pas pour des idées, mais pour une civilisation qui en combat une autre. C'est la seule issue trouvée à une existence morne, sans la moindre lumière" 
     
     
    " je sais que je parle comme un vieux con, un vieux con reac, comme tu disais, bien que je sois tout l'inverse"
     
     
    "_ (...) l'existence est une énigme  dont il faut  percer les mystères tels que le bien et le mal, la mort, la vérité, la soif de justice. L'imam a réveillé ma conscience.
     
     
    "- (...) Je cédais sous le coups. J'ai vite compris que je ne tiendrais pas longtemps , qu'il fallait m'enfuir^pour espérer vivre. J’étais venue pour sauver des vies, il fallait maintenant que je sauve la mienne."
     
     
    "-(...) la vraie révolution est peut être dans la fin des religions parce que la vrai foi n'a pas de toit puisqu'elle es dans le coeur de  chacun" 
     
     
    " Tu m'a appris à ne jamais renoncer à ma liberté, même si elle est  exigeante et me rendre responsable et doit être conquise et préservée. Apres avoir connu la servitude, je la revendique désormais. je suis condamnée a être libre."
     
    "la liberté est un champ d'amour où désormais, nous marchons nu pieds"
     
    © O. Tarassot
     
     
     

    Liberté je dessine ton visage SP

     

    Item 100 Premier roman d'un auteur


    3 commentaires
  •  

    Le trône de fer T1 l'integraleLe royaume des sept couronnes est sur le point de connaître son plus terrible hiver: par-delà le mur qui garde sa frontière nord, une armée de ténèbres se lève, menaçant de tout détruire sur son passage. Mais il en faut plus pour refroidir les ardeurs des rois, des reines, des chevaliers et des renégats qui se disputent le trône de fer, tous les coups sont permis, et seuls les plus forts, ou les plus retors s'en sortiront indemnes...
    (Quatrième de couverture de l'édition J'ai lu 2018)

    Editeur : Pygmalion
    Genre:  Fantasy
    Date de sortie: 26/2/2011
    Prix du livre papier : Broché  22,90 Semi-poche :  17,00 ( J'ai lu)
    Version numérique: 16,99 (presque aussi cher que le poche)
    Nb de pages : 1444 

     

     

     

     

    Le trône de fer T1 l'integraleImpossible de passer à coté de LA série dont tout le monde parle depuis des années. Un an déjà que j'envisage de m'y plonger à mon tour mais pas sans avoir lu le roman d'abord.  C'état du moins mon idée de départ. Mais il se disait tant que le best-seller de George RR Martin était rébarbatif. J'avais donc renoncé au vu du nombre de tomes.  J'ai donc craqué pour la version ciné poussée par ma fille qui s'est passionnée pour l'histoire.

    En cours de première saison, je me suis décidée à me plonger dans le roman qui s'avère passionnant. Et c'est un plaisir de découvrir une interprétation ciné qui colle de très près au récit de l'auteur.

    Comme je m'y attendait, on trouve une approche plus précise des sentiments de nos protagonistes auxquels l'on s'attache  davantage. Pour ceux que l'on vient à aimer, pour les autres eh bien, c'est confirmé, je les déteste bien plus encore.

     C'est à travers la pluralité des événements vus par les personnages principaux que le lecteur vit l'aventure. Une aventure historique pour l'instant plus que fantastique, même si le coté surnaturel est omniprésent au delà du Mur, mais pour l'instant seul l'hiver vient, menaçant, tandis qu'au delà des mers la famille Targaryen menace de venir récupérer le trône usurpé.

    Bien évidemment on ne peut que faire le parallèle avec des anciens conflits passés,avec les batailles moyenâgeuses que nous fait vivre intensément G.Martin RR. C'est loin d'être digressif, même si les descriptions sont détaillées. L'on se perd un peu au milieu de tous ses chevaliers et autres personnages. Prétendre le contraire serait mentir. Cependant les grandes familles sont vite identifiables. De plus chaque chapitre est présenté avec l'en tête d'un des personnages principaux.  

    Que dire des décors majestueux, de l'imagination de l'auteur qui s’appuie sur un vocabulaire d'une époque existante, des rebondissements inattendus qui nous font trembler et nous émouvoir. 

    L'auteur sait rendre son histoire politique faite de trahison, de mensonges et de lutte pour le pouvoir, des plus captivantes avec ses héros au coeur pur qui, l'on espère, triompheront des manipulateurs et des félons.

    Le rythme reste soutenu malgré le volet descriptif et l'on ne s'ennuie pas et l'on sort un peu meurtri de certaines disparitions. 

    J'éviterais de m’étendre afin de ne pas spolier un roman qui l'est déjà bien trop, sans parler des spoils cinématographiques qui polluent la toile. 

    Je conclurais en reconnaissant que c'est un vrai coup de coeur livresque, après avoir été séduite par série, tant je trouve dans cette saga tout ce que j'aime, roman historique et fantasy mélés, une plume fluide et plaisante. J'ai lu ici et là que la traduction n'était pas de qualité. Personnellement je ne le note pas, en comparaison a d'autres œuvres littéraires dans lesquelles s'est très frappant.

    Il faut préciser que la violence est très présente dans ce roman, comme dans la plupart des fantasy d'ailleurs dans laquelle les conflits sont très souvent présents. Mais je tiens à le préciser pour ceux qui souhaiteraient franchir le pas et découvrir cette pépite livresque.

    Je me suis dejà plongée dans la suite, avant de visionner la saison 2 qui promet d'être passionnante, tant je m'interroge sur le comportement de certains tel que Tyrion, le cadet Lannister dont j'adore la verve et les points de vue bien sentis. J'ai également hâte de retrouver la benjamine des Starks Arya, Jon le bâtard, Daeynerys.  

    L'histoire est très complexe et l'on s'interroge sur l'issue de ce jeu de trônes. L'affreux jojo de Jeff va-t-il en être ejecté ? Par qui ? Que se passera-t-il une fois l'hiver venu ? Les monstres issus des ténèbres  seront-ils de sortis ?  

    Que de mystères en perspectives  dans les opus à venir et je veux désormais toute cette saga en version papier dans ma biblio.

     

    Autant pour la série qui est tout aussi époustouflante

    Le trône de fer T1 l'integrale L'auteur : 

    Nationalité : États-Unis 
    Né(e) à : Bayonne (New Jersey) , le 20/09/1948
    Biographie : 

    George Raymond Richard Martin est un écrivain américain de science-fiction et de fantasy, ainsi qu'un scénariste et un producteur.
    Dans les années 1980, il a travaillé pour la télévision comme scénariste pour plusieurs séries dont certaines de science-fiction. Une de ses nouvelles fut adaptée au cinéma pour le film Nightflyers. Il a également été journaliste ainsi que professeur de journalisme et superviseur de tournois d'échecs.
    En 1996 George R. R. Martin retourne à l'écriture de roman en entamant le cycle de fantasy "A Song of Ice and Fire (littéralement "Un Chant de Glace et de Feu"), nommé en français "Le Trône de Fer", qui est également le nom du premier volume paru en français. Certains tomes de la série on été récompensé par le prestigieux Prix Locus du meilleur roman de fantasy. 
    Il est également l'auteur d'un grand nombre de nouvelles dont certaines se déroulent dans le même univers que sa saga (Le "chevalier errant", "L'épée lige") ainsi que de romans totalement indépendants comme "Riverdream" ou encore "Armageddon Rag". G. R. R. Martin a également assuré le rôle de directeur de publication de plusieurs anthologies, dont récemment l'anthologie consacrée à Jack Vance (Chansons de la Terre Mourante) publiée en France en trois volumes.
    Plusieurs de ses nouvelles et romans ont été récompensées par les prix "Nebula", "Locus", "World Fantasy" et "Hugo", notamment pour "Chansons pour Lya", "Blood of the dragon," "Par la Croix et le dragons". Il a aussi eu un prix "Bram Stocker" de la meilleure longue nouvelle pour "L'homme en forme de poire" en 1987.

    La parenthèse : 

    A noter qu'en France, les cinq volumes sortis aux États-Unis, sont découpés en plusieurs tome, pour finalement être regroupé en cinq "intégral", qui sont finalement les cinq tomes non découpés des romans...De même, en Grande Bretagne, l'éditeur HARPER Voyager a scindé le 3ème tome (A storm of Sword) en 2 livres différents sous titrés comme suit : 1:Steel and Snow, 2:Blood and Gold. Sur ce site, les 2 sont regroupés sur l'ISBN de Steel and Snow.

     

    Le trône de fer T1 l'integrale

     

    Item : 58 dont la lecture m'a été inspiré par l'adaptation cinématographique.

     

    Extraits citations 

     

    " - dis moi Jon ? S'il advenait par malheur que  le  seigneur ton père dût choisir entre l'honneur d'une part, et les êtres qu'il chérit de l'autre, que fera-t-il ?  

    (...)

    - Il agira selon sa conscience..., "

     

    " elle brûlait de courir à lui, de baiser son front, de l'embrasse, de l'éteindre si étroitement qu'il ne risquerait jamais rien... mais la présence de tant de témoins la retint, elle n'osa pas. Le rôle d'homme qu'il tenait à présent, elle ne voulait pas l'en déposséder"

     

    "- (...) Quand ser précède son nom ne préjuge pas de la valeur d'un homme, je te l'ai déjà dit et répété 100 fois "

     

    "Lorsqu'on s'amuse au jeu des trônes , avait conclut Cersei, lors de l'entrevue au bois sacré, il faut vaincre ou périr"

     

    "- Je te demande un peu Ned, quel bien cela fait-il de porter une couronne ? Les dieux se rient des prières des rois comme celles des bouviers" 

     

    "Voici que débute ma garde. Jusqu'à ma mort, je la monterai.
    Je vivrai et mourrai à mon poste.
    Je suis l'épée dans les ténèbres. Je suis le veilleur au rempart.
    Je suis le feu qui flambe contre le froid, la lumière qui rallume l'aube, le cor qui secoue les dormeurs, le bouclier protecteur des royaumes humains.
    Je voue mon existence et mon honneur à la Garde de nuit. Pour cette nuit-ci comme pour toutes les nuits à venir."

     

    "Connais ceux qui te suivent et fais-toi connaître d'eux. Ne leur demande pas de mourir pour un étranger."

     

    © G. RR Martin 

     

     


    1 commentaire
  • Pour toujours : Je ne veux que toiLe premier tome de la série Pour toujoursCayson est amoureux de Skye Preston, sa meilleure amie depuis plus de vingt ans. Ils ont grandi ensemble, ont pris leur bain ensemble, et ont passé toutes leurs vacances ensemble. Garder son amour secret n'a pas été facile pour Cayson. Chaque fois qu'il voit Skye avec un petit copain, il a envie d'enfoncer son poing dans un mur.Il n'a jamais pu lui avouer la vérité.Leur amitié est trop belle pour être ruinée. S'il lui révélait ses vrais sentiments, leur relation changerait-elle ? Risquerait-il de la perdre ?Tout bascule lorsque Cayson trouve Skye dans une fête, ivre et délirante. Elle tient à peine debout et empeste l'alcool, ce qui fait d'elle une proie facile pour les garçons qui ont reluqué sa poitrine généreuse toute la soirée. Cayson la soulève aussitôt dans ses bras et la porte jusqu'à chez elle. Mais une fois arrivée à la maison, Skye ne veut pas dormir. Non, elle veut une chose que Cayson ne lui a jamais donnée jusqu'ici. Quelle en sera la conséquence ? Le début de la relation dont Cayson a toujours rêvé ? Ou la fin de leur amitié ?

    Editeur :  Hartwick 
    Genre:  Romance
    Date de sortie: 12/2/2018
    Prix du livre papier : Broché  16,87 
    Version numérique: 5,99
    Nb de pages : 386

     

    Pour toujours : Je ne veux que toiDepuis un petit moment les annonces publicitaires de Hartwick éditions me faisaient de l'oeil avec cette affiche suggestive pour Je ne veux que toi.

    J'avoue m'être trouvée déçue devant la sobriété de la couverture et encore plus de l'histoire elle-même tant elle ne correspondait pas à ce que j'attendais. À savoir de la New Adult, alors qu'il s'agit au final d'une histoire d'amour entre 2 jeunes étudiants de 21 ans et de leur groupe d'amis.

    Qu'à cela ne tienne,  ce genre d'aventures ne me déplait pas. Cependant au fil de ce récit à 2 voix, je me suis un peu ennuyée tant tout tourne en boucle, tant les passages sont redondants. L'auteur par la bouche de Cayson nous répète à l'infini que Skye est la seule femme qu'il  aime depuis toujours. S'en suit un chassé croisé de :" je veux être toujours près de toi et je te fuis puisque tu ne m'aime pas comme je t'aime "

    Il faut reconnaître que les scènes entre les 2 personnages sont mignonnes, tant l'amitié  et l'amour qui les lient  est idéale. Cependant, cela manque un peu de peps. Il ne se passe pas grand chose dans ce premier tome dans lequel E.L Todd fait la part belle aux relations familiales, à l'amitié.

    Mais pour le reste, c'est assez plat et monotone. Les personnages sont certes sympathiques mais il leur manque quelque chose pour susciter de l'émotion et sont peu aboutis à mon sens. 

    Le style quant à lui est assez simpliste.

    Alors que décider ? Tant il est vrai qu'il faut parfois passer le premier tome pour apprécier une saga. J'ai, j'avoue quelques appréhensions à poursuivre. Une chose est sure, c'est qu'au vu des dernières déceptions livresques coté romances, (je deviens trop exigeante surement) j'ai bien besoin de me plonger dans une histoire qui me tiendra en haleine et pas très convaincue que la suite le fera.

    Pour toujours : Je ne veux que toi

     

     

    Pour toujours : Je ne veux que toiL'auteur

    Nationalité : États-Unis 
    Né(e) à : New York 

    Biographie : 

    E. L. Todd est auteure de romance.

    Elle est diplômée en sciences biologiques à l'Université d'état de Californie à Stanislaus.

    Auteure prolifique, elle a publié plus d'une centaine de romans. Avec plus d'un million d'exemplaires vendus, elle écrit des histoires d'amour notamment de la romance contemporaine, la new adult romance et la romance fantastique. 
    Elle est surtout connue pour ses séries "Forever and Always" dont le premier tome et son premier roman, "Only For You", a été publié en 2013 et "Timeless". 

    son site : http://www.eltoddbooks.com/
    page Facebook : https://www.facebook.com/ELTodd42/ 
     
     

    Pour toujours : Je ne veux que toi

     

     

     


    2 commentaires
  •  

    Une douce nuit d'étéL'amour peut-il tout surmonter ? Rien ne les préparait à ce coup de foudre fulgurant. Et pourtant... Gabriel est un homme blessé et solitaire qui a renoncé à l'amour. Lea, une femme discrète, s'enlisant dans une vie monotone qui ne lui correspond plus. Malgré leurs différences, malgré les obstacles que la vie dresse sur leur route, ils partageront un été magique, un huis clos en dehors du temps. Mais parviendront-ils à surmonter les mensonges, oublier leurs peurs et accepter de vivre... enfin ?

     

     Editeur :  Dreamcatcher
    Genre:  Romance
    Date de sortie: 26/9/2016
    Prix du livre papier : Broché  15,00€ 
    Version numérique: 4,99
    Nb de pages : 484

     

     

      

    Une douce nuit d'étéUne jolie couverture toute douce, à l'image de la romance. C'est mignon basé sur un coup de foudre réciproque.

    L'histoire est assez banale, la romance se met en place rapidement, mais longtemps nous intrigue avec les secrets que se cachent nos protagonistes.
    Les décors sont assez bien plantés et l'on s’imagine bien passer quelques vacances  dans ce cadre plaisant aux douces saveurs estivales.

    On ne doute pas du happy-end, mais le lecteur suit pas à pas l'évolution de cette idylle à la chute pas vraiment spectaculaire mais, un peu touchante.

    J’émettrais toutefois un bémol, coté crédibilité sur un certain passage, ce que les lecteurs moins regardant ne remarqueront probablement pas. J'avoue que l'on se laisse porter par cette romance contemporaine qui séduira les romantiques.

    Le style est correct, le tout honorable pour un premier roman auto-édité. Un texte assez court, bien construit, cohérent dans l'ensemble et un plaisant moment de lecture idéal pour des vacances durant lesquels on aime à se vider la tête.

    Un roman assez classique mais pas de ceux dont l'on a du mal à abandonner les personnages.

     

    Une douce nuit d'été

     

     

    Une douce nuit d'été

    item 69 un roman dont l'action se situe exclusivement en été

     

    Une douce nuit d'étéL'auteur :

    Nationalité : France 

    Biographie : 

    Juriste de formation, Angélique Fejean s'est finalement orientée dans un tout autre domaine mais n'a jamais perdu de vue son rêve d'adolescente de devenir écrivain. 
    Passionnée de lecture et d'écriture depuis toujours, elle s'est finalement décidée à ouvrir un blog en janvier 2014 (2 moi pour 1 nous) sur lequel elle partage ses avis littéraires et publie des nouvelles.
    Auteur des nouvelles, elle publie un romance, "Une douce nuit d'été", en 2016. 

    page Facebook : https://www.facebook.com/angelique.fejean 

     


    3 commentaires
  • Une douce odeur de pluie LCKate, pour laquelle tout était brumeux sans ses lunettes, considéra sa fille en plissant les yeux, et se mit soudain à déplorer qu'elles ne puissent pas se dire adieu tendrement, comme les autres mères et filles le faisaient sûrement. » 
    Lorsque Kate fuit son Irlande natale afin d’échapper aux tensions familiales, elle se fait la promesse de toujours être une amie pour son enfant. Quinze ans plus tard, l’histoire semble pourtant se répéter : un gouffre immense s’est creusé entre Kate et sa fille Sabine. Elle envoie donc l'adolescente chez Edward et Joy, les grands-parents qu’elle connaît à peine.
    Marquée par sa séparation douloureuse avec Kate, Joy se réjouit à la perspective de passer du temps avec sa petite-fille. Mais l'arrivée de la réticente Sabine fait resurgir un secret de famille longtemps enfoui, et Joy doit enfin confronter son passé. Après tout, il est peut-être temps de guérir de vieilles blessures…

    Le récit inoubliable de trois générations de femmes face aux réalités de l’amour, du devoir et du lien exceptionnel qui unit les mères à leurs filles.

     

    Editeur :  Milady
    Genre:  Romance
    Date de sortie: 17/10/2018
    Prix du livre papier : Broché  18,90€ 
    Version numérique: 9,99
    Nb de pages : 480

     

    Une douce odeur de pluie LCEnfin ! Oui me voilà enfin parvenue au bout de ma lecture. C'est très rare que je peine sur un texte et je suis déconcertée  de l'avoir été pour un récit de Jojo Moyes dont je suis plutôt fan. Même si je n'ai plus retrouvé les émotions intenses d' Avant toi, l'auteure m'avait séduite à divers degrés dans les autres romans que j'ai lu d'elle. Mais là ? 

    C'est l'incompréhension la plus totale à tous les niveaux. Les thèmes du roman avaient cependant de quoi passionner, tant les relations  familiales sont le centre du sujet, avec ses complexités. Ils sont toujours contemporains, intergénérationnel. Mais c'est à peut-être que Jojo Moyes m'a perdu. En s'éparpillant un peu trop, négligeant certaines situations au détriment de d'autres sans réel intérêt dans des digressions ennuyeuses, dans le tableau brossé, certes avec talent, de décor, mode de vie, contexte social, mais avec trop détails. Et pourtant je suis une adepte des toiles de fond.

    L'histoire démarre par un prologue avec un début dont je cherche l’intérêt, en 1953 à Hong Kong, avec les aventures de Joy et sa rencontre avec Edward. L'auteur aborde déjà la relation difficile mère/fille, et un milieu très british qui expliquerait le comportement de la Joy âgée. Qui expliquerait, car il manque au lecteur de nombreuses informations pour comprendre la froideur du couple Joy/Edward.

    Le début semblait prometteur, mais j'ai vite déchanté. J'avais le sentiment de suivre plusieurs chemins,avec pour seul fil conducteur les non-dits, l'absence de dialogue comme raisons plausibles de la complexité des liens familiaux. C'est dans le passé que je pensais les trouver. Je cherche encore. D'autant que certains retournements de situation sont bien peu explicites et de ce fait pas vraiment crédibles.

    Eh non, je  n'arrive pas à accepter le revirement de Sabine. Autant son comportement d'ado est crédible, autant son soudain  positionnement ne l'est pas à mes yeux. Il manque quelque chose pour le rendre cohérent. Déjà je peinais à m'imaginer dans le rôle de Kate,  en tant que mère éloignant ma fille dans des contrées éloignées dans une famille avec qui je n'aurai aucun lien affectif, ayant bataillé moi même, à la recherche d'amour et de reconnaissance. 

    Là encore, je n'ai pas de réponse à mes questions. les quelques bribes du passé de Joy n' apportent pas de vraies réponses, ouvrent la porte sur un nouveau mystère qui lui aussi sera superficiellement traité. la relation Joy/Edward reste en partie énigmatique, tout comme, les relations bancales entre Kate et son frère Christopher. On ignore si les liens unissant ce dernier à Joy ont été un jour  normales, on en sait à peine un peu plus sur quelques souvenirs lointains effleurant celle de Kate/Edward. Alors l'on s'en vient à s'interroger encore et encore sur le délitement des liens dans cette fratrie.

    C'est ce qui m'a le plus frustrée. Tout est là, mais pas abouti. Et j'en ressors avec le sentiment que ça part dans tout les sens. Et comme s'il n'y avait pas assez à traiter dans le thème principal, l'auteur vient nous glisser une romance, avec une issue des plus prévisibles et un nouveau mystère avec Annie.

    Comment avec toutes les problématiques de tous ces personnages, peut-on alors à s'attacher à qui que ce soit ?  je n'y suis pas parvenue.

    Que dire du final ? Que penser des sentiments de Joy envers Esward ? Qu'elle signification à apporter à ce document apporté par Sabine ? Quel interet de laisser le lecteur interrogatif à ce propos ? 

    Autant Jojo Moyes a su me captiver dans la plupart des ses romans, fait ressentir émotion et empathie pour les personnages, autant elle me laisse sans voix avec ce roman que je trouve très décevant et bien palot à la hauteur de ses autres écrits.

     

    Une douce odeur de pluie LC

     

    Avec Gaelle

    Une douce odeur de pluie LC

    item 8 : un livre centré sur la relation mère /enfant

     

    Le détail : 

    Ce roman se veut être le récit inoubliable de trois générations de femmes irlandaises face aux réalités de l’amour, du devoir et du lien exceptionnel qui unit les mères à leurs filles. 

    L'idée de base y est, mais pour moi, trop brouillon. 

     

    La parenthèse : 

     Attention ce roman est une réédition du titre Sous la pluie, publié précédemment chez Jean-Claude Lattès.

     

    Une douce odeur de pluie LCL'auteur :

    Nationalité : Royaume-Uni 
    Né(e) à : Londres , le 04/08/1969
    Biographie : 

    Pauline Sara-Jo Moyes (Jojo Moyes) est une journaliste et romancière britannique.
    Elle a étudié à Royal Holloway, University of London. En 1992, elle a remporté une bourse financée par le journal "The Independent" pour suivre le cours de journalisme de troisième cycle à la City University, de Londres. Elle a ensuite travaillé au The Independent durant les 10 années qui ont suivi. 
    Elle interrompt sa carrière à "The Independent" durant un an pour travailler à Hong Kong pour le "Sunday Morning Post". Elle interviendra à divers niveaux, elle sera adjointe des nouvelles éditions en 1998, puis correspondante arts et média en 2002.
    A partir de 2002 elle est devenue romancière à plein temps.
    Elle est l'un des rares auteurs à avoir remporté deux fois le roman romantique de l'année (Romantic Novelists' Association Awards), en 2004 pour "Arcadia Hotel" ("Foreign Fruit", 2003) et en 2011 pour "La dernière lettre de son amant" ("The last letter from your lover", 2010).

    "Jamais deux sans toi" ("The One Plus One", 2014) a obtenu le prix des lectrices 2015.
    Son roman "Avant toi" ("After you", 2015) a été adapté au cinéma en 2016, avec Emilia Clarke et Sam Claflin.
    Jojo Moyes vit dans une ferme à Saffron Walden, Essex avec son mari, le journaliste Charles Arthur, et leurs trois enfants.

    site officiel : http://www.jojomoyes.com/ 

     

     


    2 commentaires