•  

    Même si on se quitte  SPDans un petit village du Loiret, Lara doit dorénavant s acquitter seule des dettes de la clinique vétérinaire depuis que son époux, vétérinaire et joueur de poker, a subitement disparu quelques jours avant Noël. Raphaël, son ami d enfance, commandant de gendarmerie, veille amoureusement sur elle. Une nuit, après une intervention difficile sur une jument, elle sauve de la noyade Dimka Chernikoff, le célèbre et séduisant entraîneur russe du PSG. Cette rencontre marquera le début d une nouvelle vie pour cette femme pleine de surprises, mais les fantômes du passé resurgiront vite de ce voyage entre la France et la Russie. Chacun d entre nous cache des secrets plus ou moins avouables qui rongent pernicieusement nos âmes. Lara, Raphaël et Dimka n échappent pas à la règle.

    Editeur :  Incartade(s) Editions
    Genre: Thriller 
    Date de sortie: 11/10/2018
    Prix du livre papier :  Broché : 20,00€ 
    Version numérique:  4,99€
    Nombre de pages: 300

     

     

    Même si on se quitte  SPTout d'abord un grand merci, à Incartade(s) Editions pour avoir accepté ce partenariat qui débute avec ce premier service presse.

    Un thriller qui ne correspond pas à mes standard en matière de thriller, plus centrée au prime abord sur la romance entre Dimka Chernikoff et Lara. Une histoire d'amour qui se noue,  bien trop rapidement à mon goût entre nos deux protagonistes.

    Mais en dehors de la romance, l'auteure aborde des sujets contemporains et graves comme les violences conjugales, l'addiction au jeu, les secrets qui en découlent, les mensonges, l'amitié indéfectible, les relations familiales, le désamour et surtout les effets post traumatiques liés à des violences perpétré sur un être humain.

     Un savant mélange de thèmes qui donne de la force au récit et brossant de ce fait un contexte réaliste. Babsy Bisiaux nous intrigue avec la disparition du mari et l'on s'image que le roman va tourner autour de cette disparition insolite,  au vu des menaces d'hommes inquiétants qui réclament leur dû. Mais au fil des chapitres tandis que Raphael, l'ami fidèle, veille sur Lara, avec beaucoup d'empressement et de possessivité, l'intrigue prend un virage inattendu.( Je me garderais  de développer au risque de spolier ) Malgré quelques soupçons, j'étais loin de connaitre toutes les réponses.  Babsy Bisiaux sème le doute dans votre esprit. Certaines idées s'avèrent totalement fausses tandis que d'autres se confirment en cours de lecture.

    La plume de l'auteur, fluide et plaisante et l'histoire addictive. Son style narratif est agréable. Ses sujets maîtrises, quels qu'ils soient et particulièrement développés.  A travers son récit elle nous instruit de manière ludique sur le monde du football, les soins vétérinaires, les enjeux politiques de certains pays, leur culture. Tout ceci pourrait sembler digressif, mais la manière de l'auteure de l'inclure dans le récit est originale et les détails ne sont pas ennuyeux. Au contraire ils plantent le décor.

    C'est à travers les dialogues, finement menés, que Babsty Bisiaux nous brosse le passé des protagonistes, et les rends les personnages plus tangibles. de plus ces informations sont importantes pour le présent. De même elle s'attache à dépeindre les ambiances et les émotions de nos protagonistes principaux.

    Les personnages sont bien campés, mais je ne suis pas parvenue à m' y attacher hormis Raphael, son soutien sa présence constante m'a touchée.

    Le dénouement ne sera pas surprenant, malgré les rebondissements parfaitement dosés, car l'auteure a déposé, pour nous, des petits cailloux tout le long du chemin. L'issue est donc inéluctable et en adéquation avec le titre parfaitement choisi.  

    Un très bon moment de lecture, même si j'ai trouvé que la romance, entre Dimka et Lara, prenait trop d'importance. Quelques séries d’événements m'ont fait un peu tiqué, coté cohérence, (eh oui je m'attache à des petits points de détails plus que la majorité des lecteurs, tout le monde le sait ).

      En conclusion  Je m'attendais à un roman thriller classique on est un peu plus dans de la romance avec un mystère en toile de fond. Un peu trop romancé à mon gout, mais une belle plume, une bonne construction de l'histoire et des thèmes contemporains bien documentés, des ambiances bien rendus

    Babsy Bisiaux est une auteure à découvrir et Un jour le printemps reviendra est dans ma PAL, le résumé m'a intrigué. 

     

    Même si on se quitte  SP

     

     

     

    Extraits citations 

     

    " Elle se forçait à croire qu'elle avait agi dans l’intérêt de son fils, qu'il puisse grandir dans une famille unie, mais elle reconnaissait qu'elle avait trop souvent fait preuve de soumission et de lâcheté" 

     

    " Elle aimait les responsabilités, les obstacles, même  hauts, à surmonter car ils signifiaient qu'elle était libre . Libre de se coucher lorsqu'elle en avait besoin, libre de se réveiller lorsqu'elle le décidait, libre de lire, d'écouter la musique, de blasphémer, libre de s'habiller selon ses envie et non suivant les appétences ou les convenances de Guillaume "

     

    " - C'est dur de ne pas savoir, et je sais de quoi je parle. Ne pas savoir, c'est tout imaginer, du meilleur comme du pire"

     

    © B. Bisiaux


    2 commentaires
  • Noir Vezere Ils ont peint sur la roche l’azur du ciel, le rouge des blessures, l’ocre des toisons de la préhistoire, sans savoir qu’un jour, sans prévenir, dominerait le sombre du.... Noir Vézère.

    Il y a dix‐sept mille ans, sous une colline de Dordogne, un homme dessine une des plus belles énigmes de l’histoire humaine. En 1919, deux rescapés de la Grande Guerre vont se glisser sous terre, poser leurs yeux sur d’impressionnantes fresques plus que millénaires. De nos jours, emmurés par accident sous les roches de Lascaux, une capitaine de Gendarmerie secondée d’un préhistorien chevronné vont mettre à jour une bien ancienne et mystérieuse scène de crime...
    Dans ce roman mi‐préhistorique, mi‐polar contemporain, l’auteur nous offre un voyage fascinant au coeur de toutes ces énigmes. Nous conte la décision d’un homme ; transcender sa condition d’humain en celle d’artiste.

    Editeur :  Cairn 
    Collection : Du noir au Sud
    Date de sortie: 2/05/2018
    Prix du livre papier :  Broché 8,50€ 
    Version numérique:  non
    Nombre de pages: 168

     

     

    Noir VezereEn règle générale je n'aime pas les romans  trop courts avec souvent leur fin précipitée, les sujets peu aboutis, encore moins les nouvelles. C'est donc très agréablement surprise que je parviens au terme de ma lecture du dernier roman de Gilles Vincent.

    Merci aux éditions Cairn et Masse critique Babelio, pour m'avoir fait revoir mes à priori. Oui on peut écrire une intrigue aboutie en peu de pages !

    Noir Vézère, n'est pas le premier roman de l'auteur que je lis. J'étais déjà tombée sous le charme de la plume et l'imagination de Gilles Vincent qui parvient, avec brio, à mêler événements véridiques avec fiction.

    Dans Beso de la muerte , l'auteur nous entraînait sur les traces de Garcia Lorca et l'énigme autour de sa mort et du lieu de sa sépulture. Ici, c'est à travers 3 périodes de notre histoire,  préhistorique, période 1920/1940 et contemporaine, que nous aborderons un des plus grands mystères à jamais irrésolu : qui a peint les fresques de la grotte de Lascaux ? et surtout quelle a pu être la vie, les pensées, les émotions d'un de nos ancêtres. 

    L'histoire est insolite, plausible.

    Je n'ai jamais visité ces grottes, ces fac-similés crées pour sauvegarder l'original des effets nocifs du temps et des visiteurs. Eh bien, c'est une lacune que  j'ai envie de combler.

    Au vu des effets pervers suite à l'offrande faite au monde, en permettant à tous d'admirer ce chef d'oeuvre qui a défié le temps ( 17 000 ans c'est pas rien), l'idée de Gilles Vincent avec ce meurtre que grotte mythique a eu soin de conserve dans ses entrailles est très plausible. Préserver les beautés de la nature, égoïstement certes, pendant 20 ans, est un mobile puissant. La convoitise et la cupidité aussi !

    Une intrigue donc qui tient la route, avec des personnages bien campés, des profils psychologiques, des émotions, des sentiments bien brossés. Une plume superbe. Des descriptions qui rendent des ambiances intemporelles. De la poésie qui sublime le récit. Une histoire addictive qui se dévore en quelques heures. 

    Un roman ludique et éducatif, un esprit créatif, une intrigue bien ficelée, des secrets, de tout pour me séduire et me conforter dans mon envie de découvrir d'autres textes de l'auteur.

    Un dénouement surprenant, et attendu à la fois, pas tout à fait comme ça quand même, qui fait rêver et comprendre l'état d’esprit des protagonistes de cette aventure.

    Coup de coeur.

     

    Noir Vezere

     

     

    Noir Vezere

     

    Extraits citations

     

    " Ne plus penser au vieux Ghamo,  à la protection de la terre, au corps désormais épargné. Échapper à cette vague soudaine qu'i l'a surpris,et dont il craint le retour, un craquement intérieur, une tempête jusque là inconnue. un tumulte qu'il ne saura sans doute jamais identifier ni nommer, mais auquel il doit se soustraire, face au mort enterré pour la première fois, ce que l'on nome le chagrin

     

    "- J'ai peur Leo. Si peur que c'est incontrôlable".

    - Avoir peur, c'est être vivant Frédérique"

     

    © G. Vincent

     

     

     

     


    1 commentaire
  • Sinner of Saints  : Devious LCDevious. Un nom synonyme de danger, de désir, de décadence. Le nom de celui qui lui a brisé le cœur. Rosie n’avait que dix-huit ans lorsque Devious l’a trompée avec sa sœur. Cette expérience l'a détruite, et elle s'est juré de ne plus jamais avoir affaire à lui. Mais voilà que, dix ans plus tard, Devious revient dans sa vie, encore plus sexy et surtout plus déterminé que dans ses souvenirs. Car, s’il est revenu, c’est pour une raison bien précise : obtenir une deuxième chance. Et Rosie sait qu'avec Devious la fuite n'est pas une option ; alors il ne lui reste qu'une seule solution : faire face au démon de son passé.

    Editeur :  Harlequin
    Genre: New Adult On de
    Date de sortie: 2/09/2017
    Prix du livre papier :  Broché : 14,90€ 
    Version numérique:  9,99€
    Nombre de pages: 396

     

     

     

    Sinner of Saints  : Devious LCIl devrait y avoir comme sur les paquets de cigarettes, une alerte, genre " Attention, addictif, risque de nuire à votre sommeil " ou  "A ne lire qu'en journée au risque de passer une nuit blanche " ou encore  "Lecture nocturne à vos risques et périls " !

    Eh oui ! parce qu'une fois plongée dans la relation tumultueuse entre Dean ( Devious)/ Rosie ( bébé LeBlanc), on ne peut qu'en sortir une fois la dernière ligne lue.

    Vous pensiez peut-être que Vicious est le pire du groupe ? Que Dean est un gentil garçon ? Celui qui a veillée sur Millie, l'a protégé de son copain taré ? Et bien dans cet opus vous découvrirez  le pire débauché sur terre. Dean est un alcoolique, drogué et accro au sexe. Amoureux de Rosie depuis 10 ans.

    C'est une nouvelle fois dans un récit à deux voix, entre présent et passé, que nous découvrirons les tenants et aboutissants d'une histoire pas très compréhensible.

    Il semblait que Dean avait amoureux de Millie, qu'elle lui avait, peut-être, brisé le cœur en l’abandonnant et s'enfuyant à N.Y avec par la suite Rosie dans ces bagages. 

    Dans cet opus nous auront donc des réponses à certaines questions que l'on pouvait se poser dans le tome. Mais aussi sur cette irrésistible et dangereuse alchimie qui les lient depuis 10 ans. 

    L'auteure nous offre un deuxième personnage faillible et imparfait en proie à ses démons et à un lourd passé. Si on a détesté Vicious avant de l'aimer, Dean nous charme immédiatement malgré ces défauts. Quant à Rosie, on l'admire pour sa force de caractère, on comprend ses raisons qui la poussent à se tenir éloignée de l'homme qu'elle aime. Elles sont nombreuses et justifiables. Malgré tous les efforts de Devious pour la conquérir, elle s'obstine à refuser un rapprochement se privant du bonheur. Pourquoi ne prendrait-elle pas ce que la vie lui offre et vivre pleinement l'instant présent ? L'on comprend que son objectif est de protéger Dean. Son avenir est incertain, et l' ombre de la mort flotte au dessus d'elle.

    Et c'est là ou le bat blesse. La pathologie dont  est atteinte Rosie est inguérissable, mais aujourd’hui l’espérance de vie  a nettement progressé et la transplantation pulmonaire est désormais éprouvée, cependant il n'en ait jamais fait mention dans le roman alors que l'état de sante de Rosie devient très critique. J'avais donc imaginé que ce sombre tableau soit plus développé. Mais l'auteure a préféré un développement différent avec des rebondissements déconcertants, certes émouvants, dans lesquels l’addiction de Dean va provoquer des réactions en chaîne qui mettront en péril sa relation naissante, basé sur autre chose que le sexe, avec Rosie.

    L.J Shen gère également le coté suspens avec la présence de cette Nina et d'un secret de famille qui va nous laisser sur les fesses. C'est un véritable coup de tonnerre qui nous secoue alors qu' l'on s'attend à tout autre chose.   

    Ce tome n'est pas aussi léger qu'il y parait, avec ses sujets sérieux, contemporains, réalistes, addiction, abandon, adoption et épée de Damoclès sur la tête avec l'ombre de la Faucheuse qui plane sur notre héroïne. On retrouve aussi une notion de sacrifices qui pourtant ne s'explique pas 10 ans plus tard,vu que Millie est heureuse et épanouie avec son Vicious !

    Les autres personnages de la saga sont toujours aussi présents, les liens amicaux qui lient les 4 Hot Héros sont toujours aussi forts, et malgré leurs odieuses personnalités, les 4 jeunes gens se soutiennent mutuellement. Même Vicious va nous surprendre.

    Dans l'épilogue, L.J Shen met en place les aventures a venir de Trent avec l'entrée en scène d'une jeune femme qui sera, sa perte ou sa rédemption.

    Coté écriture, quelques petites cafouilles qui donnent parfois des phrases un peu incompréhensibles, et je suis persuadée que  c'est du à une traduction trop littérale.

    Bref, arrivée au terme de ma lecture, j'ai le sentiment que d'autres nuits courtes sont à venir. d'autres coups de coeur peut-être ? Cette saga,  comme dirait ma binome, c'est de la bombe ! 

    L'auteure nous offre une série bien construite, une évolution de la personnalité des personnages maîtrisée, la psychologie des protagonistes est bien développée, leurs émotions bien retranscrites. L’accroche des chapitres de Rosie nous fait partager ses angoisses et son envie de vivre. Elle suscite de l'émotion et du rire aussi.

    L'auteure nous tient sous le charme de ses personnages masculins très atypiques, cependant la place des femmes est très importante de cette saga. Elles nous charment tout autant les les héros de la série.

    Malgré le petit bémol sur le volet médical et donc un épisode un peu alambiqué et pas très clair (eh oui, la soignante en moi, s'interroge sur la crédibilité de la suite )  je suis sous conquise par la plume de l'auteure et son imagination qui lui permet de nous proposer une saga très originale.

    Pour l'heure, je ne peux encore établir un ordre de préférence parmi ces Sinner of saints. Y parviendrai-je ?

     

    Sinner of Saints  : Devious LC

     

     

     

    Avec Gaelle

     

    "- (...)  Elle était une bougie réconfortante. Tu es le soleil aveuglant"

     

    " Parfois, la vie est comme une boule de neige qu'il est impossible d'arrêter" 

     

    " Ça me faisait doucement rire que les gens disent que j'étais dangereux. Parce que le danger, c'était la petite nana avec des yeux bleus et des taches de rousseur, coincée dans une meringue rose"

     

    " En voyant qu'il n'avait pas essayé de recoucher avec moi, j'en venais à me demander si Dean  n'était pas un homme de parole, au bout du compte"

     

    " - (...) C'est Sirius, et c'est toi aussi. Tu brilles, Bébé LeBlanc. Tu brilles tellement que parfois je ne vois plus rien d'autre"

     

    " Au moment où il m'avait remarqué, elle avait tout juste décidé qu'elle voulait sortir avec lui et il s'était retrouvé coincé"

     

    " parfois je me disais que j'avais seulement aimé l'idée que je me faisais d'elle ou que je ne l'avais jamais aimée du tout"

     

    " Heureusement pour moi, je savais aussi que M.Cole était un enfoiré de première catégorie, ce qui  voulait dire que j'étais presque immunisée contre son charme. "Presque" étant le mot clé dans la phrase précédente"

    © L.J Shen

     

     


    2 commentaires
  • Sinners of saints : Vicious LCIl est le pire qui pourrait lui arriver? ou le meilleur Vicious. Le nom qu'il s'est choisi parle de lui-même. C'est un homme froid, cruel? et immensément riche. Ce qui veut dire qu'il a le monde à ses pieds. Millie ne fera plus jamais l'erreur qu'elle a commise dix ans plus tôt, quand elle a cru qu'elle pouvait se mesurer à lui, répondre à ses provocations, lui rendre coup pour coup. Ils n'étaient que deux adolescents, et pourtant il a détruit sa vie, l'a forcée à l'exil, loin de sa famille et de tout ce qu'elle connaissait. Alors, le soir où il surgit dans le bar de Manhattan où elle travaille à présent, adulte, plus beau et plus? dangereux que jamais, Millie sait qu'il n'y a qu'une solution  : fuir. Mais elle ne se fait pas d'illusions, si Vicious est venu la chercher, rien ne l'arrêtera. Une menace autant qu'une promesse ?

     

    Editeur :  Harlequin
    Genre: New Adult 
    Date de sortie: 2/09/2017
    Prix du livre papier :  Broché : 14,90€ Poche : 4,50
    Version numérique:  6,99€
    Nombre de pages: 382

     

    Sinners of saints : Vicious LCLa couverture du roman m'a attirée à sa sortie, mais pas vraiment dans le bon sens. Elle ne m'a pas vraiment plu. Toutefois les chroniques élogieuses  ont ont raison de ma faiblesse. Pourtant, il traine dans ma PAL depuis presque un an. C'est ma binôme qui vient de s'avaler les 3 tomes qui m'en parlé et de fait la curiosité l'a emporté.

    Dès les premiers chapitres,  je comprend pourquoi elle a laissé ses autres lectures en stand by. Parce que dès qu'on a le malheur de se plonger dans les aventures de Vicious/Baron et d' Emelia/Conchita, on ne veut en sortir que parvenu à la dernière ligne ! Eh oui, je suis tombée dans les griffes de Vic, comme Emilia. Malgré son odieux caractère, ce pervers nous attache à lui d'emblée. Et encore plus au fil des pages quand on comprend les raisons qui ont fait de lui cet être abject.

    Le récit est à 2 voix, entre présent et passé.

    La plume de l'auteure est fluide, on notera parfois des phrases simplistes semblant être traduites un peu trop littéralement qui gachent un peu l'ensemble. Mais l'histoire est tellement puissante qu'on finit par passer outre.

    Une histoire oscillant entre amour est haine, mais ne dit-on pas qu'ils sont le versant d'un même sentiment ? C'est ce  que nous offre  L. J Sheen.  Nos 2 héros s'aiment et se détestent tout à la fois. Si on comprend les raisons de ses sentiments ambivalents chez Emilia, Vicious est plus difficilement compréhensible. On ne voit chez lui que la méchanceté gratuite exacerbée par le pouvoir que lui confère sa position sociale. Il veut, il prend, il jette !

    Abject ado, retors adulte. Vicious n'est pas une personne fréquentable. Il est toxique. Et rien ne l'arrête. S'il ne peut avoir quelque chose, comme Emilia, il est hors de question que quelqu'un d'autre l'ait. C'est pourquoi la jeune fille va devenir la victime de Vic et celle qui sèmera le trouble dans l’amitié sans faille des Four Hot Héroes, nom de la petite bande constitué par Vicious, Dean, Trent et Jaime. Encore que l'on se demande comment ils peuvent prétendre à ce titre, vu le comportement qu'ils ont.

    L.J Sheen ne joue pas de rebondissements spectaculaires, cependant elle nous tient en haleine tout au long de récit particulièrement addictif. 

     Tout comme 10 ans plus tôt la tension entre les protagonistes est toujours palpable. Vicious n'a qu'un objectif faire sienne Emilia, la liant à lui, la manipulant encore et encore. Entre eux pas de sentiments. Du moins veut-il s'en persuader. Mais côtoyer la jeune femme ua quotidien va perturber l'ordre des choses. Persuadé d'avoir un caillou à la place du cœur, Vicious mettre longtemps à comprendre qu'il est amoureux de la jeune femme depuis plus de 10 ans, alors que ses acolytes en avaient conscience depuis le premier jour.

    On se demande de fait, quel jeu à voulu jouer Dean dans l'histoire. On s'interroge aussi sur les motivations  d' Emilia en fréquentant Dean.  

    Dans ce tome, l'auteure prépare l'entrée en scène de Dean/ Devious et le nom de celle qui va lui faire perdre la tête.

    Un roman qui se dévore et notre héros, malgré ses comportements odieux envers tout le monde, y compris ses amis, nous séduit d'emblée. On l'aime et on le déteste.

    Emilia est quant à elle un personnage fort de la romance. À 17/18 ou à 27/28 ans, elle ne s'en laisse pas compter. Elle connait Vicious sur le bout des doigts , n’ignore pas sa perversion. Pour autant, l'attirance physique, née 10 ans auparavant, ne   s'est pas atteinte malgré tout ce qu'il lui a fait subir. Il lui fait toujours perdre la tête. Parviendra-t-elle a gérer ses sentiments ? Tombera-t-elle dans le piège et souffrira-t-elle a nouveau des comportements de Vic ? L' Emilia du présent est résolue à ne pas souffrir. Pour autant, elle parviendra pas à résister à l'attraction de Vic.  Un Vicious adulte qui ignorant ce qu'il ressent pour la jeune femme va commettre de nombreux faux pas. 

    Emilia parviendra-t-elle à faire fondre le cœur de glace de Baron ? Lui pardonnera-t-elle ? 

    L'auteure maîtrise son sujet et le rend très crédible de bout en bout. Elle nous fait vibrer, nous émeut, nous faisant découvrir à travers Black et Rose des personnalités meurtries. Elle donne de l'espoir à ses personnages.

    Un coup de cœur pour ce premier tome ! Merci ma binômette d'avoir fait remonter cette saga de ma gigantesque PAL .

     

    Sinners of saints : Vicious LC

     

     

     

     

     Avec Gaelle

     

    Extraits citations

     

    "Quand on besoin de faire souffrir quelqu'un, est ce que ça veut dire qu'on le déteste ? "

     

    " Quelle différence y a t-il entre l'amour et le désir ?"

     

    " Elle n'était pas un coup d'un soir dont je connaissais tout juste e prénom. Elle est mon fantasme d'adolescent ,et en tant que tel,   elle méritait un traitement à part."

     

    " Elle faisait partie de ces gens qui cherchent la bonté chez les autres. Même chez un petit salaud comme moi "

     

    " Ma grand- mère disait que la vie est comme la  floraison des cerisiers. D'une beauté à couper le souffle, mais éphémère "

     

    " De plus comme il ne s'était jamais comporté avec  moi comme un père, j'avais craint toute mon enfance qu'il ne me jette un jour sans préavis" 

     

    " ma grand- mère assurait que l'amour et la haine sont les 2 versants d'un même sentiment, car tous les 2 vous emportent  pareillement dans les affres de la passion"

      

     

     

     

     


    2 commentaires
  • Les insurgés T3 LCMalgré sa très forte et très magnétique personnalité, Rylan ne semble pas pouvoir séduire Reese, la leader sans pitié de la ville des Insurgés. Il adore les challenges et celui-là est très excitant, mais l’indifférence de Reese n’est pas le seul obstacle à son opération de séduction. S’il veut Reese, il faut qu’il réussisse à passer outre Sloan qui monte la garde fidèlement auprès de la belle jeune femme.
    Sloan a toujours aimé Reese, mais leur passé difficile et tumultueux a rendu impossible une histoire d’amour entre eux. Il voit bien que Rylan s’intéresse de près à elle, ce qui ne fait qu’intensifier la tension entre les deux hommes. Jusqu’à ce que Sloan se demande si cet homme sans foi ni loi ne va pas lui servir à se rapprocher de celle qu’il convoite.
    La dernière fois que Reese s’est trompée sur un homme, elle n’a eu d’autre choix que celui de le tuer. Aujourd’hui, elle voudrait ne pas avoir à choisir, car elle sait bien que sa décision peut être fatale et qu’elle risque de perdre les deux hommes de sa vie…

     

    Editeur : Hugo Roman
    Genre: New Romance
    Date de sortie: 2/11/2017
    Prix du livre papier : Broché 17,00€   Poche : 7,60€
    Version numérique: 9,99 € Le prix du numérique plus cher que du poche ça me sidère !
    Nombre de pages :  500

     

    Les insurgés T3 LCDernier tome de la saga dystopique d' Ella Kenneny qui n'en a que le nom !  Gaëlle quoique tu dises, quelque soit le nombre de tomes qui pourraient venir, je ne suivrais pas sur une suite éventuelle,  même si les éventuels opus sont consacrés à Dominik ou Xander !

    Voilà c'est dit parce que trop de sexe tue la romance !

    Il  n'y a pas de romance  !me dit mon petit moi intérieur.

    C'est très juste. L'auteure a beau nous entortiller avec ses scènes de sexe entre les protagoniste, on ne perçoit pas les sentiments entre eux. D'ailleurs, même en ayant admis cette relation biscornue entre eux, je ne parviens pas à y croire. Elle est trop tirée par les cheveux pour être crédible.

    Rylan/Reese OK, c'était attendu. Le jeune homme n'aspire qu' à coucher avec elle et réciproquement, on comprendra au fur et à mesure ( enfin presque) les raisons qui la font ruer dans les brancards. Mais les autres liens ? Euh, non. L'auteure ne nous y prépare pas, hormis le fait que l'on sache que Sloan est amoureux fou de Reese. Et ce ne sont pas les scènes de sexe torrides qui vont m'en convaincre. Précision roman pour lecteur averti à l'esprit grand ouvert !  Perso, pas un problème.

    Car l'essentiel du sujet est clairement établi dès le premier tome et c'était totalement utopique de penser que ce dernier serait plus développé coté dystopie. Tu vois ma binôme, j'avais raison !

    Les 2 petits scènes de combat nous vont vibrer( Ok, une seconde et demi) avec les risques encourus par nos personnages, mais c'est un petit verre qui n'étanche pas ma soif. Malgré le plongeon dans le passé de Reese,  de Rylan et celui de Sloan. Ce ne sont que des grandes lignes. Les sujets essentiels ne sont pas traités dont le plus important à mes yeux celui concernant Jake. Que s'est-il passé avec Cassie pour en être arrivé à sa mort ? je n'ai même pas bien compris qui  a tué Jake !  Reese ? Sloan ? Je n'ai que des ébauches de réponses.

    Que dire des autres que j'espérais avoir ?

    Eh ben rien !

    L'auteure se donne les moyens de l'aborder puisqu'elle met en scène Rylan et Xander seuls. Le lecteur aurait donc bien pu apprendre ce qu'il en était de cette relation ambiguë entre Xander et Kade, de la promesse arrachée par ce dernier à Xan et du contenu de la lettre. Eh bien, en ce retour d'une mission à risque, qu'avons nous ? Un Rylan qui b... comme un malade, ne pensant qu'à b... Reese. Eh ouais ! 

    Encore des sujets importants qui donneraient du sens au récit qui passent au second plan. Elle Kennedy préfère se concentrer sur la description ( très, très détaillée) de sexe débridé. Le sujet, elle le maîtrise, les scènes sont visuelles.  Même si on peine un peu devant quelques figures acrobatiques  .  Le triolisme est le thème de prédilection de l'auteure. Nous en avions un aperçu dans les tomes précédents, la bisexualité aussi et je précise que je n'ai aucun au probleme avec ça  Si l'histoire de ce peuple d'insurgés est de vivre libre, c'est surtout de vivre pleinement des relations sexuelles en toute liberté, libertines à souhait.  Tout le monde couche avec tout le monde. une seule chose est importante : Le plaisir retiré. Bref j'étais une fois de plus en overdose devant ces mecs qui ont beaucoup de mal à garder leur engin dans leur pantalon. Ils sont obnubilés par le sexe réponse à tout. Je pense à une scène précisément entre Sloan et Riley alors que l'inquiétude  est à son comble. Ben je ne l'ai pas vraiment cru crédible.

    Et si nous parlions de la traduction pour changer un peu, des coquilles ? Récurent chez Hugo Roman et un peu agaçant, mais il semble que cela ne gêne  et ne heurte que moi. Et ma binôme, surement.  Mais dans l'ensemble le style est correct.

    Venons en au dénouement avec ce final explosif, diront certains, que je trouve quant à moi bâclé. Je ne peux développer sans spolier. Mais encore une fois, je n'y crois pas. Elle est trop simpliste, trop légère et rapide.

    En conclusion, de nombreuses questions restent sans réponses. Le volet dystopie n'est que la toile de fond légèrement brossée, avec en avant des scènes de sexe. La romance elle même est à peine ébauchée. On ne parvient pas à adhérer à cette histoire d'amour croisée entre les personnages. L'auteure ne me convainc pas.

    Une saga très décevante. Avec un dernier opus catastrophique. On est bien loin de la saga Off Campus.

    Les insurgés T3 LC

    pour ce tome et une moyenne de 1,5/5 pour l'ensemble de la saga dont finalement le tome 2 est le mieux réussi avec sa petite séquence émotion.

    je n'ai absolument rien ressenti dans ce tome.

    Suite ou pas  c'est terminé pour moi. Pas du tout  ce à quoi je attendais.

    Si vous aimez la NR avec beaucoup beaucoup de sexe, et l'esprit ouvert, c'est pour vous. Dans le cas contraire passez votre chemin. Même les accros à la New peuvent être déçus par ce trop plein de sexe. 

     

     

    Avec Gaelle

     


    2 commentaires