•  

    Bilan de décembre

     

    17 livres lus pour le mois de décembre

     

     

    Des LC avec avec ma binôme avec parfois des avis un peu différents cette fois-ci

    Alors qu'elle a  eu un coup de coeur pour 2 des tomes de la dystopie, je suis très mitigée. J'ai apprécié certes, cependant la thématique scientifique futuriste m'a perdue. Néanmoins l'originalité réside dans l'idée de ne pas nous offrir une héroïne unique comme personnage principal mais 3.

    Le premier tome est un peu poussif, mais la conclusion est à la hauteur de la dystopie.

     

    Bilan de décembre

     

    ♥ ♥ ♥ ♥ 

    pour l'ensemble de la saga

     

     

    Bilan de décembre

    La saga des 7 soeurs  ne faiblit pas de tomes en tomes. Lucinda Riley  mène sa série d'une main de maître avec ses femmes  extraordinaires et nous fait voyager dans le temps et dans l'espace, visuellement et culturellement, Hate de lire le prochain tome

    ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

    Le premier roman de Béatrice Ruffié-Lacas, Demande à la maîtresse, laisse présager d'autres romans intéressants L'auteure prend des risques avec une héroïne détestable, qui appelle au jugement vu que la société aime bien que les individus rentrent dans les moules. La plume de l'auteure est très plaisante, et je suis sous le charme bien que la construction  de l''histoire soit un peu fragile parfois et pêche un peu avec quelques fins de chapitres un peu abrupts. Une auteure à suivre. Son prochain roman sort en début d'année.

    ♥ ♥ ♥ ♥

    Que dire du dernier ? Si ce n'est que mon avis négatif a soulevé un tollé incroyable ! Les fans de l'auteure ont tout tenté pour faire retirer ma chronique de Babelio, sous prétexte que je spoliai, m'ont accusée de méchanceté gratuite, de jalousie, que sais-je encore.

    Je suis navrée si ce retour a fait la peine à l'auteure, mais je n'ai pas trouvé ce que me promettait le résumé.  Betwiched by the darkness n'a pas répondu à mes attentes en comparaison d'autres lectures du même ordre. D'autres auteures parviennent  à me faire frissonner avec leurs dark personnages, pas le Caleb de Micaela Barleta. A chacun ses attentes.

     

     

     

    Bilan de décembre

     

    Les 2 lectures les plus marquantes de ce mois de décembre et de l'année devrais-je dire.

    Méga, méga  

    bien qu'il soit difficile de dire que l'on puisse en avoir un pour  La Tanche vu le thème de cette sombre histoire de pédophilie. L'auteure vous met la tête à l'envers avec cette approche psychologique, vous faisant partager ce qui ce passe dans la tête d'un pervers sexuel. 

    Quant à  À l'ombre de nos secrets, Lily Haime vous bouleverse et vous fait vibrer et passer à travers 1000 émotions avec son histoire d'amour hors norme entre 2 hommes que tout sépare.

    Merci ma binôme pour ces conseils judicieux et ta capacité à découvrir de telles pépites.

     

     

    Bilan de décembre

     

    Depuis ma découverte d' Emma Green, que je croyais américaine jusqu'à ce que je découvre que 2 auteures se cachent sous son pseudo, je constate que leur imagination est sans bornes et que le style progresse de tome en tome. Leurs romances sont de beaux contes de fée modernes, alliant rêves et difficultés quotidiennes. J'adhère à 100%. Emma Green est la reine des sagas et nous fait suivre les amours difficiles de la famille Quinn/Sawyer sur 10 ans d'écart. Ce projet ne peut que séduire les lectrices qui ont du mal à quitter les personnages.

    Coup de 

     

     

     

    Bilan de décembre

    Des genres différents

    2 petits feel-goods, Agnes Ledig cependant décroche la première place sur le podium avec sa plume enchanteresse, musicale, poétique et des personnages qu'on ne peut s'empêcher d'aimer tant les personnalités sont belles. 

    Et comme j'ai un faible pour les secrets de famille , Il était un secret, prend sa place juste après On regrettera plus tard  

    ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

    Et comme je n'avais pas lu de New Romance depuis longtemps je me suis laissée tentée par les avis de ma binôme pour la saga International guy alors que je m'étais dit : plus jamais d' Audrey Carlan

    Hum, j'aurais dû m'en tenir à ma décision initiale Très grosse déception, sans réelle surprise, l'auteure a de très bonnes idées (avant tout commerciales) mais ne se prend pas vraiment la tête pour nous offrir quelque chose de qualité, mais pourquoi pas puisque sa dernière saga est un best-seller Mais j'ai bien trop d'attentes 

     

    La petite fille dans le placard me tentait, je m'attendais à lire un récit autobiographique mais ce n'est pas le cas, c'est juste inspiré d'une histoire vraie. Le récit, court certes, suscite beaucoup d'émotions, tant il est crédible et les aventures de cette gamine sont douloureuses.

     

    ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

     

     

     

     

    Bilan de décembre

     

    Le petit masse-critique de Babelio, un roman jeunesse qui s'adresse aux dyslexiques.

    1 tome d'une saga fantastique. 

    Personnellement je ne suis pas très fan de l'intrigue, malgré son originalité qui prend son point de départ dans la création du monde. Il manque un je ne sais quoi pour me passionner pour cette aventure et me faire vibrer avec les personnages. 

    Néanmoins je suis persuadée que ce premier tome séduira le lectorat  des 13/15 ans.

     

    ♥ ♥ ♥ ♥ 

    en tenant compte du public visé

     

     

    UN chick-lit sympa lu en LC avec Anne pour le groupe des défis sur FB

    Une lecture simple et légère sans prise de tête dans le genre conte de Noel qui séduira le plus grand nombre.  Personnellement je ressors avec un avis mitigé, après des scènes explosives et d'un humour décapant, le soufflé retombe un peu trop vite pour s'inscrire, malgré une scène au goût de déjà vu, dans plus normalité. Néanmoins la comédie romantique répond bien aux attentes de lire un plaisant feel good. 

     

    ♥ ♥ ♥ ♥

     

     

    Bilan de décembre

     

     

    J'ai failli oublier de vous parler de ma saga fétiche du moment

     

    Bilan de décembre

     

    Je suis totalement sous le charme du couple Claire/Jamie, tant bien dans la version roman que cinématographique.

    Ce 3° tome est peut-être en dessus des précédents mais je ne me lasse des aventures de ces personnages. Un roman fantastico-historique fascinant qui vous fait voyager dans le temps. L'auteure maîtrise son sujet et vous fait partager une histoire d'amour sous fond de contexte historique très détaillé.  Certains  pourront trouver que  les références alourdissent le récit, moi j'adore.

     

     

     

    Nombre de livres lus dans l'année 185, avec en parallèle de nombreux manuscrits . 


    3 commentaires
  •  Un tome 2 plus intense

    Remember yesterdayJessa Stone, seize ans, est la plus précieuse des habitantes d'Eden City. Ses pouvoirs psychiques pourraient mener le monde à d'importantes découvertes scientifiques... à condition qu'elle laisse les autorités faire d'elle leur cobaye. Car il y a peu de chance qu'elle coopère avec ceux qui l'ont enlevée enfant et soumise à toute une série d'expériences. 

     Editeur :  Lumen
    Genre: Dystopie
    Date de sortie: 6/4/2017
    Prix du livre papier : Broché : 15,00€ 
    Version numérique: 9,99€ 
    Nombre de pages :  464

     

     

     

     

     

     

    Remember yesterdayTome 2 de cette saga dystopique qui démarre de manière déconcertante.  Nous avions abandonnée Callie sur le sol de la chambre de sa sœur Jessa et ses actes venaient de chambouler le futur, par une décision inattendue.

    C'est 10 ans plus tard que nous catapulte Pintip Dunn avec Jessa comme personnage principal et Tanner Callahan, l'inventeur du souvenir du futur.

    Hum. Ce Tanner là se trouve avoir le même âge que Jessa, alors, j'avoue que je suis à nouveau perdue. Et se sera ainsi à chaque fois que le volet scientifique sera développé.  C'est trop alambiqué, même pour une histoire SF. 

     D'autres éléments curieux seront déconcertants. Mais au fil des chapitres certains trouveront une explication et rendront l'aventure intéressante, bien plus que celle du tome 1.

    Les destins, les décisions pour le changer sont toujours là. Des surprises nous attendent et l' une d'elle n'en est pas tout à fait une.

    La romance tient ici aussi une grande place. Nous retrouvons certains  personnages du tome 1, comme Logan et surtout une héroïne attachante, la petite Jessa, ado volontaire qui souffre des événements du passé, de la décision de Callie, perturbant les relations sociales qu'elle entretient avec ses proches, se sentant mal aimée . 

    La jeune fille va devoir faire des choix et certains événements "souvenir du futur" vont plus ou moins se réaliser. 

    l'auteure joue beaucoup sur ce tableau de ce futur que l'on modifie parfois, mais qui malgré tout reste inéluctable. Que penser quand le futur que l'on connait, ou tout au moins une fugace image d'un événement précis, vient influer sur le passé ? Que penser des voyages dans le temps et des risques et effets pervers des effets papillons  ?

    Un tome plus intéressant et passionnant que le précédent qui nous tient en haleine et nous intrigue nous poussant à nous inquiéter pour la suite. Jessa prend de nombreux risques et les enchaînements de nouvelles décisions  nous montrent que toutes les tentatives pour empêcher l'inéluctable poussent tous les acteurs à prendre la place qui leur été destinée. Alors Jessa parviendra-t-elle à atteindre l'objectif qu'elle s'est fixée, ou la roue impitoyable du Destin la broiera-t-elle rendant tous les efforts de Callie 10 ans plus  totalement vains ? 

    Affaire à suivre. 

     

     L'auteur :

    Nationalité : États-Unis 

     Avant de se tourner vers l'écriture, Pintip Dunn a étudié la littérature à l'université de Harvard, puis passé un doctorat en droit à Yale où, élève brillante, elle était rédactrice en chef du Yale Law Journal. Ses genres de prédilection sont le young adult, la science-fiction et le thriller. Elle a déjà gagné plusieurs prix, et vit avec son mari et ses trois enfants dans le Maryland.

    Le détail :

    Un nouveau thème récurent en SF vient prendre place dans l'histoire concoctée par Pintip Dunn. Cependant le sujet principal demeure : Est-on maître de son destin ? Peut-on modifier son futur ?

     

    La parenthèse :

    Un tome plus passionnant que le précédent, cependant malgré la liberté que l'on peut prendre, en tant qu'auteur, dans le volet SF, j'ai du mal à adhérer à quelque chose que je peine à imaginer.

    Une fois de plus le résumé en dis trop, je n'en donne donc qu'une petite version

     

    Remember yesterday

     

     

    Avec Gaelle

     

    Extraits citations

      

     "- (...) Nos erreurs font partie de nos chemins de vie, et nous n'avons pas d'autre choix que de les accepter"

     

    " Grace à lui je me sens... utile. Rien que par ma présence sans fard. Je n'ai rien à expier ou à prouver. Je n 'ai qu'à exister"

     

    "- lorsque nous naissons, explique-t-elle, une infinité de chemins s'offrent à nous. Puis à chacune de nos décisions, le spectre des  possibilités futures se réduit. Jusqu'à  ne plus suivre qu'une seule voie, à la fin de notre vie." 

     

    "- (... ) voilà pourquoi tu n'ira rien révéler à Logan. je ne veux  pas qu'il s'enterre dans le passé alors qu'il peut vivre dans le présent."

     

    "- Il doit savoir

    - Il doit vivre."

     

    "On peut toujours changer son destin, mais il est des chemins que nous sommes forcés d'emprunter"

     

    " Elle a peut être réussi à  changer le futur, à nous prouver qu'il existait une infinité d'avenirs parallèles et qu'il nous revenait de choisir dans lequel nous voulions vivre"

     

    "- la vérité est toujours relative. Tu dois  le savoir, toi qui manipule la vérité des autres "

     

    © P. Dunn


    2 commentaires
  • Et si à vouloir changer votre avenir, ce futur dont on vous a donné un aperçu, vous en provoquiez l'issue en tentant de lui échapper ? 

    Une belle conclusion pour cette saga

     

    Live today LCSur le papier, Olivia a tout pour être heureuse... Non seulement c'est la fille de la présidente Dresden, la femme toute-puissante qui dirige d'une main de fer la ville d'Eden City, mais c'est aussi la seule prophétesse du monde : elle est capable de voir les différents avenirs possibles de tous ceux qu'elle approche. Malgré tout, à seize ans, c'est surtout une adolescente mal dans sa peau. Loin de lui faciliter la vie, son pouvoir de précognition la terrorise, surtout depuis le jour où, à peine âgée de six ans, elle a vu sa mère perpétrer un génocide dans un lointain futur. Depuis, elle n'a de cesse d'éviter que son cauchemar ne se réalise. Mais quelle prise pourrait-elle bien avoir sur le Destin, elle qui s'est isolée pendant dix ans loin des autres pour échapper aux images et aux voix qui l'assaillaient sans cesse ?  

    Editeur :  Lumen
    Genre: Dystopie
    Date de sortie: 18/1/2018
    Prix du livre papier : Broché : 15,00€ 
    Version numérique: 9,99€ 
    Nombre de pages :  467

     

     

    Live today LC3e tome, 3e personnage et l'opus le plus passionnant de la saga avec pour héros Olivia et Ryder, précédemment rencontrés dans les épisodes précédents dans des rôles secondaires.

    Les autres protagonistes sont très présents en particulier Jessa et Tanner mais au second plan  cette fois-ci puisque le rôle principal revient à Olivia, notre précognitive qui a eu la fameuse vision d'un génocide, raison pour laquelle Jessa a pris certaines décisions qui n'ont pas été comprises par ses proches. 

    Mais son sacrifice ne risque-t-il pas d'être vain quand ce destin que vous tentez de changer vient à nouveau  se profiler à l'horizon ?

    L'auteure prend une direction inattendue. Après le thème sur le souvenir futur  qui dirigera au mieux votre vie,  le voyage dans le temps dans le but de récupérer Callie, nous basculons dans le thème de la temporalité. 

    Une fois de plus, la complexité de la thématique traitée par l'imaginaire de l'auteure me perturbe, et j'ai à nouveau du mal à adhérer au sujet. 

    Cependant les rebondissements fréquents et les réactions inattendues de certains personnages sont surprenants et titillent votre curiosité. Des révélations vont vous déconcerter et vous laisser pantoises tant elles sont imprévisibles. J'avoue qu'elles me laissent avec des sentiments ambivalents tant les retournements de situations sont renversants, limite plausibles.  

    Néanmoins Olivia en tant que personnage principal porte l'histoire et tout comme son compagnon de route, Ryder, est attachante et l'on tremble pour les 2 héros de ce tome. Rien ne semble se dérouler comme l'on pense et le devenir vécu par Olivia  semble se concrétiser de jour en jour. Tant et si bien que l'on en vient à penser qu'elle est, elle-même, la propre actrice de ce destin funeste. Qu'en sera-t-il réellement ? Ryder parviendra-t-il à modifier la vision d' Olivia ?

    Le dénouement est un sacré choc. Force est de reconnaître que l'histoire est addictive et que Pintip Dunn sait surprendre le lecteur jusqu'au dernier chapitre. 

    Un tome dans la même  veine que les précédents avec un volet SF trop futuriste pour moi, cependant il reste une belle conclusion de saga.

    Pour conclure je dirais que cette série en 3 volumes est relativement sympa et que l’intérêt va crescendo. Le premier tome est une bien piètre mise en bouche et peut nuire à l'envie de poursuivre. l'originalité de la série réside dans le fait de mettre dans chaque épisode une héroïne différente, une jeune fille simple qui s'avère être au fond d'elle une battante et qui va trouver sur sa route un homme pour la soutenir dans son combat.

     

    Live today LC

     

    Avec Gaelle

    L'auteur :

    Nationalité : États-Unis 

     Avant de se tourner vers l'écriture, Pintip Dunn a étudié la littérature à l'université de Harvard, puis passé un doctorat en droit à Yale où, élève brillante, elle était rédactrice en chef du Yale Law Journal. Ses genres de prédilection sont le young adult, la science-fiction et le thriller. Elle a déjà gagné plusieurs prix, et vit avec son mari et ses trois enfants dans le Maryland.

    Le détail :

    Un nouveau thème récurent en SF vient prendre place dans l'histoire concoctée par Pintip Dunn. Cependant le sujet principal demeure : Si toutes nos tentatives pour modifier une vision du futur ne faisait que le provoquer ?

    La parenthèse :

    Une saga qui ne restera  longtemps dans ma mémoire, à la différence de Partials et La 5e vague, et bien évidement Hunger Games et Divergente. et dernièrement Diabolic, dont j'attends le dernier volet avec impatience.

     

     

     

    Avec Gaelle

     

     Extraits citations 

     

    " Je  commence à être persuadée qu'il est bien mieux de vivre sa vie ainsi, dans le présent, afin d'en apprécier chaque instant parce que personne ne peut jurer de notre futur"

     

    "- Tu m'as appris à vivre, ni pour le passe ni pour le futur, mais pour aujourd’hui"

     

    "- Si elle a pu faire ce choix, c'est qu'il existait déjà dans l'un de ses futurs - c'était peut être un chemin parmi des milliers,, mais elle l'a trouvé et elle l'a suivi"

     

    " (...) ces visions son censées guider leur vie et servir de garantie à ceux qu'ils croiseront à travers leurs parcours : employeurs, banquiers, voire conjoint ..."

     

    © P Dunn


    2 commentaires
  •  

    Quand la vie vient chambouler votre univers, vivez l'instant présent, on a toujours le temps de regretter plus tard

     

    On regrettera plus tard

    L'irruption d’Éric et d'Anna-Nina un soir d'orage dans la vie de Valentine, institutrice dans un hameau du massif Vosgien, est un véritable coup de tonnerre. À la fillette brûlante de fièvre, au père brisé par la vie, Valentine va offrir plus qu'un simple toit. Avec tendresse et franchise, elle va bousculer les certitudes de ce père solitaire et modifier leur trajectoire toute tracée.

     

    Editeur :  Albin Michel
    Genre: Romance sentimentale
    Date de sortie: 2/3/2016
    Prix du livre papier : Broché : 19,50€  Pocket : 6,95€ 
    Version numérique: 7,99€  Audio : 21,50 € 
    Nombre de pages :  320

     

     

     

    On regrettera plus tardUne fois de plus Agnès Ledig enchante, ou pas, ses lecteurs par cette belle romance, sa plume magique, poétique et musicale, ses dialogues teintés d'humour et de métaphores.

    Cliché, cliché crient certains ! 

    Une histoire facile avec trop de bon sentiments, ses personnages presque trop parfaits disent d'autres.

    Oui, je confirme. 

    Cependant, c'est le style d' Agnes Ledig et moi je kiffe de lire des romances feel-good de temps en temps.

    Ici on s'attache aux personnages, se laisse émouvoir par les thèmes récurrents , deuil, reconstruction, amour, amitié sans faille. 

    Parce que l'auteure brosse avec justesse et beaucoup de sensiblerie le portrait psychologique de ses protagonistes, de belles âmes de celles que l'on voudrait pour amant, pour ami. De ceux qui ont de belles valeurs morales, qui les partagent, les mettent en pratique. Ceux dont la générosité  est sans faille, l'épaule sur laquelle s'appuyer solide et toujours là quand il faut.

    Un récit exempt de violence, juste de la tristesse et de la souffrance pour ceux partis trop tôt. Des émotions que l'on ressent profondément qui vous donne envie d'être celle sur qui Eric pourrait se reposer, s’épandre et se faire du bien, nous en offrant en retour.

    Le lecteur s’émeut donc au fil de la narration à plusieurs voix, tantôt celle de Valentine, tantôt celle d' Eric et d'un narrateur extérieur qui raconte l'histoire de Suzanne en 1944.  Nous oscillons donc entre présent et passé, curieux de découvrir le lien avec nos protagonistes.

    Outre Eric et Valentine, nous nous attachons à Anne-Nina, cette gamine de 7 ans qui ne vit pas une vie ordinaire. 

    C'est contraints qu'ils du demander de l'aide à Valentine et cette nuit d'orage va bouleverser la vie et les projets de nos personnages. Personnages en proie aux doutes sur les bonnes décisions à prendre pour le bonheur de Nannie la gamine.

    Une enfant mature, qui est très réceptive aux émotions comme le sont les enfants, il suffit de plonger dans nos propres souvenirs pour s'en persuader. Les enfants perçoivent beaucoup de choses que ce que les adultes s’imaginent. Nul de peut l'ignorer. Ce qui rend le personnage crédible, émouvant.

    En parallèle à l’histoire Eric/ Valentine/ Nannie, l'auteure fait la part belle à l'amitié entre un homme et une femme avec la relation exceptionnelle entre Gaël et Valentine, peut être avec une petite part anecdotique au vue de la dédicace. Une image de l'amitié avec des liens puissants, une forme d'amour autre que charnel.

    Agnes Ledig traite d'un autre thème  : la psychogénéalogie, un sujet qui me tient à cœur, et une méthode à laquelle je crois, et ainsi vient de permettre l'entrée en scène de Suzanne, notre femme du passé et explique les peurs de Valentine face à l’engagement et un sentiment étouffement.

    Un autre personnage a son importance dans cet histoire, c'est Gustave, le pépé que tout le monde rêve d'avoir. L'image du grand père idéal. Oui je sais ça fait beaucoup de personnages plus que parfait. Mais ils font du bien au moral.

    Je remercie ma nièce qui a eu la gentillesse de me prêter ce livre reçu à Noel alors qu'elle ne l'a pas encore lu. Ça tombait bien, j'avais en projet de le lire. 

    Une fois de plus  Agnes Ledig nous offre de belles aventures livresques  dans la même veine feel-good, avec de l'émotion, des mots qui chantent, du rythme, des paroles douces amères  qui vibrent d'espoir et de bonheur à partager, avec un dénouement en demi-teinte, jusqu'à ce que sache qu'il faut lire la suite De tes nouvelles pour aller jusqu'au bout de l'aventure d' Eric, Valentine et Anna- Nina. En attendant tachons de ne pas oublier le message de Sylvie, ici et maintenant, qui me rappelle celui de Nick dans Juste un défi entre nous, quitte à On regrettera plus tard.

     

    L'auteure :

    Nationalité : France 

    Biographie

    Sage-femme en Alsace, Agnès Ledig, 40 ans, s'est mise à écrire pendant la maladie de son fils Nathanaël, atteint de leucémie. Pour répondre aux questions que posaient tous ceux qui se préoccupaient de Nathanaël, elle tenait un bulletin hebdomadaire. Un professeur de médecine qui suivait l'enfant lui a révélé son don de transmission et l'a encouragée à écrire. En 2011, coup de cœur du grand prix des lectrices de Femme Actuelle, elle publie aux Nouveaux Auteurs, un premier roman, Marie d'en haut, repris par Pocket et pour lequel elle vient de signer un contrat d'adaptation audiovisuelle

     

    Le détail :

    Dans ce tome l'auteure aborde la psychogénéalogie et qui permet de guérir les blessures familiales empreintes dans la mémoire du corps. On y croit ou pas. Perso pour m'être penchée par hasard sur la question, j'avoue que je trouve cet abord psychologique sur le malaises de certaines personnes très intéressant et déroutant. 

     

    La parenthèse :

    Je confirme je suis toujours sous le charme d' Agnès Ledig, que j'avais découvert dans 13 à table version 2014. Il n'a pas faibli après mes lectures de Part avec lui, Marie d'en haut et Juste avant le bonheur. Une auteure dont la plume poétique et sa foi en la nature humaine qui nous concocte des romans qui font du bien. Émotions et humour toujours au rendez-vous

    Petit bémol : si l'auteure brosse parfaitement les profils psychologiques de ses personnages, elle en oublie de nous en donner le physique et leur âge approximatif. Perso, je trouve cela très dommage.

     

    On regrettera plus tard

     

     

    Extraits citations 

     

    "- il ne faut pas attendre. Il faut profiter des chose qu'on a. Pas  de celles que l'on espère"

     

    " L Homme pense avoir des certitudes, mais ce ne sont rien d'autre que des doutes qu'il n'entend pas "

     

    "Et dire que j'ai atterri ici parce que je n'avais pas de toit.

    Je n'avais plus de toi"

     

    "- Tu la perd en t'accrochant bêtement à la branche qu'elle est en train de scier. Descend de l'arbre et attend-la en bas, ça fera moins mal qu'une lourde chute" 

     

    "le manque n’apparaît  parfois que quand on voit que les autres ont ce qu'on n'a pas"

     

    " nous savions ce que nous voulions, nous avions presque tout. Et plus rien, le vide, l'absence. Juste un bébé. JUSTE un bébé. C'est terrible de dire cela. Pour moi, le juste est devenu tout. Et j'ai peur que le tout redevienne juste.  "

     

    "- (...) mais quand je vois la petite s'épanouir, je me dis qu'il ne pouvait pas en être autrement On ne sauve pas le monde, mais  on peut parfois sauver quelques personnes de leur destin quand il est mal engagé.

    - qui te dis  qu'il est mal engagé, son destin à cette gamine ?."

     

    " Car l'école, ce n’est pas que l'instruction, c'est aussi la découverte es autres et la construction de sa personnalité à leur contact."

     

    " laissez s'installer un peu d'amour au fond de vous et tout pétille à nouveau. Vous redevenez  une coupe e champagne, vous êtes le champagne, la légèreté  des bulles et l'ivresse qui va avec "

     

    "- c'est la tradition judeo-chrétienne qui l'interdit, mais aucune morale n'a à ce jour réussi à maîtriser les élans du cœur, les vrais. Depuis quand décide-t-on de ce qu'on ressent ?"

     

    © A. Ledig


    3 commentaires
  •  

    Quand commence la maltraitance ?

    La petite fille dans le placard

     

    Parce qu'elle a attrapé la rougeole, Laurence, six ans, a été installée dans un placard pour ne pas contaminer son petit frère. Les jours passent et personne ne vient la chercher... Le récit poignant d'une enfant qui, oubliée au fil des jours, attend qu'on se souvienne d'elle.

     

    Editeur : Pocket,
    Genre: Litterature française Récit
    Date de sortie: 7/5/2009
    Prix du livre papier :  occasion uniquement
    Version numérique: 
    Nombre de pages :  192

     

     

     

     

     

    La petite fille dans le placardLaurence surnommée Lolo nous narre, dans ce récit, l'histoire d'une petite fille de 6 ans mal aimée par ses parents, maltraitée par sa nounou.

    Remisée dans un placard faute de place, afin d'éviter de contaminer le petit chouchou de maman et tata, la petite Lolo nous raconte son quotidien et l'attente de quelques mots d'amour et de tendresse.

    Ce dont est incapable sa mère. Quant au père, il se fait houspiller, traité de pervers pour des gestes innocents, jugés déplacés par sa femme perturbant ainsi une petite fille qui ignore tout geste d'affection, le plus souvent en bute aux paroles blessantes de la nounou, qui la rabaisse quand elle ne la bat pas.

    Sa condition physique fragilisée par sa pathologie et son alitement forcé va se dégrader sans qu'aucun membre de la famille ne  s'émeuve. Hormis la grand-mère à la présence malvenue dans la maison.

    Très vite l'enfant, au gré des disputes de ses parents va comprendre que sa venue au monde loin de cimenter le couple ne fait que les lier par obligation. Objet de discorde, sa présence ne fait qu'aggraver sa situation précaire et malgré tout la petite fille s'efforce de se comporter comme elle imagine qu'elle le doit afin d'obtenir un peu d'amour de sa mère.

    Dans ce récit nous constatons avec tristesse, ce besoin viscéral d'un enfant d'être aimé de ses géniteurs, de recevoir un peu d'affection et d'être entendue, rassurée, protégée.

    Mais Lolo est oubliée dans son placard avec pour seule présence sa tortionnaire et les visites bien trop fugaces d'un petit frère de 3 ans.

    Au fil des pages, on s'inquiète pour l'état de santé de la gamine, dont les seules visites sont celles d'une grand-mère aimante qui va prendre tous les risques pour sa petite fille.

    On s'insurge de la malveillance de la nounou, de l'immobilisme d'un père en retrait, assujetti à sa femme et à  ses décisions dussent elles mettre la vie de leur fille en danger. 

    Le récit, court certes, suscite beaucoup d'émotions, narré par Lolo, pas avec ses mots d'enfants, à distance de ce douloureux souvenir comme le témoigne la description d'un autre événement pénible dans la vie de la jeune femme qu'elle est devenue.

    Le dénouement est surprenant, le suspens perdurant assez longtemps pour nous tenir en haleine et nous émeut tant on ne peut comprendre de tels comportements de la part de parents. Nos cœurs de mères crient leur colère devant de telles situations.

    La petite fille dans le placard

     

    L'auteure : 

    Nationalité : France 

    Biographie : 

    Marie Lincourt, alias Florence Hugodot, née Florence Quétand à Paris, est une écrivaine et journaliste française.

    Mariée et mère de huit enfants, Marie Lincourt a fait des études de psychologie avant de se lancer dans la littérature. Elle sort son premier roman à 24 ans, fait du mannequinat, et devient parallèlement journaliste tant dans l'évènementiel, la politique, la médecine que le tourisme.

    Marie Lincourt va vivre tour à tour en Nouvelle-Calédonie, aux Antilles, et au Sénégal. Son métier de journaliste et photographe touristique pour des magazines spécialisés et généraux comme Le Quotidien du Tourisme, Match, Télé7Jours, Femme actuelle, Version Femina... la font également voyager à travers le monde sur tous les continents (Laponie, Calédonie, Birmanie, Pérou...). Elle vit aujourd'hui à Paris.

     

    Le détail : 

     Le cœur d'une mère n'est-il pas assez gros pour aimer plus d'un enfant, au point de commencer par faire des différences, et finir par détester cet enfant non désiré ?

    Parmi les autres thèmes, on peut s'interroger sur la part de responsabilité de celui qui fait mine de ne rien et le proverbe  Qui ne dit mot consent vient ici prendre tout son sens. Car le père n'est-il pas alors tout aussi coupable que sa femme pour avoir laissé faire ?

     

    La parenthèse :

    Ce roman est inspiré d'une histoire vraie. 

     

    Extraits citations

     

    " Mais plus ils aimaient mon petit frère et moins s'ils s'occupaient de moi. Comme si leur amour n'était pas assez grand pour nous deux. "

     

    "Soudain j'ai 6 ans. Je suis toute petite, j'ai peur, je veux qu'on me serre dans les bras et qu'on me dise qu'on m'aime, qu'on M'AIME !"

     

    "Il fait noir, tout noir. Je grelotte. Mon dos ruisselle. J'ai peur, oh tellement ! J'entends des voix, je colle mon oreille à la porte. Un petit rai de lumière filtre par l'entrebâillement, mais mon placard à moi est dans l'obscurité presque complète."


    3 commentaires