•  

    Nos Cœurs à VifLorsqu’il apprend la mort de son père, Jackson n’est pas triste. Pourquoi pleurerait-il celui qui l’a brutalement abandonné  ? Dans l’héritage, il découvre une vieille bâtisse dans laquelle il ne voit d’abord qu’une belle opportunité immobilière. Mais il découvre que le bâtiment est occupé et que son père y avait fondé un centre d’accueil pour enfants maltraités.

    C’est là qu’il rencontre Zach, une jeune femme qui a trouvé un véritable foyer dans cet institut après avoir été une enfant battue. Si elle a pu se reconstruire, c’est grâce au père de Jackson. Peu à peu, en dépit de leur méfiance, Jackson et Zach nouent une relation passionnée. Ces deux êtres malmenés par la vie vont découvrir que les blessures de l’enfance rendent leurs sentiments plus forts, à l’épreuve de tout... ou presque. Car l’amour suffit-il toujours à guérir les cœurs à vif  ?

     

    ANos Cœurs à Vifvec ce roman, Isabelle Louis confirme son talent de conteuse. Déjà sous le charme de sa plume, après la lecture de Le bonheur attendra, je ne doutais pas de passer un excellent moment en compagnie des personnages dont Isabelle brosse des portraits aboutis, développe des personnalités qui les rendent si vivants que l'on aimerait faire partie de leur entourage.

    Derrière la couverture toute simple, simple écrin qui pourrait dissuader les lectures peu fans de romances à l'eau de rose, se cache un texte et une aventure de toute beauté, une pépite, un petit bijou livresque.

    L'histoire de Zach et Jackson est tout à la fois ordinaire et extraordinaire tant elle s'appuie sur la réalité tristement quotidienne. Les thèmes sont forts, douloureux et empreints de magie. 

    Isabelle Louis nous fait vibrer au son des notes de musique qui rythme ce récit ( ne pas hésiter à lire en écoutant la playlist). Ses personnages principaux ou secondaires suscitent une multitude d'émotions, des rires, des petits noeuds dans la gorge et surement des larmes chez les plus émotifs.   

    Je suis totalement fan du ton que l'auteure donne à son récit, comment elle parvient à développer, suivre sa trame et mêler ses idées, les pensées des personnages à un vocabulaire musical. C'est d'une fluidité qui m'époustoufle. 

    Une fois de plus Isabelle Louis nous plonge dans son univers et nous y maintient jusqu'au terme de la lecture. Eh oui, je l'ai lu d'une traite. L'auteure distille des rebondissements surprenants, entretient le doute sur l'évolution de cette sublime histoire de résilience de pardon,  d'amour, de don de soi, de partage. 

    C'est avec une pointe de regrets que je quitte la Maison des autres, Ted, Pepe, Masha, Gavin, Ash, R.J, Kady, Jackson et Zach.

    Maintenant, je n'ai qu'une hâte : lire le prochain roman d'Isabelle Louis, ma nouvelle auteure fétiche.  

     

    Nos Cœurs à Vif

    Nos Cœurs à Vif

     

    Nos Cœurs à Vif

     

    Nos Cœurs à VifL'auteur :

    Nationalité : France

    Biographie :

    Isabelle vit sur une presqu'ile bretonne où elle est agent immobilier depuis plus de dix ans. Mariée et maman de trois enfants, elle a toujours été une grande lectrice et, depuis quelques années, elle organise et participe à des ateliers d'écriture sur son groupe de lecture.
     
    https://www.facebook.com/IsabelleLouisAuteure

    2 commentaires
  •  

    Mutations SPÀ peine l'accouchement est-il terminé que les parents disparaissent et abandonnent leur enfant. Est-ce à cause de la pathologie suspectée sur le nourrisson qu'ils ont fui ? À trente-six ans, sage-femme expérimentée, la jolie métisse porte toujours la souffrance du départ de son père pour la Martinique quand elle avait trois ans. Maman d'une fille de dix ans, son instinct maternel et son histoire personnelle la poussent à vouloir protéger l'enfant abandonné. Sortant du cadre de ses prérogatives pour s'opposer aux logiques gestionnaires qui gangrènent l'administration, Renée découvre que la pathologie de l'enfant fait l'objet d'une surveillance secrète par les autorités car une pandémie se profile avec de puissants enjeux économiques et politiques.

     

    Mutations SP

     

     

    Connaissant parfaitement le milieu médical, cette proposition de SP ne pouvait que me séduire.

    L'auteur, quant à lui, maitrise son sujet, soit qu'il le connaisse parfaitement, soit qu'il se soit suffisamment documenté pour nous concocter une intrigue plausible. Quoi qu'il en soit, l'approche de l'univers hospitalier, des sentiments des soignants impliqués et désabusés est particulièrement brossé.  L'on s'attache donc à notre héroïne, en totale immersion dans ce microcosme médical. Peut-être avec une pointe de liberté que peut s'octroyer un auteur, dans certaines situations, de mon point de vue, ayant pas mal côtoyé la hiérarchie hospitalière. Pas bien grave, elles servent à l'intrigue dans laquelle Thierry Gautret de La Moricière aborde des thématiques fascinantes, intéressantes, contemporaines et tristement réalistes.

    Je n'ai pas cependant trouvé assez puissant le volet thriller et suspens. Pour tout dire, j'en attendais plus et, c'est bien évidemment le problème avec les attentes des lecteurs. Quelques rebondissements viennent cependant faire avancer le récit, et nous surprendre avec quelques retournements de situation. Pas assez stressant à mon goût pour le coté thriller, toujours bien évidemment en fonction de ce à quoi j'aspire : plus d'action, moins de passages introspectifs qui bien qu'intéressants sont un peu redondants. Particulièrement quand je lis ce genre de roman.

    Pour ce qui est du style, j'avoue le trouver plutôt simple, un soupçon factuel et les dialogues manquant d'incises, j'ai du parfois relire certains, un peu longs, pour comprendre quel interlocuteur parle. J'ai également noté que quelques coquilles émaillent encore le récit.  

    Cependant, malgré ces petits bémols, j'ai passé un plaisant moment de lecture avec cette approche s'appuyant sur des faits de société, tristement envisageables.

    Le dénouement, un peu abrupt, m'a un peu déstabilisée, j'espérais quelques réponses supplémentaires à des questions que je me posais.

     Merci à  l'auteur pour sa confiance.

     

    Mutations SP

     

     

    Mutations SP

      

     Mutations SPL'auteur :

    Mon écriture est une quête de la liberté intérieure où l'introspection permet d'affronter les peurs qui nous empêchent de chevaucher le cheval fougueux de notre élan de vie. A travers mes récits, je souhaite emmener le lecteur sur son chemin intérieur et le convier à imaginer des futurs joyeux.

     https://www.facebook.com/Thierry.auteur

     https://editions-tglm.mystrikingly.com/

     

     

     

    Mutations SP


    votre commentaire
  •  

    L'eschylliadeQuand Eschylle, chat siamois miro rencontre Bélerin, apprenti mage, leurs destins se scellent : leurs esprits se lient, ainsi que leurs sens. Nés tous les deux dans les Marches Pâles, ils vont devoir affronter un vent malfaisant : non l'hiver, qui s'abat sur les sommets et les combes, mais des enlèvements d'enfants et de femmes, attribués à des Petites-Personnes. Leur enquête les mènera dans des lieux improbables, au coeur d'anciennes ruines, mais aussi sous la terre. A lire de 9 à 99 ans.

     

    L'eschylliade

     

    Bien que je ne sois pas fan de récits dans lesquels la parole est donnée à des animaux, j'ai toutefois accepté ce SP qui nous plonge dans un univers magique et sa note de fantasy, un univers que j'affectionne.

    Pour tout dire, j'ai peiné à entrer dans l'histoire, narrée à la première personne par Eschylle, le personnage principal. Progressivement l'intrigue devient intéressante et le lecteur plonge, intrigué dans les aventures du petit chat et de ses compagnons.

    L'auteur aborde des thèmes éternellement contemporains et les transpose dans son monde féérique dans lequel les résidants différents des uns des autres vivent en harmonie. Enfin presque.

    Nous y croisons donc, des personnages tels que des elfes, des Petits-hommes, des Croqueurs, des ogres, des .... Hyénarques... J'avoue que je me suis perdue, particulièrement avec ces identités, d'autant que Pierre-François Kettler donne parfois des "petite noms" à ces protagonistes tel que "la liane" ... j'ai donc eu un peu de mal, parfois à retrouver à qui Eschylle faisant allusion

    Le point fort de ce roman reste le mode descriptif des nombreuses scènes de combat, judicieusement présentées. Le style de l'auteur est fluide, travaillé et séduit, et rend la lecture plaisante et permet de passer un bon moment. Le lecteur attentif notera l'originalité des échanges entre les personnages dans certains passages, usant d'une langue, finalement compréhensible, pour le curieux et l'attentif.

    Pour autant, malgré les qualités de ce roman, je ne ressors pas franchement enthousiasmée par ce premier tome, probablement une mise en bouche. Malgré les rebondissements, il m'a manqué le petit quelque chose qui fait vibrer, trembler pour les personnages. Tout au moins, l'ai-je vécu ainsi.

    je remercie, Carole des Editions de Avallon pour ce SP et ne serai pas contre le fait de découvrir d'autres auteurs de cette ME. 

     

    L'eschylliade SP

     

    L'eschylliade

     

    L'eschylliadeL'auteur 

    Né à Paris, il passe mon enfance et mon adolescence à Chambéry.
    Il ’y découvre le ski et le plaisir des balades en montagne.
    Il revient à la Capitale pour la terminale et les classes préparatoires. Intègre l’École Nationale de la Statistique et de l’Administration Économique où se me désintègre. Après fission, il découvre le théâtre et part deux ans au Rwanda.
    À son retour, il décide de faire l’acteur.
    So premier enfant naît avec son premier travail d’écriture, la traduction d’une pièce de théâtre d’un auteur irlandais : J. M. Synge.
    Les années passent…
    Ilexplore les chemins intermittents de l’écriture, de l’animation et de l’acteur. Ses auteurs de prédilection, Victor Hugo et Robert Desnos, l’accompagnent dans mes spectacles.
    Fin 2008, ilse lance dans l’écriture de romans et commence une fresque de fantasy, située dans le monde de Belmilor. « L’Arc de la lune » en est le premier volet publié.

     

    L'eschylliadeLa ME

    C’est l’histoire d’une petite maison d’édition associative où chacun s'engage afin que l’intégralité des droits d’auteur soient reversés aux auteur.e.s eux-mêmes. Nous publions à compte d’éditeur.

    Nous sommes un petit groupe : Adèle, Anaïa, Aurèle, Camille, Charlotte, Françoise, Maëlle, Madeleine, Nicole et Nicolas. Nous avons eu l'idée de fonder cette maison d'édition pour construire un rapport différent entre ceux qui écrivent et ceux qui publient. Certains de nos fondateurs avaient eux-mêmes déjà été édités par des maisons d’édition traditionnelles. De cette expérience sont nés une philosophie et un modèle économique différents.
     
    Les auteurs récupèrent intégralement leurs droits. Nous ne dégageons pas de bénéfice car notre récompense, c’est de publier de bons textes et de donner leur chance à ceux qui nous font confiance.
    Notre plus-value, c’est notre expérience dans l’écriture et dans l’accompagnement des auteur.e.s dans cette belle expérience.
     
    Nous publions des livres papiers (brochés) mais aussi des livres numériques.

    Nous disposons pour cela d'un accord d'impression et diffusion avec BoD qui nous permet d'être distribués par la SODIS (distributeur du groupe Gallimard) et présents en commande dans une très grande majorité des librairies en France. Nous sommes également présents sur plus d'une centaine de librairies en ligne pour les livres numériques grâce à notre accord avec le distributeur "immatériel".

     
    Nous publions des romans d'auteur.e.s contemporains aussi bien en donnant la chance à des premiers textes qu'à des auteurs confirmés. Nous développons actuellement trois types de publications qui sont identifiés dans trois collections spécifiques : littérature générale

     

     


    votre commentaire
  •  

    Damon Torrance. Un nom qui fait frémir Winter. Depuis qu'elle l'a dénoncé à la police et envoyé tout droit en prison, Winter est hantée nuit et jour par le beau visage de Damon.
    Bientôt, il va être libéré.
    Bientôt, il aura tout le loisir de se venger de celle qui l'a privé de sa liberté. Car cela fait trois ans qu'il prépare sa vengeance dans l'obscurité de sa cellule ; il connaît tout de Winter et il n'hésitera pas à utiliser chacune de ses failles pour lui faire payer sa trahison...

     

     Un tome sur Damon, celui qui en a fait voir de toutes les couleurs à ses amis, s'avérait incontournable Cependant, après l'énorme déception de celui consacré à Kai, j'étais un peu hésitante, mais la curiosité l'a emporté.

    Si l'auteure renoue avec le coté dark du tome un (heureusement car Damon, ne serait pas Damon) elle nous plonge dans l'expectative avec le début du roman.

    Nous avions abandonné un Demon en fuite, brouillé avec ses amis et nous le retrouvons dans une situation très surprenante. Une fois cette mise en route déconcertante, le récit à deux voix, ponctué de nombreux flashback, permet de comprendre la relation Winter/Damon et l'approche psychologique intéressante et le récit addictif. Cependant, nous n'aurons jamais de lien clairement établi entre la fin du précédent tome et celui-ci. Dommage qu'il manque un passage, que je trouve assez important, quand même, pour un peu de cohérence ente les deux opus.

    D'autant que certains points sont détonants, parfois peu crédibles et surtout superficiellement traités et n'apportent pas toutes les réponses que suscite cette histoire.

    Certes les personnages principaux, Winter comme Damon sont attachants, leurs personnalités  relativement bien explorés, cependant il manque un petit quelque chose pour rendre certains comportements réalistes. Tout au moins, de mon point de vue, je les trouve déconcertants et arrivant assez brusquement vers la fin du récit. Ce revirement, toutefois attendu, vient un peu trop précipitamment, même si certainse explications sont données dans l'épilogue. 

    Nous croisons dans ce tome, les autres protagonistes et, là encore, je trouve que l'auteure a survolé cette relation au vue des  2 tomes précédents.

    En fin de lecture je ressors frustrée de ne pas voir la relation Will/Damon plus développée, l'auteur laisse entrevoir quelque chose de spécial entre eux et au final, elle ne va pas jusqu'au bout. Peut être les réponses sont dans le tome sur Will qui n'est pas à ce jour traduit. Mais je doute

    Je trouve également dommage que Pénélope Douglas ne fasse pas preuve d'originalité et nous concocte une scène de triolisme relativement semblable à une du T1. Sans parler du fait que je ne trouve pas adaptée à la personnalité de Winter.

    L'histoire de Damon est prenante et ce tome se lit rapidement, malgré quelques longueurs et redondances, compensés par un coté suspens, mystère, assorti de  quelques rebondissements inattendus. La lecture est plaisante, malgré quelques problèmes de traduction, j'imagine, et des phrases et passages pas très compréhensibles, et cet opus, malgré ses faiblesses, est meilleur que celui de Kai.

    Pour conclure, je dirai que de mon sentiment, l'auteure ne maitrise pas vraiment la Dark Romance, et qu'il semble qu'elle n'ait pas assez préparé cette série, qui de ce fait nous offre des tomes qui manquent un peu de profondeur, trop succinctement traité3

    Malgré tout j'aimerai découvrir le Will qui se cache derrière son masque et que Pénelope Douglas laisse entrevoir dans ce tome. Un jour peut-être.

     

     

     

     

     


    votre commentaire